Extension Factory Builder
31/01/2012 à 19:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La Russie pourrait ne plus soutenir Al-Assad si ses intérêts en Syrie étaient préservés. La Russie pourrait ne plus soutenir Al-Assad si ses intérêts en Syrie étaient préservés. © Eskinder Ebebe/AFP

Alors que les affrontements s’intensifient en Syrie, la Russie a une nouvelle fois rejeté, dans la soirée du 31 janvier, lors d’une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies à New-York, toute résolution condamnant le régime de Bachar al-Assad. Celui-ci, de plus en plus isolé, continue donc de bénéficier du soutien de son allié russe. Mais pour combien de temps ?

Dans la soirée du 31 janvier, lors d’une réunion du Conseil de sécurité, les Occidentaux, France et Etats-Unis en tête, ont ainsi milité pour l’adoption d’une résolution basée sur l’agenda de sortie de crise proposé par la Ligue arabe et prévoyant le départ de Bachar al-Assad ainsi que le transfert du pouvoir au profit de son vice-président et la formation d'un gouvernement d'union nationale.

Ils se sont heurtés, une nouvelle fois, à la position de la Russie pour qui le Conseil de sécurité « ne peut pas imposer les conditions d'un règlement interne [et] n'a tout simplement pas le mandat pour le faire », selon les mots de l'ambassadeur russe à l'ONU Vitaly Tchourkine. Moscou privilégie de son côté, comme elle l’avait fait en décembre, une simple trêve entre Assad et les insurgés et des négociations sous sa propre tutelle.

Bastion russe

La Russie semble donc bien décidée à continuer d’utiliser son droit de veto, en tant que membre permanent, et à faire échouer toute tentative d’ingérence de la communauté internationale en Syrie. Et le « silence scandaleux » du Conseil sécurité et la « boucherie » syrienne, comme l’a dénoncé le ministre français des Affaires Etrangères Alain Juppé mardi soir, ont toutes les chances de se poursuivre.

Et pour cause, pour Moscou, Damas reste le principal, et le seul, allié du régime au Proche-Orient d’un point de vue militaire et économique. L’armée russe possède une base militaire à Tartous, qu’elle est d’ailleurs en train d’agrandir, sur la Méditerranée et Moscou a vendu à la Syrie quelques 529 millions d'euros de matériels d’armement en 2010. Soit 7% des ventes russes à l’étranger, notamment via l'agence publique d'exportation d'armements Rosoboronexport qui affrétait encore il y a quelques jours un navire-cargo battant pavillon de Saint-Vincent-et-les Grenadines avec à son bord de 35 à 60 tonnes de munitions. De 2004 à 2008, le volume des échanges entre les deux pays est même passé de 220 millions à 2 milliards de dollars.

Et si Moscou négociait déjà l’après-Assad ?

Faut-il néanmoins conclure au soutien indéfectible russe à Bachar al-Assad ? Moscou, qui a entamé des dialogues officiels avec les rebelles syriens du Conseil de Transition, en les recevant sur son sol, semble visiblement plus attaché à la pérennité de sa présence au bord de la Méditerranée qu’à celle du régime des Assad.C’est donc avant tout une bataille d’intérêts économiques et politiques qui continue de se jouer à New-York. D’une part, les Occidentaux cherchant à reprendre pied en Syrie, comme ils l’ont fait en Libye. De l’autre, les Russes, négociant leur abstention pour y conserver une place de choix, dans le domaine militaire notamment qui représente une part importante de l’économie du pays. Au milieu de ce jeu politique, le poids des quelques 5 000 personnes décédées selon l’ONU depuis le début des affrontements, semble encore insuffisant pour changer la donne.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Karim Bitar : 'Au Yémen, un nouvel épisode de la confrontation irano-saoudienne'

Karim Bitar : "Au Yémen, un nouvel épisode de la confrontation irano-saoudienne"

Spécialiste du Moyen-Orient à l’Institut des relations internationales et stratégiques (Iris), Karim Bitar analyse le conflit au Yémen et l'intervention directe de l'armée saoudienne contre[...]

Sommet de la Ligue arabe : accord pour la création d'une force militaire

Les chefs d'Etat de la Ligue arabe ont annoncé dimanche leur intention de créer une force militaire conjointe pour combattre les "groupes terroristes", notamment l'Etat islamique (EI), se donnant quatre[...]

Sommet arabe : les chefs d'État planchent sur une force jointe

Les chefs d'État arabes ont clamé samedi à l'ouverture de leur sommet annuel en Égypte leur intention de créer une force unie pour combattre les "groupes terroristes",[...]

Égypte : sommet arabe focalisé sur la création d'une force militaire et le Yémen

La création d'une force multinationale va dominer le sommet des chefs d'Etat de la Ligue arabe qui s'est ouvert samedi en Egypte, au moment où l'intervention militaire d'une coalition arabe au Yémen contre[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le jour même où la coalition menée par Ryad[...]

Israël : Bibi repetita

Déjouant tous les pronostics, Benyamin Netanyahou est sorti vainqueur des législatives anticipées du 17 mars, accentuant même l'emprise de son parti, le Likoud.[...]

Yémen : importante offensive de l'Arabie saoudite, les forces loyalistes reprennent Aden

L'Arabie saoudite a lancé mercredi une opération militaire au Yémen impliquant "plus de 10 pays" pour défendre le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi. Ce dernier a[...]

Syrie : à table avec le diable

Pendant des mois, les Occidentaux ont fait du départ de Bachar al-Assad un préalable. Mais après quatre ans de guerre, son régime est toujours debout et sa cruauté est[...]

Yémen : au moins 142 morts dans des attentats contre deux mosquées revendiqués par l'EI

Au moins 142 personnes ont péri lors de la grande prière du vendredi dans un triple attentat suicide contre deux mosquées à Sanaa. L’Etat islamique a revendiqué les attaques.[...]

Liban : "Offrez une bonne pour la fête des mères, offres spéciales sur les Éthiopiennes et les Kényanes"

Le texto d'une agence de recrutement d'employés de maison au Liban, proposant une "promotion" sur les employées de nationalité éthiopienne et kényane, a suscité un tollé[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120131185357 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120131185357 from 172.16.0.100