Extension Factory Builder
31/01/2012 à 18:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un soldat de l'armée malienne en route vers Léré, à l'ouest du Mali, le 28 janvier. Un soldat de l'armée malienne en route vers Léré, à l'ouest du Mali, le 28 janvier. © Kambou Sia/AFP

Une semaine avant la reprise de la rébellion touarègue, le 17 janvier dernier, le Mali tentait encore de négocier avec le MNLA et son allié Iyad Ag Ghaly, leader du groupe salafiste Anssar dine. Jeune Afrique s’est procuré en exclusivité le document contenant les propositions de Koulouba lors de ces discussions.

Du 7 au 10 janvier, Mohamed Ag Erlaf, l’émissaire du président malien Amadou Toumani Touré (ATT) pour la crise au nord, s’est réuni avec des représentants du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), d’Iyad Ag Ghaly du groupe Anssar dine, ainsi que d’autre notables de Kidal à Abeibara. Objectif : soumettre les propositions de Koulouba aux rebelles potentiels pour éviter la guerre.

Dans ce document dont Jeune Afrique s’est procuré une copie, Bamako proposait  « à hauteur de compétence (grade, ancienneté, diplômés) de tous les éléments des différentes bases qui le souhaitent » leur intégration « dans les unités de sécurité mixtes (armée, garde nationale, gendarmerie et police). Ces unités occuperont, en priorité, les sites du PSPSDN [le Programme spécial pour la paix, la sécurité et le développement au Nord-Mali lancé par ATT en août 2011, NDLR] en construction. » Le même traitement était proposé aux « hommes et officiers de troupe venant de la Libye ».

Commandement spécial basé à Kidal

Un commandement opérationnel spécial devait être basé à Kidal pendant cinq ans « pour établir l’ordre et la sécurité publique et le parachèvement et application à la lettre des accords d’Alger du 04 juillet 2006 ». Koulouba proposait également à Iyad Ag Ghaly et aux salafistes qui le soutiennent un cadi (spécialiste en droit musulman) par cercle [collectivité territoriale intermédiaire, NDLR] et un imam par grande mosquée, qui devaient être nommés par le conseil consultatif des oulémas et rémunérés par une assemblée régionale bénéficiant d’une autonomie de gestion.

Le Mali proposait aussi au MNLA « la création du cercle d’Intadjedite et de Tinassako », deux localités de la tribu Ifoghas de feu Ibrahim Ag Bahanga, très présente dans la rébellion, ainsi que la nomination d’un « conseiller spécial auprès du président de la république du Mali avec un rang de ministre ».

Enfin, dernière proposition d’ordre économique celle-là : le développement de l’exploitation de la réserve d’eau du Temesna (vaste zone désertique dont le sous-sol est constitué par une grande nappe phréatique, entre Ménaka et Tinzawaten). Dans le rapport officiel des discussions, les deux parties restaient ouvertes au dialogue. Mais une semaine plus tard, les premiers affrontements éclataient.
_____

Par Baba Ahmed, à Bamako
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Drague : le bal des faux-culs

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Mali : bientôt un procès dans l'affaire des "bérets rouges" ?

Le rapport d'enquête sur l'affaire de la disparition des "Bérets rouges" devrait prochainement être bouclé et transmis au procureur, ouvrant ainsi la voie à un éventuel[...]

Ramtane Lamamra : "Un accord dans cent jours" sur le Nord-Mali

Le chef de la diplomatie algérienne fait le point sur le dialogue inter-malien, entamé le 16 juillet, et qui devrait être suspendu le 24 juillet avant une reprise à la mi-août. Première[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Pourquoi le Mali s'est fait épingler par le FMI pour des fournitures militaires

Le FMI est-il trop pointilleux ? Un contrat de fournitures militaires de plusieurs dizaines de millions d'euros fait en tout cas tiquer les bailleurs de fonds. Trop opaque, jugent-ils. Le Mali n'apprécie pas.[...]

Mali : le groupe de Belmokhtar revendique l'attentat-suicide qui a tué un soldat français

Dans un enregistrement audio transmis mercredi soir au site d'information mauritanien Alakhbar, Al-Mourabitoune, le groupe du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, revendique l'attentat-suicide qui a tué un sous-officier[...]

Mali : le gouvernement se dit "prêt à aller loin" dans les négociations de paix

Selon Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères, le gouvernement de Bamako est "prêt à aller loin" dans les négociations de paix avec les groupes armés du Nord du[...]

Mali : après des mois de blocage, ouverture des négociations de paix à Alger

Des négociations de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés du nord du pays s'ouvrent ce mercredi à Alger. En guise de bonne volonté, les deux camps ont échangé mardi soir[...]

Ebola en Afrique de l'Ouest : le bilan passe le cap des 600 morts, dont 68 en 5 jours

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le bilan de l'épidémie de fièvre Ebola qui frappe la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone depuis mars a désormais franchi le cap des 600[...]

Mali : mort d'un sous-officier de l'armée française, "victime d'un attentat suicide"

L'Élysée a annoncé mardi qu'un soldat français avait été tué au Mali, "victime d'un attentat-suicide", alors qu'il participait à une opération de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers