Extension Factory Builder
24/01/2012 à 17:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed Touré, fils de l'ancien dictateur guinéen Sékou Touré. Mohamed Touré, fils de l'ancien dictateur guinéen Sékou Touré. © D.R.

Alors que la situation politique s'est une nouvelle fois tendue en Guinée, Mohamed Touré lance un appel au dialogue entre le pouvoir et l'opposition. Le leader du PDG, également fils du premier président guinéen, espère que les législatives attendues depuis un an seront bientôt organisées.

Mohamed Touré, 51 ans, a repris les rênes du Parti démocratique de Guinée (PDG) fondé par son père Ahmed Sékou Touré, le premier président de la Guinée. Depuis son retour à Conakry il y a trois ans, après un exil en Côte d’Ivoire puis aux États-Unis, il tente de ressusciter un parti qu’on annonçait mort avec l’avènement du pouvoir militaire de Lansana Conté, en 1984.

Bien que membre de la mouvance présidentielle, Mohamed Touré, se montre souvent critique vis-à-vis du pouvoir. Et il prend une nouvelle fois ses distances en appelant le président Alpha Condé et son opposition, à renouer les fils du dialogue rompu et à mettre « temporairement les considérations partisanes à l’écart en privilégiant l’intérêt de la nation ».

De fait, l’espoir né de l’amorce d’un dialogue politique inclusif, à la fin de 2011 en Guinée, s’est vite estompé. À la mi-janvier, l’Alliance pour la démocratie et le progrès (ADP, de l’ex-premier ministre Lansana Kouyaté) ainsi que le Collectif des partis politiques pour la finalisation de la transition (conduite par les opposants Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré), ont suspendu leur participation au dialogue avec le pouvoir.

Mohamed Touré, secrétaire général du PDG demande au président Alpha Condé « d’aller aux élections et de ne pas chercher nécessairement une majorité quasiment absolue ». Mais l’opposition aussi en prend pour son grade. « Je dirais que l’attitude qui consiste à créer des alibis à chaque tournant du dialogue est politiquement improductive », martèle Touré.

Méfiance réciproque

Du côté du pouvoir aussi, on soupçonne l’opposition de vouloir créer des obstacles à chaque avancée du processus politique pour empêcher le président Condé de travailler sereinement. Les législatives qui auraient dues être organisées au début de l’année 2011 ont été fixées fin décembre 2011, avant d’être reportées sur demande d'une opposition plus que méfiante afine de donner une chance au dialogue.

Mais dans les couloirs de Sékoutouréyah (palais présidentiel), certaines personnalités de l’entourage présidentiel ne verraient pas d’un mauvais œil l’organisation de législatives en avril, quitte à ce que le pouvoir y aille sans l’opposition.

Boycott

« Notre parti n’est pas adepte de la politique de la chaise vide, confirme Mohamed Touré. Le PDG aura bel et bien une liste aux législatives », explique-t-il. Du côté de l’ADP, à en croire Sékou Konaté, président du Mouvement démocratique guinéen (Modemgui) et ex-secrétaire général du Parti de l’unité du peuple (PUP de Lansana Conté), la perspective du boycott des législatives n’est pour l’heure pas à l’ordre du jour. Quant aux opposants du Collectif, ils adoptent une position radicale. « Nous n’irons pas aux législatives dans ces conditions-là, prévient leur porte-parole Faya Millimouno. Et nous nous donnerons tous les moyens légaux pour que nos préoccupations soient prises en compte et que les conditions de la transparence électorale soient effectives ».

Se dirige-t-on vers un scénario à l’ivoirienne, où le pouvoir d’Alassane Ouattara a réussi sans véritables anicroches à organiser fin décembre les législatives, en dépit de l’appel au boycott du parti de Laurent Gbagbo ?

_________

Par André Silver Konan, envoyé spécial à Conakry

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Guinée

Hollande aux Guinéens : 'Nous avons le devoir de vous soutenir' dans la lutte contre Ebola

Hollande aux Guinéens : "Nous avons le devoir de vous soutenir" dans la lutte contre Ebola

À son arrivée à Conakry, François Hollande a affirmé, vendredi, la solidarité de la France avec la Guinée dans la lutte contre l'épidémie d'Ebola. Le présiden[...]

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Une vingtaine d'artistes ouest-africains de renom se sont réunis pour interpeller les chefs d'État francophones sur la catastrophe que représente Ebola. Ils publient leur lettre ouverte dans Jeune Afrique.[...]

Guinée : au coeur du "ground zero" de l'épidémie d'Ebola

C'est ici, quelque part entre Nzérékoré et Macenta, en pleine forêt, qu'Ebola est apparu il y a bientôt un an. Une région difficile d'accès, qui a payé un lourd tribut[...]

Ebola : François Hollande se rendra en Guinée la semaine prochaine

Le président français, François Hollande, a annoncé vendredi qu'il se rendrait en Guinée "la semaine prochaine", afin d'évoquer l'épidémie de virus Ebola qui[...]

Lutte conte Ebola : qui donne, combien et à qui ?

Depuis le mois de mars, le virus Ebola a déjà fait officiellement plus de 5 400 morts en Afrique de l'Ouest. Qui, à travers le monde, se mobilise financièrement pour stopper l'épidémie ?[...]

Ebola : vers la mise en place d'un cordon sanitaire pour contenir le virus ?

Après la confirmation des cas d'Ebola au Mali, pays voisin d'États touchés par l'épidémie, l'Union européenne et la Croix-Rouge internationale tentent de mettre en place un cordon[...]

Ebola : six souches, pas moins

Il existe actuellement six espèces différentes de virus Ebola, à la sévérité variable.[...]

CAN 2015 et Ebola : psychose et stigmatisation dans les stades

Les footballeurs originaires des pays touchés par l'épidémie sont durement stigmatisés lors des rencontres qualificatives pour la Coupe d'Afrique des nations. Témoignages.[...]

Ebola : la moitié des morts non comptabilisés ?

Jeudi, un expert de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que des milliers de victimes d'Ebola, enterrées sans être déclarées, n'étaient pas prises en compte[...]

Ebola : un arsenal thérapeutique balbutiant

S'il n'existe aucun traitement ni vaccin homologué contre le virus, la recherche scientifique progresse.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces