Extension Factory Builder
24/01/2012 à 15:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une étudiante quitte l'université des lettres de la Manouba, le 24 janvier 2012 à Tunis. Une étudiante quitte l'université des lettres de la Manouba, le 24 janvier 2012 à Tunis. © Fethi Belaid/AFP

La faculté de Lettres de la Manouba a été le théâtre d’incidents violents à l’occasion de la première journée des examens semestriels, mardi 24 janvier 2012. Des tensions provoquées une nouvelle fois par des salafistes qui remettent en cause l’interdiction du port du voile islamique intégral à l’université.

Sous la pression d'étudiants et de radicaux salafistes qui réclament l'autorisation du port du niqab dans les salles de cours en Tunisie, la faculté des Lettres de la Manouba, un établissement située à 25 km à l'ouest de Tunis, a une nouvelle fois été perturbée, mardi 24 janvier.

Des étudiants ont tenté de forcer les portes et d'escalader les grilles de l’établissement pourtant déclaré « centre d'examens fermé » à l'occasion du début des évaluations semestrielles. La présence d’une quinzaine de gardiens universitaires, appuyés par des professeurs portant un brassage rouge, n'a pas suffi à dissuader les salafistes.

À l‘occasion de cette session d’examen, des jeunes filles en niqab devaient signer un engagement selon lequel elles découvriraient leur visage une fois arrivées dans la salle d'examen, faute de quoi l'entrée leur était refusée. L'incident s'est produit à l'intérieur du campus (interdit à la presse) à la suite de l'expulsion d'une étudiante qui refusait d'ôter son niqab, ont rapporté des témoins.

"Profs molestés et insultés"

« Une cinquantaine de salafistes ont alors cassé la porte et brisé les vitres du département d'arabe, des profs ont été molestés et insultés », a témoigné Iqbal Laouini, une étudiante. « Le gouvernement Jebali nous laisse face à la terreur et à la violence, les enseignants sont les seuls à faire le sale boulot », s'est indignée de son côté une enseignante, Fadila Laouini.

Des dizaines de manifestants, en majorité non étudiants, selon la direction de la faculté, organisent depuis le 28 novembre un sit-in permanent dans l'enceinte des bâtiments et perturbent le déroulement des cours, ce qui avait entraîné la fermeture administrative de l'établissement. Début janvier, un accord avait été trouvé pour sa réouverture et l'organisation des examens, mais les manifestants sont restés sur place.

(Avec AFP)


 

Un étudiant enjambe l'entrée de l'Université de Manouba, à Tunis, le 24 janvier 2012

© Fethi Belaid/AFP

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
guy - 25/01/2012 à 08h:01

leur révolution n´aura donc servi qu´a cela?[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : un scrutin placé sous le signe de la morosité

Tunisie : un scrutin placé sous le signe de la morosité

Quelques jours avant les élections législatives, la Tunisie semble se préparer à troquer la transition contre une situation aléatoire.[...]

Législatives tunisiennes : lobby tout-terrain

Des stades aux mosquées en passant par les soirées privées, en Tunisie tous les moyens sont bons pour gagner des voix aux législatives.[...]

Hammamet : Afek Tounes, la voix des jeunes Tunisiens

Dans l'intérieur du pays, électeurs et formations politiques tunisiennes se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Législatives tunisiennes : l'abstention, le vrai outsider

Quels que soient les résultats des législatives tunisiennes du 26 octobre, vainqueurs et vaincus devront relativiser leurs performances. En cause : l'abstention qui risque à nouveau de battre des[...]

Tunisie - Sfax : "La ville est abandonnée"

Dans l'intérieur de la Tunisie, électeurs et formations politiques se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Tunisie : la montée de Slim Riahi inquiète les ténors

Grâce à ses moyens financiers très importants, Slim Riahi commence à agréger derrière lui un électorat urbain peu politisé. Peut-il faire de l'ombre aux favoris de la[...]

Législatives tunisiennes : "Le poids d'Ennahdha sera contrebalancé", selon Ghazi Gherairi

L'ancien porte-parole de la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, Ghazi Gherairi, analyse les enjeux des législatives du 26 octobre. Au sein de l'Assemblée, et aussi[...]

Législatives tunisiennes : aux urnes citoyens !

Le scrutin du 26 octobre approche à grands pas, mais les citoyens tunisiens ne se mobilisent guère. Les enjeux sont pourtant cruciaux : les députés défendront leur vision de[...]

CAN 2015 : le Sénégal concède le nul face à la Tunisie aux qualifications

Le Sénégal et la Tunisie se sont neutralisés 0-0 vendredi à Dakar et conservent la tête du Groupe G pour la 3e journée des éliminatoires de la CAN 2015, alors que le Maroc a[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers