Extension Factory Builder
24/01/2012 à 15:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une étudiante quitte l'université des lettres de la Manouba, le 24 janvier 2012 à Tunis. Une étudiante quitte l'université des lettres de la Manouba, le 24 janvier 2012 à Tunis. © Fethi Belaid/AFP

La faculté de Lettres de la Manouba a été le théâtre d’incidents violents à l’occasion de la première journée des examens semestriels, mardi 24 janvier 2012. Des tensions provoquées une nouvelle fois par des salafistes qui remettent en cause l’interdiction du port du voile islamique intégral à l’université.

Sous la pression d'étudiants et de radicaux salafistes qui réclament l'autorisation du port du niqab dans les salles de cours en Tunisie, la faculté des Lettres de la Manouba, un établissement située à 25 km à l'ouest de Tunis, a une nouvelle fois été perturbée, mardi 24 janvier.

Des étudiants ont tenté de forcer les portes et d'escalader les grilles de l’établissement pourtant déclaré « centre d'examens fermé » à l'occasion du début des évaluations semestrielles. La présence d’une quinzaine de gardiens universitaires, appuyés par des professeurs portant un brassage rouge, n'a pas suffi à dissuader les salafistes.

À l‘occasion de cette session d’examen, des jeunes filles en niqab devaient signer un engagement selon lequel elles découvriraient leur visage une fois arrivées dans la salle d'examen, faute de quoi l'entrée leur était refusée. L'incident s'est produit à l'intérieur du campus (interdit à la presse) à la suite de l'expulsion d'une étudiante qui refusait d'ôter son niqab, ont rapporté des témoins.

"Profs molestés et insultés"

« Une cinquantaine de salafistes ont alors cassé la porte et brisé les vitres du département d'arabe, des profs ont été molestés et insultés », a témoigné Iqbal Laouini, une étudiante. « Le gouvernement Jebali nous laisse face à la terreur et à la violence, les enseignants sont les seuls à faire le sale boulot », s'est indignée de son côté une enseignante, Fadila Laouini.

Des dizaines de manifestants, en majorité non étudiants, selon la direction de la faculté, organisent depuis le 28 novembre un sit-in permanent dans l'enceinte des bâtiments et perturbent le déroulement des cours, ce qui avait entraîné la fermeture administrative de l'établissement. Début janvier, un accord avait été trouvé pour sa réouverture et l'organisation des examens, mais les manifestants sont restés sur place.

(Avec AFP)


 

Un étudiant enjambe l'entrée de l'Université de Manouba, à Tunis, le 24 janvier 2012

© Fethi Belaid/AFP

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
guy - 25/01/2012 à 08h:01

leur révolution n´aura donc servi qu´a cela?[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie - Philippe Troussier : avec Sfax, 'nous voulons remporter la Ligue des champions'

Tunisie - Philippe Troussier : avec Sfax, "nous voulons remporter la Ligue des champions"

Dimanche à Kinshasa (RDC), Sfax se présentera avec l’étiquette de favori, lors de la demi-finale aller de la Ligue des champions face à l’AS Vita Club. Philippe Troussier, l’entra&ic[...]

La Tunisie face à la menace terroriste à l'approche des élections

Faisant état de "menaces terroristes sérieuses" à l'approche des élections législatives et présidentielle (26 octobre et 23 novembre), le Premier ministre Mehdi Jomaa[...]

Tunisie : jasmin fané...

J'ai failli manquer à mon devoir de vous emmener faire un petit tour du côté de Hammamet, comme chaque été. Puis-je me rattraper ? Voici donc la ville symbole du tourisme tunisien et[...]

Religion : le pape François reçoit le président tunisien Marzouki

Le pape François a reçu jeudi dans la matinée en audience privée au Vatican le président tunisien, Moncef Marzouki. Les deux hommes se sont engagés en faveur du dialogue interreligieux,[...]

En Tunisie, Syphax vote Blanc

La compagnie aérienne Syphax Airlines a choisi comme nouveau patron Christian Blanc, ancien PDG d'Air France de 1993 à 1997.[...]

Tunisie : Kamel Morjane, la force tranquille

Respecté, compétent, homme de consensus s'il en est, l'ex-ministre des Affaires étrangères de Ben Ali, Kamel Morjane, hésite pourtant à briguer la magistrature suprême.[...]

Diplomatie : l'axe Tunis-Riyad passe par Paris

Alors que les Saoudiens s'intéressent à de grands projets en Tunisie, un axe diplomatico-économique semble se dessiner de plus en plus nettement entre Rabat, Tunis, Riyad et Paris.[...]

Le jeune homme retrouvé mort démembré en septembre à Paris était tunisien

Plusieurs sources concordantes ont affirmé, mardi, que le corps démembré retrouvé début septembre dans des sacs poubelles déposés en pleine rue à Villepinte, en[...]

Tunisie : "entreprise d'avenir" cherche partenaires

Co-organisée avec la France, la conférence « Investir en Tunisie : start up democracy » a rassemblé le 8 septembre Etats, institutions internationales et investisseurs. 22 projets  pour une[...]

"Investir en Tunisie" : grand oral pour le gouvernement de Mehdi Jomâa

Devant les acteurs majeurs du monde de l'économie, le gouvernement tunisien a entamé lundi, à Tunis, son grand oral du colloque "Investir en Tunisie, une start-up démocratie".[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex