Extension Factory Builder
17/01/2012 à 12:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed Ghannouchi, annonçant sa démission le 27 février 2011 à Tunis. Mohamed Ghannouchi, annonçant sa démission le 27 février 2011 à Tunis. © AFP

Mohamed Ghannouchi, l’ancien Premier ministre du dictateur tunisien déchu Zine el Abidine Ben Ali a témoigné lundi 16 janvier devant la justice, lors d’un procès contre l’ancien président. Ce dernier est accusé d’"homicides volontaires" et "blessures" dans la répression des manifestations des villes de Thala et Kasserine.

Dans l'affaire dite des « martyrs de Thala et Kasserine », Mohamed Ghannouchi, l’ancien Premier ministre du président tunisien déchu Zine el Abidine Ben Ali, a confirmé lundi 16 janvier les propos qu’il avait tenus plus tôt à la télévision tunisienne. L’ancien dictateur jugé pour « homicides volontaires » et « blessures », aurait déclaré que « le nombre de morts importe peu, qu'ils soient mille Tunisiens tués ou plus », lors d’une conversation téléphonique avec son Premier ministre le jour de sa fuite en Arabie Saoudite, le 14 janvier. « C'était la réponse de Ben Ali à ma demande de faire cesser les tirs à balles réelles le 9 janvier », a témoigné Mohamed Ghannouchi devant le tribunal militaire du Kef (à 170 km nord-ouest de Tunis), où la tension était vive lundi au tribunal parmi les proches de victimes.

Dans ces deux villes du centre-ouest, quelques 22 manifestants ont été tués et des centaines d’autres blessées lors du soulèvement populaire qui provoqua la fuite de Ben Ali en Arabie saoudite le 14 janvier 2011. L'ancien président avait justifié l’usage des armes, selon Mohamed Ghannouchi,  comme une « légitime défense » contre les attaques de postes de police. Le témoin a ajouté qu'en tant que Premier ministre, il n'avait pas en charge le dossier sécuritaire qui était du ressort du ministère de l'Intérieur et de la présidence de la République.

Les accusés nient

Ben Ali sera jugé par contumace, contrairement à ses 23 co-accusés dont deux anciens ministres de l'Intérieur, Rafik Belhaj Kacem et Ahmed Friaâ, ainsi que des hauts cadres de la sécurité poursuivis pour meurtres, une accusation passible de la peine de mort, selon des avocats. Rafik Belhaj Kacem a confirmé une partie du témoignage de Mohamed Ghannouchi, précisant que Ben Ali privilégiait « les solutions sécuritaires répressives pour le traitement des crises au détriment des autres solutions ».

Les accusés ont tous nié avoir donné l'ordre d'ouvrir le feu sur les manifestants. La responsabilité incomberait à la « cellule sécuritaire de suivi » et à « la salle d'opération » du ministère de l'Intérieur, ont-ils déclaré, sans mentionner de noms.

Des mandats d'amener ont été émis à l'encontre de trois hauts officiers de police : Moncef Laajimi, directeur général des forces d'intervention dont la récente mise à l'écart avait provoqué une manifestation à l'appel de l'Union des syndicats de policiers, Moncef Krifa, un directeur de la sécurité présidentielle et Khaled Ben Said, directeur au département de la lutte antiterroriste. « Si l’ancien Premier ministre de Ben Ali a répondu présent, lundi, au tribunal militaire du Kef, pour répondre aux questions du juge, d’autres responsables n’ont pas répondu à l’appel et ont préféré envoyer des certificats médicaux que d’affronter les témoignages des habitants », note le site tunisien Kapitalis. En attendant, le tribunal a renvoyé les audiences au 13 février.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Attentat du Bardo : un second suspect marocain arrêté en Tunisie

Selon l'AFP, un Marocain suspecté de complicité dans l'attentat du Bardo a été arrêté jeudi en Tunisie. Un autre ressortissant du royaume avait été interpellé en Italie[...]

Tunisie : fusillade dans la caserne de Bouchoucha à Tunis, sept militaires tués

Un soldat tunisien a ouvert le feu lundi matin sur d'autres soldats, dans la caserne de Bouchoucha, à Tunis. Au moins sept militaires ont été tués et d'autres blessés, selon le ministère[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Tunisie : contre la contrebande, l'électronique !

Habib Essid, le Premier ministre tunisien, et Slim Chaker, son ministre des Finances, ont donné carte blanche à Adel Ben Hassine, le directeur général des douanes fraîchement nommé,[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi reçu par Barack Obama à la Maison blanche

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi sera reçu jeudi à Washington par son homologue américain Barack Obama. Cette deuxième rencontre entre les deux hommes à la Maison[...]

Comment Samir Tarhouni, l'ancien chef de la BAT, a empêché les Trabelsi de quitter la Tunisie en 2011

Samir Tarhouni, l'ancien patron de la brigade antiterrorisme (BAT) a été l'un des principaux protagonistes du départ de Ben Ali. Retour sur un épisode clé de l'histoire tunisienne[...]

Tunisie : voyage au coeur de la BAT, la brigade antiterrorisme

Devenue un symbole national depuis l'arrestation des Trabelsi, en 2011, la brigade antiterrorisme nous ouvre pour la première fois ses portes.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers