Extension Factory Builder
17/01/2012 à 12:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed Ghannouchi, annonçant sa démission le 27 février 2011 à Tunis. Mohamed Ghannouchi, annonçant sa démission le 27 février 2011 à Tunis. © AFP

Mohamed Ghannouchi, l’ancien Premier ministre du dictateur tunisien déchu Zine el Abidine Ben Ali a témoigné lundi 16 janvier devant la justice, lors d’un procès contre l’ancien président. Ce dernier est accusé d’"homicides volontaires" et "blessures" dans la répression des manifestations des villes de Thala et Kasserine.

Dans l'affaire dite des « martyrs de Thala et Kasserine », Mohamed Ghannouchi, l’ancien Premier ministre du président tunisien déchu Zine el Abidine Ben Ali, a confirmé lundi 16 janvier les propos qu’il avait tenus plus tôt à la télévision tunisienne. L’ancien dictateur jugé pour « homicides volontaires » et « blessures », aurait déclaré que « le nombre de morts importe peu, qu'ils soient mille Tunisiens tués ou plus », lors d’une conversation téléphonique avec son Premier ministre le jour de sa fuite en Arabie Saoudite, le 14 janvier. « C'était la réponse de Ben Ali à ma demande de faire cesser les tirs à balles réelles le 9 janvier », a témoigné Mohamed Ghannouchi devant le tribunal militaire du Kef (à 170 km nord-ouest de Tunis), où la tension était vive lundi au tribunal parmi les proches de victimes.

Dans ces deux villes du centre-ouest, quelques 22 manifestants ont été tués et des centaines d’autres blessées lors du soulèvement populaire qui provoqua la fuite de Ben Ali en Arabie saoudite le 14 janvier 2011. L'ancien président avait justifié l’usage des armes, selon Mohamed Ghannouchi,  comme une « légitime défense » contre les attaques de postes de police. Le témoin a ajouté qu'en tant que Premier ministre, il n'avait pas en charge le dossier sécuritaire qui était du ressort du ministère de l'Intérieur et de la présidence de la République.

Les accusés nient

Ben Ali sera jugé par contumace, contrairement à ses 23 co-accusés dont deux anciens ministres de l'Intérieur, Rafik Belhaj Kacem et Ahmed Friaâ, ainsi que des hauts cadres de la sécurité poursuivis pour meurtres, une accusation passible de la peine de mort, selon des avocats. Rafik Belhaj Kacem a confirmé une partie du témoignage de Mohamed Ghannouchi, précisant que Ben Ali privilégiait « les solutions sécuritaires répressives pour le traitement des crises au détriment des autres solutions ».

Les accusés ont tous nié avoir donné l'ordre d'ouvrir le feu sur les manifestants. La responsabilité incomberait à la « cellule sécuritaire de suivi » et à « la salle d'opération » du ministère de l'Intérieur, ont-ils déclaré, sans mentionner de noms.

Des mandats d'amener ont été émis à l'encontre de trois hauts officiers de police : Moncef Laajimi, directeur général des forces d'intervention dont la récente mise à l'écart avait provoqué une manifestation à l'appel de l'Union des syndicats de policiers, Moncef Krifa, un directeur de la sécurité présidentielle et Khaled Ben Said, directeur au département de la lutte antiterroriste. « Si l’ancien Premier ministre de Ben Ali a répondu présent, lundi, au tribunal militaire du Kef, pour répondre aux questions du juge, d’autres responsables n’ont pas répondu à l’appel et ont préféré envoyer des certificats médicaux que d’affronter les témoignages des habitants », note le site tunisien Kapitalis. En attendant, le tribunal a renvoyé les audiences au 13 février.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : chamboule-tout diplomatique

Les missions diplomatiques tunisiennes à Washington, Paris, Berne, Rome, Le Caire, Mascate, Koweït et Oslo (entre autres) auront prochainement de nouveaux chefs.[...]

Pourquoi la Tunisie est une et indivisible

Aïssa Baccouche est sociologue et urbaniste.[...]

Tunisie : Loukil autorisé à coter sa branche automobile

La Bourse de Tunis a donné son accord de principe pour la cotation de UADH (Universal automobile distributors holding), la branche automobile du groupe tunisien Loukil. L'opération, prévue pour la seconde[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Tunisie : l'Algérien Belmokhtar derrière l'attentat du Bardo ?

Le terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar serait impliqué dans l'attentat du musée du Bardo, le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : en attendant les hélicoptères Black Hawk

Plusieurs hélicoptères vont être mis à disposition de l'armée tunisienne par les Émirats arabes unis, en attendant la livraison de douze appareils Black Hawk commandés aux[...]

Tunisie : l'école, premier rempart contre l'obscurantisme

Pourquoi tant de jeunes éduqués, comme l'un des tueurs du Musée du Bardo, partent combattre en Syrie ? Une partie de la réponse se trouve peut-être dans la faillite du système[...]

Racisme en Tunisie : Saadia Mosbah, l'indignée

De retour d'une tournée dans le Sud, l'égérie tunisienne de la lutte contre le racisme appelle à un débat national, mais peine à se faire entendre.[...]

Tunisie : le festival "Jazz à Carthage", la culture à cor et à cri

Initialement prévue pour le 8 avril, le festival de musique tunisien "Jazz à Carthage" débutera finalement le 10 avril. En cause, l’annulation de plusieurs artistes américains, qui[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120117105747 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20120117105747 from 172.16.0.100