Extension Factory Builder
23/12/2011 à 13:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'armée congolaise est déployée dans les rues de Kinshasa. L'armée congolaise est déployée dans les rues de Kinshasa. © AFP

Malgré l’interdiction de tout rassemblement en faveur d’Étienne Tshisekedi décrétée par les autorités congolaises ce vendredi 23 décembre, quelques centaines de contestataires se sont rassemblés aux abords du QG général de l’opposant et du grand stade des Martyrs de Kinshasa. La police les a dispersés avec du gaz lacrymogène et des coups de feu ont été entendus. Étienne Tshisekedi a prêté serment dans sa maison de Limete.

Ils sont « quelques centaines » de Congolais à braver l’interdiction de manifester en faveur du président autoproclamé Étienne Tshisekedi, selon la BBC. Des contestataires qui se sont regroupés dans le quartier de Limete, bastion de « Tshi-Tshi », ainsi que près du stade des Martyrs de Kinshasa, où le leader de l’UDPS, qui rejette la réélection du président Joseph Kabila investi mardi 20 décembre, a prêté serment chez lui vendredi 23 décembre devant des dizaines de partisans et des responsables de l'opposition. Prévue initialement au stade des Martyrs de Kinshasa, enceinte de 80 000 places, la prestation de serment d'Étienne Tshisekedi n'a pu s'y dérouler, l'armée y bloquant les accès.

Les forces de l’ordre congolaises, déployées partout dans la ville, ont dispersé ces manifestants avec du gaz lacrymogène et des canons à eau. Selon plusieurs témoins, de nombreuses interpellations ont également eu lieu.

Des blindés autour du stade des Martyrs

Devant la maison d’Étienne Tshisekedi, ses supporters dénoncent les agissements de la police. « Tout le peuple congolais a voté pour lui. Pourquoi ils veulent tuer le peuple congolais ? Qu'on laisse notre président sortir pour qu'on aille avec lui au stade », a déclaré l’un d’entre eux.

Si la capitale n’est pour le moment le théâtre de violences, la tension est maximale. Des blindés de la Garde républicaine et un important dispositif policier sont déployés aux abords du stade des Martyrs, le plus grand de Kinshasa avec 80 000 places.

« Regardez, ils ont déployé des chars de combat. Pour faire quoi ? Qu'ils les envoient dans l'est (du pays) où il y a la guerre. Ils doivent nous laisser protester pacifiquement. Si ça continue on va aussi appliquer la force », clame un opposant.

Une journée décisive s’avance d’ores et déjà pour le président Joseph Kabila, dont l’élection est entachée de fraudes massives. Les prochaines heures seront sous haute tension à Kinshasa. 

(Avec agences)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : les premiers combattants FDLR désarmés sont arrivés à Kisangani

RDC : les premiers combattants FDLR désarmés sont arrivés à Kisangani

Après plusieurs mois de tergiversations, les premiers combattants FDLR ayant déposé les armes sont arrivés jeudi à Kisangani. Au total,  217 personnes, ex-combattants, leurs femmes et enfant[...]

RDC : que faisaient des tenues de l'armée dans un fourgon de la Monusco à Goma ?

Des tenues de l'armée congolaise ont été retrouvées mercredi dans un fourgon de la Monusco à l'aéroport de Goma, selon plusieurs témoins sur place. Une affaire bien embarrassante[...]

RDC : le discours de Denis Mukwege, prix Sakharov 2014, devant le Parlement européen

On le connaît comme le "juste qui répare les femmes". Mercredi, le docteur Denis Mukwege a reçu le prix Sakharov du Parlement européen, qu'il a dédié au "peuple[...]

RDC - Massacres à Beni : des députés réclament l'ouverture d'une enquête parlementaire

Dans un rapport, douze députés congolais, de retour de cinq jours de mission à Beni, territoire endeuillé par une série de massacres depuis début octobre, fustigent les défaillances[...]

RDC : un nouveau massacre porte à 200 le nombre de civils tués près de Beni

Un nouveau massacre près de Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a fait une centaine de morts, selon des députés de la région. L'identité des responsables[...]

RDC : reddition du chef rebelle Cobra Matata

Le chef rebelle congolais Cobra Matata s'est rendu vendredi soir aux autorités congolaises à Bunia, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, où il a semé la[...]

RDC : bêcheurs en eaux troubles

De jour comme de nuit, cela ne peut passer inaperçu. Qu'est-ce donc ? Des lettres en gros caractères gravées sur un immeuble : "Bandal, c'est Paris." Bandal - ou plutôt Bandalungwa,[...]

Après la chute de Compaoré, Kabila peut-il faire réviser la Constitution de RDC ?

On le sait : la chute de Blaise Compaoré a été énormément suivie et commentée dans les pays africains. En RDC notamment, où l'hypothèse d'une révision[...]

Pierre Kwenders, son excellence l'ambassadeur plénipotentiaire du Bantouland

Avec un premier album métissant hip-hop, jazz et rumba, le chanteur Pierre Kwenders ose un mélange des genres détonnant.[...]

CAN 2015 : Nigeria out, Côte d'Ivoire, RDC et Guinée in

Le Nigeria, tenant du titre, a été éliminé lors de la dernière journée des qualifications à la CAN 2015, le 19 novembre, au profit du Congo de Claude Le Roy. La RDC a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces