Extension Factory Builder
22/12/2011 à 19:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des détenus pro-Gbagbo pourraient désormais être poursuivis par la CPI pour les crimes de sang. Des détenus pro-Gbagbo pourraient désormais être poursuivis par la CPI pour les crimes de sang. © AFP

Elle était attendue, elle n’est pas arrivée. La liberté provisoire que la justice ivoirienne avait laissé entrevoir à plusieurs détenus pro-Gbagbo, n’a finalement pas été accordée. Aucune explication officielle n’a été donnée pour le moment.

« C’est une décision inique à notre sens ». Me Hervé Gouaméné, l’un des neuf avocats ivoiriens du collectif de la défense des détenus pro-Gbgabo, ne décolère pas. Il misait sur la libération, le mercredi 21 décembre, de ses clients, du moins de certains, à l’issue de l’audience à huis clos de la chambre d’accusation de la cour d’appel du Plateau (commune d’Abidjan). Les avocats de la défense avaient introduit des requêtes en annulation (tant dans la forme que dans le fond) de toutes les procédures des juges d'instruction du sixième cabinet chargés d’enquêter sur les crimes présumés des prisonniers pro-Gbagbo, arrêtés pour la plupart le 11 avril dans le bunker de l'ancien chef d'État ivoirien ou à l'hôtel Pergola d'Abidjan. Si les juges de la chambre d’accusation avaient annulé certaines procédures, les prisonniers visés par celles-ci auraient immédiatement bénéficié de la liberté provisoire.

Nouvelles inculpations ?

La fin de non-recevoir de la chambre d’accusation a surpris les avocats, d’autant plus, explique Me Gouaméné, que « les mêmes requêtes qui ont été déclarées recevables le 9 novembre et qui ont abouti à la mise en liberté provisoire de certains de nos clients, ont été déclarées irrecevables (le mercredi 21 décembre). Nous pensons que c’est une décision qui n’est pas fondée en droit ».

Selon une source proche du dossier, la justice ivoirienne conditionne de nouvelles mises en liberté de pro-Gbagbo, par d’autres inculpations de la Cour pénale internationale (CPI), après celle de Laurent Gbagbo le 29 novembre dernier. Le procureur sortant de la CPI, Luis Moreno Ocampo avait prévenu qu’il inculperait trois à six personnes, dans les enquêtes qu’il conduit pour faire la lumière sur les crimes présumés commis pendant la période postélectorale (décembre 2010 à avril 2011) en Côte d’Ivoire. Jusque-là, les enquêtes de Simplice Kouadio Koffi, procureur du Plateau, n’ont abouti qu’à des inculpations en rapport avec des crimes économiques présumés ou d’atteinte à l’économie nationale présumée. Selon nos sources, la justice ivoirienne pourrait inculper de crimes de sang, d’assassinat et de disparitions forcées, plusieurs personnes parmi la vingtaine de civils pro-Gbagbo, à la suite de l’émission de nouveaux mandats d’arrêts de la CPI. Après quoi, pourrait intervenir une deuxième vague de libération de ceux contre qui ne pèseraient pas de graves présomptions.

"Menus fretins"

Le 9 novembre dernier, un groupe de détenus pro-Gbagbo, dont d’anciens ministres, qualifiés de « menus fretins » par la presse ivoirienne, avait été libérés, après plusieurs mois de détention dans des prisons du nord du pays. Les nouvelles requêtes introduites par les avocats, concernaient une vingtaine de personnalités pro-Gbagbo dont son épouse Simone Gbagbo, son fils Michel Gbagbo, son dernier Premier ministre, Gilbert Aké N’Gbo, ainsi que le président de son parti, le Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N’Guessan et la très remuante présidente des femmes patriotes, Geneviève Bro-Grebé.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Ebola : inquiète des conséquences économiques, la BAD va mobiliser 150 millions de dollars

Ebola : inquiète des conséquences économiques, la BAD va mobiliser 150 millions de dollars

Après avoir octroyé 60 millions de dollars à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), pour lutter contre l’épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, la Banque africaine de dév[...]

Côte d'Ivoire : la commune du Plateau se fait noter

La commune du Plateau est devenue la deuxième collectivité locale d’Afrique occidentale francophone, après la ville de Dakar, à se faire noter par Bloomfield Investments.[...]

Côte d'Ivoire : Guillaume Koffi et Issa Diabaté, l'architecture et l'art de la passivité

Les architectes ivoiriens Guillaume Koffi et Issa Diabaté s'inspirent de l'architecture traditionnelle africaine pour concevoir des bâtiments de plus en plus passifs. Mais résolument modernes.[...]

CAN 2015 : Ouattara ne veut pas de match Côte d'Ivoire-Sierra Leone à Abidjan

Le président ivoirien Alassane Ouattara a exprimé à un ministre son refus de voir le match Côte d'Ivoire-Sierra Leone se tenir à Abidjan, le 6 septembre. Mais pour l'instant, aucune solution de[...]

Présidentielle ivoirienne 2015 : les lièvres et la tortue

Alors que l'élection présidentielle ivoirienne aura lieu en octobre 2015, seul Alassane Ouattara a pour l'instant déclaré sa candidature. Les autres leaders politiques continuent de chercher celui qui[...]

Stanislas Zézé : "La notation de la Côte d'Ivoire a rassuré les entreprises locales"

Stanislas Zézé, PDG de Bloomfield Investment, et Jean-Paul Tonga, directeur des opérations de l'agence de notation basée à Abidjan, reviennent pour "Jeune Afrique" sur l'impact du[...]

Côte d'Ivoire : "Stop Ebola", un clip pour lutter contre le virus

Spots publicitaires, communiqués, messages radiophoniques, les campagnes de sensibilisation contre le virus Ebola battent leur plein sur le continent. En Côte d'Ivoire, un blogueur a décidé de[...]

Bientôt, les palmiers ivoiriens produiront de l'électricité

 À Aboisso, en Côte d'Ivoire, une minirévolution qui s'annonce : la construction d'une centrale d'énergie alimentée par de la biomasse, la première en Afrique à être[...]

Côte d'Ivoire : le FPI en a-t-il vraiment fini avec sa crise interne ?

La crise qui secoue le Front populaire ivoirien (FPI) a officiellement pris fin mardi. Mais les divergences de fond sur la ligne adoptée par la formation de l'ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, n'ont pas[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex