Extension Factory Builder
20/12/2011 à 09:58
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le chef du gouvernement Hamadi Jebali, le 6 décembre 2011 à Tunis. Le chef du gouvernement Hamadi Jebali, le 6 décembre 2011 à Tunis. © Fethi Belaid/AFP

L'annonce de la composition du nouveau gouvernement tunisien, qui devait avoir lieu lundi 19 décembre, sera finalement reportée, à cause d'un retard d'Ettakatol (parti membre de la coalition), a indiqué le Premier ministre Hamadi Jebali.  

Le nouveau gouvernement tunisien devait être annoncé lundi 19 décembre par le Premier ministre Hamadi Jebali. Mais les Tunisiens devront attendre encore pour en connaître la composition. La raison évoquée par le chef du gouvernement ? L’un des partis de la coalition aurait du « retard ». « Je suis dans l'embarras à cause de ce report, un de nos partenaires dans le gouvernement, Ettakatol, n'a pas encore préparé la liste de ses membres dans ce gouvernement », s’est expliqué Hamadi Jebali, dans une brève allocution à la télévision nationale.

Le représentant d’Ennahdha n’a pas indiqué de nouvelle échéance pour l’annonce de son gouvernement, mais a précisé que la liste d’Ettakatol devra être soumise à l'Assemblée constituante mercredi ou jeudi.

Le parti islamiste, grand vainqueur des élections avec 89 sièges, devrait obtenir la majeure partie des postes clés de l’exécutif, notamment l'Intérieur, la Justice et les Affaires étrangères. Le gouvernement comportera en tout 48 membres dont 26 ministres, 6 ministres délégués auprès du chef du gouvernement et 16 secrétaires d'État, avait indiqué Hamadi Jebali et sera présenté au chef de l'État Moncef Marzouki, un an après la révolution anti-Ben Ali.

Tractations serrées

Parmi les noms qui circulent, Ali Larayedh, ancien prisonnier politique et membre du bureau exécutif d'Ennahdha pourrait obtenir l'Intérieur, Nourredine Bhiri, actuel porte-parole du parti, la Justice, et Rafik Ben Abdessalem, gendre du dirigeant d'Ennahdha Rached Ghannouchi, les Affaires étrangères.

La formation du gouvernement a fait l'objet de tractations serrées depuis des semaines entre les trois partis majoritaires à l'Assemblée constituante élue en octobre: Ennahdha et ses partenaires de gauche, le Congrès pour la République (CPR) et Ettakatol.

Le CPR, deuxième formation politique avec 29 élus dirigée par Moncef Marzouki jusqu’à son élection à la présidence de la république la semaine dernière, devrait, lui, obtenir les ministères des Domaines de l’État (Agriculture), de la Femme, de l'Éducation ainsi que les postes de secrétaire d’État aux Affaires étrangères et de ministre d’État auprès du Premier ministre chargé de la Réforme administrative.

Les avocats et militants de droits de l'homme Samir Ben Amor et Mohamed Abbou figurent dans la liste proposée par le CPR, selon ce parti. Ettakatol, dont le chef Mustapha Ben Jaafar a été élu président de l'Assemblée constituante, a pour sa part revendiqué huit portefeuilles.

(Avec AFP)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : jour J-6 avant avant un scrutin placé sous le signe de la morosité

Tunisie : jour J-6 avant avant un scrutin placé sous le signe de la morosité

À six jours des élections législatives, la Tunisie semble se préparer à troquer la transition contre une situation aléatoire.[...]

Législatives tunisiennes : lobby tout-terrain

Des stades aux mosquées en passant par les soirées privées, en Tunisie tous les moyens sont bons pour gagner des voix aux législatives.[...]

Hammamet : Afek Tounes, la voix des jeunes Tunisiens

Dans l'intérieur du pays, électeurs et formations politiques tunisiennes se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Législatives tunisiennes : l'abstention, le vrai outsider

Quels que soient les résultats des législatives tunisiennes du 26 octobre, vainqueurs et vaincus devront relativiser leurs performances. En cause : l'abstention qui risque à nouveau de battre des[...]

Tunisie - Sfax : "La ville est abandonnée"

Dans l'intérieur de la Tunisie, électeurs et formations politiques se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Tunisie : la montée de Slim Riahi inquiète les ténors

Grâce à ses moyens financiers très importants, Slim Riahi commence à agréger derrière lui un électorat urbain peu politisé. Peut-il faire de l'ombre aux favoris de la[...]

Législatives tunisiennes : "Le poids d'Ennahdha sera contrebalancé", selon Ghazi Gherairi

L'ancien porte-parole de la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, Ghazi Gherairi, analyse les enjeux des législatives du 26 octobre. Au sein de l'Assemblée, et aussi[...]

Législatives tunisiennes : aux urnes citoyens !

Le scrutin du 26 octobre approche à grands pas, mais les citoyens tunisiens ne se mobilisent guère. Les enjeux sont pourtant cruciaux : les députés défendront leur vision de[...]

CAN 2015 : le Sénégal concède le nul face à la Tunisie aux qualifications

Le Sénégal et la Tunisie se sont neutralisés 0-0 vendredi à Dakar et conservent la tête du Groupe G pour la 3e journée des éliminatoires de la CAN 2015, alors que le Maroc a[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers