Extension Factory Builder
20/12/2011 à 09:58
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le chef du gouvernement Hamadi Jebali, le 6 décembre 2011 à Tunis. Le chef du gouvernement Hamadi Jebali, le 6 décembre 2011 à Tunis. © Fethi Belaid/AFP

L'annonce de la composition du nouveau gouvernement tunisien, qui devait avoir lieu lundi 19 décembre, sera finalement reportée, à cause d'un retard d'Ettakatol (parti membre de la coalition), a indiqué le Premier ministre Hamadi Jebali.  

Le nouveau gouvernement tunisien devait être annoncé lundi 19 décembre par le Premier ministre Hamadi Jebali. Mais les Tunisiens devront attendre encore pour en connaître la composition. La raison évoquée par le chef du gouvernement ? L’un des partis de la coalition aurait du « retard ». « Je suis dans l'embarras à cause de ce report, un de nos partenaires dans le gouvernement, Ettakatol, n'a pas encore préparé la liste de ses membres dans ce gouvernement », s’est expliqué Hamadi Jebali, dans une brève allocution à la télévision nationale.

Le représentant d’Ennahdha n’a pas indiqué de nouvelle échéance pour l’annonce de son gouvernement, mais a précisé que la liste d’Ettakatol devra être soumise à l'Assemblée constituante mercredi ou jeudi.

Le parti islamiste, grand vainqueur des élections avec 89 sièges, devrait obtenir la majeure partie des postes clés de l’exécutif, notamment l'Intérieur, la Justice et les Affaires étrangères. Le gouvernement comportera en tout 48 membres dont 26 ministres, 6 ministres délégués auprès du chef du gouvernement et 16 secrétaires d'État, avait indiqué Hamadi Jebali et sera présenté au chef de l'État Moncef Marzouki, un an après la révolution anti-Ben Ali.

Tractations serrées

Parmi les noms qui circulent, Ali Larayedh, ancien prisonnier politique et membre du bureau exécutif d'Ennahdha pourrait obtenir l'Intérieur, Nourredine Bhiri, actuel porte-parole du parti, la Justice, et Rafik Ben Abdessalem, gendre du dirigeant d'Ennahdha Rached Ghannouchi, les Affaires étrangères.

La formation du gouvernement a fait l'objet de tractations serrées depuis des semaines entre les trois partis majoritaires à l'Assemblée constituante élue en octobre: Ennahdha et ses partenaires de gauche, le Congrès pour la République (CPR) et Ettakatol.

Le CPR, deuxième formation politique avec 29 élus dirigée par Moncef Marzouki jusqu’à son élection à la présidence de la république la semaine dernière, devrait, lui, obtenir les ministères des Domaines de l’État (Agriculture), de la Femme, de l'Éducation ainsi que les postes de secrétaire d’État aux Affaires étrangères et de ministre d’État auprès du Premier ministre chargé de la Réforme administrative.

Les avocats et militants de droits de l'homme Samir Ben Amor et Mohamed Abbou figurent dans la liste proposée par le CPR, selon ce parti. Ettakatol, dont le chef Mustapha Ben Jaafar a été élu président de l'Assemblée constituante, a pour sa part revendiqué huit portefeuilles.

(Avec AFP)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Tunisie : Essebsi revendique la victoire à la présidentielle, Marzouki conteste

Béji Caïd Essebsi a revendiqué dimanche soir la "victoire" à l'élection présidentielle tunisienne. Son annonce a été immédiatement contestée par le [...]

Les Tunisiens votent pour élire un président et tourner la page de la transition

En se choisissant un nouveau chef d’État dimanche, la Tunisie tournait, avec émotion ou indifférence, la page d’une transition postrévolutionnaire qui aura duré quatre ans. Un[...]

Présidentielle historique en Tunisie, un mort dans une attaque

Les Tunisiens votaient dimanche pour élire leur président après une transition chaotique de quatre ans dans ce pays où les tensions restent vives, un homme armé ayant été[...]

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Le 21 décembre, les Tunisiens décideront qui de Moncef Marzouki ou Béji Caïd Essebsi sera le premier président postrévolution légitimé par les urnes. Jusqu’au bout, les[...]

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki[...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers