Extension Factory Builder
20/12/2011 à 09:58
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le chef du gouvernement Hamadi Jebali, le 6 décembre 2011 à Tunis. Le chef du gouvernement Hamadi Jebali, le 6 décembre 2011 à Tunis. © Fethi Belaid/AFP

L'annonce de la composition du nouveau gouvernement tunisien, qui devait avoir lieu lundi 19 décembre, sera finalement reportée, à cause d'un retard d'Ettakatol (parti membre de la coalition), a indiqué le Premier ministre Hamadi Jebali.  

Le nouveau gouvernement tunisien devait être annoncé lundi 19 décembre par le Premier ministre Hamadi Jebali. Mais les Tunisiens devront attendre encore pour en connaître la composition. La raison évoquée par le chef du gouvernement ? L’un des partis de la coalition aurait du « retard ». « Je suis dans l'embarras à cause de ce report, un de nos partenaires dans le gouvernement, Ettakatol, n'a pas encore préparé la liste de ses membres dans ce gouvernement », s’est expliqué Hamadi Jebali, dans une brève allocution à la télévision nationale.

Le représentant d’Ennahdha n’a pas indiqué de nouvelle échéance pour l’annonce de son gouvernement, mais a précisé que la liste d’Ettakatol devra être soumise à l'Assemblée constituante mercredi ou jeudi.

Le parti islamiste, grand vainqueur des élections avec 89 sièges, devrait obtenir la majeure partie des postes clés de l’exécutif, notamment l'Intérieur, la Justice et les Affaires étrangères. Le gouvernement comportera en tout 48 membres dont 26 ministres, 6 ministres délégués auprès du chef du gouvernement et 16 secrétaires d'État, avait indiqué Hamadi Jebali et sera présenté au chef de l'État Moncef Marzouki, un an après la révolution anti-Ben Ali.

Tractations serrées

Parmi les noms qui circulent, Ali Larayedh, ancien prisonnier politique et membre du bureau exécutif d'Ennahdha pourrait obtenir l'Intérieur, Nourredine Bhiri, actuel porte-parole du parti, la Justice, et Rafik Ben Abdessalem, gendre du dirigeant d'Ennahdha Rached Ghannouchi, les Affaires étrangères.

La formation du gouvernement a fait l'objet de tractations serrées depuis des semaines entre les trois partis majoritaires à l'Assemblée constituante élue en octobre: Ennahdha et ses partenaires de gauche, le Congrès pour la République (CPR) et Ettakatol.

Le CPR, deuxième formation politique avec 29 élus dirigée par Moncef Marzouki jusqu’à son élection à la présidence de la république la semaine dernière, devrait, lui, obtenir les ministères des Domaines de l’État (Agriculture), de la Femme, de l'Éducation ainsi que les postes de secrétaire d’État aux Affaires étrangères et de ministre d’État auprès du Premier ministre chargé de la Réforme administrative.

Les avocats et militants de droits de l'homme Samir Ben Amor et Mohamed Abbou figurent dans la liste proposée par le CPR, selon ce parti. Ettakatol, dont le chef Mustapha Ben Jaafar a été élu président de l'Assemblée constituante, a pour sa part revendiqué huit portefeuilles.

(Avec AFP)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Afflux de milliers de migrants libyens à la frontière tunisienne

Afflux de milliers de migrants libyens à la frontière tunisienne

Fuyant les combats entre milices à Tripoli ou à Benghazi, plusieurs milliers de Libyens tentent de passer la frontière tunisienne, ce qui pose des problèmes sanitaires et sécuritaires.[...]

Du Maroc à l'Égypte, opération barricades contre le terrorisme

Face à la menace de multiples groupes armés, les pays d'Afrique du Nord se retranchent derrière leurs frontières. Mais la nécessité de passer à l'offensive se fait de plus[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? "Jeune Afrique" a [...]

Tunisie : Ali Laarayedh... consensuel, vraiment ?

Son passage au gouvernement n'a pas laissé que des bons souvenirs aux Tunisiens, entre échec économique et complaisance envers les salafistes. Pourtant, Ennahdha a fait d'Ali Laarayedh son[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Tunisie : deux soldats tués dans un échange de tirs avec des "terroristes"

Deux soldats tunisiens ont été tués samedi dans un échange de tirs avec des "terroristes" près de la frontière algérienne, a annoncé le ministère de la[...]

Alstom accusé de corruption au Royaume-Uni

La filiale britannique d'Alstom a été inculpée de trois délits de corruption et de trois délits de complicité de corruption. Les accusations concernent de grands projets de transport[...]

Élections en Tunisie : la mobilisation des électeurs est-elle dans l'impasse ?

À trois mois des élections législatives et présidentielle tunisiennes, le pays peine à convaincre ses électeurs de s'inscrire sur les listes électorales. Retour sur les causes -[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers