Extension Factory Builder
16/12/2011 à 19:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le 14 décembre, le Parlement européen a rejeté un accord de pêche entre l'UE et le Maroc. Le 14 décembre, le Parlement européen a rejeté un accord de pêche entre l'UE et le Maroc. © AFP

Le rejet par le Parlement européen, le 14 décembre, d’un accord de pêche autorisant 120 bateaux à pêcher dans les eaux marocaines, tend les relations entre le Maroc et l’UE et divise l’Europe en deux.  

Le Parlement européen (PE) a rejeté, mercredi 14 décembre, le protocole d’extension de l’accord de pêche entre le Maroc et l’Union européenne, élaboré par la Commission européenne. La décision des députés de Strasbourg bloque un protocole d’un an, qui permettait à 120 bateaux européens, notamment espagnols, de pêcher dans les eaux marocaines en échange de 36,1 millions d’euros par an et de redevances sur les captures. Une activité concernant principalement la sardine et le poulpe, notamment au large du Sahara occidental.

Fermeté marocaine

326 députés se sont opposés à l’accord, contre 296 qui y étaient favorables. Dans une résolution séparée qui a recueilli 544 votes contre 123, les parlementaires européens ont également demandé qu’un futur accord sur la pêche avec le royaume respecte « entièrement » le droit international et « bénéficie aux populations locales, y compris le peuple sahraoui ».

Le gouvernement marocain a réagi immédiatement en demandant aux navires de pêche européens de quitter les eaux marocaines avant mercredi minuit. Un communiqué de presse du ministère des Affaires étrangères note que le Maroc n’a pas été demandeur de la prorogation de l’accord et qu’il a « répondu à une sollicitation vive et appuyée de la part de l’Union européenne ». Sans évoquer directement la question du Sahara occidental, la diplomatie marocaine insiste sur les considérations budgétaires, économiques et écologiques qui justifient le rejet du protocole, jugeant au passage qu’ « au-delà de ces arguments […], la campagne menée par des milieux hostiles à l’intégrité territoriale du royaume, n’a pas eu d’effet. »

De son côté, le royaume s’est attelé, depuis deux ans, à une stratégie nationale de développement du secteur, baptisée Plan Halieutis. Les opérateurs nationaux de la pêche se plaignent de la raréfaction de la ressource, accaparée par des opérateurs européens mieux équipés qu’eux. Les péripéties de ces derniers jours ne sont pas pour déplaire aux armateurs et patrons d’usine de conservation et de transformation de produits de la mer. « Nous avons les moyens de développer ce secteur sans l’Europe », explique le ministre sortant de l’Agriculture et des Pêches, Aziz Akhannouch.

Une Europe divisée

Pour sa part, la commissaire européenne aux Affaires maritimes et à la Pêche, la Grecque Maria Damanaki, préfère ne pas s’avancer : « Je ne sais pas si un nouvel accord de pêche avec le Maroc est possible. » Elle estime qu’un futur accord devrait « apporter des réponses convaincantes aux questions relatives à la soutenabilité environnementale, la profitabilité économique et la légalité internationale ». Une position qui reprend l’argumentaire de la majorité parlementaire. Côté marocain, on note que la commissaire européenne n’a démontré ni son efficacité ni son enthousiasme à défendre un accord qu’elle a pourtant elle-même négocié.

Face à des gouvernements européens plutôt favorables à l’accord  - notamment ceux d’Espagne, d’où sont originaires la quasi-totalité des navires de pêches andalous bénéficiaires de ces autorisations de pêche, mais aussi du Portugal et de France - s’est constitué un front majoritaire de députés européens pro-Polisario, sensibles au lobbying intense des militants indépendantistes. Ces élus, majoritairement de gauche ou écologistes (mais pas seulement), sont pour l’essentiel suédois, finlandais, autrichiens, néerlandais ou allemands. Une chose est sûre : l’avenir de la coopération euro-marocaine en matière de pêche entre en eaux troubles.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Angelina Jolie va diriger un film sur la lutte contre le trafic d'ivoire

Angelina Jolie va diriger un film sur la lutte contre le trafic d'ivoire

Angelina Jolie va diriger une "épopée" sur le paléo-archéologue kényan Richard Leakey et sa lutte contre le trafic d'ivoire, a indiqué vendredi la maison de production Skydance[...]

France : Nicolas Sarkozy annonce son retour et brigue la présidence de l'UMP

Vendredi, l'ancien président français a annoncé son retour dans la vie politique, via un texte publié sur Facebook et Twitter. Dans la posture du sauveur, Nicolas Sarkozy indique son intention de [...]

Union européenne : une Lady Pesc chasse l'autre

C'est l'Italienne Federica Mogherini qui, à partir du 1er novembre, dirigera la politique étrangère et de sécurité commune en lieu et place de la Britannique Catherine Ashton.[...]

Argentine : des narcos à la Casa Rosada

Pourquoi des trafiquants de drogue appelaient-ils périodiquement au téléphone le siège de la présidence argentine ? La police a mis en évidence des complicités au plus au[...]

Quand un vent d'Afrique souffle sur la robe traditionnelle bavaroise

Deux créatrices d'origine camerounaise installées en Allemagne se taillent un beau succès en réinventant à partir de flamboyants tissus africains la robe traditionnelle bavaroise, la[...]

Les sons de la semaine #14 : Mashrou' Leila, Sabza, Akale Wube...

Bienvenue dans notre tour d'horizon musicale hebdomadaire avec Mshrou' Leila, Sabza et Akale Wube ![...]

Écosse : Cameron appelle au "rassemblement" après le non à l'indépendance

Le Premier ministre britannique David Cameron a appelé vendredi matin le Royaume-Uni à se "rassembler" après la victoire du non, qu'il avait lui-même soutenu, au référendum[...]

Justice : Tournaire, Sarkozy, Bolloré et... la Côte d'Ivoire

Serge Tournaire l'Africain ? Le juge français qui enquête sur un financement présumé de Sarkozy par Kadhafi pour la campagne présidentielle de 2007 s'intéresse de plus en plus au continent.[...]

Francophonie : Buyoya au Canada, grata ou non grata ?

Invité au Canada, le candidat burundais à la succession d'Abdou Diouf à la tête de la Francophonie, Pierre Buyoya, va essayer de prouver qu'il n'est pas interdit de séjour dans ce pays pour cause[...]

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

Deux grandes expositions sont programmées au Louvre et à l'Institut du monde arabe sur le Maroc à partir de la mi-octobre. Rabat et Paris se reconnectent loin de la brouille diplomatique.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex