Extension Factory Builder
16/12/2011 à 19:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le 14 décembre, le Parlement européen a rejeté un accord de pêche entre l'UE et le Maroc. Le 14 décembre, le Parlement européen a rejeté un accord de pêche entre l'UE et le Maroc. © AFP

Le rejet par le Parlement européen, le 14 décembre, d’un accord de pêche autorisant 120 bateaux à pêcher dans les eaux marocaines, tend les relations entre le Maroc et l’UE et divise l’Europe en deux.  

Le Parlement européen (PE) a rejeté, mercredi 14 décembre, le protocole d’extension de l’accord de pêche entre le Maroc et l’Union européenne, élaboré par la Commission européenne. La décision des députés de Strasbourg bloque un protocole d’un an, qui permettait à 120 bateaux européens, notamment espagnols, de pêcher dans les eaux marocaines en échange de 36,1 millions d’euros par an et de redevances sur les captures. Une activité concernant principalement la sardine et le poulpe, notamment au large du Sahara occidental.

Fermeté marocaine

326 députés se sont opposés à l’accord, contre 296 qui y étaient favorables. Dans une résolution séparée qui a recueilli 544 votes contre 123, les parlementaires européens ont également demandé qu’un futur accord sur la pêche avec le royaume respecte « entièrement » le droit international et « bénéficie aux populations locales, y compris le peuple sahraoui ».

Le gouvernement marocain a réagi immédiatement en demandant aux navires de pêche européens de quitter les eaux marocaines avant mercredi minuit. Un communiqué de presse du ministère des Affaires étrangères note que le Maroc n’a pas été demandeur de la prorogation de l’accord et qu’il a « répondu à une sollicitation vive et appuyée de la part de l’Union européenne ». Sans évoquer directement la question du Sahara occidental, la diplomatie marocaine insiste sur les considérations budgétaires, économiques et écologiques qui justifient le rejet du protocole, jugeant au passage qu’ « au-delà de ces arguments […], la campagne menée par des milieux hostiles à l’intégrité territoriale du royaume, n’a pas eu d’effet. »

De son côté, le royaume s’est attelé, depuis deux ans, à une stratégie nationale de développement du secteur, baptisée Plan Halieutis. Les opérateurs nationaux de la pêche se plaignent de la raréfaction de la ressource, accaparée par des opérateurs européens mieux équipés qu’eux. Les péripéties de ces derniers jours ne sont pas pour déplaire aux armateurs et patrons d’usine de conservation et de transformation de produits de la mer. « Nous avons les moyens de développer ce secteur sans l’Europe », explique le ministre sortant de l’Agriculture et des Pêches, Aziz Akhannouch.

Une Europe divisée

Pour sa part, la commissaire européenne aux Affaires maritimes et à la Pêche, la Grecque Maria Damanaki, préfère ne pas s’avancer : « Je ne sais pas si un nouvel accord de pêche avec le Maroc est possible. » Elle estime qu’un futur accord devrait « apporter des réponses convaincantes aux questions relatives à la soutenabilité environnementale, la profitabilité économique et la légalité internationale ». Une position qui reprend l’argumentaire de la majorité parlementaire. Côté marocain, on note que la commissaire européenne n’a démontré ni son efficacité ni son enthousiasme à défendre un accord qu’elle a pourtant elle-même négocié.

Face à des gouvernements européens plutôt favorables à l’accord  - notamment ceux d’Espagne, d’où sont originaires la quasi-totalité des navires de pêches andalous bénéficiaires de ces autorisations de pêche, mais aussi du Portugal et de France - s’est constitué un front majoritaire de députés européens pro-Polisario, sensibles au lobbying intense des militants indépendantistes. Ces élus, majoritairement de gauche ou écologistes (mais pas seulement), sont pour l’essentiel suédois, finlandais, autrichiens, néerlandais ou allemands. Une chose est sûre : l’avenir de la coopération euro-marocaine en matière de pêche entre en eaux troubles.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Islam : #ISpeakOutBecause, l'opération 'Indignez-vous' des musulmans américains sur Twitter

Islam : #ISpeakOutBecause, l'opération "Indignez-vous" des musulmans américains sur Twitter

L’influente association américaine Muslim Public Affairs Council (le Conseil musulman des affaires publiques) a lancé une grande campagne sur les réseaux sociaux, le 6 août dernier, pour appeler [...]

Argentine : 3 membres de la famille du pape François trouvent la mort dans un accident de voiture

Trois parents du pape François, ont été tués dans un accident de la route mardi, dans la province de Cordoba en Argentine.[...]

Bruxelles : quand le chef du protocole arrache le niqab d'une princesse qatarie

Ivre, il... arrache le mauvais niqab ? Jean-Marie Pire, le chef du protocole de la ville de Bruxelles, n'a en tout cas pas fini d'entendre parler de cette histoire. Jeudi dernier, il  a tout bonnement dévoilé[...]

Meurtre de Michael Brown : Barack Obama est-il le seul à pouvoir ramener l'ordre à Ferguson ?

Barack Obama doit-il s'impliquer plus personnellement pour faire baisser les tensions raciales qui secouent les États-Unis après la mort de Michael Brown ? La question continue de se poser pour le premier[...]

Gaza : vers un accord a minima entre Israël et les Palestiniens ?

Israéliens et Palestiniens se sont mis d'accord lundi soir sur la prolongation de vingt-quatre heures du cessez-le-feu en vigueur à Gaza. Cette décision adoptée in extremis, peu avant l'expiration de la[...]

Irak : les combattants kurdes poursuivent leur offensive face à l'État islamique

Les combats continuent de faire rage dans le nord de l'Irak. Après avoir repris le contrôle du plus grand barrage du pays, les combattants kurdes ont poursuivi lundi leur offensive, appuyés par des raids [...]

Pour Nadine Morano, une femme voilée sur une plage, "c'est une atteinte à notre culture"

Il y a l'art de la polémique. Et Nadine Morano le connaît bien. L'ex-ministre UMP s'est indignée lundi sur les réseaux sociaux d'avoir croisé une femme voilée sur une plage, y voyant[...]

BRICS : tous pour un, mais lequel ?

S'estimant mal représentés dans les institutions de Bretton Woods, le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud ont créé leur propre banque de développement. Mais[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Gaza : l'Afrique du Nord solidaire avec les Palestiniens... mais de loin

Malgré l'indignation populaire, le soutien témoigné aux habitants de Gaza semble bien superficiel en Afrique du Nord. Entre instabilité politique et crise économique, les chefs[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers