Extension Factory Builder
15/12/2011 à 17:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdoulaye Wade est l'un de ceux qui profitent le plus de l'éparpillement de l'opposition. Abdoulaye Wade est l'un de ceux qui profitent le plus de l'éparpillement de l'opposition. © Finbarr O'Reilly/Reuters

À trois mois de la présidentielle sénégalaise, la scission de la principale coalition de l’opposition, Bennoo Siggil Senegal, ouvre une large voie à Abdoulaye Wade dont la candidature à un troisième mandat est controversée. Mais aussi à ses anciens dauphins Macky Sall et Idrissa Seck, ce qui rend un second tour quasiment inévitable.

Ils étaient nombreux, les militants et sympathisants de la coalition de l’opposition, à attendre le candidat de « l’unité et du rassemblement ». Mais leur rêve s’est brisé : Bennoo Siggil Senegal s’est divisé en deux camps, celui de Moustapha Niasse et celui de Ousmane Tanor Dieng. La déception est palpable chez de nombreux leaders, militants et sympathisants de sensibilité socialiste. Et la candidature d’Abdoulaye Wade, très controversée et soumise à l’autorisation de la Cour constitutionnelle, en sort renforcée. « L’échec de Bennoo est un renoncement à l’engagement fait aux Sénégalais de mettre fin au régime de Wade », a déclaré Moussa Tine, le président de l’Alliance démocratique/Pencoo, moins de vingt quatre heures après l’éclatement de la coalition.

Ce jeune leader de l’opposition va même plus loin. « Comme nous n’avons pas tenu promesse, il se peut que beaucoup d’électeurs s’abstiennent ». Un risque de démobilisation qui n’échappe pas aux autres observateurs. « Aujourd’hui, explique l’analyste politique Ibrahima Sané, la déception est telle que les Sénégalais ont perdu espoir en Bennoo. Or tout ce qui affaiblit Bennoo renforce le candidat Wade qui reste son principal adversaire ». Un avis partagé par Malick Diagne, enseignant-chercheur en sociologie politique à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. « En plus, Bennoo avait su capitaliser toutes les frustrations contre le régime de Wade et engager le combat contre la validité de sa candidature », ajoute-t-il.

Nouveaux acteurs

C'est peu dire que la dynamique unitaire de l’opposition enchantait une bonne partie de l’opinion. À preuve, sa victoire surprise aux élections locales de 2009. Mais la désunion de Benno ne fait pas que l’affaire de Wade. Les autres candidats de l’opposition se posent désormais en alternative. « En terme de report de voix, indique Malick Diagne, la situation sera sûrement beaucoup plus bénéfique aux nouveaux acteurs : Idrissa Seck, Macky Sall et dans une certaine mesure Ibrahima fall », avance-t-il.

Et ces derniers entendent bien tirer la couverture à eux, multipliant les alliances et les partenariats pour élargir leur base électorale. D’autant qu’au vu de la configuration des forces politiques, un deuxième tour à la présidentielle semble inévitable. « Il y a un éclatement des forces et des candidats comme Macky Sall et Idrissa Seck [anciens n° 2 du PDS de Wade, NDLR] vont aussi puiser dans l’électoral libéral, ce qui renforce l’hypothèse d'un second tour », résume Abdou Rahmane Thiam, docteur en science politique.

____

Par Nicolas Ly, à Dakar

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : le procès de Karim Wade s'ouvre à Dakar

Sénégal : le procès de Karim Wade s'ouvre à Dakar

Accusé d'avoir acquis de manière illicite 178 millions d'euros, Karim Wade, fils de l'ancien président sénégalais, est jugé à partir de ce jeudi à Dakar. Un procès pub[...]

TNT : le jackpot contesté de Sidy Diagne

 Le groupe sénégalais Excaf, spécialisé dans l'événementiel et la télévision payante, a récemment obtenu le marché du passage au numérique pour le[...]

Sénégal : Macky Sall et le mandat de cinq ans

Macky Sall a promis de faire passer le mandat présidentiel de sept à cinq ans, mais va-t-il tenir parole ? Et si oui, quand ?[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Sénégal : dans l'affaire Karim Wade, Bibo Bourgi plaide malade

La détérioration de l'état de santé de l'homme d'affaires, soupçonné de complicité dans l'affaire Karim Wade, hypothèque la tenue du procès, le[...]

"Les Africains pourraient menacer de rompre leurs relations diplomatiques avec Israël"

En poste à Dakar depuis 2008, Abdalrahim Alfarra, ambassadeur de l'État de Palestine pour le Sénégal, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Burkina Faso et le Cap-Vert, a pu mesurer la[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Le Sénégal lève 500 millions de dollars sur les marchés internationaux

Le Sénégal a levé 500 millions de dollars sur les marchés internationaux. L'eurobond, d'une maturité de dix ans, a été émis à un taux de 6,25 % et a attiré un[...]

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers