Extension Factory Builder
15/12/2011 à 17:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdoulaye Wade est l'un de ceux qui profitent le plus de l'éparpillement de l'opposition. Abdoulaye Wade est l'un de ceux qui profitent le plus de l'éparpillement de l'opposition. © Finbarr O'Reilly/Reuters

À trois mois de la présidentielle sénégalaise, la scission de la principale coalition de l’opposition, Bennoo Siggil Senegal, ouvre une large voie à Abdoulaye Wade dont la candidature à un troisième mandat est controversée. Mais aussi à ses anciens dauphins Macky Sall et Idrissa Seck, ce qui rend un second tour quasiment inévitable.

Ils étaient nombreux, les militants et sympathisants de la coalition de l’opposition, à attendre le candidat de « l’unité et du rassemblement ». Mais leur rêve s’est brisé : Bennoo Siggil Senegal s’est divisé en deux camps, celui de Moustapha Niasse et celui de Ousmane Tanor Dieng. La déception est palpable chez de nombreux leaders, militants et sympathisants de sensibilité socialiste. Et la candidature d’Abdoulaye Wade, très controversée et soumise à l’autorisation de la Cour constitutionnelle, en sort renforcée. « L’échec de Bennoo est un renoncement à l’engagement fait aux Sénégalais de mettre fin au régime de Wade », a déclaré Moussa Tine, le président de l’Alliance démocratique/Pencoo, moins de vingt quatre heures après l’éclatement de la coalition.

Ce jeune leader de l’opposition va même plus loin. « Comme nous n’avons pas tenu promesse, il se peut que beaucoup d’électeurs s’abstiennent ». Un risque de démobilisation qui n’échappe pas aux autres observateurs. « Aujourd’hui, explique l’analyste politique Ibrahima Sané, la déception est telle que les Sénégalais ont perdu espoir en Bennoo. Or tout ce qui affaiblit Bennoo renforce le candidat Wade qui reste son principal adversaire ». Un avis partagé par Malick Diagne, enseignant-chercheur en sociologie politique à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. « En plus, Bennoo avait su capitaliser toutes les frustrations contre le régime de Wade et engager le combat contre la validité de sa candidature », ajoute-t-il.

Nouveaux acteurs

C'est peu dire que la dynamique unitaire de l’opposition enchantait une bonne partie de l’opinion. À preuve, sa victoire surprise aux élections locales de 2009. Mais la désunion de Benno ne fait pas que l’affaire de Wade. Les autres candidats de l’opposition se posent désormais en alternative. « En terme de report de voix, indique Malick Diagne, la situation sera sûrement beaucoup plus bénéfique aux nouveaux acteurs : Idrissa Seck, Macky Sall et dans une certaine mesure Ibrahima fall », avance-t-il.

Et ces derniers entendent bien tirer la couverture à eux, multipliant les alliances et les partenariats pour élargir leur base électorale. D’autant qu’au vu de la configuration des forces politiques, un deuxième tour à la présidentielle semble inévitable. « Il y a un éclatement des forces et des candidats comme Macky Sall et Idrissa Seck [anciens n° 2 du PDS de Wade, NDLR] vont aussi puiser dans l’électoral libéral, ce qui renforce l’hypothèse d'un second tour », résume Abdou Rahmane Thiam, docteur en science politique.

____

Par Nicolas Ly, à Dakar

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Drague : le bal des faux-culs

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Sculpture : Diadji Diop, la vie en rouge

Aussi discret que ses sculptures sont remarquables, cet artiste d'origine sénégalaise s'est fait repérer... dans les jardins de l'Élysée ![...]

OIF : qui veut être sur le ticket de Michaëlle Jean ?

Le Canada met toutes les chances de son côté dans sa course à l'OIF. Comme proposer un deal à certains États membres de l'OIF pour les convaincre de voter pour Michaëlle Jean.[...]

Sénégal : Mahammed Dionne, le premier de la classe

Chargé jusque-là du Plan Sénégal émergent, ce fidèle de Macky Sall succède à Aminata Touré à la tête du gouvernement. Plus consensuel, il devrait[...]

Sénégal : Khalifa Sall, un destin présidentiel ?

Avec une victoire écrasante à Dakar, le destin présidentiel du socialiste Khalifa Sall se précise...[...]

Sénégal : carton jaune pour Macky Sall

Réduction de la durée du mandat présidentiel, pouvoir d'achat, couverture sociale... Le président sénégalais, Macky Sall, élu il y a plus de deux ans, n'a pas encore tenu[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La France dans l'obligation de fournir un visa à un homosexuel sénégalais pour son mariage

Le Conseil d'État a condamné mercredi le gouvernement français qui avait refusé de délivrer un visa à un Sénégalais, résidant au Maroc, qui désirait se marier[...]

Sénégal : Rama Thiaw, réalisatrice et lutteuse

Réalisatrice au caractère bien trempé, la jeune Sénégalaise Rama Thiaw achève un documentaire sur le groupe de hip-hop Keur Gui, membre fondateur du collectif Y'en a marre lors de[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers