Extension Factory Builder
15/12/2011 à 12:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des Shebab dans les rues de Mogadiscio en Somalie. Des Shebab dans les rues de Mogadiscio en Somalie. © AFP

Depuis plusieurs mois, miliciens Shebab somaliens et soldats kényans se livrent une lutte armée sans merci. Et lorsqu'ils ne sont pas au front, les bélligérants poursuivent le combat sur internet via le réseau social Twitter.

Un front 2.0 dans le conflit entre l’armée kényane et les Shebab somaliens ? Entre le 9 et le 11 décembre, les milices islamistes et le major Emmanuel Chirchir, porte-parole des troupes de Nairobi, se sont affrontés verbalement sur le réseau social Twitter. Une version 2.0 de la guerre que se livrent toujours les soldats kenyans et les Shebab dans le sud de la Somalie.

Implantés récemment sur le célèbre site de micro-blogging sous l’acronyme @HSMPressOffice  (HSM pour Harakat al-Shabab al-mujahideen), les Shebab ont signé leur arrivée sur le réseau social par un premier tweet dans la langue du prophète : « Au nom de Dieu, le Tout miséricordieux », avant de communiquer par la suite en langue anglaise sur les actions de leurs unités de combat.

Une capture d'écran du compte Twitter des Shebab.

Extrait d'échanges sur Twitter entre @HSMPress (Shebab) et @MajorEChirchir (armée kényanne)

Bataille de tweets

Cette offensive propagandiste des milices islamistes sur Twitter n’est pas passée inaperçue au Kenya. Le major Emmanuel Chirchir, porte-parole de l’armée et très présent sur le réseau social où il communique depuis le mois d’octobre sur les avancées des soldats kenyans en Somalie, est ainsi passé à l’offensive le 9 décembre en fustigeant les pratiques des Shebab notamment par ce tweet : « la vie a meilleur à offrir que la lapidation de femmes innocentes. »

La réplique de la cellule Internet des Shebab n’a pas tardé. Sur le compte HSM Press Office, plusieurs tweets ont violemment pris à parti le major Emmanuel Chirchir. D’abord sur la question des mœurs des Shebab : « les valeurs ne sont rien sans la présence des hommes. Vos garçons inexpérimentés s’enfuient devant la confrontation et reculent devant la mort. »

Avant d’embrayer sur l’intervention de l’armée kényane en Somalie : « 50 000 soldats éthiopiens ne pourraient pas pacifier la Somalie. Pensez-vous que quelques soldats kenyans désabusés sont à la hauteur de la tâche ? ». Le major Emmanuel Chirchir, qui compte près de 11 000 abonnés sur son compte Twitter, n’a pas répondu directement à ce dernier affront. 

De leur côté, toujours sur Twitter, les islamistes somaliens ont déclaré :  « le Jihad mené ici en Somalie doit continuer jusqu’à ce que le pays soit purifié de tous les envahisseurs ». Dans les colonnes du New York Times, Seth G. Jones, expert américain des organisations terroristes, constate que pour les islamistes, les réseaux sociaux ne sont en réalité rien d'autre qu'« un moyen de diffuser leur propagande plus efficacement que dans le passé ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Afrique du Sud : nu au Parlement, l'étonnante menace de Julius Malema

Afrique du Sud : nu au Parlement, l'étonnante menace de Julius Malema

Dans le numéro du quotidien "The Star" de ce lundi, Julius Malema, ancien enfant terrible de l'ANC, menace de siéger nu au Parlement si le nouveau règlement intérieur de l'hymicycle sud-africa[...]

Ce qu'il faut savoir d'Edgar Lungu, le nouveau président zambien

Edgar Lungu a remporté ce week-end l’élection présidentielle zambienne avec une courte majorité, lors d'un scrutin qualifié de "simulacre" par l’opposition. [...]

Jean-Damascène Habarurema, marathonien philosophe, entre la France et le Rwanda

Rescapé du génocide, ce Rwandais court le marathon pour la France et travaille sur une thèse de philosophie.[...]

Jusqu'où ira Boko Haram ?

Le monstre grandit aux confins du Nigeria. Villes et villages tombent les uns après les autres, toujours dans le sang, et personne ne paraît en mesure d'arrêter les islamistes armés. Ni le[...]

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

Nigeria : Boko Haram s'empare de Monguno, dernier verrou militaire avant Maiduguri

Boko Haram poursuit son avancée dans le nord-est du Nigeria. Dimanche, le groupe terroriste a pris le contrôle de Monguno, une ville stratégique où se trouvait la dernière base militaire de[...]

RDC 

RDC : la nouvelle loi électorale a été adoptée par le Parlement

L'Assemblée nationale et le Sénat de la RDC ont harmonisé dimanche leurs divergences en adoptant le projet de loi électorale controversé. Mais des incertitudes demeurent et une partie de[...]

Côte d'Ivoire : le "miracle" économique à l'épreuve

Croissance impressionnante, construction à tout va, climat des affaires assaini... La Côte d'Ivoire fait des progrès considérables depuis la crise de 2010. Mais tout le monde n'en profite pas.[...]

RCA : le ministre de la Jeunesse et des Sports, Armel Ningatoloum Sayo, a été kidnappé à Bangui

Le ministre centrafricain de la Jeunesse et des Sports, l'ex-chef rebelle Armel Ningatoloum Sayo, a été enlevé dimanche à Bangui par des hommes armés.[...]

Nigeria: Boko Haram s'empare de Monguno et attaque Maiduguri

De violents combats opposaient dimanche l'armée nigériane à des combattants de Boko Haram dans la ville de Maiduguri, fief historique des islamistes dans le nord-est du Nigeria, ainsi qu'à Monguno,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20111214133105 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20111214133105 from 172.16.0.100