Extension Factory Builder
15/12/2011 à 12:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des Shebab dans les rues de Mogadiscio en Somalie. Des Shebab dans les rues de Mogadiscio en Somalie. © AFP

Depuis plusieurs mois, miliciens Shebab somaliens et soldats kényans se livrent une lutte armée sans merci. Et lorsqu'ils ne sont pas au front, les bélligérants poursuivent le combat sur internet via le réseau social Twitter.

Un front 2.0 dans le conflit entre l’armée kényane et les Shebab somaliens ? Entre le 9 et le 11 décembre, les milices islamistes et le major Emmanuel Chirchir, porte-parole des troupes de Nairobi, se sont affrontés verbalement sur le réseau social Twitter. Une version 2.0 de la guerre que se livrent toujours les soldats kenyans et les Shebab dans le sud de la Somalie.

Implantés récemment sur le célèbre site de micro-blogging sous l’acronyme @HSMPressOffice  (HSM pour Harakat al-Shabab al-mujahideen), les Shebab ont signé leur arrivée sur le réseau social par un premier tweet dans la langue du prophète : « Au nom de Dieu, le Tout miséricordieux », avant de communiquer par la suite en langue anglaise sur les actions de leurs unités de combat.

Une capture d'écran du compte Twitter des Shebab.

Extrait d'échanges sur Twitter entre @HSMPress (Shebab) et @MajorEChirchir (armée kényanne)

Bataille de tweets

Cette offensive propagandiste des milices islamistes sur Twitter n’est pas passée inaperçue au Kenya. Le major Emmanuel Chirchir, porte-parole de l’armée et très présent sur le réseau social où il communique depuis le mois d’octobre sur les avancées des soldats kenyans en Somalie, est ainsi passé à l’offensive le 9 décembre en fustigeant les pratiques des Shebab notamment par ce tweet : « la vie a meilleur à offrir que la lapidation de femmes innocentes. »

La réplique de la cellule Internet des Shebab n’a pas tardé. Sur le compte HSM Press Office, plusieurs tweets ont violemment pris à parti le major Emmanuel Chirchir. D’abord sur la question des mœurs des Shebab : « les valeurs ne sont rien sans la présence des hommes. Vos garçons inexpérimentés s’enfuient devant la confrontation et reculent devant la mort. »

Avant d’embrayer sur l’intervention de l’armée kényane en Somalie : « 50 000 soldats éthiopiens ne pourraient pas pacifier la Somalie. Pensez-vous que quelques soldats kenyans désabusés sont à la hauteur de la tâche ? ». Le major Emmanuel Chirchir, qui compte près de 11 000 abonnés sur son compte Twitter, n’a pas répondu directement à ce dernier affront. 

De leur côté, toujours sur Twitter, les islamistes somaliens ont déclaré :  « le Jihad mené ici en Somalie doit continuer jusqu’à ce que le pays soit purifié de tous les envahisseurs ». Dans les colonnes du New York Times, Seth G. Jones, expert américain des organisations terroristes, constate que pour les islamistes, les réseaux sociaux ne sont en réalité rien d'autre qu'« un moyen de diffuser leur propagande plus efficacement que dans le passé ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Malick Noël Seck, le trublion sénégalais qui pourfend l'OIF

Malick Noël Seck, le trublion sénégalais qui pourfend l'OIF

Plusieurs fois incarcéré sous Abdoulaye Wade, l'ancien militant socialiste Malick Noël Seck, au verbe radical et à la geste provocatrice, est l'initiateur d'un contre-sommet de la Francophonie à [...]

Sénégal - Massacre de Thiaroye : 1er décembre 1944, quand l'armée française décimait ses "indigènes"

Le 1er décembre 1944, des dizaines de tirailleurs sénégalais qui réclamaient le paiement de leurs soldes étaient massacrés par l'armée française dans le camp de Thiaroye,[...]

Marathon du Gabon : une deuxième édition dédiée à la lutte contre le cancer

Ce n'est que la deuxième édition mais le marathon du Gabon s'est déjà fait un nom. L'épreuve reine de dimanche n'est que l'une des sept courses prévues au programme, et environ 15 000[...]

Football : Malabo CAN do it !

La Guinée équatoriale organisera la Coupe d'Afrique des nations, du 17 janvier au 8 février 2015. Quels sont ses atouts et ses faiblesses ?[...]

Côte d'Ivoire - FPI : duel Affi-Gbagbo, qui soutient qui ?

Tous deux candidats à la présidence du Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N'Guessan et Laurent Gbagbo seront départagés lors du 4e congrès du parti, début décembre à[...]

Namibie : les bureaux de vote électronique ouverts pour les élections générales

Jusqu'à 19 heures, environ 1,2 million de Namibiens sont appelés vendredi aux urnes pour les élections présidentielle et législatives. Une nouveauté de ce double scrutin joué[...]

Sénégal : programme chargé pour le sommet de l'OIF à Dakar

Au sommet de l'OIF à Dakar, les 29 et 30 novembre, on parlera gros sous et stratégie sur dix ans. Surtout, on élira le successeur d'Abdou Diouf. Suspense assuré.[...]

France : le message de François Hollande aux dirigeants africains tentés de s'accrocher au pouvoir

Lors d'un entretien télévisé diffusé jeudi, le président français, François Hollande, a adressé un message de bonne gouvernance aux dirigeants africains.[...]

Lutte contre Ebola : le Mali sera-t-il le "troisième bon élève" ?

À en croire un expert français de retour de Bamako, les dix à quinze jours prochains détermineront si le Mali est capable de stopper l'épidémie d'Ebola. Ce qui fera de lui le[...]

Blaise Compaoré bientôt extradé vers le Burkina Faso ?

Lors d'une rencontre jeudi avec la presse nationale, le Premier ministre intérimaire, Isaac Zida, a annoncé que le Burkina allait demander au Maroc l'extradition de Blaise Compaoré si les institutions[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces