Extension Factory Builder
08/12/2011 à 10:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'hôtel Dombia, à Hombori, où les deux Français ont été enlevés le 24 novembre dernier. L'hôtel Dombia, à Hombori, où les deux Français ont été enlevés le 24 novembre dernier. © Serge Daniel/AFP

L’enquête sur l’enlèvement à Hombori de Philippe Verdon et Serge Lazarevic piétine, comme celle du rapt de quatre touristes à Tombouctou (dont un a été assassiné). Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) est soupçonné d’avoir tout orchestré, mais n’a encore rien revendiqué. Peut-être parce que ses djihadistes ne sont pas directement impliqués dans ces affaires.

L’ombre d’Al-Qaïda au Maghreb islamique plane sur l’enlèvement de Philippe Verdon et Serge Lazarevic, deux ressortissants français, à Hombori le 24 novembre, dans le nord-est du Mali. Des sources sécuritaires régionales ont annoncé mercredi 7 décembre que l’organisation terroriste était à l’origine de leur rapt, alors que celui-ci n’a toujours pas été officiellement revendiqué, deux semaines après les faits.

« Selon les informations recoupées, Aqmi est responsable de l'enlèvement de deux ressortissants français en novembre à Hombori », a affirmé une source sécuritaire malienne. Un membre des forces de sécurité nigérienne a ajouté que ce rapt est l’œuvre des « hommes d'Abdelkrim Taleb, qui dirige une branche d'Aqmi ». La nébuleuse islamiste « veut intimider et se rendre maître de tout le Sahara. La semaine dernière encore, ils [membres d'Aqmi, NDLR] ont interrompu les travaux de construction d'une caserne dans le nord du Mali et renvoyé tous les manœuvres » qui y travaillaient, ajoute-t-elle.

Dans une autre affaire survenue le lendemain - trois touristes enlevés à Tombouctou et un autre assassiné car il refusait de suivre ses ravisseurs -, Aqmi paraît moins directement impliqué. « Les auteurs du coup de Tombouctou ne sont pas directement des combattants d'Al-Qaïda », affirme une source malienne proche du dossier. « On a affaire à des sous-traitants, ou à un groupe jusque-là inconnu, qui a posé un acte pour revendiquer quelque chose qu'on ne connaît pas encore », a-t-elle ajouté. Mais selon plusieurs sources concordantes, un groupe de bandits dont d’ex-combattants de Mouammar Kadhafi - qui seraient entre 2 000 à 4 000 sur le sol malien selon les autorités - serait impliqué dans l'affaire.

Trafiquants de drogue ?

Mais d'autres pistes encore sont envisageables, même si elles sont a priori moins vraisemblables. Pour un responsable d’Interpol, « il n’y a aucune piste sérieuse pour Tombouctou. C'est toujours flou, il y a des hypothèses. Trafiquants de drogue qui veulent faire pression pour que le Mali libère d'autres trafiquants aux arrêts ? Sous-traitants d'Aqmi ? Nouveau groupe armé ? » s’interroge-t-il. Des enquêteurs français ont même été envoyés sur place fin novembre pour tenter d’élucider l’affaire.

En outre, les deux Français enlevés à Hombori le 24 novembre, Philippe Verdon et Serge Lazarevic, sont des personnages au passé trouble, qui ont été d’abord présentés comme des géologues travaillant pour une entreprise malienne. Qui sont-ils vraiment et quelles étaient les vraies raisons de leur présence au Mali ? Beaucoup de questions pour l’heure sans réponse.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Mali : un Casque bleu bangladais tué dans une attaque à Bamako

Mali : un Casque bleu bangladais tué dans une attaque à Bamako

Selon des sources sécuritaires maliennes, un Casque bleu de la Minusma été tué et un autre grièvement blessé par des tirs d'assaillants non identifiés dans la nuit de lundi à[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Alors que la rébellion du Nord-Mali réclame toujours des amendements à l'accord d'Alger pour le signer, la situation sécuritaire se détériore depuis la reprise de la ville de[...]

Mali : l'armée accusée d'avoir exécuté neuf personnes à Tin Hama

Des combats entre les rebelles de la CMA et l'armée malienne ont eu lieu jeudi matin à Tin Hama, près d'Ansongo, dans le nord-est du Mali. Dans un communiqué, les rebelles accusent les soldats maliens[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Deux importants chefs jihadistes tués dans le nord du Mali par l'armée française

Le ministère français de la Défense a affirmé mercredi dans un communiqué avoir neutralisé deux importantes figures du jihadisme dans le nord du Mali : Abdelkrim al-Targui et Ibrahim Ag[...]

Mali : le chef jihadiste Abdelkrim al-Targui tué par l'armée française

Abdelkrim al-Targui, l'un des principaux chefs d'Aqmi, a été tué dans la nuit de dimanche à lundi par l'armée française dans le nord-est du Mali. Plusieurs autres jihadistes ont[...]

Mali : un blessé dans une attaque contre la Minusma à Bamako

Un gardien d'une résidence de la Minusma à Bamako a été blessé par balle, mercredi, par un homme armé qui a réussi à prendre la fuite, abandonnant sur place deux grenades[...]

Le Mali parviendra-t-il à sceller son accord de paix ?

Officiellement signé le 15 mai à Bamako par le gouvernement, l'accord de paix n'est pas encore définitivement scellé au Mali. Les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) souhaitent[...]

Mali : trois militaires maliens tués près de Tombouctou

Trois soldats maliens ont été tués lundi matin près de Tombouctou, lors d'une attaque menée par les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad. [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers