Extension Factory Builder
08/12/2011 à 10:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'hôtel Dombia, à Hombori, où les deux Français ont été enlevés le 24 novembre dernier. L'hôtel Dombia, à Hombori, où les deux Français ont été enlevés le 24 novembre dernier. © Serge Daniel/AFP

L’enquête sur l’enlèvement à Hombori de Philippe Verdon et Serge Lazarevic piétine, comme celle du rapt de quatre touristes à Tombouctou (dont un a été assassiné). Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) est soupçonné d’avoir tout orchestré, mais n’a encore rien revendiqué. Peut-être parce que ses djihadistes ne sont pas directement impliqués dans ces affaires.

L’ombre d’Al-Qaïda au Maghreb islamique plane sur l’enlèvement de Philippe Verdon et Serge Lazarevic, deux ressortissants français, à Hombori le 24 novembre, dans le nord-est du Mali. Des sources sécuritaires régionales ont annoncé mercredi 7 décembre que l’organisation terroriste était à l’origine de leur rapt, alors que celui-ci n’a toujours pas été officiellement revendiqué, deux semaines après les faits.

« Selon les informations recoupées, Aqmi est responsable de l'enlèvement de deux ressortissants français en novembre à Hombori », a affirmé une source sécuritaire malienne. Un membre des forces de sécurité nigérienne a ajouté que ce rapt est l’œuvre des « hommes d'Abdelkrim Taleb, qui dirige une branche d'Aqmi ». La nébuleuse islamiste « veut intimider et se rendre maître de tout le Sahara. La semaine dernière encore, ils [membres d'Aqmi, NDLR] ont interrompu les travaux de construction d'une caserne dans le nord du Mali et renvoyé tous les manœuvres » qui y travaillaient, ajoute-t-elle.

Dans une autre affaire survenue le lendemain - trois touristes enlevés à Tombouctou et un autre assassiné car il refusait de suivre ses ravisseurs -, Aqmi paraît moins directement impliqué. « Les auteurs du coup de Tombouctou ne sont pas directement des combattants d'Al-Qaïda », affirme une source malienne proche du dossier. « On a affaire à des sous-traitants, ou à un groupe jusque-là inconnu, qui a posé un acte pour revendiquer quelque chose qu'on ne connaît pas encore », a-t-elle ajouté. Mais selon plusieurs sources concordantes, un groupe de bandits dont d’ex-combattants de Mouammar Kadhafi - qui seraient entre 2 000 à 4 000 sur le sol malien selon les autorités - serait impliqué dans l'affaire.

Trafiquants de drogue ?

Mais d'autres pistes encore sont envisageables, même si elles sont a priori moins vraisemblables. Pour un responsable d’Interpol, « il n’y a aucune piste sérieuse pour Tombouctou. C'est toujours flou, il y a des hypothèses. Trafiquants de drogue qui veulent faire pression pour que le Mali libère d'autres trafiquants aux arrêts ? Sous-traitants d'Aqmi ? Nouveau groupe armé ? » s’interroge-t-il. Des enquêteurs français ont même été envoyés sur place fin novembre pour tenter d’élucider l’affaire.

En outre, les deux Français enlevés à Hombori le 24 novembre, Philippe Verdon et Serge Lazarevic, sont des personnages au passé trouble, qui ont été d’abord présentés comme des géologues travaillant pour une entreprise malienne. Qui sont-ils vraiment et quelles étaient les vraies raisons de leur présence au Mali ? Beaucoup de questions pour l’heure sans réponse.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

La course pour la direction du Bureau Afrique de l'OMS est lancée...

La course pour la direction du Bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Mali : ouverture du troisième round de négociations à Alger

Les pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés ont repris mardi à Alger. Le ministre malien des Affaires étrangères a appelé les différents mouvements à[...]

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers