Extension Factory Builder
06/12/2011 à 11:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Sharif Sheikh Ahmed, le président somalien, le 17 août 2011 à Istanbul. Sharif Sheikh Ahmed, le président somalien, le 17 août 2011 à Istanbul. © Mustafa Ozer/AFP

Lundi 5 décembre, l’Erythrée s’est vue accusée par l’Ethiopie, la Somalie, le Kenya et Djibouti de soutenir le terrorisme. Les quatre pays ont appelé le Conseil de Sécurité de l’ONU à envisager des sanctions, dans un projet de résolution qui devrait être soumis au vote dans la journée du mardi 6 décembre.

L'Érythrée serait la cause de bien des maux de la région, si l’on en croit les quatre pays -l’Éthiopie, la Somalie, le Kenya et Djibouti - qui ont expressément demandé au Conseil de sécurité de l’ONU d’adopter un projet de résolution incluant un renforcement des sanctions contre le pays voisin.

Selon le président somalien Sharif Sheikh Ahmed, l’Érythrée soutiendrait activement les insurgés islamistes shebab. Il a souligné devant le Conseil, via vidéo conférence, que ces derniers recevraient «  un soutien logistique et financier de l'Erythrée », qui viendrait «  par la mer, la terre et l'air ».

« Nous demandons au Conseil de sécurité de nous aider à mettre fin à cette situation de non-droit. La Corne de l'Afrique est une région très fragile », a-t-il plaidé devant le Conseil.

Un avis partagé par le président Ismael Omar Guelleh, président de Djibouti, et par le ministre des Affaires étrangères du Kenya, Moses Watangula, qui même accusé le pays « de livrer des armes et des munitions ».

Contentieux territoriaux

L’Érythrée, séparée de l’Éthiopie en 1993, demeure au centre de nombreux contentieux territoriaux, notamment avec le Yémen et Djibouti. Lundi, aucun responsable érythréen n'a parlé devant les 15 pays membres du Conseil.

Le pays s’est contenté de nier séparément toute implication dans le complot visant le sommet de l'Union africaine, et a dénoncé le projet de résolution rédigé par le Gabon et le Nigeria en 2009, qui prévoyait l'interdiction de voyages et le gel des avoirs de personnalités du pays.

Issaias Afeworki, le président érythréen, voulait participer à la réunion du Conseil a déclaré l’ambassadeur érythréen à l’ONU. Faute de temps, il n’a finalement pu recevoir de visa américain pour s’y rendre.

(AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Erythrée

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être [...]

Érythrée : l'ONU ouvre une enquête sur les violations des droits de l'Homme

Le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU a ouvert vendredi une enquête sur les violations massives des droits de l'Homme par les autorités en Erythrée, petit pays fermé de la Corne de l'Afrique.[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Vatican : Don Mussie Zerai, un prêtre aux côtés des réfugiés

De par son expérience, ce prêtre érythréen, tente d’apporter des solutions sociales et politiques en faveur aux migrants en Italie et ailleurs. Il est devenu l’ange gardien du respect des[...]

Cyclisme : ces Érythréens qui mouillent le maillot

Leur pays, l'Érythrée, ressemble à une prison. Et pourtant, ils sont une demi-douzaine de coureurs cyclistes professionnels à se distinguer sur les tours africains et européens.[...]

Cyclisme : Natnael Berhane remporte la Tropicale Amissa Bongo

Le cycliste érythréen Natnael Berhane a remporté dimanche la Tropicale Amissa Bongo, à Libreville, au Gabon. Il devient le premier coureur africain noir à s'imposer sur une course à[...]

Bisrat Negasi : en noir et wax

D'origine érythréenne, cette styliste vend ses créations dans des boutiques éphémères à travers l'Europe. Une vision sombre ? Pas vraiment.[...]

Meron Estefanos, SOS Érythrée

Depuis la Suède, Meron Estefanos consacre son temps à aider les migrants érythréens retenus en otages dans le Sinaï par des trafiquants jusqu'au paiement des rançons.[...]

Carte interactive : ces chefs d'État africains qui s'accrochent (ou pas) au pouvoir

C'est souvent la règle du "j'y suis, j'y reste" qui s'applique au sommet de la plupart des États africains. Une fois au pouvoir, les présidents excluent toute éventualité de retraite.[...]

Érythrée : Biniam Simon, si loin, si proche

Depuis Paris, cet Érythréen nargue le gouvernement d'Asmara en enregistrant des bulletins de nouvelles pour Radio Erena, unique radio indépendante du pays.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers