Extension Factory Builder
29/11/2011 à 12:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdelilah Benkirane, le secrétaire général du PJD, au sortir d'un isoloir le 25 novembre à Rabat Abdelilah Benkirane, le secrétaire général du PJD, au sortir d'un isoloir le 25 novembre à Rabat © AFP

Abdelilah Benkirane, le leader du parti islamiste, rencontre le roi Mohammed VI ce mardi 29 novembre à Midelt. Le roi du Maroc pourrait le nommer Premier ministre.

Sorti vainqueur des élections législatives du vendredi 25 novembre avec le Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, pressenti comme futur Premier ministre, a été convoqué par Mohammed VI ce mardi 29 novembre.

Souverain dans la nomination du Premier ministre, comme l’indique la Constitution du Maroc, le roi n’a cependant pas encore annoncé si Abdelilah Benkirane accèderait à la plus haute fonction politique du royaume. « C'est au roi de décider s'il va le nommer Premier ministre ou pas. Abdelilah Benkirane est parti ce matin à Midelt où il sera reçu par le souverain », a annoncé Mustapha Khelfi, l’un des dirigeants du PJD.

"La volonté du roi"

Le leader du PJD, connu pour sa personnalité éruptive, avait exprimé son envie de prendre le pouvoir dans le strict respect des institutions et affirmé son allégeance à Mohammed VI, après la victoire de son parti. « Le roi est le chef de l'État et aucune décision importante ne peut être prise en Conseil des ministres sans la volonté du roi », a-t-il ainsi affirmé après l'annonce des résultats officiels, dimanche soir, lors d'une allocution au siège de son parti à Rabat.

Les islamistes modérés ont remporté 107 des 395 sièges du parlement, et vont diriger pour la première fois un gouvernement qui sera étroitement contrôlé par le roi, comme le veut la nouvelle Constitution adoptée par référendum fin juillet.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article