Extension Factory Builder
26/11/2011 à 15:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Radhouane el-Meddeb danse en préparant un couscous puis le partage avec le public. Radhouane el-Meddeb danse en préparant un couscous puis le partage avec le public. © D.R.

En novembre, le chorégraphe tunisien Radhouane el-Meddeb est le grand invité de l’espace de La Ferme du Buisson, à Marne-la-Vallée, près de Paris. Le lieu lui a laissé carte blanche pour organiser samedi 26 novembre la traditionnelle « Nuit Curieuse Leyla Tounsia ! », une soirée de rencontres artistiques autour de la société contemporaine tunisienne, en plein Printemps arabe. L’occasion pour lui de revenir sur une de ses créations les plus originales : "Je danse et je vous en donne à bouffer", un spectacle plein de saveurs, entre danse et cuisine.

Le concept est simple mais savoureux : danser en cuisinant. Ou cuisiner en dansant. Le spectacle, créé en 2008 pour « Sonorités et corps d’Afrique », le festival initié par le chorégraphe burkinabè Salia Sanou, a depuis fait le tour du monde, recevant partout un accueil chaleureux. Présenté en préambule à « la Nuit Curieuse Leyla Tounsia ! », le spectacle Je danse et je vous en donne à bouffer est la simple histoire d’un partage. Le partage d’un couscous, préparé sur scène par Raddhouane el-Meddeb, et le partage d’une danse au rythme de la musique tunisienne traditionnelle.

Car Je danse… est un spectacle avant tout intimiste et généreux. Il n’y a pas de « rapport de supériorité » du danseur sur le spectateur. Les deux se retrouvent dans un rapport frontal (il n’y a pas non plus de scène à proprement parler) qui laisse la part belle à l’odorat, invité inattendu de la chorégraphie.

Les odeurs sont entêtantes, l'appétit grandit, les pieds marquent nerveusement le rythme : le couscous est presque cuit. Radhouane lance les assiettes, distribue les couverts à la hâte, s’arrête le temps de respirer, pour mieux disparaître et nous laisser le temps de savourer.

Liberté et création

Ce n’est pas un hasard si la Ferme du Buisson, un centre qui s’applique à soutenir la création contemporaine internationale, a laissé carte blanche à Radhouane el-Meddeb pour la programmation de « la Nuit Curieuse Leyla Tounsia ! » samedi 26 novembre à Marne-le-Vallée. Le projet, interdisciplinaire, célèbre la culture tunisienne au sens large, entre tradition et modernité.

Ateliers et spectacles de danse, expositions photographiques, performances d'artistes en tout genre se donnent rendez-vous pour rendre hommage à la révolution tunisienne. Par cet événement, le chorégraphe voulait réunir ceux qui ont toujours travaillé dans un contexte politique dictatorial, et qui, aujourd’hui, participent à la reconstruction de leur pays.

Mais, si Radhouane el-Meddeb est fier de fêter cette liberté toute nouvelle, son regard s’assombrit quand on en lui parle de la victoire d’Ennahdha à l’Assemblée Constituante (89 sièges sur 217) ou de la récente élection de Ben Jaafar à sa présidence. « J’ai très peur pour les acquis tunisiens », confie-t-il. « Tout ce qui a fait de notre pays, un pays indépendant et libre et en avance par rapport aux autres pays arabes, tout ça va se perdre », poursuit-il. Pour lui, l’élection du mouvement islamiste à la Constituante ne résulte que d’un vote de mécontentement de la part du peuple tunisien : « les Tunisiens ne s’aiment plus, ne se reconnaissent plus : il y a un grand décalage entre la capitale et la province, et ce vote démontre cela. Ennahdha a su aller chercher des voix chez les gens misérables », affirme-t-il.

_________

La Nuit Curieuse Leyla Tounsia, samedi 26 novembre à La Ferme du Buisson, Marne-la-Vallée.

Pour plus d’information, retrouvez le site de l’évènement ici.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : la marche républicaine du Bardo de dimanche déjà controversée

Le président Béji Caïd Essebsi a appelé tous les Tunisiens à venir marcher contre le terrorisme dimanche 29 mars. D’abord plébiscitée par une grande partie de l’opinion,[...]

Le musée du Bardo de Tunis rouvrira vendredi pour les élèves et lundi pour le grand public

Après un premier report, le musée du Bardo de Tunis doit finalement rouvrir ses portes aux écoliers et lycéens vendredi, et exceptionnellement au public lundi, plus d'une semaine après les[...]

Tunisie - Attentat du Bardo : AQMI derrière l'attentat ?

L'Etat islamique avait déjà revendiqué l'attentat du musée du Bardo, responsable de la mort de 21 personnes le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : François Hollande attendu au Bardo le 29 mars

François Hollande devrait prendre part à la marche organisée dimanche 29 mars par les autorités tunisiennes, selon une source proche de l’Élysée.[...]

Terrorisme en Tunisie : comme une pieuvre étend ses tentacules...

Après Aqmi ou Ansar al-Charia, c'est au tour de Daesh, implanté dans la Libye voisine, de menacer la Tunisie.[...]

Forum social mondial - Alaa Talbi : "Les institutions restent fragiles en Tunisie"

Moins d'une semaine après l'attentat meurtrier du musée du Bardo, Tunis accueille du 24 au 28 mars le Forum social mondial. L’événement devrait réunir plus de 70 000 personnes.[...]

Tunisie : la réouverture du musée du Bardo reportée pour raisons de sécurité

Après avoir annoncé que le musée du Bardo allait rouvrir ses portes au public mardi, les autorités tunisiennes ont finalement décidé de le maintenir fermé pour raisons de[...]

Attentat du Bardo : le musée de l'horreur

Depuis 2012, les attaques jihadistes étaient circonscrites au centre et à l'ouest du pays. Mais ce 18 mars, les terroristes ont choisi de frapper le musée du Bardo, en plein coeur de Tunis.[...]

Attentat du Bardo : le gouvernement tunisien passe à l'offensive

Des sanctions avaient été promises. Lundi, le Premier ministre a limogé les chefs de la police et du musée du Bardo. Le président Béji Caïd Essebsi s'en est, lui, pris à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20111126145150 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20111126145150 from 172.16.0.100