Extension Factory Builder
26/11/2011 à 15:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Radhouane el-Meddeb danse en préparant un couscous puis le partage avec le public. Radhouane el-Meddeb danse en préparant un couscous puis le partage avec le public. © D.R.

En novembre, le chorégraphe tunisien Radhouane el-Meddeb est le grand invité de l’espace de La Ferme du Buisson, à Marne-la-Vallée, près de Paris. Le lieu lui a laissé carte blanche pour organiser samedi 26 novembre la traditionnelle « Nuit Curieuse Leyla Tounsia ! », une soirée de rencontres artistiques autour de la société contemporaine tunisienne, en plein Printemps arabe. L’occasion pour lui de revenir sur une de ses créations les plus originales : "Je danse et je vous en donne à bouffer", un spectacle plein de saveurs, entre danse et cuisine.

Le concept est simple mais savoureux : danser en cuisinant. Ou cuisiner en dansant. Le spectacle, créé en 2008 pour « Sonorités et corps d’Afrique », le festival initié par le chorégraphe burkinabè Salia Sanou, a depuis fait le tour du monde, recevant partout un accueil chaleureux. Présenté en préambule à « la Nuit Curieuse Leyla Tounsia ! », le spectacle Je danse et je vous en donne à bouffer est la simple histoire d’un partage. Le partage d’un couscous, préparé sur scène par Raddhouane el-Meddeb, et le partage d’une danse au rythme de la musique tunisienne traditionnelle.

Car Je danse… est un spectacle avant tout intimiste et généreux. Il n’y a pas de « rapport de supériorité » du danseur sur le spectateur. Les deux se retrouvent dans un rapport frontal (il n’y a pas non plus de scène à proprement parler) qui laisse la part belle à l’odorat, invité inattendu de la chorégraphie.

Les odeurs sont entêtantes, l'appétit grandit, les pieds marquent nerveusement le rythme : le couscous est presque cuit. Radhouane lance les assiettes, distribue les couverts à la hâte, s’arrête le temps de respirer, pour mieux disparaître et nous laisser le temps de savourer.

Liberté et création

Ce n’est pas un hasard si la Ferme du Buisson, un centre qui s’applique à soutenir la création contemporaine internationale, a laissé carte blanche à Radhouane el-Meddeb pour la programmation de « la Nuit Curieuse Leyla Tounsia ! » samedi 26 novembre à Marne-le-Vallée. Le projet, interdisciplinaire, célèbre la culture tunisienne au sens large, entre tradition et modernité.

Ateliers et spectacles de danse, expositions photographiques, performances d'artistes en tout genre se donnent rendez-vous pour rendre hommage à la révolution tunisienne. Par cet événement, le chorégraphe voulait réunir ceux qui ont toujours travaillé dans un contexte politique dictatorial, et qui, aujourd’hui, participent à la reconstruction de leur pays.

Mais, si Radhouane el-Meddeb est fier de fêter cette liberté toute nouvelle, son regard s’assombrit quand on en lui parle de la victoire d’Ennahdha à l’Assemblée Constituante (89 sièges sur 217) ou de la récente élection de Ben Jaafar à sa présidence. « J’ai très peur pour les acquis tunisiens », confie-t-il. « Tout ce qui a fait de notre pays, un pays indépendant et libre et en avance par rapport aux autres pays arabes, tout ça va se perdre », poursuit-il. Pour lui, l’élection du mouvement islamiste à la Constituante ne résulte que d’un vote de mécontentement de la part du peuple tunisien : « les Tunisiens ne s’aiment plus, ne se reconnaissent plus : il y a un grand décalage entre la capitale et la province, et ce vote démontre cela. Ennahdha a su aller chercher des voix chez les gens misérables », affirme-t-il.

_________

La Nuit Curieuse Leyla Tounsia, samedi 26 novembre à La Ferme du Buisson, Marne-la-Vallée.

Pour plus d’information, retrouvez le site de l’évènement ici.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : qui sont les terroristes ?

Tunisie : qui sont les terroristes ?

Origines, localisation, mobilité, réseaux... État des lieux de la nébuleuse jihadiste en Tunisie.[...]

Tunisie : le député Mohamed Ali Nasri attaqué chez lui par des hommes armés

Le député tunisien Mohamed Ali Nasri a été agressé dans la nuit par des hommes armés dans son domicile de Kasserine. Il s'est cassé une jambe dans sa fuite.[...]

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de[...]

Tunisie : Ennahdha lorgne les portefeuilles sociétaux

Ennahdha ambitionne d'influencer la société tunisienne en profondeur. Son premier objectif pour y parvenir : s'emparer des portefeuilles dits "sociétaux".[...]

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de[...]

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex