Extension Factory Builder
17/11/2011 à 19:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Bertin Kisob est-il réellement un révolutionnaire ? Bertin Kisob est-il réellement un révolutionnaire ? © D.R.

Candidat recalé à l’élection présidentielle du 9 octobre dernier, Bertin Kisob avait revendiqué une fusillade au pont du Wouri à Douala, le 29 septembre 2011. Mais aussi l’assassinat de deux gendarmes dans la péninsule de Bakassi, le 9 octobre, sous la bannière de l’Armée de libération du peuple camerounais.

Les leaders autoproclamés de l’Armée de libération du peuple camerounais (ALPC) ne répondent plus au téléphone. Les fidèles de l’église Maatiste dont Bertin Kisob était le pasteur-fondateur, n’ont plus revu ce dernier depuis plus d’un mois, et n’ont aucune nouvelle. Son père, John Kisob, colonel retraité de l’armée camerounaise, accuse le coup après avoir été brièvement interpellé suite aux déclarations de guerre de son fils.

Bertin Kisob s’est fait passer pour un révolutionnaire après l’attaque du pont sur le Wouri à Douala, le 29 septembre dernier. Une fusillade suivie de la découverte d’une grenade dans les locaux de la représentation d’Elections Cameroon à Limbé, à 60 kilomètres de Douala, puis par l’assaut ayant abouti à la mort de deux gendarmes dans la localité d’Isanguele à Bakassi le jour du scrutin présidentiel qui a vu Paul Biya réélu. Kisob se disait déterminé à « mettre un terme au long règne de Paul Biya et instaurer la démocratie au Cameroun ».

L'armée embarassée

Une source militaire confirme que « Bertin Kisob est effectivement aux arrêts depuis début novembre ». Les responsables de l’armée contactés se montrent plutôt embarrassés, mais finissent par reconnaître que « personne ne peut défier l’autorité de l’État, provoquer l’armée, prôner l’insurrection, et rester impuni. Où est donc détenu le chef de l’ALPC ?

À en croire une source à l’Etat-major des armées à Yaoundé, ce serait « probablement à la base du Bataillon d’intervention rapide (BIR) à Man’o War Bay Limbé ». Au sein du commandement de la police, tout comme à la gendarmerie, aucun responsable n’accepte de s’exprimer sur l’affaire. « Le moment venu, le gouvernement va communiquer sur ce qui se passe avec ce soi-disant pasteur rebelle », affirme un collaborateur du gouverneur de la région du Sud-Ouest.

Depuis l’annonce de l’arrestation de Bertin Kisob par le quotidien Le Jour, silence radio du côté du gouvernement. À Limbé comme à Douala, les sources proches de l’affaire affirment qu’elle relève du « secret défense », tout en précisant que « l’intéressé subit les interrogatoires conduits par des spécialistes ». Il s’agit en réalité d’obtenir de Kisob qu’il précise « ses motivations, donne les noms de ses commanditaires et des complices s’il y en a ».

_________

Par Armelle Nya, à Limbé

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Combats entre l'armée camerounaise et Boko Haram, 2 militaires tués

Combats entre l'armée camerounaise et Boko Haram, 2 militaires tués

Plusieurs dizaine de membres de Boko Haram ont attaqué jeudi soir un village camerounais proche de la frontière nigériane. Deux militaires camerounais sont morts.[...]

Le cacao grimpe à son plus haut niveau en trois ans

Le cacao a atteint son plus haut niveau en trois ans (2000 livres la tonne à la Bourse de Londres et 3 234 dollars à celle de New York) grâce à une bonne demande mais aussi en raison d'un regain[...]

Cameroun : les "embrouilles" judiciaires d'Eto'o, accusé par son ex de publication de photos obscènes

Hélène Nathalie Koah, l'ex-petite amie de Samuel Eto'o, accuse ce dernier d'avoir publié des photos d'elle dénudée sur le web. Le footballeur camerounais avait déjà porté[...]

Les Camerounais sont-ils trop gourmands ?

En ce mois de juillet, la question de la nourriture ne concerne pas que ceux qui s’en privent pour des raisons de pratique religieuse. Elle taraude ceux qui en sont privés, quand bien même leur budget[...]

Cameroun : le parlement autorise la ratification de l'APE intérimaire

L’accord prévoit un démantèlement tarifaire sur les quinze prochaines années et une libéralisation de 80% des importations venant de l’Union européenne. Devant le blocage des[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Mondial 2014 - Mboma : "Le Brésil de Scolari n'a jamais voulu changer de système de jeu"

Comme tout le monde, Patrick Mboma a été estomaqué par la demi-finale perdue par le Brésil face à l’Allemagne (1-7), mardi 8 juillet au soir. L’ancien attaquant international[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Cameroun : Zang Adzaba et son Cardiopad, le coeur sur la main

Son invention pourrait sauver des vies... et a déjà bouleversé la sienne. À 26 ans, Arthur Zang Adzaba est le jeune papa du Cardiopad. Il a reçu le prix Rolex à l'esprit[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers