Extension Factory Builder
17/11/2011 à 19:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Bertin Kisob est-il réellement un révolutionnaire ? Bertin Kisob est-il réellement un révolutionnaire ? © D.R.

Candidat recalé à l’élection présidentielle du 9 octobre dernier, Bertin Kisob avait revendiqué une fusillade au pont du Wouri à Douala, le 29 septembre 2011. Mais aussi l’assassinat de deux gendarmes dans la péninsule de Bakassi, le 9 octobre, sous la bannière de l’Armée de libération du peuple camerounais.

Les leaders autoproclamés de l’Armée de libération du peuple camerounais (ALPC) ne répondent plus au téléphone. Les fidèles de l’église Maatiste dont Bertin Kisob était le pasteur-fondateur, n’ont plus revu ce dernier depuis plus d’un mois, et n’ont aucune nouvelle. Son père, John Kisob, colonel retraité de l’armée camerounaise, accuse le coup après avoir été brièvement interpellé suite aux déclarations de guerre de son fils.

Bertin Kisob s’est fait passer pour un révolutionnaire après l’attaque du pont sur le Wouri à Douala, le 29 septembre dernier. Une fusillade suivie de la découverte d’une grenade dans les locaux de la représentation d’Elections Cameroon à Limbé, à 60 kilomètres de Douala, puis par l’assaut ayant abouti à la mort de deux gendarmes dans la localité d’Isanguele à Bakassi le jour du scrutin présidentiel qui a vu Paul Biya réélu. Kisob se disait déterminé à « mettre un terme au long règne de Paul Biya et instaurer la démocratie au Cameroun ».

L'armée embarassée

Une source militaire confirme que « Bertin Kisob est effectivement aux arrêts depuis début novembre ». Les responsables de l’armée contactés se montrent plutôt embarrassés, mais finissent par reconnaître que « personne ne peut défier l’autorité de l’État, provoquer l’armée, prôner l’insurrection, et rester impuni. Où est donc détenu le chef de l’ALPC ?

À en croire une source à l’Etat-major des armées à Yaoundé, ce serait « probablement à la base du Bataillon d’intervention rapide (BIR) à Man’o War Bay Limbé ». Au sein du commandement de la police, tout comme à la gendarmerie, aucun responsable n’accepte de s’exprimer sur l’affaire. « Le moment venu, le gouvernement va communiquer sur ce qui se passe avec ce soi-disant pasteur rebelle », affirme un collaborateur du gouverneur de la région du Sud-Ouest.

Depuis l’annonce de l’arrestation de Bertin Kisob par le quotidien Le Jour, silence radio du côté du gouvernement. À Limbé comme à Douala, les sources proches de l’affaire affirment qu’elle relève du « secret défense », tout en précisant que « l’intéressé subit les interrogatoires conduits par des spécialistes ». Il s’agit en réalité d’obtenir de Kisob qu’il précise « ses motivations, donne les noms de ses commanditaires et des complices s’il y en a ».

_________

Par Armelle Nya, à Limbé

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Satan is back

Même si l'on reproche aux journalistes - souvent à raison - de ne parler de l'Afrique subsaharienne que sous l'angle de ses échecs, lesquels masquent le foisonnement de ses réussites qu[...]

Cameroun : les vérités de Marafa Hamidou Yaya

Dans une interview exclusive réalisée par correspondance, parue dans le Jeune Afrique n°2803, Marafa Hamidou Yaya, l'ancien ministre camerounais de l’Administration territoriale, dément formellement[...]

Cameroun : Lydienne Yen Eyoum reconnue coupable de détournements de fonds publics

Le verdict est tombé dans le procès de Lydienne Yen Eyoum. L'avocate franco-camerounaise, accusée de détournements de fonds publics, a été reconnue coupable vendredi par le Tribunal[...]

Faut-il avoir peur de l'APE ?

Après plus de dix ans de négociations, l'accord de partenariat économique a enfin été conclu entre l'Union européenne et une grande partie de l'Afrique subsaharienne... Mais[...]

Mbara Guérandi : enquête sur une affaire d'État camerounaise

Guérandi Mbara était l'un des cerveaux du putsch de 1984. Pendant trente ans, depuis son exil ouagalais, il a menacé de s'en prendre à nouveau à Paul Biya, au nez et à la barbe des[...]

Douala, port de l'angoisse

L'infrastructure par laquelle transite le commerce du Cameroun, du Tchad et de la Centrafrique est au bord de l'asphyxie. Les opérateurs publics et privés gèrent l'urgence, mais les solutions de long terme se[...]

Cameroun : Baileys, l'alcool qui peut vous envoyer en prison

Au Cameroun, mieux vaut faire attention à la boisson que l'on commande. Si une Guiness ne déclenchera que des regards approbateurs, un Baileys pourrait vous valoir une dénonciation pour homosexualité.[...]

Nigeria : afflux de réfugiés fuyant Boko Haram, le HCR tire la sonnette d'alarme

De plus en plus de civils fuient les combats dans le nord-est du Nigeria pour se réfugier dans les pays voisins. Mardi, le HCR a lancé un appel aux dons de 34 millions de dollars pour aider 75 000 [...]

Lions du Cameroun : l'irrésistible ascension de Choupo-Moting

Passé cet été de Mayence à Schalke 04, un des meilleurs clubs allemands, Éric Maxim Choupo-Moting (25 ans) a également été nommé vice-capitaine des Lions indomptables[...]

Musique : X Maleya fait son premier Olympia à Paris

Dimanche, le trio camerounais X Mayela sera en concert dans la la capitale française, à l'Olympia. Sur scène, ils auront des invités, dont un célèbre footballeur camerounais...[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers