Extension Factory Builder
17/11/2011 à 18:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Cette photo, représentant le pape embrassant l'imam Ahmed al-Tayeb, est au coeur de la polémique. Cette photo, représentant le pape embrassant l'imam Ahmed al-Tayeb, est au coeur de la polémique. © AFP/Benetton

Une nouvelle fois, Benetton a frappé fort. Mardi, Alessandro Benetton, le vice-président du groupe textile éponyme a lancé à Rome la nouvelle campagne publicité de sa marque. Objectif : renouer avec les affiches « chocs » des années 90… Et ça marche, la photo du pape Benoît XVI embrassant l'imam Ahmed al-Tayeb fait polémique. Provoquer pour mieux marquer ?

Réunir Angela Merkel, Barack Obama, Benoît XVI, Mahmoud Abbas, Benyamin Netanyahou, Nicolas Sarkozy, l’imam Mohamed Ahmed al-Tayeb, Kim Jong-Il, Lee Muyung-Bak, Hugo Chavez, et Hu Jintao pour une même campagne de publicité était osé. Les faire s’embrasser, encore plus. Mais quand les grands dirigeants de ce monde échangent de savou-reux baisers, même au nom de la « Non haine » (Unhate), la polémique n’est jamais loin.

United Colors of Benetton est loin d’être à sa première controverse. Dès les années 90, la marque italienne s’était distinguée par ses publicités créatives, célébrant la différence et la mixité culturelle. Souvent contestées, les images Benetton en ont choqué plus d’un, détournant codes et institutions pour mieux célébrer le « vivre ensemble ». Déjà, en 1991, la publicité montrant une nonne embrassant langoureusement un prêtre avait fait des remous au Vati-can.

En 2011, Benetton récidive avec un photomontage montrant Benoît XVI échangeant un baiser avec Mohamed Ahmed al-Tayeb, imam de la mosquée d’Al-Azhar au Caire. S’ils ne sont pas les seuls à se laisser aller à cet improbable geste de tendresse - Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, Barack Obama et Hugo Chavez font de même - la fonction religieuse des deux concernés confère à la publicité une portée beaucoup plus polémique. Pour le Vatican, il s’agit d’« un grave manque de respect au pape » a-t-on faire savoir dans un communiqué.

Le père Federico Lombardi, porte-parole du Vatican, ne compte d’ailleurs pas en rester là : il a annoncé mardi à la presse que « des démarches auprès des autorités compétentes pour garantir (...) le respect de la figure du Saint Père allaient être entamées ». Il avait par ailleurs critiqué « une utilisation inacceptable de l’image du Saint Père, manipulée et instrumentalisée dans le cadre d’une campagne publicitaire à des fins commerciales ».

Marche arrière ?

Les publicités, qui seront placardées sur les murs parisiens dès jeudi, ont déjà bénéficié d’une campagne d’affichage sauvage en Italie. Relayées par les réseaux sociaux et notamment par Facebook, où les internautes sont invités à poster leurs propres photomontages sur le même thème, leur succès semble d’ores et déjà assuré pour Alessandro Benetton.

C’était sans compter les pressions exercées par le Vatican sur la marque. Le photomontage rassemblant Benoit XVI et l’imam d’Al Azhar sera en effet retiré de la campagne, une première dans l’histoire de la griffe. Benetton a même présenté ses excuses, se disant  « désolé que l'utilisation de l'image ait heurté la sensibilité des fidèles ».« Il s'agit d'images symboliques - avec une touche d'espérance ironique et de provocation constructive - pour promouvoir une réflexion sur la manière dont la politique, la foi, les idées, même si elles sont opposées et diverses, peuvent amener au dialogue et à la médiation », s'est justifié la marque.

Que le Saint-Siège s’offusque d’une telle image, c’était prévisible, mais pas que la marque fasse marche arrière. À moins qu’il s’agisse ici de l’ultime étape d’une campagne de pub savamment orchestrée. Car, à n’en pas douter, censurer ce baiser, c’est lui assurer la célébrité.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Crise de la dette : l'Europe sans tête

Article pr�c�dent :
Bénin : Benoît XVI à Cotonou, J-1

International

France-Maroc : Rabat appelle à tourner la page de la crise diplomatique

France-Maroc : Rabat appelle à tourner la page de la crise diplomatique

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, a appelé samedi à tourner la page de la crise diplomatique entre son pays et la France, confirmant un plein rétablissement de [...]

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

France : escarpins sur tapis de prière, une oeuvre censurée puis réexposée

L'installation de l'artiste Zoulikah Bouabdellah, d'abord retirée à la demande de son auteur d'une exposition en banlieue parisienne après qu'une association musulmane avait mis en garde sur un risque[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20111117180620 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20111117180620 from 172.16.0.100