Extension Factory Builder
10/11/2011 à 19:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La présidente du Liberia Ellen Johnson Sirleaf, le 8 novembre 2011 à Fefeh Town. La présidente du Liberia Ellen Johnson Sirleaf, le 8 novembre 2011 à Fefeh Town. © Issouf Sanogo/AFP

C’est dans un contexte très tendu que la présidente Ellen Johnson Sirleaf s'apprête à être réélue à la tête du Liberia. Selon des résultats partiels, elle est créditée de 90,8 % des suffrages lors d’un second tour boycotté par son adversaire Winston Tubman, et marqué par un faible de taux de participation, 37,4 %. Une situation qui met à mal la légitimité du prix Nobel de la paix 2011.

Sans rival après le boycott de l’opposant Winston Tubman, la présidente sortante Ellen Johnson Sirleaf a été réélue sans surprise, à l'issue du second tour de la présidentielle au Liberia, qui s’est déroulé le 8 novembre 2011.

Selon les premiers chiffres partiels publiés jeudi 10 novembre 2011 par la Commission électorale concernant 86 % des bureaux de vote, le scrutin a été marqué par une faible participation. Le prix Nobel de la paix 2011, obtiendrait 90,8 % des voix. Un second mandat obtenu dans les conditions les plus délétères et avec une participation de seulement 37,4%.

Porte ouverte

Sans doute consciente que le déroulement du scrutin présidentiel met à mal sa légitimité, et afin de tenter d’apaiser les tensions de ces derniers jours, Ellen Johnson Sirleaf pourrait proposer d’offrir des postes gouvernementaux à ses rivaux, affirme Associated Press (AP).

« Elle prendra contact avec les principaux leaders de l’opposition, ainsi que les membres des autres partie politiques », a déclaré le porte-parole du ministère de l’Information, Norris Tweah, précisant qu’inclure le Congrès pour le changement démocratique (CDC) et son candidat au gouvernement n’était pas exclu. « Il y a des gens bien au CDC », a-t-il dit. Le candidat du CDC avait, de son côté, annoncé qu’il n’accepterait pas les résultats de l’élection présidentielle, expliquant qu’il comptait faire entendre sa voix auprès de la communauté internationale, rapporte AP.

Des journalistes d’opposition se disent menacés

Dans le même temps, les dirigeants de quatre médias d’oppositions interdits de diffusion (deux radios et deux télévisions) doivent comparaître jeudi devant la justice libérienne. Les ministres de la Justice et de l’Information les accusent d’avoir « illégalement utilisé leurs médias en diffusant des messages de haine contre le gouvernement, de la désinformation délibérée et des messages de violence, et en incitant le peuple à se soulever et à descendre dans la rue et à s'engager dans une confrontation avec la police nationale du Libéria et les Nations Unies ».

« Je ne sais pas ce qu'il appelle incitation à la violence. Nous avons été très objectifs, équilibrés et crédibles dans notre reportage », a rétorqué Alexander Bealded, le directeur de KINGS-FM, l’une des radios concernées, précisant que la vie des journalistes d’opposition était aujourd’hui en danger.

« Nous sommes très menacés. Tous les soirs, nous devons nous déplacer d’un point à un autre », explique le journaliste « Les cas de plusieurs personnes ayant été menacés par des armes à feu nous préoccupe », a-t-il poursuivi, rapporte Voice of America. Alexander Bealded s’inquiète également que les seuls médias qui aient aujourd’hui l’autorisation d’émettre soient, selon lui, « des institutions en faveur de la propagande du gouvernement ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Libéria

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Une vingtaine d'artistes ouest-africains de renom se sont réunis pour interpeller les chefs d'État francophones sur la catastrophe que représente Ebola. Ils publient leur lettre ouverte dans Jeune Afrique. Par[...]

Lutte conte Ebola : qui donne, combien et à qui ?

Depuis le mois de mars, le virus Ebola a déjà fait officiellement plus de 5 400 morts en Afrique de l'Ouest. Qui, à travers le monde, se mobilise financièrement pour stopper l'épidémie ?[...]

Ebola : vers la mise en place d'un cordon sanitaire pour contenir le virus ?

Après la confirmation des cas d'Ebola au Mali, pays voisin d'États touchés par l'épidémie, l'Union européenne et la Croix-Rouge internationale tentent de mettre en place un cordon[...]

Ebola : l'état d'urgence levé au Liberia, premiers essais en Afrique pour trois traitements

Les autorités du Liberia ont décidé jeudi de ne pas prolonger l'état d'urgence instauré en août. Parallèlement, MSF a annoncé que trois traitements différents contre le[...]

Ebola : six souches, pas moins

Il existe actuellement six espèces différentes de virus Ebola, à la sévérité variable.[...]

CAN 2015 et Ebola : psychose et stigmatisation dans les stades

Les footballeurs originaires des pays touchés par l'épidémie sont durement stigmatisés lors des rencontres qualificatives pour la Coupe d'Afrique des nations. Témoignages.[...]

Ebola : la moitié des morts non comptabilisés ?

Jeudi, un expert de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que des milliers de victimes d'Ebola, enterrées sans être déclarées, n'étaient pas prises en compte[...]

Ebola : un arsenal thérapeutique balbutiant

S'il n'existe aucun traitement ni vaccin homologué contre le virus, la recherche scientifique progresse.[...]

Ebola : où sont passés les milliardaires africains ?

Seuls des milliardaires occidentaux tels Bill Gates ou Mark Zuckerberg se sont faits mécènes de la lutte contre Ebola. Leurs homologues africains, Aliko Dangote ou Nassef Sawiris,  pour ne citer qu'eux, sont aux[...]

Ebola : le codécouvreur du virus, Peter Piot, redoute une propagation en Chine

Le codécouvreur du virus Ebola, Peter Piot, a fait part jeudi de son inquiétude quant aux risques de propagation du virus en Chine, qui a une très importante communauté en Afrique de l'Ouest.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces