Extension Factory Builder
10/11/2011 à 18:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
En pays Ogoni, à Bodo, le pétrole est une vraie malédiction. En pays Ogoni, à Bodo, le pétrole est une vraie malédiction. © AFP Pius Utomi Ekpei

Trois mois après le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), un rapport conjoint d'Amnesty international et du Centre nigérian pour l'environnement, les droits humains et le développement (CEHRD, en anglais) tire la sonnette d'alarme sur le désastre écologique qui menace le delta du Niger, au Nigeria, deuxième producteur africain de pétrole.

Intitulé « La véritable tragédie : retards et échecs dans la lutte contre les déversements de pétrole dans le delta du Niger », ce rapport d'une cinquantaine de pages est une « étude de cas », selon les termes de Francis Perrin, vice-président d'Amnesty international France. Réalisé en partenariat avec le Centre nigérian pour l'environnement, les droits humains et le développement (CEHRD, en anglais) l’étude est sensée montrer ce que vivent au quotidien les populations du delta du Niger, dans le sud du Nigeria.

Pour l'exemple, l'organisation a choisi Bodo, ville de l'Ogoniland, dont les populations luttent depuis trois ans pour que leurs sols et leurs cours d'eaux soient nettoyés. La date de parution du rapport en elle-même est un symbole : c’est le 10 novembre, en 1995, que Ken Saro-Wiwa, écrivain et écologiste, fut exécuté pour avoir dénoncé les abus de l'industrie pétrolière dans le delta du Niger.

Fuites d'oléoduc

En août et décembre 2008, deux fuites dans l'oléoduc Trans-Niger ont provoqué d'importants déversements de pétrole dans la rivière et les étangs qui jouxtent Bodo, une ville de 69 000 habitants. L'équivalent de 1640 barils de brut selon la compagnie pétrolière anglo-hollandaise Shell, propriétaire des pipe-lines. Presque le triple, pour des experts commis par un cabinet d'avocats londonien.

Après trois ans de bataille, un collectif d'habitants de Bodo a décidé de porter l'affaire devant les tribunaux britanniques en avril dernier. Poussés sans doute par cette initiative, Shell Nigeria, qui jusque là niait toute responsabilité dans la pollution – en rejetant la faute sur des filiales – a fini par reconnaître formellement une part de responsabilité dans les fuites.

Sols imbibés de pétrole, résidus bitumeux flottant à la surface des cours, végétation et vie aquatique presque éradiqués... Les images de Bodo ont quelque choses de la vision d’apocalypse. « Impossible de pratiquer la pêche, ou d'avoir une activité agricole dans la région, explique Francis Perrin. Et les populations ne savent plus comment faire pour se nourrir... ». Sans compter les conséquences sur la santé : l'eau de la région est à forte teneur en benzène, un résidu pétrolier qui est très cancérigène.

Dépollution : 25 ans de travail

Selon un rapport - accablant - du Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue) paru en août, la dépollution du Delta du Niger prendrait plus de 25 ans. Aussi l'agence onusienne a-t-elle recommandé la mise en place par le gouvernement nigérian et Shell d'un fonds initial d'un milliard de dollars. Une proposition appuyée par Amnesty international pour qui cette recommandation est même un préalable : « La compagnie Shell fait des bénéfices colossaux et est en mesure d'avancer seule ce milliard ».

« Le cas de Bodo est symptomatique de la situation générale de l'industrie pétrolière du delta du Niger, déclare Patrick Naagbanton, coordinateur du CEHRD. Les autorités ne contrôlent pas les compagnies pétrolières et elles sont libres d'agir, sans crainte de sanctions ». Au Nigeria, les lois sur l'impact environnemental et social de l'exploitation pétrolière, sont peu, pour ne pas dire jamais, appliquées. Et l'Agence nationale de traitement des déversements pétroliers (Nosdra, en anglais), sous équipée, est inefficace lorsque ses agents ne sont pas accusés de corruprion. Par ailleurs, Amnesty international pointe du doigt des conflits d'intérêts entre le ministère fédéral des Ressources pétrolières, chargé à la fois de veiller au respect de la réglementation de l'industrie pétrolière mais aussi d'en maximiser les revenus.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Nigeria

Nigeria : décès d'un médecin contaminé par le virus Ebola à Port-Harcourt

Nigeria : décès d'un médecin contaminé par le virus Ebola à Port-Harcourt

Le Nigeria a annoncé mercredi un nouveau cas de décès dû au virus Ebola, dans la ville pétrolière de Port-Harcourt, au sud-est du pays.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Nigeria : Boko Haram tente de renforcer sa présence à la frontière camerounaise

Un jour après avoir pris d’assaut la ville de Gamboru Ngala, située au nord-est du Nigeria, les combattants du groupe islamiste Boko Haram ont tenté de faire exploser le pont de Fotokol qui relie le[...]

Ebola : un médecin libérien traité avec le sérum ZMapp décède

Un médecin libérien contaminé par Ebola, qui avait reçu une dose du sérum expérimental ZMapp, est décédé dans la nuit de dimanche à lundi. Le ministre de la[...]

Nord-est du Nigeria : Boko Haram attaque Gamboru Ngala, des milliers d'habitants s'enfuient

L’insurrection du groupe islamiste armé Boko Haram se poursuit au Nigeria. Plusieurs milliers de personnes ont été contraintes de fuir au Cameroun voisin, lundi, après l’attaque de la[...]

Les Africains marquent des points dans les jeux vidéo

 Les jeux vidéos ont la côte en Afrique et les studios du continent ne sont pas en reste. Au Nigeria, au Ghana ou au Kenya, les start-ups se lancent à la conquête d'un marché en plein essor.[...]

Nigeria : l'armée rejette le "califat islamique" proclamé par Boko Haram

L'armée nigériane a rejeté dimanche le "califat islamique" proclamé par les insurgés islamistes de Boko Haram dans la ville de Gwoza. Depuis avril, le groupe armé sème la[...]

Boko Haram proclame un "califat islamique" dans une ville du Nigeria

Le chef du groupe islamique armé Boko Haram, Abubakar Shekau, a déclaré un "califat islamique" à Gwoza, une ville du nord-est du Nigeria, dans une vidéo obtenue dimanche par l'AFP.[...]

Ebola : pour la première fois, un expert de l'OMS touché par la maladie

Un expert de l'Organisation mondiale de la santé, opérant en Sierra Leone pour lutter contre l'épidémie d'Ebola, a contracté le virus à l'origine de la fièvre hémorragique,[...]

Nigeria : 35 policiers portés disparus après une attaque attribuée à Boko Haram

Trente-cinq policiers nigérians d'un centre d'entraînement sont portés disparus dans le nord-est du pays à la suite d'une attaque du groupe islamiste Boko Haram, selon un communiqué[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex