Extension Factory Builder
10/11/2011 à 18:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
En pays Ogoni, à Bodo, le pétrole est une vraie malédiction. En pays Ogoni, à Bodo, le pétrole est une vraie malédiction. © AFP Pius Utomi Ekpei

Trois mois après le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), un rapport conjoint d'Amnesty international et du Centre nigérian pour l'environnement, les droits humains et le développement (CEHRD, en anglais) tire la sonnette d'alarme sur le désastre écologique qui menace le delta du Niger, au Nigeria, deuxième producteur africain de pétrole.

Intitulé « La véritable tragédie : retards et échecs dans la lutte contre les déversements de pétrole dans le delta du Niger », ce rapport d'une cinquantaine de pages est une « étude de cas », selon les termes de Francis Perrin, vice-président d'Amnesty international France. Réalisé en partenariat avec le Centre nigérian pour l'environnement, les droits humains et le développement (CEHRD, en anglais) l’étude est sensée montrer ce que vivent au quotidien les populations du delta du Niger, dans le sud du Nigeria.

Pour l'exemple, l'organisation a choisi Bodo, ville de l'Ogoniland, dont les populations luttent depuis trois ans pour que leurs sols et leurs cours d'eaux soient nettoyés. La date de parution du rapport en elle-même est un symbole : c’est le 10 novembre, en 1995, que Ken Saro-Wiwa, écrivain et écologiste, fut exécuté pour avoir dénoncé les abus de l'industrie pétrolière dans le delta du Niger.

Fuites d'oléoduc

En août et décembre 2008, deux fuites dans l'oléoduc Trans-Niger ont provoqué d'importants déversements de pétrole dans la rivière et les étangs qui jouxtent Bodo, une ville de 69 000 habitants. L'équivalent de 1640 barils de brut selon la compagnie pétrolière anglo-hollandaise Shell, propriétaire des pipe-lines. Presque le triple, pour des experts commis par un cabinet d'avocats londonien.

Après trois ans de bataille, un collectif d'habitants de Bodo a décidé de porter l'affaire devant les tribunaux britanniques en avril dernier. Poussés sans doute par cette initiative, Shell Nigeria, qui jusque là niait toute responsabilité dans la pollution – en rejetant la faute sur des filiales – a fini par reconnaître formellement une part de responsabilité dans les fuites.

Sols imbibés de pétrole, résidus bitumeux flottant à la surface des cours, végétation et vie aquatique presque éradiqués... Les images de Bodo ont quelque choses de la vision d’apocalypse. « Impossible de pratiquer la pêche, ou d'avoir une activité agricole dans la région, explique Francis Perrin. Et les populations ne savent plus comment faire pour se nourrir... ». Sans compter les conséquences sur la santé : l'eau de la région est à forte teneur en benzène, un résidu pétrolier qui est très cancérigène.

Dépollution : 25 ans de travail

Selon un rapport - accablant - du Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue) paru en août, la dépollution du Delta du Niger prendrait plus de 25 ans. Aussi l'agence onusienne a-t-elle recommandé la mise en place par le gouvernement nigérian et Shell d'un fonds initial d'un milliard de dollars. Une proposition appuyée par Amnesty international pour qui cette recommandation est même un préalable : « La compagnie Shell fait des bénéfices colossaux et est en mesure d'avancer seule ce milliard ».

« Le cas de Bodo est symptomatique de la situation générale de l'industrie pétrolière du delta du Niger, déclare Patrick Naagbanton, coordinateur du CEHRD. Les autorités ne contrôlent pas les compagnies pétrolières et elles sont libres d'agir, sans crainte de sanctions ». Au Nigeria, les lois sur l'impact environnemental et social de l'exploitation pétrolière, sont peu, pour ne pas dire jamais, appliquées. Et l'Agence nationale de traitement des déversements pétroliers (Nosdra, en anglais), sous équipée, est inefficace lorsque ses agents ne sont pas accusés de corruprion. Par ailleurs, Amnesty international pointe du doigt des conflits d'intérêts entre le ministère fédéral des Ressources pétrolières, chargé à la fois de veiller au respect de la réglementation de l'industrie pétrolière mais aussi d'en maximiser les revenus.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Nigeria

Nigeria : le vote se poursuit dimanche dans 300 bureaux pour une présidentielle serrée

Nigeria : le vote se poursuit dimanche dans 300 bureaux pour une présidentielle serrée

Quelque 300 bureaux de vote ont rouvert dimanche au Nigeria, au lendemain d'une première journée marquée par de nombreux problèmes techniques, mais aussi par une forte participation à la pr&ea[...]

Nigeria : frappes aériennes sur des positions de Boko Haram

L'armée nigériane a lancé dimanche des frappes aériennes et une opération terrestre contre des membres du groupe islamiste Boko Haram aux abords de la ville de Bauchi, dans le nord-est, selon[...]

Présidentielle nigériane : poursuite du scrutin pour 300 bureaux

Les électeurs de quelque 300 bureaux de vote au Nigeria se rendent à nouveau aux urnes dimanche, après une première journée marquée par des problèmes techniques et des violences[...]

Élections sous tension au Nigeria - le scrutin prolongé jusqu'à dimanche

La journée électorale au Nigeria ne s'est pas déroulé sans encombres. Des dysfonctionnements, des violences et des victimes sont à déplorer. Le scrutin a même été[...]

Nigeria : élections suspendues dans certains bureaux à cause de problèmes techniques

Les opérations de vote pour les élections présidentielle et législatives au Nigeria ont été suspendues samedi en raison de problèmes techniques dans certains bureaux, où[...]

Nigeria : au moins sept morts dans des attaques contre des bureaux de vote

Au moins sept personnes ont été tuées samedi dans plusieurs attaques menées par des islamistes présumés dans le nord-est du Nigeria contre des bureaux de vote le jour des[...]

Nigeria : ouverture des bureaux de vote pour la présidentielle

Les Nigérians commençaient samedi à se rendre aux urnes pour élire leur prochain président, au cours du scrutin le plus serré de l'histoire de ce pays le plus peuplé d'Afrique,[...]

Nigeria : l'armée affirme avoir repris Gwoza, le fief de Boko Haram

L'armée nigériane a annoncé vendredi avoir repris aux islamistes de Boko Haram la localité hautement symbolique de Gwoza dans le Nord-Est.[...]

Présidentielle nigériane : fin de partie

Le premier tour de l’élection présidentielle au Nigeria se tiendra demain. Parmi les 14 candidats, deux seulement ont des chances d’emporter la mise. L’actuel président, Goodluck Jonathan,[...]

Lutte contre Boko Haram : les couacs de la coopération entre le Tchad et le Nigeria

Le Tchad est le pays le plus impliqué dans la lutte contre Boko Haram. Son armée est la seule à s'être autant aventurée en territoire nigérian. Mais sa coopération avec Abuja laisse[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20111110174750 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20111110174750 from 172.16.0.100