Extension Factory Builder
10/11/2011 à 11:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des caisses d’armes dans un bunker abandonné en Libye, près de Syrte, le 26 octobre 2011. Des caisses d’armes dans un bunker abandonné en Libye, près de Syrte, le 26 octobre 2011. © AFP/Philippe Desmazes

Dans un entretien accordé à une agence d'information mauritanienne, Mokhtar Belmokhtar affirme qu'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a profité du conflit libyen pour s'armer. Ce chef terroriste a également évoqué l'existence de "relation idéologique" avec la rebellion libyenne.  

« Les combattants d'Aqmi ont été les plus grands bénéficiaires des révolutions dans le monde arabe (…) et pour ce qui est de l'acquisition de l'armement en Libye, c'est une chose tout à fait normale », a ainsi déclaré l'un des chefs de l'organisation terroriste, Mokhtar Belmokhtar, lors d'un entretien avec une agence d'information mauritanienne.

Exfiltrations d’armes et de missiles

Des propos qui viennent confirmer les dires de nombreux spécialistes et hommes politiques qui s'étaient déjà inquiétés de la dissémination d'armes libyennes au Sahel à la faveur du conflit en Libye.

C'est ainsi que dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président tchadien, Idriss Déby Itno, avait déclaré que « les islamistes d’Al-Qaïda (avaient) profité du pillage des arsenaux en zone rebelle [libyenne, NDLR] pour s’approvisionner en armes, y compris en missiles sol-air, qui ont été par la suite exfiltrées dans leurs sanctuaires du Ténéré [au Niger, NDLR] ».

De même, en juin, le ministre algérien chargé des Affaires maghrébines et africaines Abdelkader Messahel, déclarait que la Libye était devenue « un dépôt d'armes à ciel ouvert. »

Aqmi et les rebelles libyens

Mais si le dirigeant d'Aqmi d'origine algérienne Mokhtar Belmokhtar n'a pas donné plus de détails concernant les armes reçues par son organisation, il a cependant déconseillé aux ex-rebelles libyens de déposer les armes, estimant que c'étaient là le seul moyen de s'assurer « de la réalisation des objectifs de la révolution qui restent la mise en place d'un régime islamiste ».

Mokhtar Belmokhtar a également indiqué l'existence de « relations idéologiques » entre son organisation et « les jeunes combattants islamistes » libyens, tout en reconnaissant qu'Aqmi n'avait pas « combattu avec eux, sur le terrain, contre les forces de Kadhafi ».

Cela ne l'a pourtant pas empêché de déclarer que « les jeunes islamistes, les djihadistes (…) ont constitué le fer de lance de la révolution en Libye ».

Retrait français en Afghanistan

S'agissant des quatre otages français enlevés le 16 septembre 2010 dans le nord du Niger, à Arlit, il a indiqué qu'Aqmi réclamait toujours le retrait des troupes françaises d'Afghanistan, en contrepartie de leur libération.

« Notre direction avait exigé pour leur libération la sortie des forces françaises d'Afghanistan, ceci reste entièrement valable. Nous n'avons pas changé d'objectifs. »

Belmokhtar a également accusé le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz de mener une guerre par procuration contre Aqmi au profit de la France, tout en précisant que « le principe de la mise à l'écart de la Mauritanie (dans) cette confrontation peut faire l'objet de discussion ».

« Le régime (mauritanien) avait suggéré à nos frères (djihadistes) libérés (après une amnistie du président mauritanien) de nous envoyer une mission de religieux pour discuter avec nous des principes et objectifs de notre combat. Nous l'avons accepté et nous continuons toujours de l'accepter et de l'attendre » a-t-il ajouté.

(Avec AFP)

 
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mauritanie

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un [...]

Mauritanie : Dah Ould Abeid et 2 autres militants anti-esclavagistes condamnés à 2 ans de prison

Trois militants anti-esclavagistes de Mauritanie, dont l'ex-candidat à la présidentielle Biram Ould Dah Ould Abeid, ont été condamnés jeudi à deux ans de prison ferme.[...]

Mauritanie : Fatimata Mbaye, indestructible

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Décryptage : que signifie la condamnation à mort du jeune Mauritanien coupable d'apostasie ?

Le 24 décembre, un jeune Mauritanien a été condamné à mort pour apostasie, à Nouadhibou, dans le nord-ouest du pays, avant de faire appel deux jours plus tard. Cette décision[...]

Mauritanie : la défense fait appel de la condamnation à mort pour apostasie

Les avocats d'un jeune Mauritanien incarcéré depuis près d'un an pour un écrit considéré comme blasphématoire envers le prophète Mahomet et condamné à mort[...]

Mauritanie : un homme condamné à mort pour apostasie

Une organisation anti-esclavagiste de Mauritanie a appelé vendredi à gracier un jeune condamné à mort pour apostasie dans ce pays, regrettant "un procès expéditif mené sous[...]

Première condamnation à mort pour apostasie en Mauritanie

La première condamnation à mort pour apostasie de l'histoire de la Mauritanie depuis son indépendance en 1960 a été prononcée mercredi soir à Nouadhibou (Nord-Ouest) à[...]

Sahel : ces chefs jihadistes éliminés par les Français... et ceux qui courent toujours

Plusieurs chefs jihadistes de premier plan ont été tués par les forces françaises depuis le déclenchement de l'opération Serval au Mali, en janvier 2013. D'autres sont toujours en vie,[...]

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20111110111225 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20111110111225 from 172.16.0.100