Extension Factory Builder
10/11/2011 à 11:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des caisses d’armes dans un bunker abandonné en Libye, près de Syrte, le 26 octobre 2011. Des caisses d’armes dans un bunker abandonné en Libye, près de Syrte, le 26 octobre 2011. © AFP/Philippe Desmazes

Dans un entretien accordé à une agence d'information mauritanienne, Mokhtar Belmokhtar affirme qu'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a profité du conflit libyen pour s'armer. Ce chef terroriste a également évoqué l'existence de "relation idéologique" avec la rebellion libyenne.  

« Les combattants d'Aqmi ont été les plus grands bénéficiaires des révolutions dans le monde arabe (…) et pour ce qui est de l'acquisition de l'armement en Libye, c'est une chose tout à fait normale », a ainsi déclaré l'un des chefs de l'organisation terroriste, Mokhtar Belmokhtar, lors d'un entretien avec une agence d'information mauritanienne.

Exfiltrations d’armes et de missiles

Des propos qui viennent confirmer les dires de nombreux spécialistes et hommes politiques qui s'étaient déjà inquiétés de la dissémination d'armes libyennes au Sahel à la faveur du conflit en Libye.

C'est ainsi que dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président tchadien, Idriss Déby Itno, avait déclaré que « les islamistes d’Al-Qaïda (avaient) profité du pillage des arsenaux en zone rebelle [libyenne, NDLR] pour s’approvisionner en armes, y compris en missiles sol-air, qui ont été par la suite exfiltrées dans leurs sanctuaires du Ténéré [au Niger, NDLR] ».

De même, en juin, le ministre algérien chargé des Affaires maghrébines et africaines Abdelkader Messahel, déclarait que la Libye était devenue « un dépôt d'armes à ciel ouvert. »

Aqmi et les rebelles libyens

Mais si le dirigeant d'Aqmi d'origine algérienne Mokhtar Belmokhtar n'a pas donné plus de détails concernant les armes reçues par son organisation, il a cependant déconseillé aux ex-rebelles libyens de déposer les armes, estimant que c'étaient là le seul moyen de s'assurer « de la réalisation des objectifs de la révolution qui restent la mise en place d'un régime islamiste ».

Mokhtar Belmokhtar a également indiqué l'existence de « relations idéologiques » entre son organisation et « les jeunes combattants islamistes » libyens, tout en reconnaissant qu'Aqmi n'avait pas « combattu avec eux, sur le terrain, contre les forces de Kadhafi ».

Cela ne l'a pourtant pas empêché de déclarer que « les jeunes islamistes, les djihadistes (…) ont constitué le fer de lance de la révolution en Libye ».

Retrait français en Afghanistan

S'agissant des quatre otages français enlevés le 16 septembre 2010 dans le nord du Niger, à Arlit, il a indiqué qu'Aqmi réclamait toujours le retrait des troupes françaises d'Afghanistan, en contrepartie de leur libération.

« Notre direction avait exigé pour leur libération la sortie des forces françaises d'Afghanistan, ceci reste entièrement valable. Nous n'avons pas changé d'objectifs. »

Belmokhtar a également accusé le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz de mener une guerre par procuration contre Aqmi au profit de la France, tout en précisant que « le principe de la mise à l'écart de la Mauritanie (dans) cette confrontation peut faire l'objet de discussion ».

« Le régime (mauritanien) avait suggéré à nos frères (djihadistes) libérés (après une amnistie du président mauritanien) de nous envoyer une mission de religieux pour discuter avec nous des principes et objectifs de notre combat. Nous l'avons accepté et nous continuons toujours de l'accepter et de l'attendre » a-t-il ajouté.

(Avec AFP)

 
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mauritanie

Mauritanie : Mohamed Ould Abdelaziz droit dans ses bottes

Mauritanie : Mohamed Ould Abdelaziz droit dans ses bottes

Mohamed Ould Abdelaziz ne s'en laisse pas conter, délègue peu et décide tout seul. Portrait d'un omniprésident Mauritanien qui semble décidé à faire de la lutte contre la pa[...]

Mauritanie - Ely Ould Mohamed Vall : "L'insécurité est flagrante, le pays est en ébullition"

Le cousin et néanmoins grand rival du chef de l'État ne trouve rien de positif dans l'action du gouvernement. Et ne se prive pas de le faire savoir.[...]

Mauritanie : le front du refus se dégarnit

Les principaux adversaires du régime ont boycotté le dernier scrutin présidentiel. Atteints par la limite d'âge, ils ne pourront se présenter en 2019. Et, pour le moment, aucun dauphin ne[...]

Gouvernement mauritanien : comment faire du neuf avec du vieux

Pas de jeunes, peu de femmes ou de nouveaux visages... Le gouvernement Hademine ressemble à s'y méprendre au précédent. À quelques exceptions près.[...]

Mauritanie : drôle de stratégie

Plus puissant que jamais au sortir de deux années électorales qui auront vu son parti remporter haut la main, fin 2013, les scrutins législatifs et municipaux, avant que lui-même se fasse[...]

Mokhtar Belmokhtar, "le Ben Laden du Sahara"

Le journaliste mauritanien Lemine Ould M. Salem publie une enquête sur le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar. Édifiant.[...]

Justice : deux Mauritaniens condamnés à mort pour l'assassinat des touristes français en 2007

Deux Mauritaniens ont été condamnés à mort par la cour d'appel du tribunal de Nouakchott, pour l'assassinat de quatre touristes français en 2007, a-t-on appris mercredi.[...]

Interventions armées : l'Afrique de papa revient, vive l'ingérence ?

De la Mauritanie à Djibouti, leur présence ne fait plus grincer des dents. Américains, Français ou Britanniques, on se les arrache au nom de la lutte contre le terrorisme. Résultat : les[...]

Mobutu, Bédié, Ben Ali... Ces chefs d'État africains qui ont fui leurs palais

Délogés par des coups d'État, des rébellions ou des révolutions, de nombreux chefs d'État africains ont définitivement quitté leurs palais dans des conditions parfois[...]

Éthiopie : Hiroute Guebre Sellassie, une diplomate tout-terrain pour le Sahel

De Nouakchott à Niamey, le nouvel envoyé spécial de l'ONU se démène pour mobiliser chefs d'État et partenaires internationaux. Son nom ? Hiroute Guebre Sellassie.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces