Extension Factory Builder
09/11/2011 à 09:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'opposant Etienne Tshisekedi, candidat à la présidentielle en RDC, le 5 septembre 2011 à Kinshas L'opposant Etienne Tshisekedi, candidat à la présidentielle en RDC, le 5 septembre 2011 à Kinshas © AFP

La Belgique, l'Union européenne, la France, la Grande-Bretagne et l'ONU ont vivement réagi à "l’appel à la violence" de l'opposant et candidat à la présidentielle en RDC, Étienne Tshisekedi, ainsi qu’aux heurts qui ont suivi.

De nouvelles violences préélectorales ont eu lieu mardi en fin de journée en République démocratique du Congo (RDC), à Kinshasa. Un policier a été « agressé » par des militants de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), qui ont aussi incendié un véhicule de chantier, selon la police qui a arrêté sept personnes. Une grave recrudescence de la violence qui préoccupe la communauté internationale, à trois semaines de l’élection présidentielle et des législatives du 28 novembre.

Dans un communiqué publié mardi soir, la Mission de l'ONU en RDC (Monusco), qui appuie logistiquement l'organisation du scrutin, a exprimé « sa préoccupation quant au langage utilisé par certains leaders politiques incitant à la violence liée aux élections », et qui sont « des violations directes de la loi électorale congolaise et des normes électorales internationales ».

Réactions unanimes

« Inquiète » de la tournure prise par les évènements, l'Union européenne dit quant à elle avoir « pris note avec préoccupation des actes de violence et des propos tenus en public ces derniers jours appelant au non respect de la loi et susceptibles de conduire à un climat de violence et de tensions politiques, sociales et ethniques », selon un communiqué publié Kinshasa. L'UE appelle « encore une fois tous les acteurs politiques en RDC à s'engager sans réserve sur un processus électoral apaisé, respectueux de tous et permettant des élections libres, transparentes et crédibles », ajoute le texte.

La France a également invité les différents protagonistes « à éviter toute déclaration ou action qui seraient de nature à envenimer une situation déjà tendue », a déclaré Bernard Valero, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. Pour l'ambassadeur britannique à Kinshasa, Neil Wigan, les candidats sont tenus de « faire preuve de retenue durant la campagne électorale » et d’« éviter de faire usage d'un langage susceptible d'exacerber les tensions entre les communautés ou de nature à occasionner des affrontements avec les forces de sécurité », qui doivent « s'assurer qu'elles remplissent leurs devoirs avec professionnalisme », a-t-il ajouté.

Enfin, la Belgique s’en est prise sans le nommer à Étienne Tshisekedi, leader de l’UDPS, jugeant « inacceptable qu'un candidat se proclame lui-même président légitime et appelle à la violence, mettant ainsi en question les principes fondamentaux de la démocratie elle-même », ont déclaré les ministres belges des Affaires étrangères Steven Vanackere et de la Coopération Olivier Chastel dans un communiqué.

L'affaire RLTV

Dimanche, dans une interview à la télévision d'opposition Radio Lisanga TV (RLTV), Étienne Tshisekedi avait appelé ses partisans à « casser les portes des prisons » si le gouvernement ne libérait pas dans les « 48 heures » des militants arrêtés au cours de manifestations. Il s'était également autoproclamé « président de la République ».

Samedi et lundi à Lubumbashi (sud-est), plusieurs personnes ont été blessées dans des affrontements entre militants de l'UDPS d'un côté et du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD, au pouvoir) et de l'Union nationale des fédéralistes du Congo (Unafec) de l'autre.

Les propos du leader de l’UDPS ont conduit le Conseil supérieur de l'audiovisuel et de la communication (CSAC) à suspendre la RLTV jusqu'au 14 novembre. Une décision que l’ONG l’Observatoire de la liberté de la presse en Afrique (OLPA) a qualifiée lundi d'atteinte à la liberté de la presse, tout en condamnant les propos d'Étienne Tshisekedi.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : qui était le général Lucien Bahuma, chef de l'armée au Nord-Kivu ?

RDC : qui était le général Lucien Bahuma, chef de l'armée au Nord-Kivu ?

L'armée congolaise connaît un coup dur avec la mort du général Lucien Bahuma, chef d'état-major de la région troublée du Nord-Kivu, qui a joué un rôle clef dans les r&ea[...]

RDC : mort du chef de l'armée au Nord-Kivu après un malaise

Le général Lucien Bahuma, chef de l'armée congolaise pour la région troublée du Nord-Kivu, est mort dans la nuit de samedi à dimanche en Afrique du Sud après avoir fait un malaise[...]

Italie : le père de Cécile Kyenge a-t-il (vraiment) ensorcelé Roberto Calderoli ?

Connu notamment pour ses insultes racistes, Roberto Carderoli a affirmé mardi que le père de Cécile Kyenge l'avait ensorcelé. Et le sénateur italien dit détenir des preuves de ses[...]

RDC : Joseph Kabila cherche des alliés

Les concertations nationales de septembre et octobre 2013 en RDC entre Joseph Kabila et une partie de l'opposition n'auraient-elles servi à rien ? C'est bien possible. Explications.[...]

RDC : le journaliste Magloire Paluku toujours inquiet pour sa sécurité

Réchappé d'une tentative d'assassinat le 10 août, Magloire Paluku, directeur de Radio Kivu 1 et correspondant de RFI swahili à Goma, assure aujourd'hui lui-même sa[...]

RDC : l'isolement de la région touchée par Ebola limite la progression de l'épidémie

L’enclavement de la zone touchée par l’épidémie de fièvre hémorragique due au virus Ebola en République démocratique du Congo limite considérablement sa[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

RDC 

Kin-Kiey Mulumba : "La majorité des Congolais souhaitent voir Kabila continuer"

Au cœur du débat sur l'éventuelle modification de la Constitution en RDC, Kin-Kiey Mulumba, ministre congolais en charge des Nouvelles technologies, lance "Kabila désir". Une structure qui[...]

RDC : l'épidémie d'Ebola n'a "aucun lien avec celle qui sévit en Afrique de l'Ouest"

"Les résultats sont sortis positifs. Le virus Ebola est confirmé en RDC", a déclaré le ministre congolais (RDC) de la Santé, Félix Kabange Numbi.[...]

RDC : la fièvre hémorragique d'origine indéterminée "sous contrôle"

Le ministre congolais de la Santé, le Dr Félix Kabange Numbi, a annoncé vendredi que la fièvre hémorragique d'origine indéterminée qui a fait treize morts depuis le 11 août[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex