Extension Factory Builder
09/11/2011 à 09:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'opposant Etienne Tshisekedi, candidat à la présidentielle en RDC, le 5 septembre 2011 à Kinshas L'opposant Etienne Tshisekedi, candidat à la présidentielle en RDC, le 5 septembre 2011 à Kinshas © AFP

La Belgique, l'Union européenne, la France, la Grande-Bretagne et l'ONU ont vivement réagi à "l’appel à la violence" de l'opposant et candidat à la présidentielle en RDC, Étienne Tshisekedi, ainsi qu’aux heurts qui ont suivi.

De nouvelles violences préélectorales ont eu lieu mardi en fin de journée en République démocratique du Congo (RDC), à Kinshasa. Un policier a été « agressé » par des militants de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), qui ont aussi incendié un véhicule de chantier, selon la police qui a arrêté sept personnes. Une grave recrudescence de la violence qui préoccupe la communauté internationale, à trois semaines de l’élection présidentielle et des législatives du 28 novembre.

Dans un communiqué publié mardi soir, la Mission de l'ONU en RDC (Monusco), qui appuie logistiquement l'organisation du scrutin, a exprimé « sa préoccupation quant au langage utilisé par certains leaders politiques incitant à la violence liée aux élections », et qui sont « des violations directes de la loi électorale congolaise et des normes électorales internationales ».

Réactions unanimes

« Inquiète » de la tournure prise par les évènements, l'Union européenne dit quant à elle avoir « pris note avec préoccupation des actes de violence et des propos tenus en public ces derniers jours appelant au non respect de la loi et susceptibles de conduire à un climat de violence et de tensions politiques, sociales et ethniques », selon un communiqué publié Kinshasa. L'UE appelle « encore une fois tous les acteurs politiques en RDC à s'engager sans réserve sur un processus électoral apaisé, respectueux de tous et permettant des élections libres, transparentes et crédibles », ajoute le texte.

La France a également invité les différents protagonistes « à éviter toute déclaration ou action qui seraient de nature à envenimer une situation déjà tendue », a déclaré Bernard Valero, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. Pour l'ambassadeur britannique à Kinshasa, Neil Wigan, les candidats sont tenus de « faire preuve de retenue durant la campagne électorale » et d’« éviter de faire usage d'un langage susceptible d'exacerber les tensions entre les communautés ou de nature à occasionner des affrontements avec les forces de sécurité », qui doivent « s'assurer qu'elles remplissent leurs devoirs avec professionnalisme », a-t-il ajouté.

Enfin, la Belgique s’en est prise sans le nommer à Étienne Tshisekedi, leader de l’UDPS, jugeant « inacceptable qu'un candidat se proclame lui-même président légitime et appelle à la violence, mettant ainsi en question les principes fondamentaux de la démocratie elle-même », ont déclaré les ministres belges des Affaires étrangères Steven Vanackere et de la Coopération Olivier Chastel dans un communiqué.

L'affaire RLTV

Dimanche, dans une interview à la télévision d'opposition Radio Lisanga TV (RLTV), Étienne Tshisekedi avait appelé ses partisans à « casser les portes des prisons » si le gouvernement ne libérait pas dans les « 48 heures » des militants arrêtés au cours de manifestations. Il s'était également autoproclamé « président de la République ».

Samedi et lundi à Lubumbashi (sud-est), plusieurs personnes ont été blessées dans des affrontements entre militants de l'UDPS d'un côté et du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD, au pouvoir) et de l'Union nationale des fédéralistes du Congo (Unafec) de l'autre.

Les propos du leader de l’UDPS ont conduit le Conseil supérieur de l'audiovisuel et de la communication (CSAC) à suspendre la RLTV jusqu'au 14 novembre. Une décision que l’ONG l’Observatoire de la liberté de la presse en Afrique (OLPA) a qualifiée lundi d'atteinte à la liberté de la presse, tout en condamnant les propos d'Étienne Tshisekedi.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : cinq morts après une nouvelle attaque à la machette près de Beni

RDC : cinq morts après une nouvelle attaque à la machette près de Beni

Le territoire de Beni, région de l'est de la République démocratique du Congo (RDC) a été une nouvelle fois le théâtre de tueries à l'arme blanche, dans la nuit de jeudi &agra[...]

RDC : enlèvement de trois membres de la Monusco dans le Nord-Kivu

Deux Congolais et un Zimbabwéen, membres de l'unité de la Monusco chargée du déminage et de la neutralisation des munitions non explosées, ont été enlevés jeudi au[...]

Incident frontalier entre le Rwanda et la RDC : qui dit vrai ?

Les autorités du Nord-Kivu, dans l'est de la RDC, ont confirmé jeudi l’"infiltration" depuis dimanche de troupes rwandaises sur le territoire congolais. Mais il ne s'agirait que de[...]

RDC - Angola : ça plane pour Kabila et Dos Santos

Longtemps tendues, les relations entre la RDC et l'Angola connaissent une embellie. La preuve, les vols ont repris jeudi entre les deux pays.[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

RDC : le gouverneur du Nord-Kivu dénonce une incursion rwandaise à 120 km au nord de Goma

Les autorités congolaises ont confirmé mercredi l'incursion de militaires rwandais en RDC, dans le Nord-Kivu, en plein parc des Virunga. La raison de leur présence n'a toutefois pas été[...]

RDC : polémique, loi coloniale et fosses communes

La découverte d'une fosse commune à Maluku suscite l'émoi et un débat sur les modalités d'inhumation des cadavres non réclamés par leur famille. Surprise : c'est une loi[...]

Centrafrique : fin de cavale à Kinshasa pour Vomitiadé, l'ancien ministre du Tourisme

Condamné le 8 avril à deux ans de prison ferme pour viol sur mineure, l'ex-ministre centrafricain du Tourisme, Romaric Vomitiadé, est aujourd'hui en garde à vue à Kinshasa après[...]

RDC - Affaire Chebeya : reprise du procès en appel après deux ans d'interruption

Le procès en appel des assassins présumés du président de l'ONG congolaise la Voix des sans voix (VSV), Floribert Chebeya, et de son chauffeur, Fidèle Bazana, a repris mardi. La Haute Cour de[...]

RDC - José Makila : "On ne peut pas entasser des Congolais comme des rats dans une fosse commune"

Plus de 50 députés de l'opposition ont déposé dimanche une motion de défiance contre Évariste Boshab, vice-Premier ministre en charge de l'Intérieur. Selon eux, sa[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20111109085347 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20111109085347 from 172.16.0.100