Extension Factory Builder
07/11/2011 à 17:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
BHL entouré d'ex-rebelles du CNT. BHL entouré d'ex-rebelles du CNT. © Philippe Wojazer/Reuters

Dans son ouvrage à paraître mercredi 9 novembre, "La guerre sans l’aimer", le philosophe français Bernard-Henri Lévy fait le récit de son engagement dans la guerre en Libye. De l’importance des livraisons d’armes françaises aux décisions prises lors de réunions secrètes, le philosophe raconte comment il a convaincu Nicolas Sarkozy de s’engager aux côtés des rebelles du Conseil national de transition dans ce conflit.

« J'ai beau ne pas croire aux miracles, le fait est qu'il se produit à cet instant une sorte de miracle ». Le « miracle » évoqué par le philosophe français Bernard Henri Lévy dans son dernier ouvrage "La guerre sans l'aimer" (à paraître mercredi aux éditions Grasset), s’est produit le 5 mars, à Benghazi. Alors qu’il se trouve dans la capitale rebelle, quelques heures après la formation du Conseil national de transition (CNT), le philosophe rencontre Mustapha Abdeljalil, qui deviendra par la suite le chef de l’organe politique de la rébellion. Bernard Henri Lévy propose à cet « inconnu » d’emmener une délégation du CNT à Paris, et suggère l’idée au président français. « Accepterais-tu de recevoir, personnellement, cette délégation ? », demande-t-il à Nicolas Sarkozy. « Bien sûr », lui répond le chef d’État.

La délégation sera reçue le 10 mars à l'Élysée, et la France sera le premier pays à reconnaître officiellement le CNT. Après de multiples tractations à l'ONU, l’opération militaire aérienne est déclenchée le 19 mars en Libye. D’après les propos du philosophe, la France va également accorder une aide militaire importante sur le terrain aux forces du CNT. 

"Vous avez besoin de quoi ?"

Le 13 avril, BHL fait venir, en pleine nuit et en toute discrétion, le chef militaire Abdelfettah Younes à Paris, en compagnie d’autres commandants. Après avoir rappelé l'aide militaire déjà fournie par le Qatar, et les instructeurs français déjà sur le terrain, Nicolas Sarkozy les questionne sur leur besoins. Un participant lui tend alors une liste sur laquelle est écrit : « Cent 4X4 blindés... du 12,5 et du 14,5... du matériel de transmission... deux cents talkies-walkies plus deux bases et, si possible trois... un minimum de cent pick-up, de sept à huit cents RPG7... mille kalachnikovs... quatre et si l'on peut, cinq Milan lance-missile... ».

Le lendemain, dans un grand hôtel parisien, Abdelfettah Younes recevra la visite du responsable de la société française Panhard, spécialisée dans les blindés, muni de son catalogue et de bons de commande. « Le matériel est sur zone, en fait. C'est du très beau matériel. Et comme l'acheteur - vous voyez qui je veux dire - ne l'a jamais payé, nous pouvons livrer très vite ». Les combattants du Djebel Nefousa recevront 40 tonnes de matériel, via les pays arabes amis, raconte BHL dans son ouvrage. Une même promesse tenue quelques semaines plus tard, cette fois-ci pour les rebelles de Misrata.

(Avec AFP)




 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Racisme : les populations noires, boucs émissaires des milices

Racisme : les populations noires, boucs émissaires des milices

Bien que représentés dans les plus hautes sphères, les Noirs sont trop souvent assimilés aux mercenaires de Kaddafi, et, à ce titre, persécutés.[...]

Libye - Ali Zeidan : "Je n'ai pas dit mon dernier mot"

Démis de ses fonctions à l'instigation des islamistes, l'ex-Premier ministre aujourd'hui en exil, Ali Zeidan, entend revenir à Tripoli malgré les risques encourus.[...]

Le groupe jihadiste qui a enlevé les diplomates tunisiens en Libye diffuse une vidéo

Mohamed Ben Cheikh, employé de l'ambassade de Tunisie en Libye, avait été enlevé le 21 mars à Tripoli. Un mois plus tard, un groupe jihadiste a publié une vidéo dans laquelle[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Libye : un diplomate tunisien enlevé à Tripoli

Un diplomate tunisien a été enlevé jeudi à Tripoli, selon une source des services de sécurité.[...]

Libye : Ibrahim al-Jadhran, un milicien exigeant

Ibrahim al-Jadhran, qui bloque les terminaux pétroliers de Cyrénaïque depuis août 2013, a conclu un accord le 6 avril avec les autorités. Mais, selon ses proches, cet accord[...]

Tunisie - Rached Ghannouchi : moi, diplomate

Fort de ses nombreux contacts noués dans le monde arabe, le leader islamiste tunisien se rêve en médiateur sur la scène politique libyenne.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Libye : l'ambassadeur de Jordanie enlevé à Tripoli

L'ambassadeur de Jordanie en Libye, Fawaz Al-Itan, a été enlevé mardi à Tripoli par des hommes armés. Son chauffeur aurait été blessé dans l'attaque.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces