Extension Factory Builder
04/11/2011 à 18:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Bruno Ben Moubamba : 'J’ai décidé de rentrer au Gabon au cours de l’année 2012'. Bruno Ben Moubamba : "J’ai décidé de rentrer au Gabon au cours de l’année 2012". © D.R.

Ancien vice-président de l’Union nationale et ancien candidat à la présidentielle gabonaise, l’opposant Bruno Ben Moubamba vient d’annoncer à 41 ans son adhésion à l’Union du peuple gabonais (UPG), quelques semaines après la mort du fondateur de ce parti, Pierre Mamboundou. Interview.

Jeuneafrique.com : Pourquoi avez-vous décidé d’adhérer à l’UPG ?

Bruno Ben Moubamba : Mon adhésion est acquise. Je serai un membre actif enthousiaste car c’est le dernier grand parti de l’opposition gabonaise. J’ai vécu très douloureusement la dissolution de l’Union nationale [survenue en janvier 2011, NDLR], dont j’étais un des vice-présidents, et j’arrive à l’UPG pour essayer de participer à la reconstruction de ce parti afin qu’il survive à son fondateur, Pierre Mamboudou.

Je devais faire cette action pour honorer ce dernier car il m’avait demandé en 2009 de me désister pour soutenir sa candidature lors du scrutin du 30 août 2009. Je n’avais pas jugé opportun de le faire et je le regrette. Entrer à l’UPG aujourd’hui, c’est une manière de réparer cette erreur politique.

Comment comptez-vous vous rendre utile au sein de ce parti ?

Nous verrons le moment venu. J’ai décidé de rentrer au Gabon au cours de l’année 2012, après l’élection du nouveau président français ou la réélection du président sortant, Nicolas Sarkozy. Vous savez à quel point les chefs d’État français influencent la gouvernance des pays africains francophones. Il est important d’agir en France, notamment sur le vote des africains français. Avec l’écrivaine Calixthe Béyala et plusieurs autres personnalités, nous venons de créer le Mouvement des Africains-Français (MAF), pour faire du lobbying afin de peser sur la présidentielle française.

Je demande aux Gabonais de ne pas se laisser manipuler par les tenants de la stratégie du chaos parce que personne n’y gagnera.

Une partie de l’opposition gabonaise prône le boycott les législatives du 17 décembre pour dénoncer le refus du gouvernement d’introduire les données biométriques dans le fichier électoral. Approuvez-vous cette stratégie ?

Non. Je pense que nous avons plus de chance de faire avancer le débat sur la biométrie en siégeant à l’Assemblée nationale. Le boycott est contre-productif. C’est comme ça que Pierre Mamboundou raisonnait et moi je demande aux Gabonais de ne pas se laisser manipuler par les tenants de la stratégie du chaos parce que personne n’y gagnera.

Pourtant, entre participation et boycott, l’UPG a beaucoup hésité…

Un débat interne s’est tenu au sein du parti et un vote a eu lieu. Sur 30 membres, 16 voix ont voté pour la participation aux législatives, 13 voix se sont prononcées pour le boycott tandis qu’une voix s’est abstenue. La démocratie interne a ainsi donné un résultat devant lequel il faut s’incliner. Et ce choix est en train d’entraîner une partie de l’opposition, brisant ainsi l’union sacrée qui s’était formée autour du mouvement « ça suffit comme ça ».

N’avez-vous pas le sentiment de porter un coup dur au combat pour la transparence aux élections ?

Non, je continuerai à me battre pour cela. Moi j’ai plutôt le sentiment qu’aujourd’hui, les Gabonais sont pris en otage par la querelle des deux héritiers d’Omar Bongo Ondimba [Ali Bongo Ondimba et André Mba Obame, NDLR] qui sont l’un à la présidence et l’autre dans l’opposition. Ils sont tous les deux des tenants de la stratégie du chaos. L’un dit « pas de biométrie pas d’élection » en sachant que l’autre refusera de la mettre en place. Il ne faut pas faire une fixation sur la biométrie ici et maintenant. Il y aura d’autres occasions.

____________

Propos recueillis par Georges Dougueli

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Gabon

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop ch&eg[...]

Gabon : petits ajustements pour grande échéance

Les piliers du gouvernement gabonais ont été maintenus dans leurs fonctions, le 3 octobre, mais ils ont senti passer le vent du boulet. Le chef de l'État Ali Bongo Ondimba est bien[...]

CAN 2015: l'Algérie et le Cap-Vert ont leur billet pour le Maroc

La quatrième journée des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations 2015 a eu lieu mercredi. En voici les résultats.[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Immigration : l'Europe à tout prix d'Alpha Coulibaly

Alain Mabanckou est un écrivain franco-congolais.[...]

L'eldorado européen de la prostitution africaine

Des filières de prostitution structurées se sont mises en place entre l'Afrique et l'Europe. Lorsqu'elles ne tombent pas aux mains des mafieux, ces femmes développent un business florissant.[...]

Gabon : léger remaniement du gouvernement

Quatre ministres sortants, deux qui montent en puissance... Les principaux enseignements du remaniement de vendredi dernier au Gabon.[...]

Gabon - Jean Rémy Ossibadjouo : Franceville, "un paradis pour jeunes médecins"

Pôle sanitaire de référence au Gabon, le centre hospitalier régional de Franceville est moderne et bien coté. Mais souffre d'un manque de praticiens.[...]

Gabon : Franceville blues

Dans le fief de l'ancien président gabonais Omar Bongo Ondimba, les demeures laissées à l'abandon illustrent le changement d'ère. Les cartes du pouvoir sont aujourd'hui redistribuées.[...]

Assises sociales au Gabon : un pacte en trois actes

À l'issue des Assises sociales, qui se sont tenues à Libreville les 25 et 26 avril, le chef de l'État a annoncé les mesures concrètes qu'il avait[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers