Extension Factory Builder
27/10/2011 à 20:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président malien ATT a été reçu à Alger par son homologue du 24 au 27 octobre. Le président malien ATT a été reçu à Alger par son homologue du 24 au 27 octobre. © AFP

Amadou Toumani Touré a achevé, le jeudi 27 octobre, une visite officielle de quatre jours en Algérie. Au-delà des déclarations de bonnes intentions, les relations entre les deux parties restent tendues.

Le président malien est rentré jeudi 27 octobre à Bamako après une visite en Algérie de quatre jours. Officiellement, cette visite d’Amadou Toumani Touré (ATT) s’inscrit « dans le cadre de la tradition de dialogue et de concertation entre les deux pays ». Tradition qui avait cependant été mise à mal ces dernières années, notamment sur les questions de lutte contre le terrorisme.

Le séjour d'ATT a été marqué par un programme particulièrement chargé. Outre le traditionnel déjeuner au Palais du Peuple, donné en son honneur par Abdelaziz Bouteflika, et une série d’entretiens avec les principales personnalités politiques, il s’est également rendu à Tlemcen, ville d’origine du président algérien. Le déplacement a aussi porté ses fruits côté business. On note la signature d’un contrat de 2 millions d’euros pour l’achat de camions Sonacome destinés, entre autres, à l’armée malienne.

Face à la presse, ATT s'est donc déclaré satisfait de la qualité des relations avec l’Algérie. « L'axe Alger-Bamako se porte bien, et je dirais même qu'il s'est considérablement renforcé », a-t-il affirmé, mardi 25 octobre, sur le perron du Palais d’El Mouradia.

"Dissiper certains malentendus"

Mais la visite d’ATT, dont le deuxième mandat prend fin en 2012, n’a pas été un simple voyage d’agrément. Le président malien et son staff se sont attelés à « dissiper certains malentendus » qui ont provoqué de vives tensions entre Alger et Bamako.

L’un d’eux concerne la libération par le Mali, en février 2010, de quatre terroristes d’AQMI - dont deux Algériens - en échange de l’otage français Pierre Camatte. Le deal avait provoqué l’ire d’Alger. La question de la présence d’AQMI au nord du Mali, que l’Algérie a toujours considérée comme le résultat d’une forme de « laxisme » de la part du locataire de Koulouba, a également été au centre des discussions entre les deux parties.

Plus récemment, le kidnapping de trois Européens dans un camp sahraoui de Tindouf est venu raviver les tensions. Mardi, un ministre malien déclarait à l’AFP, sous couvert de l’anonymat, que l’enlèvement avait été organisé par la « branche sahraouie d’AQMI ». Des propos perçus par Alger comme une tentative « de jeter de l’huile sur le feu ».

Autre événement notable qui complique les rapports entre Bamako et Alger : la présence dans la capitale algérienne de Hama Ag Sid Ahmed, le porte-parole du bureau politique du Mouvement national de l’Azawed (MNA). Il aurait eu des entretiens avec certains responsables algériens pour évoquer la feuille de route arrêtée lors des dernières assises du mouvement, qui ont eu lieu du 7 au 15 octobre. Une feuille de route qui donne la primauté au dialogue avec l’État malien mais qui n’écarte pas le retour à la lutte armée.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Diaporama : ces chefs d'États africains qui sont morts de maladie au pouvoir

Diaporama : ces chefs d'États africains qui sont morts de maladie au pouvoir

Avant le Zambien Michael Sata, décédé mercredi 29 octobre à Londres, pas moins de dix chefs d'État africains étaient morts dans l'exercice de leur fonction. D'Houphouët Boigny à[...]

Doing Business 2015 : l'Afrique bat le record des réformes

 Selon le rapport "Doing Business" 2015 de la Banque mondiale, deux tiers des économies africaines ont connu une amélioration du climat des affaires. Le Sénégal et la RD Congo, qui[...]

Africa Stop Ebola : des artistes africains se mobilisent contre Ebola

Plusieurs artistes africains de renommée internationale ont uni leurs voix dans la chanson "Africa Stop Ebola" afin de sensibiliser les populations locales aux risques de propagation du virus.[...]

France : Patrick Balkany, faux Foccart, vrai tocard

Le député français, Patrick Balkany, a été mis en examen dans le cadre d'une affaire d'évasion fiscale liée à son "activisme" africain sous Nicolas Sarkozy. [...]

Ebola : une ambassadrice américaine en tournée en Afrique de l'Ouest

L'ambassadrice des États-Unis auprès de l'ONU est arrivée dimanche en Guinée, première étape d'une tournée en Afrique de l'Ouest touchée par le virus Ebola. Samantha Power[...]

Ebola : des vaccins seront testés dans les pays d'Afrique les plus touchés

Des vaccins contre la fièvre Ebola seront testés, si possible en décembre, dans les trois principaux pays d'Afrique de l'Ouest touchés par l'épidémie selon l'OMS, alors qu'au Mali, la[...]

Ligue des champions : Lusadisu (AS Vita Club) et Zerara (ES Sétif), l'interview croisée

Les milieux de terrain Guy Lusadisu - qui a remporté deux fois le trophée avec le TP Mazembe - et Toufik Zerara sont deux des hommes forts de l’AS Vita Club et de l’ES Sétif, qui[...]

Diaporama : les lieux qui racontent l'Histoire de l'Afrique

La mémoire de l’Afrique, ce sont des ouvrages et des mythes. Mais ce sont aussi des lieux qui invitent au recueillement et suscitent parfois l’émotion.[...]

OGM : les pays africains les plus avancés

 Dans "Technologies agricoles génétiquement modifiées pour l'Afrique", un rapport commandité par la BAD, l'Institut international sur les politiques alimentaires préconise[...]

La danse des popotins

La danse des popotins "Nous sommes les hommes de la danse dont les pieds reprennent vigueur en frappant le sol dur." Ce vers, vous vous en êtes rendu compte, n'est pas de moi, mais bien de Léopold[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers