Extension Factory Builder
27/10/2011 à 20:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président malien ATT a été reçu à Alger par son homologue du 24 au 27 octobre. Le président malien ATT a été reçu à Alger par son homologue du 24 au 27 octobre. © AFP

Amadou Toumani Touré a achevé, le jeudi 27 octobre, une visite officielle de quatre jours en Algérie. Au-delà des déclarations de bonnes intentions, les relations entre les deux parties restent tendues.

Le président malien est rentré jeudi 27 octobre à Bamako après une visite en Algérie de quatre jours. Officiellement, cette visite d’Amadou Toumani Touré (ATT) s’inscrit « dans le cadre de la tradition de dialogue et de concertation entre les deux pays ». Tradition qui avait cependant été mise à mal ces dernières années, notamment sur les questions de lutte contre le terrorisme.

Le séjour d'ATT a été marqué par un programme particulièrement chargé. Outre le traditionnel déjeuner au Palais du Peuple, donné en son honneur par Abdelaziz Bouteflika, et une série d’entretiens avec les principales personnalités politiques, il s’est également rendu à Tlemcen, ville d’origine du président algérien. Le déplacement a aussi porté ses fruits côté business. On note la signature d’un contrat de 2 millions d’euros pour l’achat de camions Sonacome destinés, entre autres, à l’armée malienne.

Face à la presse, ATT s'est donc déclaré satisfait de la qualité des relations avec l’Algérie. « L'axe Alger-Bamako se porte bien, et je dirais même qu'il s'est considérablement renforcé », a-t-il affirmé, mardi 25 octobre, sur le perron du Palais d’El Mouradia.

"Dissiper certains malentendus"

Mais la visite d’ATT, dont le deuxième mandat prend fin en 2012, n’a pas été un simple voyage d’agrément. Le président malien et son staff se sont attelés à « dissiper certains malentendus » qui ont provoqué de vives tensions entre Alger et Bamako.

L’un d’eux concerne la libération par le Mali, en février 2010, de quatre terroristes d’AQMI - dont deux Algériens - en échange de l’otage français Pierre Camatte. Le deal avait provoqué l’ire d’Alger. La question de la présence d’AQMI au nord du Mali, que l’Algérie a toujours considérée comme le résultat d’une forme de « laxisme » de la part du locataire de Koulouba, a également été au centre des discussions entre les deux parties.

Plus récemment, le kidnapping de trois Européens dans un camp sahraoui de Tindouf est venu raviver les tensions. Mardi, un ministre malien déclarait à l’AFP, sous couvert de l’anonymat, que l’enlèvement avait été organisé par la « branche sahraouie d’AQMI ». Des propos perçus par Alger comme une tentative « de jeter de l’huile sur le feu ».

Autre événement notable qui complique les rapports entre Bamako et Alger : la présence dans la capitale algérienne de Hama Ag Sid Ahmed, le porte-parole du bureau politique du Mouvement national de l’Azawed (MNA). Il aurait eu des entretiens avec certains responsables algériens pour évoquer la feuille de route arrêtée lors des dernières assises du mouvement, qui ont eu lieu du 7 au 15 octobre. Une feuille de route qui donne la primauté au dialogue avec l’État malien mais qui n’écarte pas le retour à la lutte armée.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop ch&eg[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale[...]

[Diaporama] : Dix chefs ou rois traditionnels puissants du Sud du Sahara

Sur le continent, il ne reste qu'une seule monarchie absolue contrôlant un État internationalement reconnu. Mais les chefferies et les royautés traditionnelles n'ont pas disparu pour autant, surtout en Afrique[...]

CAFF : les femmes aussi jouent au football !

Depuis, le 11 octobre, se déroule à Windhoek, capitale de la Namibie, le Championnat d’Afrique de football féminin (CAFF) qui est aux femmes ce que la Coupe d’Afrique des nations (CAN) est aux[...]

Art contemporain : 1:54, la petite foire qui monte, qui monte...

La deuxième édition de l'unique foire européenne consacrée à l'art contemporain africain se tient à Londres du 15 au 19 octobre. Et fait beaucoup parler d'elle.[...]

Bolloré Africa Logistics : fin de règne pour Dominique Lafont ?

 Dominique Lafont pourrait quitter son poste à la tête de Bolloré Africa Logistics pour "prendre des fonctions élargies et transversales" au sein de la maison mère, le groupe[...]

Carte interactive : ces événements menacés ou annulés à cause d'Ebola

Depuis le début de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, en décembre 2013, une dizaine d'événements ont été annulés sur le continent. D'autres, censés se[...]

CAN 2015: l'Algérie et le Cap-Vert ont leur billet pour le Maroc

La quatrième journée des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations 2015 a eu lieu mercredi. En voici les résultats.[...]

CAN 2015 : les pronostics des lecteurs de "Jeune Afrique" pour les éliminatoires

La quatrième journée des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations 2015 se tient ce soir. Nous vous avions demandé de pronostiquer les résultats des quatorze rencontres au programme.[...]

Maroc : que faire si la CAF refuse de reporter la CAN ?

Le ministre marocain des Sports a assuré mardi qu'aucune "décision définitive" n'avait encore été prise par le Maroc en cas de refus de sa demande de report de la CAN 2015.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers