Extension Factory Builder
21/10/2011 à 09:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'endroit où Kadhafi aurait été capturé L'endroit où Kadhafi aurait été capturé © AFP

Le CNT libyen a officiellement annoncé la mort de Mouammar Kadhafi ainsi que celle de son fils Mootassem, jeudi 20 octobre. Mais les circonstances dans lesquelles ils sont décédés ne sont pas encore éclaircies. Le seront-elles un jour ?

Au lendemain de l'annonce de la mort de Mouammar Kadhafi – un véritable choc pour de nombreux internautes de jeuneafrique.com - , l'incontournable question est celle des circonstances de cette disparition. « Fait de guerre » comme tend à le faire croire la communication bégayante des coalisés contre l'ancien régime ? Ou plus, vraisemblablement, règlement de compte sanglant entre une foule de jeunes combattants libyens désordonnés et un « Guide » honni ? Retour sur les faits.

Un peu avant 13 heures GMT, le porte-parole officiel du Conseil national de transition (CNT) à Benghazi, Abdel Hafez Ghoga, confirme une rumeur qui affole la Toile et les réseaux sociaux depuis déjà plusieurs heures. « Nous annonçons au monde que Kadhafi est mort aux mains des révolutionnaires », dans la région de Syrte (360 km à l'est de Tripoli).

« C'est un moment historique, c'est la fin de la tyrannie et de la dictature. Kadhafi a rencontré son destin. Sa mort va mettre fin au bain de sang et au martyre de notre jeunesse », lance-t-il. Un peu plus tard à Tripoli, le chef de l'exécutif du CNT, Mahmoud Jibril, annonce que la fin de la guerre est proche. « Abdeljalil [le chef du CNT Mustapha Abdeljalil, NDLR] va proclamer aujourd'hui ou au plus tard vendredi la libération du pays et donner des détails sur la mort de Kadhafi », déclare-t-il.

Explications divergentes

Entre temps, des vidéos prises avec des téléphones portables circulent et sont diffusées par des télévisions et des sites d'information. Sur l'une d'elles (voir ci-dessus), on y voit Kadhafi vivant, la tête en sang, malmené par des combattants du CNT après avoir été poussé hors d'un pick-up. Sur l'autre vidéo (voir ci-dessous), la foule clame sa joie et exulte : « Allah akbar ! » Kadhafi est mort. Il git en sang, le visage tuméfié, son turban déplié qu'un combattant essaie maladroitement de remettre en place. Que s'est-il passé entre les deux scènes ? C'est là que les explications divergent.

Selon Mahmoud Jibril, qui s'est exprimé devant la presse dans la soirée, Mouammar Kadhafi a été tué d'une balle dans la tête. « Quand il a été retrouvé, il était en bonne santé et portait une arme », a dit le chef de l'exécutif libyen à la presse, ajoutant qu'il avait ensuite été conduit vers un pick-up. « Quand le véhicule a démarré, il a été pris dans un échange de tirs entre des combattants pro-Kadhafi et des révolutionnaires, et il a été tué d'une balle dans la tête ». Ce ne serait donc pas un règlement de compte ni un assassinat politique...

Mais d'après Mohamed Leith, commandant des forces CNT dans la zone sud de Misrata (est), dont les homes figurent parmi les plus aguerris des combats de Syrte, « Kadhafi se trouvait dans une Jeep sur laquelle les rebelles ont ouvert le feu. Il en est sorti et a tenté de fuir. Il s'est réfugié dans un égout (voir photo ci-dessous, © Philippe Desmazes/AFP). Les rebelles ont ouvert le feu de nouveau et il en est sorti portant une kalachnikov d'une main et un pistolet de l'autre ».

« Il a regardé à gauche et à droite, demandant "qu'est-ce qui se passe". Les rebelles ont ouvert le feu de nouveau, le blessant à l'épaule et à la jambe et il a succombé ensuite », a-t-il ajouté. Une version qui a cette fois l'avantage de la légitime défense. Et qui est à moitié confirmée par Philippe Desmazes, le photoreporter qui a pris le premier cliché de la dépouille de Kadhafi, sur le téléphone portable d'un combattant du CNT.

"Grands cylindres de béton"

« Je couvrais la chute de Syrte et j'entends des coups de feu un peu plus à l'Ouest de ma position. Des rebelles nous expliquent que des hommes de Kadhafi avaient tenté une sortie de nuit un peu plus à l'Ouest. Il y a eu des combats mais là, cela avait plus l'air de célébrations que de combats », continue-t-il. « Je demande alors aux combattants de me conduire sur les lieux. Arrivés sur place, ils me montrent de grands cylindres en béton dans lesquels, selon eux, Kadhafi était caché avant d'être capturé. Un peu plus loin, je remarque des combattants autour d'un téléphone. J'ai eu de la chance j'étais le seul à les avoir remarqués. Le propriétaire du téléphone me montre l'arrestation de Kadhafi qu'il avait filmé quelques minutes auparavant. »

La dépouille de Mouammar Kadhafi ainsi que celle de son fils Mooatassem – « retrouvé mort » avec une balle dans la nuque et la main coupée, selon le Conseil militaire du CNT - ont ensuite été transportées jeudi soir dans une maison à Misrata, où un photographe de l'AFP a pu prendre un cliché montrant l'ex-dirigeant libyen torse nu, le ventre couvert de sang, entouré de badauds prenant des photos avec leur téléphone portable.

Drone américain et Mirage français

Autre indication sur les circonstances de la mort de Kadhafi : celle du bombardement par les Américains et les Français du convoi par lequel Kadhafi aurait tenté de quitter Syrte avant le lever du jour. Selon le ministre français de la Défense, Gérard Longuet, un Mirage français a « stoppé » la colonne de véhicules dans laquelle se trouvait Mouammar Kadhafi, avant que des accrochages ne se produisent au sol avec des combattants du CNT.

Un drone américain Predator a également tiré un missile contre le convoi, a affirmé jeudi à l'AFP un responsable américain. L'Otan avait annoncé plus tôt que des avions de l'Alliance avaient frappé deux véhicules des forces pro-Kadhafi à environ 08H30 (O6H30 GMT) dans les environs de Syrte.

Reste la question de la fuite de Seif el-Islam. Le chef de l'exécutif provisoire, Mahmoud Jibril, a déclaré en fin de journée que Seif el-Islam aurait peut-être été arrêté dans un petit village côtier. « Il y a des combats à Wadi al-Ather », a-t-il expliqué. « Les révolutionnaires ont attaqué un convoi armé. On suspecte que Seif est dans le convoi ». Selon la chaîne Al-Jazira, Seif el-Islam aurait même été blessé dans l'attaque de son convoi par des combattants du CNT et arrêté près de Zenten. Depuis, plus de nouvelles...

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Les jihadistes tunisiens de Libye sur le pied de guerre

Les jihadistes tunisiens de Libye sur le pied de guerre

Sous les ordres d'Abou Iyadh, plusieurs milliers de Tunisiens s'entraînent en Libye. Avec pour but de mener prochainement des actions dans leur pays natal.[...]

L'Italie enregistre un nombre record de migrants clandestins venus d'Afrique par la mer

Le nombre de migrants clandestins qui ont traversé la Méditerranée entre l’Afrique et l’Italie a explosé au début de l'année 2015 : une hausse de 43 % par rapport à[...]

Libye : des islamistes armés s'emparent de deux champs pétrolifères

Des islamistes radicaux se sont emparés mardi des deux champs pétrolifères d'Al-Bahi et Al-Mabrouk, situés dans le centre du pays. Ils menacent désormais celui d'Al-Dahra.[...]

Reprise jeudi au Maroc du dialogue pour une sortie de crise en Libye

Après l'annulation d'une réunion la semaine dernière, un nouveau round de dialogue entre les deux parlements rivaux en Libye, celui reconnu par la communauté internationale et le Congrès[...]

Libye : le général Khalifa Haftar nommé commandant général de l'armée

Le général Khalifa Haftar a été nommé à la tête de l'armée libyenne, a annoncé lundi le président du Parlement reconnu par la communauté internationale,[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Attention : dangers

J'ai la curieuse et désagréable impression que notre pauvre monde ressemble en ce moment à un avion sans pilote, alors qu'il est entré dans une zone de turbulences. Comment ne pas en être[...]

Libye : qui arrêtera Daesh ?

D'un côté, un pays déchiré par les milices, squatté par l'État islamique et sur lequel prétendent régner deux gouvernements. De l'autre, des voisins africains et des[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Libye : attentat de l'EI contre la résidence de l'ambassadeur iranien, pas de victimes

La résidence de l'ambassadeur iranien à Tripoli, la capitale libyenne désertée par la majorité des diplomates étrangers, a été visée dimanche par un double attentat,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20111021085849 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20111021085849 from 172.16.0.100