Extension Factory Builder
18/10/2011 à 17:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Anselme Séka Yapo après son arrestation à l'aéroport d'Abidjan. Anselme Séka Yapo après son arrestation à l'aéroport d'Abidjan. © Capture d'écran Youtube/Abidjan.tv

L’évocation de son seul nom faisait trembler de crainte les militants de l’ex-opposition. Le commandant Anselme Séka Yapo, plus connu sous le sobriquet de Séka Séka, n’était pas seulement l’aide de camp de Simone Gbagbo, ex-première dame de Côte d’Ivoire, il était également son bras armé. En fuite depuis la chute de Laurent Gbagbo, il a été arrêté samedi à Abidjan.

C’est en Côte d'Ivoire à l’aéroport d’Abidjan, qu’Anselme Séka Yapo s’est fait cueillir samedi dernier comme un débutant par l’armée de l’air. En provenance de Lomé, il était en transit pour Conakry, voyageant sous une fausse identité. Son visage, dissimulé par une barbe abondante, était méconnaissable. Depuis, l'ex- bras armé de Simone Gbagbo, visé depuis 2010 par les sanctions de l'Union européenne, est détenu à la Direction de la surveillance du territoire (DST) où son interrogatoire a commencé.

Escadrons de la mort

Cet officier supérieur formé à l’Ecole des forces armées (EFA) de Bouaké, a effectué plusieurs stages de perfectionnement à l’École des officiers de la gendarmerie nationale (EOGN) de Melun (France). Son nom est revenu dans plusieurs affaires criminelles pendant les onze années de règne de Laurent Gbagbo. C’est après le coup d’État du 19 septembre 2002, mué en rébellion des Forces nouvelles (FN), que les Ivoiriens se familiarisent avec son nom, sans toutefois découvrir son visage. Il reste un homme de l'ombre. Et, d'aucuns le croient, des basses oeuvres de l'ex-Première dame.

Contrairement aux autres barons du régime Gbagbo, Séka Séka, natif de la région Akyé, où Laurent Gbagbo a réalisé ses plus importants scores électoraux, est un homme discret. Son nom est associé aux escadrons de la mort qui ont semé la terreur et la désolation au sein de l’opposition d’alors.

En 2003, l’Organisation des Nations-unies rend public une enquête sur les violations des droits de l’homme suite aux évènements de septembre 2002 et a cité dans un annexe à son rapport, le nom de Séka Séka, alors capitaine, comme l’un des responsables militaires des escadrons de la mort.

"Principal exécuteur de Rose Guéi"

Rien qu’entre septembre et novembre 2002, le Mouvement ivoirien des droits de l’homme (MIDH) a dénombré cinquante personnes tuées par ces escadrons. Parmi les dizaines de victimes présumées, les plus emblématiques sont le comédien et opposant Camara Yêrêfê dit H, le Dr Benoit Dakoury-Tabley, frère cadet de Louis André Dakoury-Tabley, cadre des FN, et Emile Téhé, président d’un petit parti d’opposition, allié au Rassemblement des républicains ( le RDR d’Alassane Ouattara).

Le colonel Jules Yao Yao, porte-parole de l’armée loyaliste de 2002 à 2004, entré en dissidence en 2005, a ouvertement accusé l’ex-aide de camp de Simone Gbagbo d’être personnellement responsable de la mort de certaines personnalités de l’opposition. « Il est impliqué dans l’assassinat des aides de camp et des membres de la famille de Robert Guéi (tués le 19 septembre 2002, NDLR) et le principal exécuteur de Rose Guéi (épouse du général Robert Guéi, NDLR), par une balle dans la tête », révèle l’ex-porte-parole de l’armée.

Autre affaire criminelle dans laquelle Séka Séka est cité : la disparition en avril 2004, de Guy-André Kieffer, journaliste franco-canadien, spécialiste de la filière café-cacao ivoirienne. Reporters sans frontière (RSF) a nommément cité Séka Séka, sur la base des aveux de Michel Legré, beau-frère de Simone Gbagbo et principal suspect dans l’affaire. Les juges d’instruction parisiens chargés de cette affaire devraient d’ailleurs se rendre prochainement à Abidjan pour entendre enfin le mis en cause.

"C’est lui que je recherchais le plus"

La dernière accusation provient d’un ancien porte-parole d’Alassane Ouattara. Joël N’Guessan accuse le commandant Séka Séka d’être le commanditaire de l’assassinat, le 8 avril dernier, soit trois jours avant la capture de Gbagbo, de quatre de ses collaborateurs à Angré (commune de Cocody). Selon certaines indiscrétions, le bras armé de Simone Gbagbo, aurait commencé à se mettre à table.

En attendant que les enquêtes établissent son rôle exact dans toutes ces affaires, le procureur du Plateau chargé d’enquêter sur les évènements liés à la crise postélectorale ne boude pas son plaisir. « C’est lui que je recherchais le plus, indique Simplice Kouadio Koffi, parce qu’on lui attribue beaucoup de faits graves. Il est impliqué dans la plupart des procédures que nous avons ouvertes jusque là. Une chose est certaine, c’est que de nombreux témoins l’accusent de meurtres et d’assassinats et nous allons vérifier tout cela ». Les armes se sont tues. À la justice de s'exprimer.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : arrestation d'un chef de guerre, un de ses hommes tués

Côte d'Ivoire : arrestation d'un chef de guerre, un de ses hommes tués

Un important chef de guerre ivoirien a été arrêté par les forces de sécurité vendredi au petit matin à son domicile d'un quartier bourgeois d'Abidjan, où l'un de ses hommes [...]

Côte d'Ivoire - Burkina : Soro, visiteur discret de Compaoré à Casablanca

Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne, a profité fin novembre d'un déplacement officiel au Maroc pour discrètement rendre visite à l'ex-président[...]

Côte d'Ivoire : PDCI et FPI unis dans la division à dix mois de la présidentielle

À dix mois de la présidentielle ivoirienne, le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) d'Henri Konan Bédié et le Front populaire ivoirien (FPI) de Laurent Gbagbo n'ont jamais[...]

Côte d'Ivoire : confirmation de l'interdiction du congrès du FPI, Affi N'Guessan renforcé

En déclarant mercredi "nul et non avenu" le congrès du Front patriotique ivoirien (FPI), la justice ivoirienne a donné raison à Pascal Affi N’Guessan, qui souhaitait d'abord voir[...]

Alassane Ouattara inaugure le troisième pont d'Abidjan

Construit en un peu plus de deux ans par les équipes de Bouygues, le pont à péage Henri Konan Bédié doit fluidifier la circulation de la capitale économique ivoirienne. Son ouverture[...]

Olam acquiert l'activité cacao d'ADM pour 1,3 milliard de dollars

Après avoir cédé plusieurs de ses activités en Afrique, Olam poursuit sa stratégie de recentrage en faisant l'acquisition de l'activité cacao d'ADM. L'opération permet au[...]

Vidéo : Yaya Touré et Benzema dans la "dream team" de Zidane

Rédacteur en chef spécial de l'émission de Canal+ "L'Équipe de dimanche" du 14 décembre, Zinédine Zidane a dévoilé le nom des 11 joueurs et des remplaçants[...]

Côte d'Ivoire : le parti de Gbagbo appelle la CPI à renoncer à ses poursuites

Le parti de Laurent Gbagbo a appelé vendredi la Cour pénale internationale (CPI) à abandonner ses poursuites contre l'ex-président ivoirien, son épouse et son ancien ministre Charles Blé[...]

Justice et réconciliation en Côte d'Ivoire : le rapport très critique de la FIDH

Dans son dernier rapport, la FIDH reste très sévère à l’égard du régime ivoirien et juge largement incomplètes les actions menées pour solder les comptes de la crise[...]

Exclusif. Blaise Compaoré est de retour à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire

Parti du Maroc il y a quelques jours, l'ex-président burkinabè Blaise Compaoré a atterri vendredi matin à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers