Extension Factory Builder
18/10/2011 à 12:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Capture d'écran de la télévision égyptienne montrant Gilad Shalit le 18 octobre 2011. Capture d'écran de la télévision égyptienne montrant Gilad Shalit le 18 octobre 2011. © AFP

Détenu depuis cinq ans à Gaza par le Hamas, mouvement islamiste palestinien, le soldat israélien a été libéré le mardi 18 octobre. Il est arrivé en Israël dans la matinée. 477 prisonniers palestiniens ont été libérés en échange par l’État Hébreu.

Gilad Shalit est libre. Détenu depuis cinq ans par le mouvement islamiste palestinien Hamas à Gaza, le soldat israélien est arrivé mardi en fin de matinée en Israël, selon la deuxième chaîne de télévision privée israélienne.

« Je me sens en bonne santé » a déclaré Gilad Shalit dans un entretien traduit de l’hébreu diffusé mardi par la télévision égyptienne peu après sa libération. Le soldat a indiqué également avoir pris connaissance de sa libération il y a une semaine.

Peu auparavant, la télévision égyptienne avait diffusé les premières images du sergent, qui a aussi la nationalité française, entouré de personnels de sécurité et marchant apparemment sans difficulté, portant une casquette et des vêtements civils.

Transfert à la base d’Amitaï

Le général Yoav Mordechaia a indiqué lors d'une conférence de presse radio-télévisée, que l’ex-otage était « rentré chez lui ». « Il a parlé avec des gens autour de lui de sa famille. Gilad Shalit est retourné dans son pays, sa patrie, sa famille », a affirmé le porte-parole.

« Il va être transféré dans la base d'Amitaï (NDLR : près de la bande de Gaza) où il subira les premiers examens médicaux et où il pourra aussi téléphoner à ses parents », a poursuivi le porte-parole.

« Lorsque nous aurons suffisamment d'éléments sur son état de santé, il sera transféré à la base aérienne de Tel Nof où l'attendent ses parents ainsi que le Premier ministre (Benjamin Netanyahu), le ministre de la Défense (Ehud Barak) et le chef d'état-major (le général Benny Gantz) », a également indiqué le général Mordehai.
Reconnu automatiquement comme victime de stress post-traumatique, Gilad  Shalit rentrera ensuite chez lui à Mitzpe Hila, localité de Haute Galilée (nord).

Un premier groupe de prisonniers palestiniens libérés

Capturé par un commando palestinien le 25 juin 2006 en lisière de la bande de Gaza, le soldat est échangé contre un premier groupe de 477 Palestiniens - en majorité des condamnés à perpétuité - dont 27 femmes.

Avant de pénétrer en territoire israélien, il avait préalablement été transféré en Égypte, accompagné de plusieurs membres de la branche armée du Hamas, en attente de la confirmation de l’arrivée du côté égyptien de l’ensemble des prisonniers.

Un premier convoi de prisonniers palestiniens est finalement arrivé en fin de matinée à bord d'un autobus en Égypte pour se rendre dans la bande de Gaza, selon des images de la télévision égyptienne.

Accueil triomphal aux « héros »

Dans une déclaration transmise aux journalistes, un dirigeant du Hamas, Ezzat al-Rishq, a indiqué que trois avions, qatariote, syrien et turc se dirigeaient vers l'aéroport du Caire pour transporter la quarantaine de Palestiniens parmi les 477, qui seront bannis des territoires palestiniens. Quinze seront transportés à Doha, quinze à Damas et dix à Ankara, a précisé Ezzat al-Rishq.

Le Hamas a préparé un accueil triomphal aux « héros » et décrété une journée de congé, appelant la population à participer aux célébrations de la « victoire de la résistance » sur la place de la Katiba à Gaza. Une vaste estrade et des milliers de chaises y ont été installées pour accueillir les prisonniers libérés.

Suivant l'accord conclu le 11 octobre par l'intermédiaire de l'Égypte entre Israël et le Hamas, un second groupe de 550 détenus palestiniens doit être libéré dans les deux mois.

(Avec AFP)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Chine : la 'chasse aux renards' est ouverte

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

France : escarpins sur tapis de prière, une oeuvre censurée puis réexposée

L'installation de l'artiste Zoulikah Bouabdellah, d'abord retirée à la demande de son auteur d'une exposition en banlieue parisienne après qu'une association musulmane avait mis en garde sur un risque[...]

France : la Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

Après dix-huit mois de quiproquo judiciaire, la Cour de cassation française a validé mercredi le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain. Le parquet s'opposait à la légalité de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20111018121850 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20111018121850 from 172.16.0.100