Extension Factory Builder
17/10/2011 à 15:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Manifestants algériens appréhendés à Puteaux, à l'ouest de Paris, le 17 octobre 1961. Manifestants algériens appréhendés à Puteaux, à l'ouest de Paris, le 17 octobre 1961. © AFP

La sanglante répression policière des manifestations pacifiques des 17 et 18 octobre 1961 a révélé à l'opinion française quel traitement le "pays des droits de l'homme" réservait à ses étrangers algériens. Dans un article de "Afrique-Action" daté de la semaine du 1er au 6 novembre 1961, Aziz Maarouf mène l'enquête.

Le dossier de la répression policière exercée contre les Algériens en France se gonfle chaque jour. Surveillée et menacée, la presse française, dans ce qu'elle compte de meilleur, a gardé longtemps le silence.

Des journaux comme Le Figaro et Le Monde - sans parler bien entendu des publications de gauche - ont rompu le silence et posé de graves interrogations. Des faits, qui remontent bien avant les manifestations du 17 et du 18 octobre 1961, sont devenus irréfutables. La vérité sort enfin du puits. Une vérité sans bavure sur les insultes et les vexations de toutes sortes envers les travailleurs algériens, les arrestations arbitraires, les exécutions sommaires, les cadavres retirés de la Seine...

Quand la police était polie

Depuis le début de l'année, et plus précisément à partir d'avril et mai derniers, la Fédération de France du Front de libération national (F.L.N.) dispose d'une masse de travailleurs qui, certes avaient toujours été solidaires du Front, mais qui ont désormais une conscience plus vive du combat pour la libération. Cette masse, bien que désarmée, s'est révélée à elle-même à la suite de la répression aveugle des forces de police et des harkis. Depuis le début de l'année, l'attitude de la police à l'égard des travailleurs algériens a en effet changé.

« En 1960, nous raconte un groupe d'ouvriers, les policiers étaient polis quand ils nous interpelaient. Avec ironie souvent, ils nous demandaient nos papiers, mais ils employaient toujours le vouvoiement et le « s'il vous plaît ». Et puis, en janvier 61, du jour au lendemain, tout a changé. Ce fut la brutalité, le tutoiement, le canon de la mitraillette appuyé sur les côtes, les « passages à tabac de routine », les insultes et les menaces de mort ».

« En avril dernier, nous dit O. B., un manœuvre du bâtiment, à la suite de l'attaque par un commando F.L.N. du poste des harkis, la répression a fait dans mon quartier de la Goutte d'Or près de 110 blessés. Nous avons su que le directeur de l'hôpital Lariboisière a demandé au préfet que l'on arrête la boucherie. Les services médicaux étaient débordés ; plus de quarante magasins algériens furent saccagés ».

L'épreuve de force

La population algérienne en France selon les statistiques officielles :

POPULATION GLOBALE : 400.000

Travailleurs recensés : 230.000

Commerçants, professions libérales, Artisans, étudiants, divers… : 60.000

Familles (femmes, enfants) et population volante échappant au recensement du travail : 110.000

RÉPARTITION GEOGRAPHIQUE

Paris et région parisienne :60 %

Province : 40 %

RÉPARTITION DE L'EMPLOI

Manœuvres : 67 %   

Ouvriers spécialisés :30 %

Ouvriers qualifiés et cadres : 3 %

Les travailleurs recensés sont répartis de la façon suivante:

Bâtiment, travaux publics : 80 000

Métallurgie : 61 800

Industrie chimique :10 000

Mines et carrières : 8 000

Transports : 6 000

Textiles : 5 500

Fer : 5 200

Agriculture : 2 500

Énergie : 1 200

Au total : 180 000

Au sein du chiffre global des travailleurs recensés il faut compter une population flottante de manœuvres employés au gré des besoins dans les diverses industries, dans des petites industries et chez des particuliers, qui s'élèverait à 50 000.

SALAIRES PAR AN

La masse des salaires perçus par les Algériens serait de 140 milliards sur lesquels 15 milliards seraient prélevés par le F.L.N. au titre de l'impôt.

OBSERVATIONS SUR LE MARCHE DU TRAVAIL

Selon des renseignements que nous donnons sous toute réserve, il semble que depuis le début de l'année et singulièrement au cours du dernier trimestre, pour diverses raisons, de nombreux travailleurs algériens auraient perdu leur emploi.

Depuis le début de l'année de nombreux travailleurs italiens et espagnols et portugais au nombre de 40.000 environ ont trouvé des emplois en France. En 1960, leur chiffre pourrait atteindre 70.000. Cet apport de main-d'œuvre étrangère en France, selon les spécialistes, ne saurait concurrencer les travailleurs algériens. Les offres d'emploi dans les industries françaises restant très fortes et les besoins étant loin d'être couverts. On signale également que des nombreux travailleurs algériens et étrangers se dirigent sur l'Allemagne de l'Ouest.

Il s'agit là, nous le répétons d'indications et de tendances. Les faits signalés sont trop récents et aucune statistique n'a pu encore être établie.

Un autre ouvrier nous précise que, depuis le début de l'année, l'opinion française, mal informée sur la situation réelle des travailleurs algériens, a évolué dans un sens hostile et raciste.

Un peintre en bâtiment, A.M.T., âgé de 25 ans, brosse en ces termes le tableau de la condition algérienne :

« Sans cesse, nous sommes arrêtés, retenus dans des commissariats, remis entre les mains des harkis qui essaient de nous « tirer des renseignements », remis à la police française qui ne nous épargne pas. Dans ces conditions, nous manquons notre travail. Nous sommes licenciés. Ceux d'entre nous, qui sont employés par de grandes entreprises, perdent leurs places. Les ouvriers qui travaillent dans de petites entreprises ont plus de chance. Leur patron les comprend mieux, les défend souvent, les reprend quand ils sont libérés. Pour nous, dans le bâtiment la situation devient difficile. Déjà, il y a la concurrence des Espagnols, des Italiens, des Portugais. Nous avons l'impression qu'on nous impose une véritable épreuve de force. Où veulent-ils en venir ? Nous n'avons plus de syndicats autorisés. Mais peut-être ignore-t-on que la solidarité chez nous est sans faille ? Le Front s'occupe de nous. Et même sans argent, sans nourriture, nous tiendrons. Notre volonté est inébranlable. Personne ne peut imaginer notre capacité de résistance. »

Trop de mots

Ce qui frappe chez tous ces hommes que nous avons pu rencontrer, c'est leur certitude dans la victoire finale et leur sérénité.

« Vous voyez, nous dit l'un d'eux, nous n'apprécions pas les reportages sur notre misère. Cela nous choque et nous semble indécent. Nos conditions de vie nous appartiennent. Depuis 8 ans. Il y a eu trop de mots, trop d’intentions ; tout cela est suspect. Nous voulons travailler dignement, librement, c'est tout. »
Ils ont tous, s'exprimant, - et cela se comprend, - avec plus ou moins de bonheur, soif d'égalité et de dignité. Le mot de dignité revient sur toutes les lèvres, inlassablement.

Cette ligne de force apparaîtra peut-être naïve et évidente, mais elle sous-tend l'effort et le combat de ces hommes; elle crée leur conscience politique. Ainsi, nombreux seront ceux qui vous répéteront « qu’au pays des droits de l'homme, ils combattent pour les droits de l'homme ».

Pas de hasard

Les attentats contre les policiers, qui, aux yeux de l'opinion française, justifient les mesures de répression collective contre les Algériens et l'instauration du couvre-feu à partir de 20 heures pour tous les Nord-Africains ne touchent pas ces hommes. À l'unanimité, ils pensent que le F.L.N. n'ordonne pas d'attentat au hasard.
«  Dans notre combat, il n'y a pas de hasard. Il peut seulement y avoir des erreurs regrettables que nous sommes les premiers à déplorer ».

Tous les policiers qui ont été abattus par les commandos F.L.N. le sont, nous dit-on, en vertu d'un jugement. Des renseignements sérieux permettent de penser que l'arrêt des attentats avait justement été ordonné par les responsables de la Fédération de France, quelques jours avant l'instauration du couvre-feu. En tout cas, aucun Algérien ne croit que le couvre-feu puisse empêcher les attentats. La communauté algérienne pense qu'il est même dangereux de trop le prétendre, parce que le FLN pourrait être amené à prouver le contraire.

D'abord la révolution

Pour l'ensemble des travailleurs algériens en France, les problèmes de la révolution algérienne ont aujourd'hui plus d'importance que les effets de la répression policière.

Voici le témoignage d'un Algérien de trente ans, ouvrier spécialisé dans la métallurgie.

« Il est grave de nous faire sentir que nous tous - nous serions 400 000 selon les chiffres officiels [voir encadré, NDLR] - avons besoin de la France, et que la France, en fin de compte, n’a pas besoin de nous. Il s'agit là, à la fois, d'un chantage et d'une contre-vérité.»

« On nous menace de la concurrence des ouvriers étrangers. Elle se fait sentir déjà. Cela nous laisse indifférents. Nous savons, nous, que la révolution algérienne est une révolution sociale et que lorsque l'Algérie sera indépendante, nous aurons tous du travail dans notre propre pays. Les études des économistes ne nous impressionnent plus. Nous avons nos propres données. Nous ne faisons pas la révolution pour rien.

« Si l'on ne veut plus de nous, qu’on le dise sans équivoque, nous ne nous maintiendrons jamais dans une situation de mendiants… Les syndicalistes français regretteront peut-être un jour de ne pas avoir suffisamment travaillé pour rapprocher les communautés française et algérienne. Les faits prouvent que les Indochinois ont été davantage soutenus dans leur combat que les Algériens... Nous sommes très pointilleux sur le chapitre de notre dignité. Nous voulons une « égalité concrète » que, seule, l’indépendance nous donnera. Toutes les formules d’« intégration », de «  Français à part entière » et autres balivernes se sont effondrées. Nous n'avons pas cessé de souffrir de l'injustice, de l’inégalité, du racisme. Nous pouvons affirmer que l'Algérien n'est pas raciste. Nous sommes profondément anti-racistes. Nous en apporterons la preuve quand l'Algérie sera indépendante.

Une manifestation d'Algériens, le 17 octobre 1961

© AFP

Pour l'instant, compte tenu du cours des évènements, que nous reste-t-il ? Serons-nous une main d’œuvre utile à l’industrie française ? Que le travail que nous faisons en France nous profite, quel Algérien en a jamais douté ? Notre travail a une contrepartie dans l’industrie française. Nous ne saurions admettre qu’elle soit minimisée et dénaturée. Ce qui est grave c'est de faire croire que l'Algérien coûte cher aux contribuables français. Une telle contre-vérité débouche sur le mépris de l'homme et autorise toutes les répressions. Serons-nous des travailleurs ou des otages ? Nous pouvons, au point où en est la France aujourd'hui, n'être que des otages. Mais nous avons tant subi en sept ans de guerre que nous pourrions encore en supporter davantage. Tous, nous pensons profondément qu'il est préférable de mourir plutôt que d'être méprisé. »

"Un mot rêvé"

Toutes les mesures prises contre les Algériens en France aboutissent à des résultats que leurs auteurs n'avaient pas escomptés. Encore une fois, il faut le reconnaître objectivement, le FLN est gagnant.

Ses troupes sont plus déterminées que jamais à se sacrifier et à continuer le combat.

Tous les observateurs constatent que les manifestations du 17 et du 18 octobre ont fait l'unité de tous les travailleurs algériens autour du Front.

La masse des Algériens, en admettant qu'elle ait pu être indifférente aux objectifs de la révolution et divisée, a pris conscience de l'utilité de la révolution et tous les observateurs constatent que les manifestations du 17 et du 18 octobre ont fait l'unité de tous les travailleurs algériens autour du Front.

Le Mouvement national algérien (M.N.A.) est définitivement liquidé dans la région parisienne. Matériellement, surtout depuis l'éclatement de la Centrale Syndicale U.S.T.A. et moralement, sans doute possible, dans la mentalité des travailleurs algériens de France, peut-être existe-t-il encore quelques foyers M.N.A. dans le Nord ? Mais ils n'ont plus aucun pouvoir sur les masses.

« Le mot messaliste, c'est un mot rêvé », disent désormais les Algériens qui vivent à Paris et dans la banlieue.

La paix en marche

Depuis le 17 octobre, le F.L.N. dispose en France d'une arme nouvelle dont il ne s'était pas servi jusqu'à ce jour et dont l'efficacité peut être considérable. Il s'agit de la « non-violence ». Nous avons été étonnés d'entendre des Algériens de condition modeste, dire avec assurance :

«  Le 17 octobre, nous avons manifesté pacifiquement, selon les préceptes de Mahatma Gandhi. Les ordres étaient formels : dignité et aucune arme. Ni couteau, ni gourdin et bien entendu pas d’armes à feu. »

Les consignes ont été parfaitement suivies. La police française qui a arrêté quatorze mille Algériens, n'a fait état d'aucune arme saisie.

Demain, pour des motifs impérieux, le F.L.N. peut mobiliser en France des dizaines de milliers d'Algériens désarmés dont les manifestations auront une importance plus grande encore que le terrorisme. L'opinion française, maintenant informée du caractère pacifique des manifestations algériennes, ne sera pas victime de la peur comme elle l'a été les 12 et 13 octobre derniers. Les syndicats français et les organisations démocratiques appuieront-ils demain les manifestations pacifiques des Algériens ?

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Ligue des champions : Lusadisu (AS Vita Club) et Zerara (ES Sétif), l'interview croisée

Ligue des champions : Lusadisu (AS Vita Club) et Zerara (ES Sétif), l'interview croisée

Les milieux de terrain Guy Lusadisu - qui a remporté deux fois le trophée avec le TP Mazembe - et Toufik Zerara sont deux des hommes forts de l’AS Vita Club et de l’ES Sétif, qui s’affro[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Algérie - France : où en est l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Au lendemain de l'opération d'exhumation des restes des crânes des sept moines de Tibhirine, assassinés en 1996 en Algérie, où en est l'enquête ? Décryptage avec notre journaliste[...]

Algérie : l'intouchable Abdelghani Hamel

Ses propres troupes se sont retournées contre lui. Mais le chef de la police nationale Abdelghani Hamel peut compter sur le soutien du président Bouteflika.[...]

Algérie : nouveau blocage dans l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Les magistrats français qui se sont rendus en Algérie la semaine dernière n'ont pas pu emporter les prélèvements effectués sur les restes des crânes des sept moines[...]

Algérie : l'autoroute sans fin

Censée relier le pays à ses voisins - le Maroc à l'ouest et la Tunisie à l'est -, elle devait être livrée intégralement à la fin de 2009. Mais un scandale de[...]

L'Algérie maintient ses recettes malgré la chute du cours du pétrole

Malgré la chute des cours du pétrole depuis plus d'un trimestre (-26 %), les recettes algériennes provenant de la ventes d'hydrocarbures se sont maintenues. Entre janvier et fin septembre, elles ont[...]

Le FMI met en garde l'Algérie au sujet de ses dépenses publiques

Après la visite en Algérie (17 septembre-1er octobre) d'une délégation du Fonds monétaire international, une sévère mise en garde a été[...]

Algérie-Maroc : Rabat accuse l'armée algérienne d'avoir ouvert le feu sur des civils marocains

Le Maroc a dénoncé un "acte irresponsable" et sommé l'Algérie de s'expliquer après des coups de feu tirés, samedi, à la frontière entre les deux pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers