Extension Factory Builder
14/10/2011 à 22:59
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des salafistes lors d'une manifestation à Tunis le 14 octobre 2011. Des salafistes lors d'une manifestation à Tunis le 14 octobre 2011. © AFP

Toujours en colère contre la chaîne privée Nesma TV, plusieurs milliers d’islamistes présumés ont manifesté vendredi dans plusieurs endroits de Tunis. Puis une centaine d'hommes ont attaqué le domicile du PDG de la chaîne, Nabil Karoui, en banlieue de Tunis. Il n'y aurait pas de victimes.

Mis à jour à 22 heures 59.

Les excuses du président de privée Nessma TV, Nabil Karoui, n’ont pas calmé les ardeurs des islamistes tunisiens présumés. Plusieurs milliers de personnes, essentiellement des salafistes selon les observateurs, criant « Allah Akbar » et des slogans hostiles à Nessma, ont à nouveau manifesté vendredi dans la Kasbah de Tunis, pour protester contre la diffusion par la chaîne tunisienne du film d’animation franco-iranien Persepolis. La police a tiré des gaz lacrymogènes, pourchassant certains manifestants. Plusieurs d’entre eux se sont réfugiés dans la mosquée de la Kasbah.

Pire, le domicile de Karoui a été attaqué vendredi soir vers 19H00 (18H00 GMT) par un groupe d'une centaine d'hommes, a annoncé Nessma TV dans son journal du soir. En cause : « un groupe d'une centaine d'hommes qui ont jeté des cocktails Molotov », a déclaré la présentatrice. Selon les informations qui étaient disponibles dans la soirée, la famille du PDG de la chaîne pu être sauvée in extremis. Sofiane Ben Hmida, un des journalistes vedettes de la chaîne, a précisé qu'une vingtaine d'hommes étaient parvenus à entrer dans la maison, où se trouvaient la femme et les enfants de M. Karoui, qui n'était pas chez lui lors de l'attaque.

« La famille a pu sortir par derrière et est en sécurité. Les assaillants ont saccagé la maison et ont mis le feu », a-t-il dit. Le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Hichem Meddeb, a confirmé l'attaque, mais livré une version légèrement différente. « Une centaine de personnes se sont présentées devant la maison de M. Karoui à La Soukra (banlieue de Tunis). Ils ont forcé la porte extérieure, cassé des vitres et arraché deux tuyaux de gaz », a-t-il dit, précisant ignorer si la famille se trouvait dans la maison à ce moment-là. Cinq personnes ont été arrêtées, a-t-il ajouté, sans donner plus de détails.

Prêches contre Nessma

Une journaliste a dénoncé l'incitation de quelques imams à commettre des crimes à l'encontre des employés de la chaîne, notamment à l'occasion des prêches de vendredi, jour de prière. « Certains imams se sont comportés comme des militants politiques, c'est cela le double discours qu'on voit à l'oeuvre », a lancé Sofiane Ben Hmida.

La manifestation avait pourtant commencé pacifiquement à la sortie d'une mosquée au centre de Tunis après la prière de vendredi, dont les prêches ont été pour la plupart consacrés à l'affaire Nessma. La situation a dégénéré, quand à l'approche du siège du gouvernement, les plus radicaux des manifestants ont poursuivi le mouvement de protestation tandis que les commerçants fermaient leurs boutiques.

Des manifestations du même ordre se sont déroulées dans le quartier populaire de Mellassine, à Bâb Saadoun, cœur d'activité de la capitale, et au Bardo, dans l'ouest de Tunis.

Nabil Karoui, avait été contraint de présenter ses excuses « au peuple tunisien » après la diffusion d’une scène de Persepolis représentant Dieu sous les traits d'un vieil homme barbu, alors que l'islam interdit toute représentation divine du prophète. La colère des islamistes était telle qu’ils ont tenté dimanche d’incendier les locaux de la chaîne. Une violence qui n'est visiblement pas retombée.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

-Z-, dessinateur tunisien : "Les barbares sont des clowns monstrueux mais ils restent des clowns"

Sexe, religion, Dieu, le Prophète... Quatre ans après la révolution, il reste encore beaucoup de tabous en Tunisie. Interview du dessinateur -Z-.[...]

La réconciliation tunisienne en suspens

Aménagement du dispositif existant ou adoption d'une loi d'amnistie générale ? Si le principe d'une normalisation fait relativement consensus, son cadre légal tarde à être[...]

Tunisie : sécurité maximale pour le pèlerinage juif de la Ghriba

La Tunisie a assuré dimanche avoir pris toutes les précautions pour assurer la sécurité du pèlerinage juif de la Ghriba la semaine prochaine, répondant ainsi à Israël qui a[...]

Des Tunisiens déploient "le plus grand drapeau du monde"

Des Tunisiens ont déployé samedi un drapeau de la taille de 19 terrains de football pour battre le record du "plus grand drapeau du monde", un évènement "patriote" qui doit aussi[...]

Tunisie : le gouvernement écarte des menaces d'attentats anti-juifs

Un responsable du ministère tunisien de l'Intérieur a démenti samedi soir l'existence de menaces d'attentats anti-juifs ou anti-israéliens en Tunisie comme évoqué par le bureau du Premier[...]

Tunisie : Ennahdha, wait and see

Rached Ghannouchi, président d'Ennahdha et artisan du virage pragmatique du mouvement islamiste tunisien, a déjà les yeux tournés vers le prochain congrès du parti.[...]

Tunisie : le trouble jeu de l'UGTT

Couverte de louanges pour son rôle pacificateur durant les quatre années qui ont suivi la révolution, l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) inquiète gouvernement et milieux[...]

Tunisie : révolution dans la révolution

Quatre ans après la chute de Ben Ali, le pays a réussi sa transition démocratique. Mais sur le plan économique et social, le peuple s'impatiente. Heureusement, les signaux positifs et, surtout,[...]

Tunisie : 98 migrants perdus en mer arrivés au port de Zarzis

Trois bateaux de pêche ont amené samedi au port de Zarzis (Sud tunisien) 98 migrants africains en perdition en Méditerranée après avoir tenté de rallier illégalement l'île[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20111014182441 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20111014182441 from 172.16.0.100