Extension Factory Builder
14/10/2011 à 22:59
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des salafistes lors d'une manifestation à Tunis le 14 octobre 2011. Des salafistes lors d'une manifestation à Tunis le 14 octobre 2011. © AFP

Toujours en colère contre la chaîne privée Nesma TV, plusieurs milliers d’islamistes présumés ont manifesté vendredi dans plusieurs endroits de Tunis. Puis une centaine d'hommes ont attaqué le domicile du PDG de la chaîne, Nabil Karoui, en banlieue de Tunis. Il n'y aurait pas de victimes.

Mis à jour à 22 heures 59.

Les excuses du président de privée Nessma TV, Nabil Karoui, n’ont pas calmé les ardeurs des islamistes tunisiens présumés. Plusieurs milliers de personnes, essentiellement des salafistes selon les observateurs, criant « Allah Akbar » et des slogans hostiles à Nessma, ont à nouveau manifesté vendredi dans la Kasbah de Tunis, pour protester contre la diffusion par la chaîne tunisienne du film d’animation franco-iranien Persepolis. La police a tiré des gaz lacrymogènes, pourchassant certains manifestants. Plusieurs d’entre eux se sont réfugiés dans la mosquée de la Kasbah.

Pire, le domicile de Karoui a été attaqué vendredi soir vers 19H00 (18H00 GMT) par un groupe d'une centaine d'hommes, a annoncé Nessma TV dans son journal du soir. En cause : « un groupe d'une centaine d'hommes qui ont jeté des cocktails Molotov », a déclaré la présentatrice. Selon les informations qui étaient disponibles dans la soirée, la famille du PDG de la chaîne pu être sauvée in extremis. Sofiane Ben Hmida, un des journalistes vedettes de la chaîne, a précisé qu'une vingtaine d'hommes étaient parvenus à entrer dans la maison, où se trouvaient la femme et les enfants de M. Karoui, qui n'était pas chez lui lors de l'attaque.

« La famille a pu sortir par derrière et est en sécurité. Les assaillants ont saccagé la maison et ont mis le feu », a-t-il dit. Le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Hichem Meddeb, a confirmé l'attaque, mais livré une version légèrement différente. « Une centaine de personnes se sont présentées devant la maison de M. Karoui à La Soukra (banlieue de Tunis). Ils ont forcé la porte extérieure, cassé des vitres et arraché deux tuyaux de gaz », a-t-il dit, précisant ignorer si la famille se trouvait dans la maison à ce moment-là. Cinq personnes ont été arrêtées, a-t-il ajouté, sans donner plus de détails.

Prêches contre Nessma

Une journaliste a dénoncé l'incitation de quelques imams à commettre des crimes à l'encontre des employés de la chaîne, notamment à l'occasion des prêches de vendredi, jour de prière. « Certains imams se sont comportés comme des militants politiques, c'est cela le double discours qu'on voit à l'oeuvre », a lancé Sofiane Ben Hmida.

La manifestation avait pourtant commencé pacifiquement à la sortie d'une mosquée au centre de Tunis après la prière de vendredi, dont les prêches ont été pour la plupart consacrés à l'affaire Nessma. La situation a dégénéré, quand à l'approche du siège du gouvernement, les plus radicaux des manifestants ont poursuivi le mouvement de protestation tandis que les commerçants fermaient leurs boutiques.

Des manifestations du même ordre se sont déroulées dans le quartier populaire de Mellassine, à Bâb Saadoun, cœur d'activité de la capitale, et au Bardo, dans l'ouest de Tunis.

Nabil Karoui, avait été contraint de présenter ses excuses « au peuple tunisien » après la diffusion d’une scène de Persepolis représentant Dieu sous les traits d'un vieil homme barbu, alors que l'islam interdit toute représentation divine du prophète. La colère des islamistes était telle qu’ils ont tenté dimanche d’incendier les locaux de la chaîne. Une violence qui n'est visiblement pas retombée.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : un scrutin placé sous le signe de la morosité

Tunisie : un scrutin placé sous le signe de la morosité

Quelques jours avant les élections législatives, la Tunisie semble se préparer à troquer la transition contre une situation aléatoire.[...]

Législatives tunisiennes : lobby tout-terrain

Des stades aux mosquées en passant par les soirées privées, en Tunisie tous les moyens sont bons pour gagner des voix aux législatives.[...]

Hammamet : Afek Tounes, la voix des jeunes Tunisiens

Dans l'intérieur du pays, électeurs et formations politiques tunisiennes se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Législatives tunisiennes : l'abstention, le vrai outsider

Quels que soient les résultats des législatives tunisiennes du 26 octobre, vainqueurs et vaincus devront relativiser leurs performances. En cause : l'abstention qui risque à nouveau de battre des[...]

Tunisie - Sfax : "La ville est abandonnée"

Dans l'intérieur de la Tunisie, électeurs et formations politiques se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Tunisie : la montée de Slim Riahi inquiète les ténors

Grâce à ses moyens financiers très importants, Slim Riahi commence à agréger derrière lui un électorat urbain peu politisé. Peut-il faire de l'ombre aux favoris de la[...]

Législatives tunisiennes : "Le poids d'Ennahdha sera contrebalancé", selon Ghazi Gherairi

L'ancien porte-parole de la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, Ghazi Gherairi, analyse les enjeux des législatives du 26 octobre. Au sein de l'Assemblée, et aussi[...]

Législatives tunisiennes : aux urnes citoyens !

Le scrutin du 26 octobre approche à grands pas, mais les citoyens tunisiens ne se mobilisent guère. Les enjeux sont pourtant cruciaux : les députés défendront leur vision de[...]

CAN 2015 : le Sénégal concède le nul face à la Tunisie aux qualifications

Le Sénégal et la Tunisie se sont neutralisés 0-0 vendredi à Dakar et conservent la tête du Groupe G pour la 3e journée des éliminatoires de la CAN 2015, alors que le Maroc a[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers