Extension Factory Builder
17/10/2011 à 15:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un pêcheur sur l'une des rives du Lac Victoria. Un pêcheur sur l'une des rives du Lac Victoria. © Reuters

Sept ans après la sortie en salle du documentaire choc de Hubert Sauper, "Le cauchemar de Darwin", les révélations sur la tragédie humaine et écologique du Lac Victoria, le plus grand lac d'Afrique, sont nuancées par des scientifiques.

Un lac fangeux, des populations moribondes victimes d’un malodorant programme "poisson contre armes de guerre", un écosystème unique livré au Léviathan mercantile : en 2004, "Le cauchemar de Darwin", le documentaire primé et décrié de Hubert Sauper, a laissé du lac Victoria l’image d’un bourbier dantesque devenu le symbole nauséeux du cynisme capitaliste. Passées les polémiques qui l’ont entouré, ce spectacle manichéen mérite d’être nuancé par les constatations des savants.

Exode et adaptation

En effet, dans les profondeurs du grand lac, les récentes découvertes dévoilent une réalité plus proche de la science fiction que du scénario militaro-alimentaire, un monde dont les révolutions jettent un suspense inattendu sur le destin du lac, de ses habitants et de ses riverains. Colonisation pacifique, invasions extra-lacustres, guerre des espèces, empoisonnement du milieu, races mutantes et revanche des résistants : la grande histoire du lac Victoria est une saga microcosmique dont le dernier épisode pourrait s’intituler « Le retour des haplochrominiens ».

Victimes de la surpêche, privés d’oxygène par la pollution et dévorés par la perche du Nil, un grand carnassier d’eau douce introduit dans les années 1950, ces petits poissons de la famille des cichlidés semblaient voués à l’extermination. En 1995, plus de 200 espèces s’étaient éteintes sur les 500 qui peuplaient le lac. Au début des années 2000, la disparition des survivants semblait inévitable lorsque les cichlidés sont revenus, comme par miracle, frétiller dans les filets des pécheurs. Médusés, les biologistes ont aussi constaté que des espèces déclarées disparues avaient survécu et ils sont allés chercher au fond des eaux les sources de ce mystère. 

Un équilibre écologique entre espèces endémiques, espèces introduites et prélèvements humains est-il possible ?

Ce qu’ils y découvrirent accrut leur stupéfaction : les cichlidés s’étaient réfugiés dans les lieux les plus hostiles, dans les zones polluées, rares en lumière et en oxygène, où la perche était incapable de lui donner la chasse. Des mutations spectaculaires avaient accompagné cet exode : en quelques générations, leurs ouïes s’étaient agrandies pour mieux capter l’oxygène, leurs couleurs s’étaient faites plus vives dans des eaux plus troubles, leurs régimes alimentaires, leurs comportements, leurs matériels génétiques mêmes s’étaient adaptés à ce milieu toxique. Dans les eaux claires, les perches, privées de leurs proies habituelles, se sont mises à dévorer leur progéniture. La suprématie aquatique du prédateur se retournait contre lui et son succès sur les feux des grands chefs lui valait d’être péché par centaines de tonnes quotidiennement.

Ecosystème en vase clos

Désormais, au grand dam des industriels qui ont investi dans ce trafic au milieu des années 1990, la perche disparait à son tour et, depuis son exil empoisonné, le cichlidé revient coloniser les espaces perdus et les assiettes des riverains. Champions de l’évolution, les cichlidés haplochrominiens prouvent leurs étonnantes facultés d’adaptation face aux ravages causés par le plus grand prédateur du monde vivant : l’homme moderne. Mais ce dernier est-il capable de s’adapter aussi vite aux bouleversements qu’il provoque ? La raréfaction de la perche pourrait bientôt rendre inutiles les usines construites depuis 15 ans, menaçant le quotidien de millions de gens qui vivent, directement ou indirectement, du commerce de la perche. Le cichlidé fournit une excellente farine pour l’alimentation animale, mais qui fera le pari d’investir sur une ressource susceptible de disparaître à nouveau ? Un équilibre écologique entre espèces endémiques, espèces introduites et prélèvements humains est-il possible ?

Le lac Victoria, écosystème en vase clos, montre en accéléré l’impact protéiforme de l’activité humaine sur la nature et les réponses inattendues que celle-ci peut apporter. Sa dernière répartie pourrait assécher toutes polémiques : depuis sa formation, le lac s’est vidé au moins trois fois…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

RDC : des militaires se livrent au commerce de minerais, selon Global Witness

RDC : des militaires se livrent au commerce de minerais, selon Global Witness

En marge de la conférence internationale sur les minerais de conflit qui s'ouvre le 3 novembre à Kinshasa, Global Witness a accusé vendredi des militaires congolais de continuer à se livrer au commerce [...]

UE-Zimbabwe : après 12 ans de sanctions, 234 millions d'euros d'aide ?

Dans le cadre du processus de normalisation de ses relations avec le Zimbabwe, l'Union européenne (UE) a annoncé vendredi qu'elle était disposée à s'engager dans un "programme d'aide[...]

Burkina Faso : une révolution 2.0, vraiment ?

Le Burkina Faso vit-il une révolution 2.0 ? Sur Twitter, le hashtag #lwili a été la star de la journée du 30 octobre. Il ne faut cependant pas surestimer l'influence des réseaux sociaux.[...]

Algérie : lundi 1er novembre 1954, "Toussaint rouge" dans les Aurès

Il y a soixante ans éclatait officiellement la guerre d'Algérie. Restée dans les mémoires comme la "Toussaint rouge", le 1er novembre 1954 est gravé dans les mémoires comme[...]

Blaise Compaoré annonce sa démission et la vacance du pouvoir

Dans un communiqué signé par la présidence et dont "Jeune Afrique" s'est procuré le contenu, Blaise Compaoré annonce sa démission, la vacance du pouvoir, et l'organisation[...]

RDC : à Beni, Kabila promet de "vaincre" les ADF

Lors de son adresse à la population de Beni, Joseph Kabila a déclaré vendredi que la RDC allait vaincre les rebelles ougandais de l'ADF, soupçonnés d'être responsables de récents[...]

Ebola - Report de la CAN 2015 : la CAF dément "l'accord de principe"

La Confédération africaine de football (CAF) a démenti vendredi "l'accord de principe" annoncé par un quotidien marocain à propos d'un report de la Coupe d'Afrique des nations en raison[...]

Nigeria : triple attentat à Gombe, au moins 8 morts et 34 blessés

Trois bombes ont explosé vendredi matin à une heure de grande affluence dans une gare routière de Gombe, dans le nord-est du Nigeria. Le triple attentat a causé la mort d'au moins huit personnes et fait[...]

Somalie : l'Amisom juge déséquilibré un rapport de HRW

La Mission de l'Union africaine en Somalie (Amisom) a jugé déséquilibré un rapport de Human Rights Watch qui accuse ses soldats de viols et d'exploitation de femmes et de jeunes filles sur leurs bases[...]

Burkina : démission de Compaoré, confusion autour de la transition

Après la démission de Blaise Compaoré vendredi, le chef d'état-major des armées, le général Honoré Nabéré Traoré, a déclaré qu'il dirigera[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers