Extension Factory Builder
10/10/2011 à 18:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Pedro Pires a dirigé le Cap-Vert de 2001 à 2011. Pedro Pires a dirigé le Cap-Vert de 2001 à 2011. © AFP

Le 10 octobre, à Londres, la Fondation Mo Ibrahim a rendu public son palmarès 2011 pour l’Afrique. Et remis son prix pour la bonne gouvernance, qui n’avait pas eu de lauréat en 2009 et 2010, à l'ex-président du Cap-Vert Pedro Pires.

City Hall de Londres, le 10 octobre, en fin de matinée. C’est dans la capitale britannique que la Fondation Mo Ibrahim, dirigée par le célèbre milliardaire anglo-soudanais, a fêté ses cinq ans, lors d’une cérémonie retransmise en direct à Johannesburg, Dakar et Nairobi. Censé récompenser un chef d’État africain qui a quitté le pouvoir de manière démocratique au cours des trois dernières années, le prix Ibrahim 2011 de la bonne gouvernance a été décerné à l'ancien président du Cap-Vert Pedro Pires.

Sept autres anciens présidents étaient en lice : John Kufuor (Ghana) qui avait déjà été recalé en 2010, Salou Djibo (Niger), Fradique de Menezes (São Tomé e Príncipe), Ahmad Tejan Kabbah (Sierra Leone) et Sékouba Konaté (Guinée). Mais après deux annés sans lauréat, le prix le plus richement doté au monde avec cinq millions de dollars sur dix ans et 200 000 dollars par an à vie a donc été attribué à Pires, pour son « action qui l'a conduit à transformer son pays en un modèle de démocratie », précise un communiqué de la Fondation Mo Ibrahim.

Pires succède ainsi à l'ancien président du Botswana, Festus Mogae (2008), et au Mozambicain Joaquim Chissano, le premier lauréat en 2007 avec Nelson Mandela. Par ailleurs, un autre temps fort de la cérémonie au City Hall, a été le lancement de « l’indice Ibrahim », qui mesure la qualité de la gouvernance de cinquante-trois pays africains. Le podium 2011 : Maurice, suivi du Cap-Vert et du Botswana.

Premier indice africain de la gouvernance

Par rapport à l’édition 2010, Maurice et le Botswana maintiennent donc leur position, tandis que le Cap-Vert gagne deux places, brûlant la politesse aux Seychelles. Parmi les dix premiers, le statu quo domine : l’Afrique du Sud, la Namibie et le Ghana restent à la même place (voir tableau ci-dessous).

Mais si le classement n’a pas subi de changements majeurs, ce premier indice africain de la gouvernance, créé par la Fondation, n’a rien perdu de sa complexité. Il brasse 86 indicateurs et plus de 40 000 données recueillies auprès de vingt-trois institutions (Banque africaine de développement, Université américaine du Caire, Ghana Center for Democratic Development…) – données ensuite regroupées en quatre catégories : sécurité et État de droit ; participation et droits de l’homme ; développement durable ; développement humain.

Seul bémol : les données les plus récentes datent de 2010. Ce qui a son importance, notamment pour les pays arabes. « Les forts déséquilibres entre le développement économique et humain d’une part, et le respect des droits de l’homme d’autre part, ont été les détonateurs de l’instabilité », relèvent un peu tard les promoteurs de l’indice. La Tunisie, l’Égypte et la Libye capitaliseront les effets positifs de leur marche vers la démocratie dans l’indice 2012.

« Nous avons vu cette année que, dans leur majorité, les jeunes du continent n’acceptent plus qu’une élite accapare le pouvoir. Ils réclament une gouvernance qui profite à tous », se réjouit Mo Ibrahim.

Cliquer sur le tableau pour l'agrandir.

Effet de distorsion

Le même effet de distorsion a joué pour l’Afrique subsaharienne. Par rapport à 2010, le Tchad et la Somalie restent aux dernières places. En revanche, le Soudan, encore comptabilisé comme un seul pays, recule d’un cran, l’Érythrée grimpe de trois marches, la Côte d’Ivoire, qui a pourtant surmonté ses difficultés postélectorales, rétrograde de deux places, et Madagascar de cinq.

« Mo Ibrahim compare son indice à un compteur de vitesse qui indique à quelle allure évolue un pays, mais sans expliquer pourquoi ce pays accélère ou ralentit, souligne l’un de ses collaborateurs. C’est aux médias et aux gouvernements de l’expliquer. »
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Algérie : Bouteflika à Grenoble, tempête dans un verre de thé

Algérie : Bouteflika à Grenoble, tempête dans un verre de thé

Prévu de longue date mais occulté par les autorités, le bref séjour d'Abdelaziz Bouteflika en France pour un contrôle médical de routine a - une fois de plus - alimenté[...]

Hollande aux Guinéens : "Nous avons le devoir de vous soutenir" dans la lutte contre Ebola

À son arrivée à Conakry, François Hollande a affirmé, vendredi, la solidarité de la France avec la Guinée dans la lutte contre l'épidémie d'Ebola. Le présiden[...]

Triple explosion à la mosquée de Kano, dans le nord du Nigeria

Trois bombes ont explosé vendredi dans l'enceinte de la grande mosquée de Kano, dans le nord du Nigeria. Au moins 64 personnes ont été tuées et 126 blessées.[...]

Burundi : chambardement dans le cabinet de Nkurunziza

Pierre Nkurunziza a signé vendredi une série de décrets relatifs à la "réorganisation des services de la présidence". Parmi les têtes qui ont volé, on note celle de [...]

Abdelfattah al-Sissi à Paris - Alain Gresh : "L'impression de revoir Moubarak reçu par Sarkozy"

Le directeur adjoint de la rédaction du mensuel français "Le monde diplomatique" et spécialiste du Moyen-Orient, Alain Gresh, répond aux questions de "Jeune Afrique" sur la visite mi[...]

Cameroun : Ahmadou Ahidjo ou l'État incarné

Le 30 novembre 1989, le premier président de la République du Cameroun meurt. Les politiciens de 1958 avaient cru élire cet autodidacte pour une brève transition. Vingt-cinq ans plus tard, il quitta le [...]

Cameroun : Ahmadou Ahidjo, 25 ans d'exil funéraire

À l'occasion de la commémoration du 25 anniversaire de la mort d'Ahmadou Ahidjo, Jeune Afrique réédite une série d'articles consacrés à l'ex-président camerounais déc&[...]

Mauritanie : roulez jeunesse !

Kane Limam Monza est auteur-interprète et fondateur du festival Assalamalekoum. Être jeune, en voilà une chance pour nous autres. Forts, fiers et dynamiques... Telle devrait être la donne. H&eacu[...]

Algérie : Chakib Khelil dans le collimateur égyptien

La justice égyptienne a lancé une commission rogatoire liée à une affaire de blanchiment d'argent présumé qui concerne Chakib Khelil, l'ancien ministre algérien de l'&Eacut[...]

Bénin : la Cour constitutionnelle met fin au débat sur un éventuel troisième mandat de Boni Yayi

Dans une décision rendue le 20 novembre, la Cour constitutionnelle s'est prononcée contre toute révision de la Constitution permettant au président béninois, Thomas Boni Yayi, de briguer un troi[...]

Namibie : Pohamba, deux mandats et puis s'en va

Si dans certains pays africains, les chefs d'État, une fois arrivés en fin mandat, tentent de toucher à la Constitution pour s'accrocher au pouvoir, Hifikepunye Pohamba, le président namibien, a choisi [...]

Malick Noël Seck, le trublion sénégalais qui pourfend l'OIF

Plusieurs fois incarcéré sous Abdoulaye Wade, l'ancien militant socialiste Malick Noël Seck, au verbe radical et à la geste provocatrice, est l'initiateur d'un contre-sommet de la Francophonie à [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces