Extension Factory Builder
10/10/2011 à 12:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La téléphonie mobile fête cette années ses 25 ans sur le continent. La téléphonie mobile fête cette années ses 25 ans sur le continent. © AFP

Le salon Africa Telecom People, qui s’est tenu les 5 et 6 octobre derniers à Abidjan, a fêté les 25 ans de la téléphonie mobile sur le continent. Une occasion pour les opérateurs, mais aussi les pouvoirs publics de débattre de l’avenir du secteur, tout en jetant un œil critique sur le chemin parcouru depuis la création du premier réseau africain en 1986.

Les licences 3G pleuvent sur le continent. Burundi, Zambie, Swaziland, Liberia et Niger au cours des derniers mois ; Gabon dans quelques jours ; et bientôt Cameroun, Côte d'Ivoire, Algérie... Les trois quarts des pays africains auront bientôt opté pour l'internet mobile. Une étape décisive qui matérialise la possibilité pour des millions d’utilisateurs de portables de communiquer avec leurs proches via emails et réseaux sociaux, mais aussi pour certains de trouver de l'information à valeur ajoutée, de prospecter de nouveaux clients, de réaliser des opérations administratives ou financières...

S’ouvre également un nouveau cycle pour des opérateurs du continent qui restent pour l’instant focalisés sur l'offre de services basiques comme la voix et les SMS, à l'origine de 95% de leur chiffre d'affaires. Désormais l'enjeu consiste pour eux à trouver le modèle économique leur permettant de tirer parti de l'explosion prévisible des échanges de données informatiques.

Réunis à Abidjan les 5 et 6 octobre 2011 à l'occasion de la septième édition du salon Africa Telecom People (ATP), les acteurs du secteur ont largement débattu de ce nouveau défi. Un moment charnière, idéal pour tirer un bilan du chemin parcouru depuis l'arrivée du mobile en Afrique il y a 25 ans. « Chaque terminal coûtait alors 3500 dollars et le revenu moyen par utilisateur était de 800 dollars », a rappelé à cette occasion Joe Gate, co-fondateur avec Miko Rwayitare, du premier réseau cellulaire en 1986 au Zaïre (RDC).

L'époque des pionniers

Une époque de pionniers où personne n'avait anticipé le succès foudroyant du GSM. « Tout au plus, les premiers business-plans tablaient sur 20 000 abonnés en Côte d'Ivoire », confirme Arthur Aloco, actuel directeur de l’autorité de régulation ivoirienne des télécoms. Après des débuts timides dans les années 1990, le décollage du secteur s'est confirmé pour atteindre des taux de croissance annuels phénoménaux, près de 50 % entre 2003 et 2006 par exemple. Une réussite qui a très vite suscité l'intérêt des bailleurs de fonds, qui la considère désormais, au même titre que l'accès à l'eau et à l'électricité, comme un des trois piliers du développement.

Même engouement du côté des États africains qui voient là un formidable gisement d'emplois - 3,5 millions sur le continent - et de revenus sous forme de taxes - 71 milliards de dollars entre 2000 et 2012 -, de dividendes ou de bénéfices lors de la vente des licences d'exploitation. Des contrats qui peuvent atteindre des sommets, comme au Maroc où Meditelcom a déboursé en 1999 plus d'un milliard de dollars pour la 2G.

Vers l'accès universel

D'abord destiné aux grands centres urbains, conquérant la clientèle la plus rentable, le mobile a peu à peu gagné les campagnes. Néanmoins, beaucoup reste encore à faire pour couvrir les zones rurales. « Le passage à la 3G ne doit pas se faire au détriment d'une partie de la population encore privée de réseau », insiste Thierry Moungala, ministre des Postes et des Télécommunications du Congo. Une ambition d'accès universel pour laquelles il convient de mobiliser les fonds alimentés par les opérateurs - « entre 1 et 3% de leur chiffre d'affaires » (hors coûts d'interconnexion) dans de nombreux pays africains, estime Rémi Fékété, avocat au sein du cabinet Gide Loyrette Nouel.

Le juriste insiste aussi sur l'impérieuse nécessité d'associer intérêts publics et privés pour développer les autoroutes en fibre optique dont le haut débit aura besoin pour révéler son potentiel. Une approche d’ailleurs encouragée par l’ATP qui, lors de son traditionnel palmarès, a attribué le trophée de la meilleure initiative publique à un projet sierra-léonais prévoyant la création de la station d'atterrissement du câble sous-marin en fibre optique ACE. Une structure dont l’accès sera ensuite libéralisé au profit des acteurs privés du secteur.
________________

Lauréats des Africa Telecom People Awards 2011

Comme chaque année, Africa Telecom People a récompensé les acteurs du secteur les plus performants. Parmi les lauréats, on peut noter la montée en puissance de plusieurs fournisseurs d’accès Internet, preuve de la convergence réelle des technologies. Présidé par Bernard Sanchez, directeur de projet du cabinet d’ingénierie Sogreah, le jury était également composé de Rémi Fekete, avocat du cabinet Gide Loyrette Nouel, spécialiste des télécoms, et de Guy Zibi, fondateur du cabinet de conseil en investissement AfricaNext.

Meilleur Régulateur Afrique du Nord :

Néant

Meilleur Régulateur Afrique de l’Ouest :

National Communications Authority Ghana

Meilleur Régulateur Afrique Centrale :

Agence de Régulation des Postes et Télécommunications de République démocratique du congo (RDC)

Meilleur Régulateur Afrique australe et de l’est :

Ouganda Communication Commission

Meilleur Opérateur Alternatif Afrique du nord :

INWI Maroc

Meilleur Opérateur Alternatif Afrique de l’Ouest :

VIP NET Côte d’Ivoire

Meilleur Opérateur Alternatif Afrique Centrale :

RINGO Cameroun

Meilleur Opérateur Alternatif Afrique Australe et de l’est :

KENYA INTERNET EXCHANGE POINT

Meilleur Opérateur Données Afrique du nord :

TUNISIANA

Meilleur Opérateur Données Afrique de l’Ouest :

ORANGE Côte d’Ivoire

Meilleur Opérateur Données Afrique Centrale :

MTN Congo

Meilleur Opérateur Données Afrique Australe et de l’est :

AIRTEL MALAWI

Meilleur Opérateur Voix Afrique du nord :

WATANYA TELECOM ALGERIE / NEDJMA

Meilleur Opérateur Voix Afrique de l’Ouest :

SOTELMA Mali

Meilleur Opérateur Voix Afrique Centrale :

AZUR CENTRAFRIQUE

Meilleur Opérateur Voix Afrique Australe et de l’est :

MAURITIUS TELECOM

Meilleur Initiative Privée :

VERONNE MANKOU (Congo) pour la tablette première africaine

Meilleur Initiative Publique :

Sierra Leone : Création du point d'atterrissement à ACE sur fonds publics et son ouverture au capital privé

Meilleur Initiative au développement :

BURUNDI BROADBAND BACKBONE

Meilleur Manager Public ou privé :

MIKO RWAYITARE, à titre posthume

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Francophonie : Kamel Daoud reçoit le Prix des cinq continents

Francophonie : Kamel Daoud reçoit le Prix des cinq continents

C’est son roman "Meursault, contre-enquête", qui a valu à l’écrivain et journaliste algérien Kamel Daoud le prix de l'Organisation internationale de la Francophonie. La récom[...]

L'institut Choiseul classe ses "100 leaders économiques africains de demain"

L'Institut Choiseul vient de publier la "Choiseul 100 Africa", un classement annuel identifiant les "leaders économiques de demain" parmi les jeunes dirigeants africains de 40 ans et moins. Certains[...]

Plus de 3 000 migrants ont péri en Méditerranée depuis début 2014

La traversée de la Méditerranée reste le voyage le plus meurtrier pour les migrants clandestins. Depuis début 2014, plus de 3 000 d'entre eux ont ainsi péri en chemin, selon l'Organisation [...]

Gouvernance en Afrique : votre pays est-il performant, selon l'indice Mo Ibrahim 2014 ?

La fondation Mo Ibrahim a publié, lundi 29 septembre, son indice annuel sur la gouvernance en Afrique. Bilan : l'Afrique progresse globalement, notamment grâce aux questions des droits de l'homme et de la[...]

Satan is back

Même si l'on reproche aux journalistes - souvent à raison - de ne parler de l'Afrique subsaharienne que sous l'angle de ses échecs, lesquels masquent le foisonnement de ses réussites[...]

La Francophonie confrontée au casse-tête de la succession d'Abdou Diouf

Après 12 ans sous la férule de l'ancien président sénégalais Abdou Diouf, l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) se trouve face au casse-tête de sa succession fin novembre[...]

La fondation pour l'Afrique de Borloo en marche d'ici la fin de l'année

Jean-Louis Borloo, qui s'est retiré de la vie politique en avril dernier, estime que sa fondation sur l'Afrique sera opérationnelle d'ici la fin de l'année, a-t-il indiqué dans un entretien au[...]

Ebola : le FMI accorde une aide supplémentaire aux pays touchés

Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé vendredi une enveloppe supplémentaire de 130 millions de dollars en faveur des trois pays les plus frappés par Ebola (Guinée, Liberia, Sierra[...]

Burkina Faso : 4 octobre 1984, le discours historique de Sankara à l'ONU

Sankara visionnaire ? En se présentant, le 4 octobre 1984, à la tribune des Nations unies, le jeune capitaine burkinabè était loin d'imaginer que, 30 ans plus tard, la plupart des thèmes de son[...]

Afrique de l'Ouest : ce que vos dirigeants ont dit sur Ebola

Les dirigeants africains ont-ils pris suffisamment tôt la mesure du danger que représentait le virus Ebola ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons répertorié les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers