Extension Factory Builder
01/10/2011 à 12:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mahi Binebine : 'Au Maroc, nous avons eu une révolution douce'. Mahi Binebine : "Au Maroc, nous avons eu une révolution douce". © Marie Villacèque, pour J.A.

Le Franco-Marocain Mahi Binebine partage sa vie d'artiste entre peinture, sculpture et écriture. Tout en exposant ses œuvres à la Marrakech Art Fair, il est également membre du jury du Prix littéraire de la Mamounia (décerné samedi 1er octobre à Mohamed Leftah). Pour Jeune Afrique, il revient sur le succès de la foire d'art contemporain de la Ville ocre.

Jeuneafrique.com : C'est votre deuxième participation à la Marrakech Art Fair...

Mahi Binebine : En effet, plusieurs de mes tableaux étaient présentés l'année dernière. D'ailleurs, après la foire, une galerie allemande qui m'avait repéré a réalisé une grande exposition avec certaines de mes œuvres, à Berlin en février 2011. C’est le but de l’événement. Cette année, une partie de mon travail est exposé par les galeries, Pierre Marie Vitoux et L'atelier 21, respectivement française et marocaine, et l'une de mes sculptures est présentée à l’entrée du Palace Es Saadi.

Qu'attendez-vous de cette deuxième édition ?

La Marrakech Art Fair rivalise déjà avec Dubaï, et bientôt, nous serons en concurrence avec la Fiac de Paris.

C'est un événement majeur car il y avait 30 galeries l'année passée, et il y en a 50 pour l'édition 2011, dont 13 marocaines ! On rivalise déjà avec Dubaï, et bientôt, nous serons en concurrence avec la Fiac de Paris ou Arco à Madrid. Le but est d'ouvrir le marché international aux Marocains et vice-versa. Cette foire est une bénédiction du ciel pour le marché de l'art au Maroc.

Mais aussi pour la ville de Marrakech ?

Oui, car la crise et l'attentat en avril sur la place Jemaa el Fna ont affecté le tourisme. Un tel événement redynamise donc la ville à tous les niveaux. Il a fallu quelqu'un comme Hicham Daoudi pour relever ce défi, ainsi qu'Elisabeth Bauchet-Bouhlal, propriétaire du Palace Es Saadi qui accueille l'évènement. La première année, Daoudi a perdu de l'argent, il fallait convaincre les galeries de venir... Cette fois, il espère ne pas en perdre, la participation de 50 galeries, c'est tout simplement magnifique! Beaucoup d'hôtels veulent à leur tour avoir la foire. D'ailleurs, la plupart d'entre eux présentent des expositions entre leurs murs, comme le Sofitel ou le Four Seasons.

Quel a été l'impact des révolutions arabes sur l'art contemporain ?

Beaucoup de tableaux dans cette foire s'appellent « Printemps arabe » !  Au Maroc, nous avons eu une révolution douce. Et j'espère bien qu'elle va se prolonger. Il y a eu un moment d'accalmie pour l'art contemporain arabe, mais maintenant il est devenu une valeur refuge, les gens investissent beaucoup dans ce domaine là.

Vous avez installé votre atelier à Tahanaout, dans la résidence d'artistes, Al Maqam. Comment ce lieu participe-t-il à la foire ?

Une exposition de sculptures y est présentée pendant tout l'évènement, elle fait partie du parcours culturel de la Marrakech Art Fair. Al Maqam est une résidence d'artistes qui a été créée en 2000 par le peintre Mohamed Mourabiti. J'y ai installé mon atelier il y a 5 ans et de nombreux artistes étrangers peuvent y louer un espace et venir y travailler. C'est pour moi une bouffée d'air qui permet de couper avec le tourbillon de Marrakech.

Vous êtes l'auteur de nombreux ouvrages et en même temps un peintre et sculpteur phare de la scène artistique marocaine. Comment parvenez-vous à concilier écriture et peinture ?

En réalité, je fais plus de peinture que d'écriture, mais j'aimerais que ce soit l'inverse! Je vends beaucoup de tableaux et moins de livres... (rires)

_____________

Propos recueillis par Marie Villacèque, envoyée spéciale à Marrakech.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : 15 ans de règne pour Mohammed VI, qui regrette des 'disparités sociales'

Maroc : 15 ans de règne pour Mohammed VI, qui regrette des "disparités sociales"

Le roi du Maroc Mohammed VI a fêté mercredi ses 15 ans de règne. Dans son discours, il a appelé à une "pause introspective" et a commandé une étude au Conseil économ[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle "ligne de précaution" de 5 milliards de dollars

Le Fonds monétaire international (FMI) a renouvelé la ligne de protection ouverte en faveur du Maroc. Valable sur deux ans, ce mécanisme permet au pays de se financer à hauteur de 5 milliards de dollars[...]

Maroc : gnaoua, le blues à l'âme

Menacée de disparaître, la tradition musicale des descendants d'anciens esclaves subsahariens revit grâce au festival d'Essaouira. Mais les maalem doivent aujourd'hui relever un nouveau défi :[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? "Jeune Afrique" a [...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Mercredi, un millier de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne ont tenté de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, ont annoncé les autorités locales. Leur tentative a[...]

Maroc : mort de Hassan II, la nuit du destin

À l'occasion des quinze ans de la mort de Hassan II, Jeune Afrique réedite quelques articles d'époque. Dans celui-ci, paru dans JA n° 2012 du 30 juillet au 9 août 1999, François Soudan[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers