Extension Factory Builder
30/09/2011 à 16:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
'J'aime voyager entre les nombreuses branches de la forêt que représente le monde de la musique.' "J'aime voyager entre les nombreuses branches de la forêt que représente le monde de la musique." © Alexandre Paufert

Lors du festival des Francophonies en Limousin, qui se déroule actuellement à Limoges, le trompettiste Ibrahim Maalouf est venu présenter sa pièce "Métamorphise". Rencontre avec un artiste qui, à 31 ans, en est déjà à son troisième album.

Le mélange des genres et la mise à mort des frontières, c'est un peu la spécialité du Festival des Francophonies en Limousin qui se tient à Limoges (France) du 28 septembre au 8 octobre. Aussi n'est-il pas surprenant que le jeune prodige franco-libanais de la trompette Ibrahim Maalouf y trouve sa place avec aisance. C’est sans craindre de côtoyer les plus grands – en l'occurrence les compositeurs Nino Rota et Wolfgang Amadeus Mozart – qu’il présente sa pièce « Métamorphise » à l'opéra-théâtre de Limoges, à l'heure où sort dans les bacs sont troisième album, Diagnostic, après Diasporas (2008) et Diachronism (2009).

Musicien vagabond de 31 ans, le neveu de l'académicien Amin Maalouf cache dans le cuivre de sa trompette des trésors puisés dans toutes les traditions qui l'ont nourri. Né à Beyrouth, formé à la musique occidentale comme à la musique traditionnelle arabe par un père virtuose, Maalouf est ouvert à toutes les rencontres et à toutes les expériences. Couronné par de nombreux prix de musique classique et de jazz, dont celui de Révélation de l'année aux Victoires du Jazz 2010, il a travaillé avec Matthieu Chédid, George Moustaki, Amadou et Mariam, Salif Keita, Vincent Delerm, Sting et quelques autres...

"D'arbre en arbre"

« D'arbre en arbre, j'aime voyager entre les nombreuses branches de la forêt que représente le monde de la musique », dit-il. Créé à Limoges le 29 septembre, Métamorphise est présentée après le concerto pour orchestre à cordes de Nino Rota et avant la symphonie n°41 « Jupiter » en ut majeur K 551 de Mozart, sous la direction du très jeune chef d'orchestre québécois Jean-Michaël Lavoie.

Elle sera reprise dès le 30 septembre à Saint-Junien, puis les 27 et 29 mars à Aubusson et Bellac. Dans une forme identique ? Sans doute pas. Quand il joue, comme quand il compose, Ibrahim Maalouf tient à se ménager des espaces de liberté lui permettant d'improviser. « Toute la première partie de la pièce est une improvisation traditionnelle dans le monde arabe, posée sur un ostinato de basses. C'est une liberté totale », explique-t-il. Liberté d'aller où il veut, liberté de butiner ici et là : Ibrahim Maalouf suit désormais un chemin qui lui est propre.

________________

Nicolas Michel, envoyé spécial à Limoges

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Inde : quand la foule passe à tabac des étudiants africains dans le métro

Inde : quand la foule passe à tabac des étudiants africains dans le métro

Trois étudiants africains ont été violemment pris à partie, dimanche 28 septembre, par une foule d’Indiens dans le metro de New Delhi. La scène, filmée par des passants, a fait le to[...]

Maroc : pour "l'enfant sans visage", l'espoir renaît grâce à des médecins australiens

Né défiguré suite à une complication prénatale empêchant ses os de se former normalement, le petit Marocain de trois ans surnommé "l'enfant sans visage" va enfin pouvoir[...]

Ebola : un premier cas d'infection diagnostiqué aux États-Unis

Un homme, dont l'identité n'a pas été précisée mais ayant effectué un voyage au Liberia, a été hospitalisé au Texas (sud des États-Unis). Plusieurs[...]

Jean-Luc Parodi : "Sarkozy vainqueur ? Sans doute, mais dans quel état !"

Conseiller pour les affaires politiques à l'Ifop, le politologue Jean-Luc Parodi est convaincu que l'ancien président ne sortira pas indemne de la course d'obstacles qui l'attend jusqu'en 2017.[...]

Francophonie : Jean - De l'Estrac, chaude ambiance...

Dans la course pour le secrétariat génaral de l'OIF, les relations ne sont pas vraiment à la franche cordialité entre la Canadienne Michaëlle Jean et le Mauricien Jean Claude de l'Estrac.[...]

France : Sarkozy peut-il réussir son retour ?

Rien ni personne n'empêchera l'ancien chef de l'État français, Nicolas Sarkozy, de reprendre la présidence de l'UMP, en novembre. Simple hors-d'oeuvre. Primaire de la droite en 2016, puis[...]

État islamique : plus de 200 jihadistes tués au cours des raids aériens de la coalition

Une semaine après le début des frappes aériennes de la coalition de Washington et ses alliés arabes contre l'État islamique en Syrie, un premier bilan fait état de plus de 200 morts[...]

"Gotha noir de France" : Le gotha, noir sur blanc

Quel est le point commun entre le communicant Youssouf Ammin, l'architecte Mahmoud Keldi et l'ingénieure en génie atomique Sandra Métho ? Ils font tous trois leur entrée dans l'édition[...]

Plus de 3 000 migrants ont péri en Méditerranée depuis début 2014

La traversée de la Méditerranée reste le voyage le plus meurtrier pour les migrants clandestins. Depuis début 2014, plus de 3 000 d'entre eux ont ainsi péri en chemin, selon l'Organisation [...]

Vilains barbus et belles barbantes

Au cliché des arabes jihadistes, les belles orientales opposent des concours de Miss toujours plus nombreux. Avec plus ou moins de pertinence…[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers