Extension Factory Builder
29/09/2011 à 13:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le spectacle de Salia Sanou 'Souvenir de la rue princesse' a ouvert les Francophonies en Limousin. Le spectacle de Salia Sanou "Souvenir de la rue princesse" a ouvert les Francophonies en Limousin. © Patrick Fabre

Théâtre, danse, musique, littérature... Le festival des Francophonies en Limousin, qui se tient du 28 septembre au 8 octobre 2011, a débuté à Limoges avec une chorégraphie du Burkinabè Salia Sanou. De nombreux artistes africains sont également conviés.

Certains dansent la salsa, d'autres le hip-hop, d'autres la capoeira. Chacun dans son coin ? Certainement pas ! Entraînés pendant quatre mois par le danseur et chorégraphe burkinabè Salia Sanou, ils se sont retrouvés ensemble sur la place de la Motte, en plein cœur de Limoges (France) pour la première et avant dernière représentation de Souvenir de la rue princesse, le spectacle qui ouvrait la 28e édition des Francophonies en Limousin (voir photos, © Patrick Fabre).

Une manière de donner le la d'une manifestation qui se veut festive et décontractée : tous les danseurs étaient des amateurs et ils ont démontré avec brio que la Francophonie n'est pas qu'une question de langue. Les corps aussi peuvent parler, dialoguer et se comprendre, même quand ils viennent d'horizons différents.

Ce n'était qu'un début. La soirée de lancement, ce mercredi 28 septembre, s'est prolongée sur le Champ de Juillet avec les déséquilibres très étudiés de la Congolaise (RDC) Tatiana Bongonga, jeune funambule jouant sur son fil avec grâce et originalité – mimant la chute pour mieux emporter le public vers le vertige... Enfin, avec Carré piste, deux danseurs se sont successivement heurtés et épaulés au pied d'un écran géant où leurs propres images les séparaient de dizaine de seaux verts et jaunes remplis d'eau qui, bientôt, livreraient leurs éclaboussures...

Mélange d’exigence et de simplicité

Les Francophonies en Limousin, qui se tiennent jusqu'au 8 octobre, c'est ce mélange d'exigence et de simplicité qui permet de mêler avant garde et grand spectacle. Pendant une dizaine de jours, théâtre, danse, musique, littérature sont mis à l'honneur avec des invités de marque dont beaucoup viennent d'Afrique.

Ainsi, le Congolais Dieudonné Niangouna – qui sera artiste associé au Festival d'Avignon 2013 – crée à Limoges, le 30 septembre, sa pièce Le Socle des vertiges. Autre pièce présentée sur scène, Moi et mon cheveu, de la congolaise (RDC) Bibish Mumbu, dans une mise en scène d'Eva Doumbia (29 septembre). Quant à Soeuf Elbadawi, il raconte à sa manière avec Moroni Blues la capitale comorienne (28 septembre).

La musique n'est pas en reste. Sont présents le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf (29 septembre), les guitaristes Roland Tchakounté (29 septembre), Mounawar et Baco. Et comme un peu d'humour ne fait jamais de mal, on peut compter sur Mamane (Niger) et Tata Milouda (Maroc) pour achever de décrisper les mâchoires ! Bref, pour quelques jours, le centre du monde francophone n'est ni à Paris, ni à Bruxelles, ni à Abidjan : il est à Limoges.

____________

Nicolas Michel, envoyé spécial à Limoges

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Le propos raciste qui fait du bien

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner l’absurdité[...]

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johannesburg en passant par Kumasi (Ghana), "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

La diversité religieuse ? Une richesse inéquitablement répartie

Chrétiens, juifs, musulmans, animistes, athées... Sur Terre, ce n'est pas la diversité qui manque. Une enquête recense les pays où elle est le plus forte. Première en Afrique, la[...]

Japon - Yoshifumi Okamura : en Afrique, "c'est maintenant qu'il faut y aller !"

De passage à Paris, l'ancien ambassadeur du Japon en Côte d'Ivoire - et désormais représentant personnel du Premier ministre pour l'Afrique-, Yoshifumi Okamura, évoque l'avancée des[...]

Risque-pays : les bons et les mauvais élèves africains

Aon Risk Solutions vient de publier la 16e édition de la carte de risque pays. Si l'Afrique australe reste (à l'exception du Zimbabwe) la zone la moins risquée du continent, le Maroc, le Ghana et l'Ouganda[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Veni vidi... Vinci ?

Après des années de suprématie chinoise, les français Bouygues, Eiffage et Vinci repartent à l'assaut du continent. Leurs atouts ? Qualité, respect des délais et recours[...]

Olivier Stintzy : "Investir dans les hôpitaux, les écoles, le logement"

Pour ce gestionnaire de fonds, les partenariats public-privé permettent de prolonger la durée de vie des équipements à vocation sociale tout en garantissant leur rentabilité.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces