Extension Factory Builder
28/09/2011 à 15:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Avec Marchand, le Raja espère reprendre le chemin de la victoire. Avec Marchand, le Raja espère reprendre le chemin de la victoire. © AFP

Après plus de neuf mois d’inactivité, Bertrand Marchand a été nommé le 25 septembre entraîneur du Raja Casablanca (Maroc) avec pour objectif de défendre le titre de champion du Maroc. L’ancien sélectionneur de la Tunisie (juin-décembre 2010) va tenter de redonner confiance à une équipe éliminée de la Ligue des Champions et mal classée en championnat.

Il y a eu le Roumain Ilie Balaci, remercié le 13 septembre dernier. Il y aurait pu avoir Fathi Jamal, un des (nombreux) anciens sélectionneurs du Maroc, qui a finalement refusé l’offre. Le poste d’entraîneur du Raja Casablanca, dont la saison est mal partie, revient finalement à Bertrand Marchand (58 ans), qui a signé pour un an le week-end dernier.
« Je pouvais gagner le double dans le Golfe Persique »

Au chômage pendant près de dix mois après son éviction du poste de sélectionneur de la Tunisie, l’entraîneur français était en contact avec le Maroc depuis plusieurs mois. « En juin, j’avais eu un contact avec le WAC Casablanca, et un peu plus tard avec le Raja, juste avant la nomination de Balaci. Je n’avais pas donné suite au premier, je n’allais pas répondre favorablement au second juste après. Mais quand Abdeslam Hanat, le président du Raja, m’a recontacté il y a une quinzaine de jours, la situation était différente », explique-t-il.
Marchand a déjà entraîné les Tunisiens du Club Africain (2006-2007) et de l’Étoile du Sahel (2007-2008), avec une Ligue des Champions remportée en 2007. Il commence à bien connaître le Maghreb et s’y sent bien. « Je pouvais gagner le double au Qatar ou en Arabie Saoudite. Ce n’est pas une question financière, mais sportive : le Raja fait partie du Top 8 africain, et le renouveau du football marocain est évident. Cela se voit au niveau de sa sélection et de ses clubs. »

Quête de sérénité

Marchand est cependant conscient de la précarité de son job. « Je sais qu’en Afrique du Nord, l’espérance de vie d’un entraîneur va de trois à six mois », sourit-il. La sienne dépendra de sa capacité à redresser une équipe actuellement en quête de sérénité. « Elle en a besoin. Elle n’a plus gagné depuis plusieurs mois (le 21 mai dernier, NDLR). Grâce à la trêve internationale, je vais avoir un peu de temps pour travailler. Il va falloir remonter au classement pour défendre notre titre, détaille-t-il, déjà conscient de l’immense pression qui existe autour du club rajaoui, actuellement douzième (sur seize) au bout de trois journées de championnat. « On verra lors du mercato hivernal pour se renforcer et bien aborder la Ligue des Champions 2012… »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

L'Afrique part à la pêche aux 'islamodollars'

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Maroc : les maraîchers disent "merci Poutine"

Depuis que Moscou a décrété un embargo sur les importations en provenance de l'Union européenne, les agriculteurs marocains s'organisent pour profiter de ce marché estimé à[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex