Extension Factory Builder
13/09/2011 à 10:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Désinfection d'une maison inondée au Sénégal. Désinfection d'une maison inondée au Sénégal. © AFP

Le partenariat Roll Back Malaria (RBM) publie son rapport "Faire reculer le paludisme : dix ans de partenariats et résultats" lundi 12 septembre. La lutte antipaludique affiche un franc succès même si certaines régions du monde restent fortement touchées par ce fléau.

L’heure est au bilan pour le partenariat Roll Back Malaria (RBM). Dix ans après avoir lancé un plan d’action mondial, RBM a publié lundi 12 septembre son rapport « Faire reculer le paludisme : dix ans de partenariats et résultats ».

Et le bilan est plutôt bon. Le nombre de décès liés au paludisme a globalement baissé de 38% et même chuté de 50% dans onze pays d’Afrique subsaharienne (Guinée équatoriale, Éthiopie, Gabon, Mali, Rwanda, Sénégal, Sao Tomé et Principe, Sierra Leone, Tanzanie, Togo, Zambie), où plus d’un million de morts infantiles (enfant de moins de cinq) ont pu être évitées au cours des dix dernières années, indique le rapport. Si la dynamique est poursuivie plus de trois millions de vies supplémentaires peuvent être sauvées d’ici 2015, prévoit RBM.

L’essentiel des efforts a été déployé en Afrique subsaharienne, sans conteste la région du monde la plus touchée par la maladie. Dans les années 1990, 85% des cas de paludisme et 90% de décès liés, recensés au niveau mondial, avaient été enregistrés dans les pays subsahariens. Autres régions où la lutte antipaludique a progressé, l’Amérique et l’Asie du Sud-Est ont connu une diminution de moitié des cas de paludisme et des décès qui lui sont associés. 

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a même ajouté ces quatre dernières années le Maroc, le Turkménistan et les Émirats arabes unis à la liste des pays ayant éradiqué la maladie. Les Bahamas et la Jamaïque sont en passe d’être certifiés exempts de paludisme, annonce le rapport.

Multiplication des fonds par dix en dix ans

Comment expliquer de telles avancées ? Les bailleurs de fonds internationaux ont tout simplement mis la main à la poche. Le financement international de la lutte contre le paludisme a été multiplié par dix en dix ans, s’élevant à 1,5 milliards de dollars en 2010. Des fonds internationaux utilisés principalement à des pulvérisations d’insecticide à grande échelle, à des distributions de moustiquaires imprégnées d’insecticide au-delà des zones urbaines, à l’offre d’un traitement préventif aux femmes enceintes et aux nouveau-nés, et à la mise à disposition de diagnostic rapide.

Toutefois, les progrès restent « modestes » dans certaines régions du monde, comme la Méditerranée orientale (et notamment en Somalie et au Soudan), souligne le rapport. Le succès de la lutte antipaludique est « fragile », estime Awa Marie Coll Seck, directrice exécutive du partenariat. Le financement du programme doit courir sur le long terme sous peine de « revenir aux heures sombres de la lutte », prévient la directrice de RBM.

D’autant plus que le partenariat RBM ne compte pas en rester là. Objectifs d’ici 2015 : une réduction à zéro ou presque des cas de paludisme dans le monde et une élimination de la transmission de la maladie dans dix pays de la région Europe de l’OMS, entre autres.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Le propos raciste qui fait du bien

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner l’absurdité[...]

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johannesburg en passant par Kumasi (Ghana), "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

La diversité religieuse ? Une richesse inéquitablement répartie

Chrétiens, juifs, musulmans, animistes, athées... Sur Terre, ce n'est pas la diversité qui manque. Une enquête recense les pays où elle est le plus forte. Première en Afrique, la[...]

Japon - Yoshifumi Okamura : en Afrique, "c'est maintenant qu'il faut y aller !"

De passage à Paris, l'ancien ambassadeur du Japon en Côte d'Ivoire - et désormais représentant personnel du Premier ministre pour l'Afrique-, Yoshifumi Okamura, évoque l'avancée des[...]

Risque-pays : les bons et les mauvais élèves africains

Aon Risk Solutions vient de publier la 16e édition de la carte de risque pays. Si l'Afrique australe reste (à l'exception du Zimbabwe) la zone la moins risquée du continent, le Maroc, le Ghana et l'Ouganda[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Veni vidi... Vinci ?

Après des années de suprématie chinoise, les français Bouygues, Eiffage et Vinci repartent à l'assaut du continent. Leurs atouts ? Qualité, respect des délais et recours[...]

Olivier Stintzy : "Investir dans les hôpitaux, les écoles, le logement"

Pour ce gestionnaire de fonds, les partenariats public-privé permettent de prolonger la durée de vie des équipements à vocation sociale tout en garantissant leur rentabilité.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces