Extension Factory Builder
09/09/2011 à 15:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les Sprinbocks sud-africains ont été deux fois champions du monde en 1995 et 2007. Les Sprinbocks sud-africains ont été deux fois champions du monde en 1995 et 2007. © AFP

La coupe du monde de rugby se déroule en Nouvelle-Zélande du 9 septembre au 23 octobre. Comme d’habitude, les deux équipes chargées de représenter le continent seront l’Afrique du Sud et la Namibie. Mais dans leur sillage émergent de plus en plus de sélections nationales africaines.

En Afrique, quand on parle ballon, on ne pense même pas à évoquer sa forme. Il est rond, un point c’est tout. Pendant longtemps, le rugby était un sport de Blancs, pratiqué ici et là dans les pays anglophones du continent. Depuis 1995 et la coupe du monde en Afrique du Sud, les choses ont changé. À l’époque, seuls 12 pays alignaient une sélection nationale. Aujourd’hui, ils sont 36. Le ballon ovale circule dorénavant de la Tunisie au Burundi en passant par le Bénin.

Certes, les Springboks d’Afrique du Sud sont largement au-dessus de la mêlée. Double champions du monde (1995 et 2007), leur suprématie est pour le moment incontestable. À tel point qu’ils sont qualifiés d’office pour chaque coupe du monde. Derrière, le débat pour la seconde place qualificative est plus animé.

Généralement, ce sont les Namibiens qui raflent la mise. Pour la troisième fois consécutive, ils iront se frotter au gratin de la planète rugby. Mais leur qualification n’est pas toujours de tout repos. « On est passé à un doigt de la coupe du monde 2003, se rappelle Ramzi Zoghlami, sélectionneur du XV de Tunisie. Lors du match retour contre la Namibie à Tunis, on loupe la qualification en prenant une pénalité à 30 secondes de la fin ».

Mais pour la coupe du monde en Nouvelle-Zélande, les Tunisiens se sont encore cassé les dents sur le pack namibien. À leurs côtés, Marocains, Kenyans, Zimbabwéens ou plus récemment Ivoiriens viennent régulièrement jouer les trouble-fêtes sur la scène continentale.

"Super esprit de camaraderie"

En quelques années, l’ovalie s'est étendue à tous les pays d’Afrique. Les équipes qui ne se disputent pas la qualification en coupe du monde participent à des tournois régionaux. C’est le cas des Intambwe (lions en kirundi) du Burundi. Tous les ans, ils disputent le Castel Super 16 avec le Rwanda et la Tanzanie.

Mbirizi Emmanuel, 32 ans, est le demi de mêlée des Intambwe et « le plus ancien de l’équipe ». « J’ai commencé le rugby avec des expatriés à Bujumbura. Peu à peu, j’ai ramené des amis burundais. Aujourd’hui, l’équipe nationale est surtout une bande de copains du quartier, une sorte de grande famille avec un super esprit de camaraderie ».

Lorsqu’on l’interroge sur ses meilleurs souvenirs, il répond sans hésiter : « les voyages en bus de trois jours pour aller disputer des tournois en Tanzanie ou au Rwanda ». L’idole d’Emmanuel, c’est Carlos Spencer, ancien maître à jouer des All Blacks. « Un as, un demi d’ouverture terrible ! » s’exclame le rugbyman burundais. Cette année, comme d’habitude, il soutiendra l’Afrique du Sud par solidarité continentale.

Une question de temps

Malgré un manque de moyens et d’infrastructures encore flagrant, le rugby africain progresse dans l’ombre des grands frères sud-africains et namibiens. « Les Africains sont acquis à l’idée que le rugby n’est plus un sport de Blancs, souligne Guédel Ndiaye, président de la fédération sénégalaise de rugby. Aujourd’hui, ça joue partout en Afrique, c’est impressionnant ».

Un peu partout, des écoles de rugby se construisent, des tournois s’organisent. Chaque pays dispose désormais de son championnat interne. Côté joueurs, « la plupart des titulaires des grandes équipes africaines jouent dans les meilleurs clubs français », ajoute M. Ndiaye.

D’après le patron du rugby sénégalais, l’émergence du rugby africain n’est qu’une question de temps. « On a de bons joueurs mais ils n’ont pas encore la culture rugby, analyse-t-il. Aujourd’hui, les gamins commencent de plus en plus tôt dans des structures mieux organisées. Dans quelques années, les gens vont être surpris ! ». Encore un peu de patience et, sur le continent, on ne considérera plus le ballon comme forcément rond.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Cour de justice de l'Uemoa : y a-t-il un pilote à la barre ?

Cour de justice de l'Uemoa : y a-t-il un pilote à la barre ?

Que se passe-t-il à la Cour de justice de l'Union économique et monétaire d'Afrique de l'Ouest (UEMOA) ?[...]

À la tête de l'Union africaine, Robert Mugabe en profite pour plaider ses causes dans le monde entier

De retour sur le devant de la scène internationale depuis qu'il occupe la présidence tournante de l'Union africaine, le chef de l'État zimbabwéen, Robert Mugabe, multiplie les voyages et profite de[...]

Xénophobies africaines

Je donne ma main à couper si je me trompe. Chaque fois que rien ne marche sur notre continent, chaque fois que ceux qui rêvent debout voient leurs desseins contrariés, une phrase, une seule, revient[...]

Dr Fatoumata Nafo-Traoré : "Nous sommes à un tournant de la lutte contre le paludisme"

Samedi 25 avril a lieu la Journée mondiale de lutte contre le paludisme. L'occasion pour le Dr Fatoumata Nafo-Traoré, directrice exécutive de l'organisme Roll Back Malaria, de faire le point sur la situation[...]

Tour de France : MTN-Qhubeka s'échauffe pour la Grande Boucle

Ils y sont arrivés. MTN-Qhubeka est la première équipe cycliste africaine à avoir été invitée au Tour de France (du 4 au 26 juillet 2015). Pourtant, le pari n’était[...]

Immigration : l'ONU appelle l'Europe à sortir de sa stratégie "minimaliste" et à "sauver des vies"

Alors que l'Union européenne se réunit jeudi en sommet extraordinaire après les multiples naufrages de ces derniers jours en Méditerranée, l'ONU l'a exhortée à sortir de sa[...]

Zimbabwe : quand Mugabe se change en "Miss Roberta"

Résignés, les internautes zimbabwéens s’attardent davantage sur les photographies de leur président que sur sa politique. Sur le dernier cliché à la mode, Robert Mugabe semble[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Élections : la carte interactive de la biométrie en Afrique

En Afrique comme ailleurs, les élections riment parfois avec fraudes ou, tout au moins, soupçons de votes multiples, de bourrages d'urnes et de manipulations en tous genres... Alors, pour réconcilier les[...]

Stromae Africa Tour, le retour aux sources...

Stromae franchit le pas. L'extraterrestre de "Formidable", star des scènes européennes, entreprend une tournée en Afrique subsaharienne. Avec en point d'orgue le Rwanda, comme un retour aux[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers