Extension Factory Builder
09/09/2011 à 15:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Amadou Ali est au centre d'une tempête qui semble montée en épingle par ses opposants. Amadou Ali est au centre d'une tempête qui semble montée en épingle par ses opposants. © AFP

Le ministre camerounais de la Justice, Amadou Ali a confié à un diplomate américain ses appréhensions sur l’après-Biya. Rapportés par Wikileaks, ses propos sont à la Une de tous les journaux locaux.

« Les trois régions du Nord qui sont ethniquement et culturellement différentes du reste du Cameroun vont continuer à apporter leur soutien à Biya aussi longtemps qu’il souhaitera demeurer président, mais le prochain président du Cameroun ne viendra pas de l’ethnie beti/bulu de Biya. Les Betis sont trop peu nombreux pour s’opposer aux nordistes, encore moins au reste du Cameroun. Des Bamilékés ont fait des ouvertures à des élites du Nord pour forger une alliance entre leurs régions respectives, mais les nordistes étaient si méfiants sur les intentions des Bamilékés qu’ils ne concluraient jamais une alliance pour soutenir un pouvoir politique bamiléké ». Ces propos, révélés par WikiLeaks, auraient été tenus par le ministre de la Justice Amadou Ali, lors d’un entretien en 2009 avec l’ancien ambassadeur des États-Unis au Cameroun, Janet Garvey.

De quoi susciter un tôlé général au sein de l’opinion nationale et faire les choux gras de la presse locale. Des leaders politiques et des membres de la société civile sont aussitôt montés sur leurs grands chevaux. « Cette déclaration relève d’une autre époque », a réagi Charles Ateba Eyéné, écrivain et membre influent du parti au pouvoir, le RDPC. Selon Pierre Abanda Npama, président du Mouvement africain pour la nouvelle indépendance et la démocratie (Manidem), « ce sont des propos indécents et dangereux ».

"Dérive d’une gravité extrême"

« Cette dérive est d’une gravité extrême », estime pour sa part Victorin Hameni Bieleu, président de l’Union des forces démocratiques du Cameroun (UFDC). Maître Alice Nkom, avocate au barreau du Cameroun estime de son côté que ce sont « des propos contre l’unité nationale ». Plus tranché que tous les autres encore, Jean-Michel Nintcheu, député du Front social démocratique (SDF), exige la démission du ministre Amadou Ali et l’ouverture contre lui d’une information judiciaire. Toutes ces réactions et d’autres font la Une des quotidiens camerounais depuis quatre jours.

Une tempête dans un verre d’eau ? Mardi 6 septembre, Amadou Ali a confié à l’un de ses proches qu’il avait effectivement eu des entretiens avec la diplomate en question. Mais sans tenir de propos injurieux envers les communautés concernées. « Je m’exprimais en français tandis que la diplomate américaine parlait l’anglais », a assuré Amadou Ali à notre source. En insinuant implicitement que ses propos avaient été mal interprétés.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Les Camerounais sont-ils trop gourmands ?

Les Camerounais sont-ils trop gourmands ?

En ce mois de juillet, la question de la nourriture ne concerne pas que ceux qui s’en privent pour des raisons de pratique religieuse. Elle taraude ceux qui en sont privés, quand bien même leur budget aliment[...]

Cameroun : le parlement autorise la ratification de l'APE intérimaire

L’accord prévoit un démantèlement tarifaire sur les quinze prochaines années et une libéralisation de 80% des importations venant de l’Union européenne. Devant le blocage des[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Mondial 2014 - Mboma : "Le Brésil de Scolari n'a jamais voulu changer de système de jeu"

Comme tout le monde, Patrick Mboma a été estomaqué par la demi-finale perdue par le Brésil face à l’Allemagne (1-7), mardi 8 juillet au soir. L’ancien attaquant international[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Cameroun : Zang Adzaba et son Cardiopad, le coeur sur la main

Son invention pourrait sauver des vies... et a déjà bouleversé la sienne. À 26 ans, Arthur Zang Adzaba est le jeune papa du Cardiopad. Il a reçu le prix Rolex à l'esprit[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Cemac : vingt ans... et des regrets

Gabegie administrative, projets en suspens, scandales financiers et rivalités politiques affaiblissent une organisation régionale dont les membres ne parviennent pas à définir une politique[...]

Voyager dans la zone Cemac : bakchichs, barrages, parano sécuritaire... Le parcours du combattant

Frontières tantôt ouvertes tantôt fermées, Bakchichs, barrages, paranoïa sécuritaire... La traversée des pays membres de la Communauté économique et monétaire[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers