Extension Factory Builder
09/09/2011 à 15:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Amadou Ali est au centre d'une tempête qui semble montée en épingle par ses opposants. Amadou Ali est au centre d'une tempête qui semble montée en épingle par ses opposants. © AFP

Le ministre camerounais de la Justice, Amadou Ali a confié à un diplomate américain ses appréhensions sur l’après-Biya. Rapportés par Wikileaks, ses propos sont à la Une de tous les journaux locaux.

« Les trois régions du Nord qui sont ethniquement et culturellement différentes du reste du Cameroun vont continuer à apporter leur soutien à Biya aussi longtemps qu’il souhaitera demeurer président, mais le prochain président du Cameroun ne viendra pas de l’ethnie beti/bulu de Biya. Les Betis sont trop peu nombreux pour s’opposer aux nordistes, encore moins au reste du Cameroun. Des Bamilékés ont fait des ouvertures à des élites du Nord pour forger une alliance entre leurs régions respectives, mais les nordistes étaient si méfiants sur les intentions des Bamilékés qu’ils ne concluraient jamais une alliance pour soutenir un pouvoir politique bamiléké ». Ces propos, révélés par WikiLeaks, auraient été tenus par le ministre de la Justice Amadou Ali, lors d’un entretien en 2009 avec l’ancien ambassadeur des États-Unis au Cameroun, Janet Garvey.

De quoi susciter un tôlé général au sein de l’opinion nationale et faire les choux gras de la presse locale. Des leaders politiques et des membres de la société civile sont aussitôt montés sur leurs grands chevaux. « Cette déclaration relève d’une autre époque », a réagi Charles Ateba Eyéné, écrivain et membre influent du parti au pouvoir, le RDPC. Selon Pierre Abanda Npama, président du Mouvement africain pour la nouvelle indépendance et la démocratie (Manidem), « ce sont des propos indécents et dangereux ».

"Dérive d’une gravité extrême"

« Cette dérive est d’une gravité extrême », estime pour sa part Victorin Hameni Bieleu, président de l’Union des forces démocratiques du Cameroun (UFDC). Maître Alice Nkom, avocate au barreau du Cameroun estime de son côté que ce sont « des propos contre l’unité nationale ». Plus tranché que tous les autres encore, Jean-Michel Nintcheu, député du Front social démocratique (SDF), exige la démission du ministre Amadou Ali et l’ouverture contre lui d’une information judiciaire. Toutes ces réactions et d’autres font la Une des quotidiens camerounais depuis quatre jours.

Une tempête dans un verre d’eau ? Mardi 6 septembre, Amadou Ali a confié à l’un de ses proches qu’il avait effectivement eu des entretiens avec la diplomate en question. Mais sans tenir de propos injurieux envers les communautés concernées. « Je m’exprimais en français tandis que la diplomate américaine parlait l’anglais », a assuré Amadou Ali à notre source. En insinuant implicitement que ses propos avaient été mal interprétés.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

Le Cameroun a décidé lundi de fermer toutes ses frontières aériennes, maritimes et terrestres avec le Nigeria. À cette mesure de prévention s'ajoute une restriction de la circulation avec [...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

Samuel Foyou, un patron si discret

Ce self-made-man cultive les relations haut placées mais fuit les mondanités. Retour sur l'ascension d'un tailleur qui s'est enrichi dans l'import-export avant de bâtir un vaste empire industriel.[...]

Boko Haram : le Cameroun sur le pied de guerre ?

L'attaque de Kolofata sonne comme un sérieux avertissement. En prenant un ministre camerounais pour cible, les assaillants - probablement des islamistes de Boko Haram - envoient un message clair : leur[...]

Ebola : nouveau cas confirmé au Nigeria, inquiétude au Rwanda et au Cameroun

L'inquiétude ne cesse de grandir au Nigeria. Lundi, le ministère de la Santé a confirmé un dixième cas de personne infectée par le virus Ebola dans le pays.[...]

En Afrique centrale, des raffineries à bout de souffle

Trop petits, les raffineurs du Cameroun, du Congo et du Gabon souffrent d'un manque de rentabilité. Mais loin de s'unir pour s'en sortir, ils optent pour une fuite en avant.[...]

Football : les joueurs africains mentent-ils sur leur âge réel ?

Plusieurs affaires viennent raviver le vieux débat sur l'âge réel des joueurs africains. Or un simple examen des os par IRM permettrait de lever les doutes.[...]

Terrorisme : Boko Haram aurait recruté plusieurs centaines de jeunes au Cameroun

Boko Haram est désormais bien implanté au Cameroun selon des sources policières et civiles dans le nord du pays. Le groupe islamiste y enrôlerait depuis des mois des centaines de jeunes gens pour les [...]

CAN 2015 : les groupes et le calendrier des éliminatoires

Alors que les matchs retour du dernier tour préliminaire se sont achevés dimanche 3 août, on connaît désormais les groupes des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations 2015, dont la[...]

Nigeria : Boko Haram a fait 650 000 déplacés et réfugiés en un an

Le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) a indiqué mardi que les attaques du groupe islamiste Boko Haram dans le nord-est du Nigeria ont conduit au déplacement de près de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers