Extension Factory Builder
09/09/2011 à 15:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Amadou Ali est au centre d'une tempête qui semble montée en épingle par ses opposants. Amadou Ali est au centre d'une tempête qui semble montée en épingle par ses opposants. © AFP

Le ministre camerounais de la Justice, Amadou Ali a confié à un diplomate américain ses appréhensions sur l’après-Biya. Rapportés par Wikileaks, ses propos sont à la Une de tous les journaux locaux.

« Les trois régions du Nord qui sont ethniquement et culturellement différentes du reste du Cameroun vont continuer à apporter leur soutien à Biya aussi longtemps qu’il souhaitera demeurer président, mais le prochain président du Cameroun ne viendra pas de l’ethnie beti/bulu de Biya. Les Betis sont trop peu nombreux pour s’opposer aux nordistes, encore moins au reste du Cameroun. Des Bamilékés ont fait des ouvertures à des élites du Nord pour forger une alliance entre leurs régions respectives, mais les nordistes étaient si méfiants sur les intentions des Bamilékés qu’ils ne concluraient jamais une alliance pour soutenir un pouvoir politique bamiléké ». Ces propos, révélés par WikiLeaks, auraient été tenus par le ministre de la Justice Amadou Ali, lors d’un entretien en 2009 avec l’ancien ambassadeur des États-Unis au Cameroun, Janet Garvey.

De quoi susciter un tôlé général au sein de l’opinion nationale et faire les choux gras de la presse locale. Des leaders politiques et des membres de la société civile sont aussitôt montés sur leurs grands chevaux. « Cette déclaration relève d’une autre époque », a réagi Charles Ateba Eyéné, écrivain et membre influent du parti au pouvoir, le RDPC. Selon Pierre Abanda Npama, président du Mouvement africain pour la nouvelle indépendance et la démocratie (Manidem), « ce sont des propos indécents et dangereux ».

"Dérive d’une gravité extrême"

« Cette dérive est d’une gravité extrême », estime pour sa part Victorin Hameni Bieleu, président de l’Union des forces démocratiques du Cameroun (UFDC). Maître Alice Nkom, avocate au barreau du Cameroun estime de son côté que ce sont « des propos contre l’unité nationale ». Plus tranché que tous les autres encore, Jean-Michel Nintcheu, député du Front social démocratique (SDF), exige la démission du ministre Amadou Ali et l’ouverture contre lui d’une information judiciaire. Toutes ces réactions et d’autres font la Une des quotidiens camerounais depuis quatre jours.

Une tempête dans un verre d’eau ? Mardi 6 septembre, Amadou Ali a confié à l’un de ses proches qu’il avait effectivement eu des entretiens avec la diplomate en question. Mais sans tenir de propos injurieux envers les communautés concernées. « Je m’exprimais en français tandis que la diplomate américaine parlait l’anglais », a assuré Amadou Ali à notre source. En insinuant implicitement que ses propos avaient été mal interprétés.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Après Ebola, le virus Nipah sur les rangs...

Après Ebola, le virus Nipah sur les rangs...

Selon une étude américaine réalisée au Cameroun, le virus nipah a déjà infecté de nombreuses personnes en Afrique. Jusque là seulement observé en Asie, il est potentie[...]

Cameroun - Épervier : Gervais Mendo Ze, fric et frasques

Limogé il y a neuf ans, l'ex-directeur de la Radiotélévision du Cameroun a été arrêté. Rattrapé par l'opération anticorruption Épervier.[...]

CAN 2015 : Sénégal, Afrique du Sud, Cameroun, Zambie, Burkina et Gabon qualifiés

Le Sénégal d'Alain Giresse, l'Afrique du Sud, le Cameroun, la Zambie, le Burkina Faso et le Gabon se sont qualifiés samedi pour la CAN 2015, lors de l'avant-dernière journée des [...]

Cameroun : l'affaire Yen Eyoum rebondit

L'affaire Lydienne Yen Eyoum va-t-elle rebondir en France, alors que l'avocate franco-camerounaise a été condamnée à vingt-cinq ans de prison au Cameroun en septembre ? C'est en tout cas le souhait de[...]

Boko Haram a mené des attaques simultanées au Cameroun, faisant au moins 3 morts

Le 9 novembre, Boko Hara a mené plusieurs attaques dans des villes du Nord-Cameroun. Les violences ne cessent d'augmenter à la frontière entre le Nigeria, pays d'origine de la secte islamiste, et son voisin [...]

Cameroun - Nigeria : dans la lutte contre Boko Haram, qui poursuit qui ?

Dans la lutte contre Boko haram, l'heure n'est pas à la franche coopération entre le Nigeria et le Cameroun. La délicate question du droit de poursuite sur le territoire du voisin échauffe en[...]

Hervé Tcheumeleu, porte-parole de l'Afrique en Allemagne

Originaire du Cameroun et installé en Allemagne depuis treize ans, ce biochimiste reconverti dans le journalisme entend améliorer l'image de son continent.[...]

Mode : la vague "nappy" déferle en Afrique

Depuis le début des années 2000, la diaspora vante les bienfaits d'être "nappy". Et en Afrique francophone, certaines adeptes multiplient les initiatives pour se libérer du conformisme[...]

Mode : Imane Ayissi, ode à la diversité

Entre les fashion weeks africaines, l'exportation des tissus et les défilés en Occident, le stylisme africain est en plein essor. Portraits de créateurs locaux qui revendiquent leur héritage hors du [...]

Cameroun : la "short list" de Paul Biya pour le Conseil constitutionnel

Le Conseil constitutionnel va-t-il enfin se concrétiser au Cameroun ? Et qui Paul Biya va-t-il nommer en son sein ?[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers