Extension Factory Builder
02/09/2011 à 10:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un réfugié d'origine africaine à l'extérieur du camp de Sidi Bilal près de Tripoli. Un réfugié d'origine africaine à l'extérieur du camp de Sidi Bilal près de Tripoli. © FRANCISCO LEONG / AFP

Depuis une semaine, ils sont plus d’un millier de migrants d’Afrique subsaharienne pris  au piège de la bataille de Tripoli. Selon Médecins sans frontières (MSF), leur sort est préoccupant : confondus à tort avec les mercenaires recrutés par Mouammar Kadhafi, ils sont à la merci des rebelles et civils libyens. 

Les conditions de vie de 1200 migrants d’Afrique Subsaharienne se sont nettement dégradées depuis l’entrée des rebelles dans Tripoli la semaine dernière, alerte MSF. Menacés de morts par les rebelles libyens et privés d’un accès aux soins, ils sont un millier de Subsahariens à vivre reclus dans des bateaux sur une base militaire abandonnée alors qu’un autre groupe de 200 personnes a cherché refuge dans une ferme de la capitale libyenne, selon l’ONG. Par crainte de se déplacer, ils attendent encore d’être évacués.

Protéger les migrants de la violence

Le haut-commissaire à l’ONU pour les réfugiés, Antonio Guterres, a appelé à la retenue des rebelles et des civils libyens le 26 août. « Nous avons vu précédemment dans cette crise que ces personne+s, tout spécialement les Africains, peuvent être particulièrement vulnérables à l’hostilité ou à des actes de vengeance », rappelle le haut-commissaire. « Il est essentiel que la législation humanitaire soit prépondérante dans un contexte d’instabilité et que les étrangers – y compris les réfugiés et les travailleurs migrants – puissent pleinement et correctement bénéficier d’une protection contre la violence », déclare-t-il.

Débarqués de Côte d’Ivoire, du Tchad, du Soudan, ou encore du Nigéria, ces voyageurs d’infortune en transit en Libye sont accusés à tort d’être des soldats à la botte du dictateur déchu, des mercenaires ou encore d’appartenir aux unités spéciales de l’armée du Colonel, composées d’Africains  naturalisés libyens dans les années 1990.

Confusion et racisme

En cause, une vidéo d’Oma el-Béchir dans laquelle le président soudanais  accuse les rebelles du Darfour du JEM (Mouvement Justice et Equité) de faire partie des troupes de mercenaires de Kadhafi.

Passées en boucle à la télévision, ces images expliquent entre autres « pourquoi la communauté darfourie a été particulièrement visée par des agressions », selon Geneviève Jacques, membre de la mission FIDH dans le camp de réfugiés de Salloum.

Mais c’est aussi un racisme ordinaire que subissent ces migrants à la peau noire. Insultes, agressions, vols faisaient partie de leur quotidien avant même le déclenchement de la guerre de libération en février dernier.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : ATT entendu comme témoin à Dakar

Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : ATT entendu comme témoin à Dakar

L'ancien président du Mali, Amadou Toumani Touré, a été entendu en qualité de témoin le 24 mars à Dakar par la Division des investigations criminelles (DIC) dans le cadre de l'affa[...]

Terrorisme au Sahel : la stratégie de Sisyphe

Peut-être a-t-on crié victoire un peu vite : il ne suffit pas de couper quelques têtes pour éradiquer la menace jihadiste. Soldats français et Casques bleus l'apprennent à leurs[...]

Libye : le médiateur de l'ONU appelle à arrêter les combats

L'émissaire onusien pour la Libye a appelé vendredi soir à l'arrêt des combats qui ont opposé durant la journée des forces de la coalition Fajr Libya à celles du gouvernement[...]

Tunisie : les terroristes du musée du Bardo ont été entraînés en Libye

Selon le secrétaire d'État tunisien chargé des affaires sécuritaires, les deux auteurs de l'attentat du musée du Bardo à Tunis, qui a coûté la vie à 21 personnes[...]

Libye : douze miliciens tués par des combattants de l'EI dans la région de Syrte

Au moins douze miliciens antigouvernementaux ont été tués mercredi près de Syrte en Libye dans des affrontements avec des jihadistes du groupe État islamique (EI), ont rapporté une source[...]

Bernardino León : Veni vidi Libye...

L'Espagnol dirige les négociations de la dernière chance, à Alger, entre les factions libyennes. Une mission onusienne qui n'a rien d'une sinécure...[...]

Libye : combats entre jihadistes de l'État islamique et miliciens à Syrte

Des combats ont opposé samedi des jihadistes du groupe Etat islamique (EI) et des miliciens antigouvernementaux à Syrte, dans le centre de la Libye, pays plongé dans le chaos, selon des responsables.[...]

Libye : l'État islamique enlève neuf étrangers dans le sud du pays

Neuf étrangers dont un Ghanéen ont été enlevés vendredi lors d'une attaque contre un champ pétrolier dans le sud de la Libye. L'annonce a été faite ce lundi par les[...]

Libye : deux Parlements, une crise et deux médiateurs... le Maroc et l'Algérie

Une réunion de dialogue va s'ouvrir mardi à Alger entre des parties au conflit libyen, a indiqué dimanche Ramtane Lamamra, le ministre algérien des Affaires étrangères. Elle[...]

Dialogue interlibyen au Maroc : les camps rivaux et l'ONU confiants

Les représentants des deux Parlements rivaux, qui tiennent des discussions indirectes au Maroc, ainsi que le médiateur de l'ONU ont affiché leur confiance vendredi quant à la possibilité d'un[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110902105007 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110902105007 from 172.16.0.100