Extension Factory Builder
30/08/2011 à 09:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Raïs et ses 'amazones'. Le Raïs et ses "amazones". © AFP

Cinq "amazones", ces jeunes femmes de la garde rapprochée de Mouammar Kadhafi, disent avoir été violées par le "Guide" et ses fils.

Elles seraient 400 femmes, jeunes et séduisantes, à être concernées par ces nouvelles révélations terrifiantes des pratiques du régime de l'ex-"guide" de la Libye. Elles, ce sont les « amazones » de Mouammar Kadhafi. Leur mission ? Officiellement, servir de sécurité rapprochée au « Guide » libyen. Plus vraisemblablement, ces soldates constituaient un harem au service du colonel.

Libérées du joug de Mouammar Kadhafi, cinq d’entre elles ont témoigné déclarant avoir été violées et sexuellement abusées par l’ex-dictateur et ses fils. Les propos accusant  Mouammar Kadhafi ont été collectés par Seham Sergewa une psychologue, basée à Benghazi, et rapportés dans l’édition de dimanche du Times of Malta.

L’une de ces femmes raconte par exemple, avoir été forcée à s’enrôler parmi les « soldates » du raïs. Le régime accusait son frère, de retour d’un voyage à Malte, de transporter de la drogue. « On lui a dit : « soit tu deviens une amazone, soit ton frère passera le reste de sa vie en prison », raconte le Dr Sergewa. La jeune femme savait visiblement ce qu’il lui couterait de rejoindre les rangs des soldates privées de Kadhafi. Elle dit avoir été violée par le colonel, quelques semaines avant cet épisode.

Expulsée de l’université où elle étudiait, on l’a convaincu de rencontrer le « Guide », seule personne à pouvoir permettre sa réadmission. Après avoir été soumise à des tests VIH, la jeune fille  relate avoir été conduite à Bab Aziziya, le quartier général de Mouammar Kadhafi, où elle trouva le colonel « en pyjama ».

"Elle a refusé ses avances et il l’a violée"

« Elle ne pouvait pas comprendre car elle voyait (Kadhafi) comme un père, le leader de la nation, ce genre de choses. Elle a refusé ses avances et il l’a violé », raconte le docteur Sergewa.

Les jeunes filles dénoncent aussi le traitement dont elles auraient été victimes. Comme des « objets », une fois violées, Mouammar Kadhafi les « passaient » à ses fils, ou à des officiers hauts gradés, afin qu’ils les violent à leur tour.

Le docteur Sergewa ne se limite pas aux faits racontés par ces « amazones ». Elle a également collecté les témoignages de femmes, disant avoir été abusées par les soldats pro-Kadhafi lors de ces derniers mois de guerre civile.

Des récits de violences sexuelles « systématiques », de jeunes femmes et « d’enfants » alarment la psychologue. Certaines d’entre elles racontent avoir été violées « par au moins 20 soldats, parfois devant leurs maris et enfants », dit-elle. « Une fille de 18 ans m’a dit avoir été violée devant son père, et l’implorait de ne pas regarder ». « J’estime qu’il y a eu au moins 6000 victimes de viols », déclare le Dr Sergewa.

De nombreuses d’entre elles se sont suicidées, selon la psychologue. Parmi les autres, huit femmes ont accepté de témoigner contre Mouammar Kadhafi, s’il venait à être jugé devant la Cour pénale internationale.



 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Libye : la Banque centrale sous tutelle internationale ?

Libye : la Banque centrale sous tutelle internationale ?

 Pour tenter de mettre fin à la guerre civile, l'ONU envisage de frapper les leaders des milices libyenes à la caisse.[...]

L'ambassade de France en Libye s'installe à La Marsa, en Tunisie

L'ambassade de France en Libye vient de s'installer... dans une jolie villa de La Marsa, près de Tunis. Sise dans l'hôtel Radisson, la représentation diplomatique de ce pays à Tripoli a en effet été fermée le [...]

Libye : raid sur l'aéroport de Mitiga revendiqué par les hommes du général Haftar

Selon des témoins, un avion de combat a visé lundi le seul aéroport encore en service à Tripoli, qui est sous contrôle des milices de Fajr Libya. Le raid aérien a été[...]

Libye : confusion à tous les étages

En décidant d'invalider le Parlement de Tobrouk, pourtant élu et reconnu par la communauté internationale, la Cour suprême a ajouté à la confusion ambiante. Et semé le[...]

Libye - Fethi Benkhalifa : "Les Amazighs n'ont pas à choisir leur camp dans la guerre civile"

Fethi Benkhalifa, ex-président du Congrès mondial amazigh, s'est rendu à Paris. À cette occasion, il a accepté de répondre aux questions de "Jeune Afrique" et de donner son [...]

Libye : l'administration Obama blanchie dans l'attaque de Benghazi

L'administration Obama n'a pas failli dans sa réponse à l'attaque du complexe américain de Benghazi, en Libye, qui avait fait quatre morts le 11 septembre 2012, a conclu une commission parlementaire dont le[...]

Libye : au moins quatre morts dans les combats entre les islamistes et les hommes de Khalifa Haftar

Selon des sources militaires libyennes, des combats ont opposé, dimanche, des milices islamistes aux partisans du général Khalifa Haftar, à Tripoli. Le premier bilan fait état d'au moins quatre[...]

Libye : au mois 356 morts en un mois de violences à Benghazi

Au moins 356 personnes ont péri à Benghazi depuis le lancement il y a un mois d'une nouvelle offensive du général Haftar pour tenter de reprendre cette ville de l'Est libyen tombée en juillet[...]

Libye : au mois 340 morts en un mois de violences à Benghazi

Au moins 340 personnes ont péri à Benghazi depuis le lancement il y a un mois d'une nouvelle offensive du général Haftar pour tenter de reprendre cette ville de l'est libyen tombée en juillet[...]

Libye : deux voitures piégées explosent près des ambassades d'Égypte et des Émirats

Les explosions de deux voitures piégées, jeudi, près des ambassades fermées d'Égypte et des Émirats arabes unis ont fait au moins trois blessés.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces