Extension Factory Builder
30/08/2011 à 09:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des Touaregs, combattants de Kaddafi, le 22 juillet 2011 à Agadez (Niger). Des Touaregs, combattants de Kaddafi, le 22 juillet 2011 à Agadez (Niger). © AFP

Avec la défaite des troupes de Kadhafi, des centaines de combattants touaregs qui lui avaient fait allégeance, commencent à rentrer au Niger et au Mali. Un retour qui pourrait menacer directement la stabilité de la région du Sahel. 

La fin de la guerre en Libye n’est pas forcément une bonne nouvelle pour ses voisins du Sahel. Des centaines de combattants touaregs, partis du Mali et du Niger pour épauler le « Guide » libyen dans les combats, ont abandonné le front face à l’avancée des rebelles. Ils sont maintenant de retour au pays, armés et expérimentés.

« C'est la plus grande inquiétude aujourd'hui, le retour de ces militaires » a déclaré M. Maïga, responsable de l’ONG malienne « Stop la guerre ». « Ils sont pourchassés en Libye, parce que étiquetés comme « pro-Kadhafi ». (...) Ils arrivent en convois de véhicules et avec des armes », ajoute-t-il, estimant que  « c’est une menace pour tous les pays du Sahel ».

Selon une source sécuritaire, en plus des combattants qui se sont enrôlés dans les troupes de Kadhafi au début de l’insurrection en février, le Mali et le Niger enregistrent aussi le retour de Touaregs qui avaient migré il y a plus longtemps et obtenu la nationalité libyenne.

2000 membres de troupes d’élite

Suite à la résurgence de conflits dans leur pays d’origine dans les années 1990 et au début des années 2000, plusieurs de milliers d’entre eux avaient fuit vers la Libye et la plupart avait ensuite intégré les rangs de l’armée nationale. Différentes sources les estiment à plus de 2 000 membres de troupes d'élite.

Leur rapatriement inquiète les autorités maliennes et nigériennes ainsi que celles des pays voisins.  « Que vont devenir ces combattants ? Ils ont des véhicules, des armes et de l’expertise. C’est dangereux », estime Mamadou Diallo, enseignant à l’université de Bamako.

Et pour cause, leur retour peut profiter à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). L’organisation terroriste, qui sévit dans la région du Sahel, a récemment revendiqué un double attentat suicide, qui a causé la mort de 18 personnes à l’Académie militaire de Cherchell en Algérie.

Une partie de l’armement de Kadhafi pourrait ainsi tomber entre les mains de la nébuleuse djihadiste, faisant de la région une véritable poudrière. (avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Une commission d'enquête rwandaise accuse la BBC de négationnisme

Une commission d'enquête rwandaise accuse la BBC de négationnisme

Dans un rapport rendu public le 28 février, la commission rwandaise chargée d'évaluer le documentaire controversé de la BBC "Rwanda's Untold Story" recommande notamment d'engager des poursu[...]

Burkina Faso : "Timbuktu" au Fespaco, retour sur un couac parti de Belgique

Après avoir été un temps menacé de déprogrammation, le film "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako sera bien diffusé au Fespaco le 6 mars. Retour sur une polémique qui a fait[...]

Présidentielle nigériane : Attahiru Jega sera-t-il l'homme de la situation ?

Pour Attahiru Jega, le patron de la Commission électorale, veiller au bon déroulement de la présidentielle sera une gageure.[...]

Burundi : Hussein Radjabu, ex-chef du parti au pouvoir, s'est évadé de prison

La nouvelle risque de ne pas plaire au président burundais, Pierre Nkurunziza. L'ex-chef du parti au pouvoir, Hussein Radjabu, son ennemi juré, s'est évadé de prison dans la nuit de dimanche à[...]

Togo : cinq candidats à la conquête du fauteuil présidentiel

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) a clôturé dimanche le dépôt de candidatures pour l’élection présidentielle. Quatre candidats, dont le leader[...]

Gouvernance : le président namibien Pohamba remporte le prix de la Fondation Mo Ibrahim

Le président namibien Hifikepunye Pohamba, qui doit céder sa place d'ici la fin du mois à son successeur, a remporté jeudi le prix de la Fondation Mo Ibrahim pour la bonne gouvernance en[...]

Giresse : "Pourquoi le Sénégal n'a-t-il jamais rien gagné ?"

Alain Giresse, l’ancien sélectionneur du Sénégal, n’a pas été épargné par une partie de la presse locale. S’estimant victime d’attaques excessivement[...]

Mali : vers un accord de paix définitif ?

Le 5e et dernier round des négociations intermaliennes de paix engagées en juillet à Alger se sont soldées dimanche par un accord inachevé, paraphé par le gouvernement mais pas par[...]

Casimir Oyé Mba : "Seule solution pour sortir de l'impasse politique au Gabon, le dialogue"

Casimir Oyé Mba, opposant gabonais et ancien Premier ministre d'Omar Bongo Ondimba, appelle une nouvelle fois le chef de l'État au dialogue national.[...]

RDC - R. Tshibanda : "La Monusco a décidé de ne pas lutter contre les FDLR pour des raisons fallacieuses"

La Mission onusienne en RDC (Monusco) a suspendu son appui à l'armée congolaise dans les opérations contre les FDLR. En réponse, Kinshasa a décidé de traquer seul ces rebelles rwandais. De[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110830085808 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110830085808 from 172.16.0.100