Extension Factory Builder
30/08/2011 à 09:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des Touaregs, combattants de Kaddafi, le 22 juillet 2011 à Agadez (Niger). Des Touaregs, combattants de Kaddafi, le 22 juillet 2011 à Agadez (Niger). © AFP

Avec la défaite des troupes de Kaddafi, des centaines de combattants touaregs qui lui avaient fait allégeance, commencent à rentrer au Niger et au Mali. Un retour qui pourrait menacer directement la stabilité de la région du Sahel. 

La fin de la guerre en Libye n’est pas forcément une bonne nouvelle pour ses voisins du Sahel. Des centaines de combattants touaregs, partis du Mali et du Niger pour épauler le « Guide » libyen dans les combats, ont abandonné le front face à l’avancée des rebelles. Ils sont maintenant de retour au pays, armés et expérimentés.

« C'est la plus grande inquiétude aujourd'hui, le retour de ces militaires » a déclaré M. Maïga, responsable de l’ONG malienne « Stop la guerre ». « Ils sont pourchassés en Libye, parce que étiquetés comme « pro-Kaddafi ». (...) Ils arrivent en convois de véhicules et avec des armes », ajoute-t-il, estimant que  « c’est une menace pour tous les pays du Sahel ».

Selon une source sécuritaire, en plus des combattants qui se sont enrôlés dans les troupes de Kaddafi au début de l’insurrection en février, le Mali et le Niger enregistrent aussi le retour de Touaregs qui avaient migré il y a plus longtemps et obtenu la nationalité libyenne.

2000 membres de troupes d’élite

Suite à la résurgence de conflits dans leur pays d’origine dans les années 1990 et au début des années 2000, plusieurs de milliers d’entre eux avaient fuit vers la Libye et la plupart avait ensuite intégré les rangs de l’armée nationale. Différentes sources les estiment à plus de 2 000 membres de troupes d'élite.

Leur rapatriement inquiète les autorités maliennes et nigériennes ainsi que celles des pays voisins.  « Que vont devenir ces combattants ? Ils ont des véhicules, des armes et de l’expertise. C’est dangereux », estime Mamadou Diallo, enseignant à l’université de Bamako.

Et pour cause, leur retour peut profiter à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). L’organisation terroriste, qui sévit dans la région du Sahel, a récemment revendiqué un double attentat suicide, qui a causé la mort de 18 personnes à l’Académie militaire de Cherchell en Algérie.

Une partie de l’armement de Kaddafi pourrait ainsi tomber entre les mains de la nébuleuse djihadiste, faisant de la région une véritable poudrière. (avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine 'Time'

Les 10 Africains les plus influents du monde selon le magazine "Time"

Comme chaque année, l'hebdomadaire américain "Time" a publié mercredi le classement des 100 personnalités les plus influentes de la planète. Parmi elles, dix Africains dont la ministr[...]

Soudan du Sud : le Conseil de sécurité brandit la menace de sanctions

Le Conseil de sécurité de l'ONU a menacé jeudi d'émettre des sanctions ciblées contre les responsables d'exactions au Soudan du Sud.[...]

Hery Rajaonarimampianina : "C'est moi qui décide" à Madagascar

Deux mois et demi après son investiture, le chef de l'État, Hery Rajaonarimampianina, a enfin nommé un Premier ministre. Retour sur un acte par lequel il s'affranchit de son prédécesseur[...]

Tchad : la métamorphose ?

Profitant d'une stabilité retrouvée et de ses revenus pétroliers, le Tchad se transforme en profondeur. Grands travaux, relations d'affaires, consommation... Tout bouge.[...]

Angélique Kidjo : "Les femmes sont la colonne vertébrale de l'Afrique"

Bourrée d'énergie, la chanteuse béninoise Angélique Kidjo enchaîne les albums et les missions humanitaires. Dans son treizième opus, elle loue la beauté des Africaines et[...]

Cameroun : prison express pour Bapès Bapès

Vingt-quatre heures. C'est le temps passé par Louis Bapès Bapès, ministre des Enseignements secondaires, derrière les barreaux avant de reprendre son travail comme si de rien n'était.[...]

Soumaïla Cissé : "IBK n'a pas de feuille de route" pour le Mali

Réconciliation, sécurité, justice... Soucieux de ne pas "hurler avec les loups", l'opposant numéro un à Ibrahim Boubacar Keïta, Soumaïla Cissé, n'en a pas moins[...]

Centrafrique : la Russie et la Chine bloquent les sanctions de l'ONU contre Bozizé

La Russie et la Chine refusent pour le moment que les Nations unies imposent des sanctions contre des dirigeants centrafricains, dont l'ancien président François Bozizé.[...]

Philippe Troussier : "Algérie, Maroc, Gabon ? Des défis intéressants"

Candidat nulle part mais cité un peu partout (Algérie, Maroc, Gabon), le Franco-Ivoirien Philippe Troussier (59 ans) se dit prêt à relever un nouveau défi en Afrique, un continent où sa[...]

Soudan du Sud : le chef d'état major limogé après les revers de l'armée face à la rébellion

Le général James Hoth Mai, chef d'état-major de l'armée sud-soudanaise, a été démis de ses fonctions mercredi par le président Salva Kiir. Aucune raison officielle n'a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces