Extension Factory Builder
26/08/2011 à 11:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz pose le 6 juin 2011 à Nouakchott. Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz pose le 6 juin 2011 à Nouakchott. © AFP

Le report des élections législatives, sénatoriales et municipales a été annoncé jeudi par le pouvoir, et devrait permettre la tenue d’un dialogue politique avec l’opposition.

Pas de nouvelle date prévue, mais les élections sénatoriales, législatives et municipales mauritaniennes n’auront pas lieu aux dates prévues, les 25 septembre et 16 octobre. Ce report, annoncé par le ministère de l’Intérieur jeudi, a été « décidé à la suite de la demande des partis politiques aussi bien de la majorité que de l'opposition » et « fera l'objet d'un décret en Conseil des ministres » la semaine prochaine.

Polémique

Depuis plusieurs semaines, une polémique a éclaté entre l’opposition et le pouvoir sur les conditions de la tenue d’un dialogue politique, préalable aux élections. Afin de laisser le temps nécessaire à la tenue de ces discussions, qui pourrait « aboutir à certaines réformes politiques », selon le communiqué du ministère de l’Intérieur, le scrutin a donc du être décalé.

Selon une source officielle, ce dialogue politique devrait avoir lieu « la deuxième semaine de septembre ». Trois partis de la Coordination de l'opposition démocratique (COD, coalition de 13 formations au total) et des représentants de la majorité au pouvoir participeraient à ces débats selon cette même source.

Ces derniers jours, la COD était elle-même apparue divisée quant à ce dialogue, proposé afin d’apaiser les tensions politiques qui ont cours depuis 2009, l’année de l’élection l'élection présidentielle qualifiée de « frauduleuse » par les opposants au régime du président Mohamed Ould Abdel Aziz.

Conditions préalables

L'opposition réclamait donc, pour la tenue de cette discussion, des préalables qu'elle jugeait « nécessaires pour rétablir la confiance entre les partenaires politiques », tel l'engagement d'ouverture des médias publics aux opposants et le report des élections.

Trois partis de la COD ont estimé que ces deux conditions avaient été remplies par le pouvoir, qui a annoncé la libéralisation de l'audiovisuel et le report des élections.

Mais d’autres membres de la COD jugent eux, ces exigences insuffisantes, et pressent le gouvernement de « s'interdire de réprimer la liberté de manifester pacifiquement et toute instrumentalisation de l'Administration ainsi que des forces armées et de sécurité à des fins partisanes », a déclaré le chef de file de l'opposition, Ahmed Ould Daddah, lors d'une conférence de presse mercredi à Nouakchott.

« Il n'est pas exclu, si ces préalables sont satisfaits dans les conditions qui nous conviennent, de nous adjoindre au dialogue qui sera lancé mais pour le moment, nous nous en tenons à nos exigences », a affirmé M. Ould Daddah au nom de ses alliés.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mauritanie

Mauritanie : Dah Ould Abeid et 2 autres militants anti-esclavagistes condamnés à 2 ans de prison

Mauritanie : Dah Ould Abeid et 2 autres militants anti-esclavagistes condamnés à 2 ans de prison

Trois militants anti-esclavagistes de Mauritanie, dont l'ex-candidat à la présidentielle Biram Ould Dah Ould Abeid, ont été condamnés jeudi à deux ans de prison ferme.[...]

Mauritanie : Fatimata Mbaye, indestructible

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Décryptage : que signifie la condamnation à mort du jeune Mauritanien coupable d'apostasie ?

Le 24 décembre, un jeune Mauritanien a été condamné à mort pour apostasie, à Nouadhibou, dans le nord-ouest du pays, avant de faire appel deux jours plus tard. Cette décision[...]

Mauritanie : la défense fait appel de la condamnation à mort pour apostasie

Les avocats d'un jeune Mauritanien incarcéré depuis près d'un an pour un écrit considéré comme blasphématoire envers le prophète Mahomet et condamné à mort[...]

Mauritanie : un homme condamné à mort pour apostasie

Une organisation anti-esclavagiste de Mauritanie a appelé vendredi à gracier un jeune condamné à mort pour apostasie dans ce pays, regrettant "un procès expéditif mené sous[...]

Première condamnation à mort pour apostasie en Mauritanie

La première condamnation à mort pour apostasie de l'histoire de la Mauritanie depuis son indépendance en 1960 a été prononcée mercredi soir à Nouadhibou (Nord-Ouest) à[...]

Sahel : ces chefs jihadistes éliminés par les Français... et ceux qui courent toujours

Plusieurs chefs jihadistes de premier plan ont été tués par les forces françaises depuis le déclenchement de l'opération Serval au Mali, en janvier 2013. D'autres sont toujours en vie,[...]

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force[...]

"Timbuktu" : Abel Jafri, un jihadiste amoureux

Fils d'un Algérien et d'une Tunisienne, le comédien Abel Jafri incarne un fondamentaliste complexe dans "Timbuktu", le film d'Abderrahmane Sissako remarqué lors du Festival de Cannes.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110826111353 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110826111353 from 172.16.0.100