Extension Factory Builder
26/08/2011 à 11:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz pose le 6 juin 2011 à Nouakchott. Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz pose le 6 juin 2011 à Nouakchott. © AFP

Le report des élections législatives, sénatoriales et municipales a été annoncé jeudi par le pouvoir, et devrait permettre la tenue d’un dialogue politique avec l’opposition.

Pas de nouvelle date prévue, mais les élections sénatoriales, législatives et municipales mauritaniennes n’auront pas lieu aux dates prévues, les 25 septembre et 16 octobre. Ce report, annoncé par le ministère de l’Intérieur jeudi, a été « décidé à la suite de la demande des partis politiques aussi bien de la majorité que de l'opposition » et « fera l'objet d'un décret en Conseil des ministres » la semaine prochaine.

Polémique

Depuis plusieurs semaines, une polémique a éclaté entre l’opposition et le pouvoir sur les conditions de la tenue d’un dialogue politique, préalable aux élections. Afin de laisser le temps nécessaire à la tenue de ces discussions, qui pourrait « aboutir à certaines réformes politiques », selon le communiqué du ministère de l’Intérieur, le scrutin a donc du être décalé.

Selon une source officielle, ce dialogue politique devrait avoir lieu « la deuxième semaine de septembre ». Trois partis de la Coordination de l'opposition démocratique (COD, coalition de 13 formations au total) et des représentants de la majorité au pouvoir participeraient à ces débats selon cette même source.

Ces derniers jours, la COD était elle-même apparue divisée quant à ce dialogue, proposé afin d’apaiser les tensions politiques qui ont cours depuis 2009, l’année de l’élection l'élection présidentielle qualifiée de « frauduleuse » par les opposants au régime du président Mohamed Ould Abdel Aziz.

Conditions préalables

L'opposition réclamait donc, pour la tenue de cette discussion, des préalables qu'elle jugeait « nécessaires pour rétablir la confiance entre les partenaires politiques », tel l'engagement d'ouverture des médias publics aux opposants et le report des élections.

Trois partis de la COD ont estimé que ces deux conditions avaient été remplies par le pouvoir, qui a annoncé la libéralisation de l'audiovisuel et le report des élections.

Mais d’autres membres de la COD jugent eux, ces exigences insuffisantes, et pressent le gouvernement de « s'interdire de réprimer la liberté de manifester pacifiquement et toute instrumentalisation de l'Administration ainsi que des forces armées et de sécurité à des fins partisanes », a déclaré le chef de file de l'opposition, Ahmed Ould Daddah, lors d'une conférence de presse mercredi à Nouakchott.

« Il n'est pas exclu, si ces préalables sont satisfaits dans les conditions qui nous conviennent, de nous adjoindre au dialogue qui sera lancé mais pour le moment, nous nous en tenons à nos exigences », a affirmé M. Ould Daddah au nom de ses alliés.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mauritanie

Mauritanie - Ely Ould Mohamed Vall : 'L'insécurité est flagrante, le pays est en ébullition'

Mauritanie - Ely Ould Mohamed Vall : "L'insécurité est flagrante, le pays est en ébullition"

Le cousin et néanmoins grand rival du chef de l'État ne trouve rien de positif dans l'action du gouvernement. Et ne se prive pas de le faire savoir.[...]

Mauritanie : le front du refus se dégarnit

Les principaux adversaires du régime ont boycotté le dernier scrutin présidentiel. Atteints par la limite d'âge, ils ne pourront se présenter en 2019. Et, pour le moment, aucun dauphin ne[...]

Gouvernement mauritanien : comment faire du neuf avec du vieux

Pas de jeunes, peu de femmes ou de nouveaux visages... Le gouvernement Hademine ressemble à s'y méprendre au précédent. À quelques exceptions près.[...]

Mauritanie : drôle de stratégie

Plus puissant que jamais au sortir de deux années électorales qui auront vu son parti remporter haut la main, fin 2013, les scrutins législatifs et municipaux, avant que lui-même se fasse[...]

Mokhtar Belmokhtar, "le Ben Laden du Sahara"

Le journaliste mauritanien Lemine Ould M. Salem publie une enquête sur le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar. Édifiant.[...]

Justice : deux Mauritaniens condamnés à mort pour l'assassinat des touristes français en 2007

Deux Mauritaniens ont été condamnés à mort par la cour d'appel du tribunal de Nouakchott, pour l'assassinat de quatre touristes français en 2007, a-t-on appris mercredi.[...]

Interventions armées : l'Afrique de papa revient, vive l'ingérence ?

De la Mauritanie à Djibouti, leur présence ne fait plus grincer des dents. Américains, Français ou Britanniques, on se les arrache au nom de la lutte contre le terrorisme. Résultat : les[...]

Mobutu, Bédié, Ben Ali... Ces chefs d'État africains qui ont fui leurs palais

Délogés par des coups d'État, des rébellions ou des révolutions, de nombreux chefs d'État africains ont définitivement quitté leurs palais dans des conditions parfois[...]

Éthiopie : Hiroute Guebre Sellassie, une diplomate tout-terrain pour le Sahel

De Nouakchott à Niamey, le nouvel envoyé spécial de l'ONU se démène pour mobiliser chefs d'État et partenaires internationaux. Son nom ? Hiroute Guebre Sellassie.[...]

Mauritanie : réélu, Aziz change de Premier ministre

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, investi le 2 août pour un second mandat, a nommé mercredi un nouveau Premier ministre, Yahya Ould Hademine. Cet ancien ministre de l'Équipement et des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces