Extension Factory Builder
26/08/2011 à 11:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz pose le 6 juin 2011 à Nouakchott. Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz pose le 6 juin 2011 à Nouakchott. © AFP

Le report des élections législatives, sénatoriales et municipales a été annoncé jeudi par le pouvoir, et devrait permettre la tenue d’un dialogue politique avec l’opposition.

Pas de nouvelle date prévue, mais les élections sénatoriales, législatives et municipales mauritaniennes n’auront pas lieu aux dates prévues, les 25 septembre et 16 octobre. Ce report, annoncé par le ministère de l’Intérieur jeudi, a été « décidé à la suite de la demande des partis politiques aussi bien de la majorité que de l'opposition » et « fera l'objet d'un décret en Conseil des ministres » la semaine prochaine.

Polémique

Depuis plusieurs semaines, une polémique a éclaté entre l’opposition et le pouvoir sur les conditions de la tenue d’un dialogue politique, préalable aux élections. Afin de laisser le temps nécessaire à la tenue de ces discussions, qui pourrait « aboutir à certaines réformes politiques », selon le communiqué du ministère de l’Intérieur, le scrutin a donc du être décalé.

Selon une source officielle, ce dialogue politique devrait avoir lieu « la deuxième semaine de septembre ». Trois partis de la Coordination de l'opposition démocratique (COD, coalition de 13 formations au total) et des représentants de la majorité au pouvoir participeraient à ces débats selon cette même source.

Ces derniers jours, la COD était elle-même apparue divisée quant à ce dialogue, proposé afin d’apaiser les tensions politiques qui ont cours depuis 2009, l’année de l’élection l'élection présidentielle qualifiée de « frauduleuse » par les opposants au régime du président Mohamed Ould Abdel Aziz.

Conditions préalables

L'opposition réclamait donc, pour la tenue de cette discussion, des préalables qu'elle jugeait « nécessaires pour rétablir la confiance entre les partenaires politiques », tel l'engagement d'ouverture des médias publics aux opposants et le report des élections.

Trois partis de la COD ont estimé que ces deux conditions avaient été remplies par le pouvoir, qui a annoncé la libéralisation de l'audiovisuel et le report des élections.

Mais d’autres membres de la COD jugent eux, ces exigences insuffisantes, et pressent le gouvernement de « s'interdire de réprimer la liberté de manifester pacifiquement et toute instrumentalisation de l'Administration ainsi que des forces armées et de sécurité à des fins partisanes », a déclaré le chef de file de l'opposition, Ahmed Ould Daddah, lors d'une conférence de presse mercredi à Nouakchott.

« Il n'est pas exclu, si ces préalables sont satisfaits dans les conditions qui nous conviennent, de nous adjoindre au dialogue qui sera lancé mais pour le moment, nous nous en tenons à nos exigences », a affirmé M. Ould Daddah au nom de ses alliés.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mauritanie

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du 1[...]

Terrorisme, immigration... : les pays du G5 sahélien se mobilisent

Le G5 du Sahel, créé l'an dernier, compte parmi ses membres le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Bernard Cazeneuve, le ministre français de l'Intérieur, était[...]

Mauritanie : au-delà des chants du désert

Appelées "flash", les clés USB et les mini-cartes mémoire sont les supports les plus utilisés pour stocker, diffuser et partager des sons en Mauritanie. Connectées à un[...]

Mauritanie : le président Aziz appelle à l'arrêt d'une grève dans une mine de fer

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a appelé les travailleurs de la principale mine de fer de son pays, en grève depuis deux mois pour des augmentations de salaires, à "reprendre le[...]

Il s'appelait Lemrabott

Il était l'une des rares personnalités politiques mauritaniennes de ce dernier quart de siècle à faire l'unanimité autour de son nom, et son décès brutal, le 8 mars[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

César 2015 : le film franco-mauritanien "Timbuktu" triomphe avec sept prix

Le film franco-mauritanien "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako, chronique de la vie quotidienne dans le nord du Mali sous la coupe des jihadistes, a triomphé vendredi à la 40e cérémonie des[...]

Entre clandestinité et tabous, dix choses à savoir sur l'avortement au Maghreb

Au Maghreb, l'avortement clandestin est une réalité que connaissent de nombreuses femmes. Une pratique dangereuse qui brise de nombreuses vies. Pays par pays, "Jeune Afrique" fait le point sur la question.[...]

Mauritanie : Aziz n'est pas Charlie

Depuis son accession au pouvoir, en 2009, le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz ne manque pas une occasion de se poser en défenseur zélé de l'islam. Non sans[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers