Extension Factory Builder
25/08/2011 à 16:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nicolas Sarkozy souhaite tenir une conférence internationale pour 'la Libye de demain'. Nicolas Sarkozy souhaite tenir une conférence internationale pour "la Libye de demain". © AFP

Aide militaire ou financière, les pays occidentaux ne comptent pas déserter le territoire libyen, et cherchent à se positionner de façon stratégique en vue d’obtenir les faveurs de la « Libye libre de demain ».

Porter le coup final au régime de Mouammar Kaddafi, traquer le « Guide » ou apporter une aide financière, les Occidentaux comptent bien participer activement, au côté de la rébellion, à l’élaboration de la « nouvelle Libye ».

Participation humaine d’abord. Vendredi, le porte-parole de l’Otan, Oana Lungescu, déclarait, à propos du dictateur libyen, que l’organisation ne « vise aucun individu spécifiquement ».  « Il n'y a pas de coordination militaire avec les rebelles », a-t-elle ajouté. Pourtant, le ministre britannique de la Défense expliquait la veille, sur la chaîne privée Sky News, que l'Otan contribuerait à la traque du Raïs et de ses fils en fournissant « des renseignements et des équipements de reconnaissance ». Et selon un article paru dans le Daily Telegraph, les Britanniques auraient même dépêché des forces spéciales sur le territoire afin de capturer Mouammar Kaddafi.

L’Alliance atlantique continue également ses opérations sur le sol libyen, à Tripoli, où elle compte agir jusqu’à l’élimination des dernières poches de résistance loyaliste. Le président français Nicolas Sarkozy a affirmé que ces opérations ne cesseraient que le jour où Kaddafi et ses proches ne représenteront « plus une menace pour le peuple libyen ».

Sur le front Est, Britanniques et Français s’activent afin d’aider les rebelles à faire tomber le fief kaddafiste de Syrte. Des agents en civil seraient installés, et ce depuis plusieurs semaines, dans l'enceinte de la raffinerie à l'arrêt de Zuwaytinah, le centre de commandement rebelle pour le front Est.

Dégel des avoirs

Sur le plan diplomatique, sous la pression des États-Unis, l’ONU prévoyait mercredi de dégeler les avoirs libyens afin de venir en aide au CNT. Le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé, déclarait jeudi que cette mesure pourrait être prise très rapidement.  « Nous souhaitons dégeler (l’argent), et la France l'a fait en partie sur une somme qui était à Paris », a noté M. Juppé.

Début août, Paris a débloqué 259 millions de dollars (182 millions d'euros) d'avoirs libyens, qui ont été mis à la disposition du CNT pour des achats humanitaires, selon le Quai d'Orsay Washington souhaite, pour sa part, débloquer immédiatement 1,5 milliards de dollars en direction de la Libye.

De son côté, l’Italie, qui veut d’ores et déjà se positionner de manière favorable dans la Libye de l’après-Kaddafi, n’attendra visiblement pas l’accord de l’ONU. Lors d’une rencontre entre le Premier ministre Silvio Berlusconi et le numéro 2 du Conseil national de transition libyen, Mahmoud Jibril, prévue jeudi à Milan, l’Italie devrait annoncer une aide immédiate de 450 millions d’euros, selon le quotidien La Repubblica.

Oublier les réticences italiennes du début

Rome cherche à se positionner de manière stratégique dans la Libye nouvelle, indique encore le journal. Le pays craint aujourd’hui de payer la position ambigüe adoptée au début de la révolution libyenne, selon l’analyse proposée par Alberto Negri, expert du monde arabe du journal Il Sole 24 Ore.

En ayant hésité à critiquer Kaddafi lors des premières manifestations, puis en trainant les pieds avant d’entrer dans l’opération militaire de l’Otan, le pays craint de perdre sa place de partenaire privilégié, notamment en ce qui concerne sa position de leader sur le marché pétrolier libyen, grâce au producteur ENI.

Même s’il reste confiant, le pays souhaite avant tout éviter de se laisser distancer par le Royaume-Uni et la France. Nicolas Sarkozy a, en effet, annoncé mercredi la tenue d’une conférence internationale le 1er septembre afin « d’aider la Libye libre de demain ».

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Racisme : les populations noires, boucs émissaires des milices

Racisme : les populations noires, boucs émissaires des milices

Bien que représentés dans les plus hautes sphères, les Noirs sont trop souvent assimilés aux mercenaires de Kaddafi, et, à ce titre, persécutés.[...]

Libye - Ali Zeidan : "Je n'ai pas dit mon dernier mot"

Démis de ses fonctions à l'instigation des islamistes, l'ex-Premier ministre aujourd'hui en exil, Ali Zeidan, entend revenir à Tripoli malgré les risques encourus.[...]

Le groupe jihadiste qui a enlevé les diplomates tunisiens en Libye diffuse une vidéo

Mohamed Ben Cheikh, employé de l'ambassade de Tunisie en Libye, avait été enlevé le 21 mars à Tripoli. Un mois plus tard, un groupe jihadiste a publié une vidéo dans laquelle[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Libye : un diplomate tunisien enlevé à Tripoli

Un diplomate tunisien a été enlevé jeudi à Tripoli, selon une source des services de sécurité.[...]

Libye : Ibrahim al-Jadhran, un milicien exigeant

Ibrahim al-Jadhran, qui bloque les terminaux pétroliers de Cyrénaïque depuis août 2013, a conclu un accord le 6 avril avec les autorités. Mais, selon ses proches, cet accord[...]

Tunisie - Rached Ghannouchi : moi, diplomate

Fort de ses nombreux contacts noués dans le monde arabe, le leader islamiste tunisien se rêve en médiateur sur la scène politique libyenne.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Libye : l'ambassadeur de Jordanie enlevé à Tripoli

L'ambassadeur de Jordanie en Libye, Fawaz Al-Itan, a été enlevé mardi à Tripoli par des hommes armés. Son chauffeur aurait été blessé dans l'attaque.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces