Extension Factory Builder
25/08/2011 à 16:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nicolas Sarkozy souhaite tenir une conférence internationale pour 'la Libye de demain'. Nicolas Sarkozy souhaite tenir une conférence internationale pour "la Libye de demain". © AFP

Aide militaire ou financière, les pays occidentaux ne comptent pas déserter le territoire libyen, et cherchent à se positionner de façon stratégique en vue d’obtenir les faveurs de la « Libye libre de demain ».

Porter le coup final au régime de Mouammar Kadhafi, traquer le « Guide » ou apporter une aide financière, les Occidentaux comptent bien participer activement, au côté de la rébellion, à l’élaboration de la « nouvelle Libye ».

Participation humaine d’abord. Vendredi, le porte-parole de l’Otan, Oana Lungescu, déclarait, à propos du dictateur libyen, que l’organisation ne « vise aucun individu spécifiquement ».  « Il n'y a pas de coordination militaire avec les rebelles », a-t-elle ajouté. Pourtant, le ministre britannique de la Défense expliquait la veille, sur la chaîne privée Sky News, que l'Otan contribuerait à la traque du Raïs et de ses fils en fournissant « des renseignements et des équipements de reconnaissance ». Et selon un article paru dans le Daily Telegraph, les Britanniques auraient même dépêché des forces spéciales sur le territoire afin de capturer Mouammar Kadhafi.

L’Alliance atlantique continue également ses opérations sur le sol libyen, à Tripoli, où elle compte agir jusqu’à l’élimination des dernières poches de résistance loyaliste. Le président français Nicolas Sarkozy a affirmé que ces opérations ne cesseraient que le jour où Kadhafi et ses proches ne représenteront « plus une menace pour le peuple libyen ».

Sur le front Est, Britanniques et Français s’activent afin d’aider les rebelles à faire tomber le fief Kadhafiste de Syrte. Des agents en civil seraient installés, et ce depuis plusieurs semaines, dans l'enceinte de la raffinerie à l'arrêt de Zuwaytinah, le centre de commandement rebelle pour le front Est.

Dégel des avoirs

Sur le plan diplomatique, sous la pression des États-Unis, l’ONU prévoyait mercredi de dégeler les avoirs libyens afin de venir en aide au CNT. Le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé, déclarait jeudi que cette mesure pourrait être prise très rapidement.  « Nous souhaitons dégeler (l’argent), et la France l'a fait en partie sur une somme qui était à Paris », a noté M. Juppé.

Début août, Paris a débloqué 259 millions de dollars (182 millions d'euros) d'avoirs libyens, qui ont été mis à la disposition du CNT pour des achats humanitaires, selon le Quai d'Orsay Washington souhaite, pour sa part, débloquer immédiatement 1,5 milliards de dollars en direction de la Libye.

De son côté, l’Italie, qui veut d’ores et déjà se positionner de manière favorable dans la Libye de l’après-Kadhafi, n’attendra visiblement pas l’accord de l’ONU. Lors d’une rencontre entre le Premier ministre Silvio Berlusconi et le numéro 2 du Conseil national de transition libyen, Mahmoud Jibril, prévue jeudi à Milan, l’Italie devrait annoncer une aide immédiate de 450 millions d’euros, selon le quotidien La Repubblica.

Oublier les réticences italiennes du début

Rome cherche à se positionner de manière stratégique dans la Libye nouvelle, indique encore le journal. Le pays craint aujourd’hui de payer la position ambigüe adoptée au début de la révolution libyenne, selon l’analyse proposée par Alberto Negri, expert du monde arabe du journal Il Sole 24 Ore.

En ayant hésité à critiquer Kadhafi lors des premières manifestations, puis en trainant les pieds avant d’entrer dans l’opération militaire de l’Otan, le pays craint de perdre sa place de partenaire privilégié, notamment en ce qui concerne sa position de leader sur le marché pétrolier libyen, grâce au producteur ENI.

Même s’il reste confiant, le pays souhaite avant tout éviter de se laisser distancer par le Royaume-Uni et la France. Nicolas Sarkozy a, en effet, annoncé mercredi la tenue d’une conférence internationale le 1er septembre afin « d’aider la Libye libre de demain ».

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Turquie : l'armée marque le pas

Article pr�c�dent :
France : Guéant expulse en douce

Réagir à cet article

Libye

Libye : des islamistes armés s'emparent de deux champs pétrolifères

Libye : des islamistes armés s'emparent de deux champs pétrolifères

Des islamistes radicaux se sont emparés mardi des deux champs pétrolifères d'Al-Bahi et Al-Mabrouk, situés dans le centre du pays. Ils menacent désormais celui d'Al-Dahra.[...]

Reprise jeudi au Maroc du dialogue pour une sortie de crise en Libye

Après l'annulation d'une réunion la semaine dernière, un nouveau round de dialogue entre les deux parlements rivaux en Libye, celui reconnu par la communauté internationale et le Congrès[...]

Libye : le général Khalifa Haftar nommé commandant général de l'armée

Le général Khalifa Haftar a été nommé à la tête de l'armée libyenne, a annoncé lundi le président du Parlement reconnu par la communauté internationale,[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Attention : dangers

J'ai la curieuse et désagréable impression que notre pauvre monde ressemble en ce moment à un avion sans pilote, alors qu'il est entré dans une zone de turbulences. Comment ne pas en être[...]

Libye : qui arrêtera Daesh ?

D'un côté, un pays déchiré par les milices, squatté par l'État islamique et sur lequel prétendent régner deux gouvernements. De l'autre, des voisins africains et des[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Libye : attentat de l'EI contre la résidence de l'ambassadeur iranien, pas de victimes

La résidence de l'ambassadeur iranien à Tripoli, la capitale libyenne désertée par la majorité des diplomates étrangers, a été visée dimanche par un double attentat,[...]

Libye : un nouveau foyer jihadiste qui inquiète l'Europe et les pays voisins

Aux portes de l'Europe, le nouveau foyer jihadiste qui se développe en Libye alimente les pires craintes du Vieux continent mais inquiète aussi les voisins immédiats du pays, qui craignent un renforcement de[...]

Libye : 195 égyptiens évacués via la Tunisie

195 ressortissants égyptiens ont fui lundi la Libye en direction de la Tunisie après l’assassinat de 21 chrétiens coptes par le groupe État islamique (EI). Le gouvernement tunisien craint[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110825160706 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110825160706 from 172.16.0.100