Extension Factory Builder
25/08/2011 à 11:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Me Alice Nkom,en faveur de l'égalité, du respect et la dignité humaine. Me Alice Nkom,en faveur de l'égalité, du respect et la dignité humaine. © alicenkom.com

Entretien avec l'avocate Me Alice Nkom, présidente de l’association pour la défense des droits des homosexuels au Cameroun. Elle fait partie du duo d’avocats en charge de la défense de deux jeunes hommes arrêtés et incarcérés fin juillet à Youndé pour leur homosexualité supposée.  

Présidente de l’association pour la défense des droits des homosexuels (ADEFHO) au Cameroun, Alice Nkom fait partie du duo d’avocats qui défend les deux jeunes hommes, âgés de 19 et 22 ans, arrêtés à Yaoundé dans la nuit du 25 au 26 juillet pour leur apparence efféminée. Déférés au parquet le 1er août, leurs avocats ont réclamé leur liberté provisoire en attendant le procès prévu le 27 septembre, mais la demande a été rejetée le 23 août par le tribunal de première instance. L’avocate au barreau du Cameroun revient sur cette audience et parle de l’homosexualité dans le pays.

Que pensez-vous de la décision du juge ?

Cette décision ne se justifie pas du tout, parce que la mise en liberté provisoire est la règle, la détention, l’exception. On constate une méconnaissance totale des règles de droit pénal. Il n’y a ni plaignant, ni préjudice, ni témoins, ni partie civile. Ce rejet s’apparente à de la méchanceté pure. Ce sont quand même des  jeunes qui ont chacun une activité rémunérée et ont des domiciles connus. La prison n’est pas le meilleur endroit pour la jeunesse. Je suis indignée parce que cette situation est inacceptable.

Etes-vous optimiste quant à l’issue de ce procès ?

J’espère que le tribunal va un jour dire le droit. Normalement on aurait jamais dû les arrêter et les mettre en garde à vue parce qu’on ne les a pas pris en flagrant délit. Le fait qu’ils étaient maquillés et tressés  ne signifie pas qu’ils ont commis l’acte d’homosexualité. La procédure est annulable. Ces deux jeunes sont détenus arbitrairement, comme la plupart d’ailleurs. Je pense qu’un jour cela va prendre fin.

Y’a-t-il d’autres récentes arrestations ?

Les homosexuels vivaient beaucoup mieux avant que maintenant.

Alice Nkom, Avocate

L’année dernière, deux hommes ont été arrêtés et condamnés à des peines d’emprisonnement simplement parce qu’ils ont été surpris avec des préservatifs et des lubrifiants où il y avait marqué gay. Un étudiant, dont je suis également le dossier, a été écroué en avril dernier parce qu’il a envoyé un message à un de ses amis pour lui faire une déclaration d’amour.

Les homosexuels sont-ils mieux traités aujourd’hui qu’avant ?

Les homosexuels vivaient beaucoup mieux avant que maintenant. Il y a 10 ans on arrêtait moins les gens pour leur homosexualité. C’est le résultat de la conjonction de deux situations : l’église catholique dans son homélie en 2005 accusait les homosexuels d’être à l’origine de la dépravation des mœurs et du chômage des jeunes. Par la suite, presque tous les journaux à cette époque ont repris ce message. Certains sont allés plus loin en publiant (en 2006) une liste des homosexuels avec leurs noms et leurs fonctions. Cela a créé des drames dans les familles. Des enfants ont subi la méchanceté de leurs camarades de classe à l’école, c’était terrible. Heureusement que le président de la république était intervenu pour arrêter tout cela et rappeler aux uns et aux autres que la sexualité relève de la vie privée.

Dans un pays où les choses se font normalement, on aurait pu s’attendre, après l’intervention du chef de l’État, à une circulaire à l’adresse des procureurs de la république, des officiers de police judicaire, les acteurs de cette répression sauvage, leur sommant d’arrêter. Mais rien n’a été fait, les homosexuels sont toujours traités comme des personnes abominables qu’il faut mettre hors d’état de nuire.

Pensez-vous que cette pratique pourra être légalisée ?

Le Cameroun ne peut pas vouloir occuper une place de choix au sein de la communauté internationale et ne pas respecter toutes les conventions qui consacrent les droits de l’homme. Le pays a adopté la déclaration universelle des droits de l’homme comme préambule de sa constitution. Il y est prévu à l’article 45 que les conventions et traités internationaux signés et ratifiés sont au-dessus de la loi. Le Cameroun est membre de l’ONU mais ne respecte pas les valeurs prônées par cette organisation notamment le respect des droits de l’homme.

Le Cameroun est membre de l’ONU mais ne respecte pas les valeurs prônées par cette organisation.

Alice Nkom,

Une résolution a été votée à l’ONU au mois de juin. Celle-ci considère désormais les droits des minorités comme partie intégrante des droits de l’homme. Certes le Cameroun avait voté contre mais la majorité a voté pour et la résolution a été adopté. Il sera bien obligé de se soumettre un jour et de légaliser l’homosexualité. On ne peut pas nager à contre-courant.

___

Propos receuillis par Leyla Doup-Kaigama


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Antoinette Nana Djimou Ida : le style et les jambes

Antoinette Nana Djimou Ida : le style et les jambes

La Franco-Camerounaise a conservé son titre de championne d'Europe d'heptathlon. Et prépare avec autant de concentration son avenir dans le stylisme.[...]

Algérie - Cameroun : la dépouille d'Albert Ebossé transférée vendredi à Douala

Le corps du footballauer camerounais Albert Ebossé sera transféré vendredi à Douala, au Cameroun, où il devrait arriver dans l'après-midi. Le joueur est décédé[...]

Cameroun : les plus beaux buts d'Eto'o avec les Lions indomptables

Samuel Eto'o a annoncé mercredi qu'il mettait fin à sa carrière internationale. L'occasion pour "Jeune Afrique" de vous faire revivre les plus belles réalisations du meilleur buteur de[...]

Cameroun : Paul Biya veut en finir avec Boko Haram

Les islamistes nigérians de Boko Haram ne cessent d'étendre leur influence près des frontières camerounaises. En déplacement en France, le président Paul Biya a fait savoir sa[...]

Jean II Makoun : "Je mets un terme à ma carrière internationale" avec le Cameroun

À 31 ans, Jean II Makoun a décidé de mettre un terme à sa carrière internationale, débutée en novembre 2003 face au Japon . Il en explique les raisons en exclusivité[...]

Nigeria : Boko Haram tente de renforcer sa présence à la frontière camerounaise

Un jour après avoir pris d’assaut la ville de Gamboru Ngala, située au nord-est du Nigeria, les combattants du groupe islamiste Boko Haram ont tenté de faire exploser le pont de Fotokol qui relie le[...]

Joël Nana Kontchou, de l'énergie à revendre

À 52 ans, cet ingénieur prend les rênes de l'électricien Sonel, au Cameroun. Ses talents de meneur d'hommes, acquis chez Schlumberger, lui seront utiles pour remettre de l'ordre dans[...]

Algérie : décès du footballeur camerounais Albert Ebossé, atteint par un projectile

L’attaquant camerounais de la JS Kabylie, Albert Ebossé est décédé samedi soir, atteint par un projectile parti des tribunes à l’issue de la défaite à domicile de son[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

Le Cameroun a décidé lundi de fermer toutes ses frontières aériennes, maritimes et terrestres avec le Nigeria. À cette mesure de prévention s'ajoute une restriction de la circulation avec[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex