Extension Factory Builder
25/08/2011 à 11:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Me Alice Nkom,en faveur de l'égalité, du respect et la dignité humaine. Me Alice Nkom,en faveur de l'égalité, du respect et la dignité humaine. © alicenkom.com

Entretien avec l'avocate Me Alice Nkom, présidente de l’association pour la défense des droits des homosexuels au Cameroun. Elle fait partie du duo d’avocats en charge de la défense de deux jeunes hommes arrêtés et incarcérés fin juillet à Youndé pour leur homosexualité supposée.  

Présidente de l’association pour la défense des droits des homosexuels (ADEFHO) au Cameroun, Alice Nkom fait partie du duo d’avocats qui défend les deux jeunes hommes, âgés de 19 et 22 ans, arrêtés à Yaoundé dans la nuit du 25 au 26 juillet pour leur apparence efféminée. Déférés au parquet le 1er août, leurs avocats ont réclamé leur liberté provisoire en attendant le procès prévu le 27 septembre, mais la demande a été rejetée le 23 août par le tribunal de première instance. L’avocate au barreau du Cameroun revient sur cette audience et parle de l’homosexualité dans le pays.

Que pensez-vous de la décision du juge ?

Cette décision ne se justifie pas du tout, parce que la mise en liberté provisoire est la règle, la détention, l’exception. On constate une méconnaissance totale des règles de droit pénal. Il n’y a ni plaignant, ni préjudice, ni témoins, ni partie civile. Ce rejet s’apparente à de la méchanceté pure. Ce sont quand même des  jeunes qui ont chacun une activité rémunérée et ont des domiciles connus. La prison n’est pas le meilleur endroit pour la jeunesse. Je suis indignée parce que cette situation est inacceptable.

Etes-vous optimiste quant à l’issue de ce procès ?

J’espère que le tribunal va un jour dire le droit. Normalement on aurait jamais dû les arrêter et les mettre en garde à vue parce qu’on ne les a pas pris en flagrant délit. Le fait qu’ils étaient maquillés et tressés  ne signifie pas qu’ils ont commis l’acte d’homosexualité. La procédure est annulable. Ces deux jeunes sont détenus arbitrairement, comme la plupart d’ailleurs. Je pense qu’un jour cela va prendre fin.

Y’a-t-il d’autres récentes arrestations ?

Les homosexuels vivaient beaucoup mieux avant que maintenant.

Alice Nkom, Avocate

L’année dernière, deux hommes ont été arrêtés et condamnés à des peines d’emprisonnement simplement parce qu’ils ont été surpris avec des préservatifs et des lubrifiants où il y avait marqué gay. Un étudiant, dont je suis également le dossier, a été écroué en avril dernier parce qu’il a envoyé un message à un de ses amis pour lui faire une déclaration d’amour.

Les homosexuels sont-ils mieux traités aujourd’hui qu’avant ?

Les homosexuels vivaient beaucoup mieux avant que maintenant. Il y a 10 ans on arrêtait moins les gens pour leur homosexualité. C’est le résultat de la conjonction de deux situations : l’église catholique dans son homélie en 2005 accusait les homosexuels d’être à l’origine de la dépravation des mœurs et du chômage des jeunes. Par la suite, presque tous les journaux à cette époque ont repris ce message. Certains sont allés plus loin en publiant (en 2006) une liste des homosexuels avec leurs noms et leurs fonctions. Cela a créé des drames dans les familles. Des enfants ont subi la méchanceté de leurs camarades de classe à l’école, c’était terrible. Heureusement que le président de la république était intervenu pour arrêter tout cela et rappeler aux uns et aux autres que la sexualité relève de la vie privée.

Dans un pays où les choses se font normalement, on aurait pu s’attendre, après l’intervention du chef de l’État, à une circulaire à l’adresse des procureurs de la république, des officiers de police judicaire, les acteurs de cette répression sauvage, leur sommant d’arrêter. Mais rien n’a été fait, les homosexuels sont toujours traités comme des personnes abominables qu’il faut mettre hors d’état de nuire.

Pensez-vous que cette pratique pourra être légalisée ?

Le Cameroun ne peut pas vouloir occuper une place de choix au sein de la communauté internationale et ne pas respecter toutes les conventions qui consacrent les droits de l’homme. Le pays a adopté la déclaration universelle des droits de l’homme comme préambule de sa constitution. Il y est prévu à l’article 45 que les conventions et traités internationaux signés et ratifiés sont au-dessus de la loi. Le Cameroun est membre de l’ONU mais ne respecte pas les valeurs prônées par cette organisation notamment le respect des droits de l’homme.

Le Cameroun est membre de l’ONU mais ne respecte pas les valeurs prônées par cette organisation.

Alice Nkom,

Une résolution a été votée à l’ONU au mois de juin. Celle-ci considère désormais les droits des minorités comme partie intégrante des droits de l’homme. Certes le Cameroun avait voté contre mais la majorité a voté pour et la résolution a été adopté. Il sera bien obligé de se soumettre un jour et de légaliser l’homosexualité. On ne peut pas nager à contre-courant.

___

Propos receuillis par Leyla Doup-Kaigama


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Après Ebola, le virus Nipah sur les rangs...

Après Ebola, le virus Nipah sur les rangs...

Selon une étude américaine réalisée au Cameroun, le virus nipah a déjà infecté de nombreuses personnes en Afrique. Jusque là seulement observé en Asie, il est potentie[...]

Cameroun - Épervier : Gervais Mendo Ze, fric et frasques

Limogé il y a neuf ans, l'ex-directeur de la Radiotélévision du Cameroun a été arrêté. Rattrapé par l'opération anticorruption Épervier.[...]

CAN 2015 : Sénégal, Afrique du Sud, Cameroun, Zambie, Burkina et Gabon qualifiés

Le Sénégal d'Alain Giresse, l'Afrique du Sud, le Cameroun, la Zambie, le Burkina Faso et le Gabon se sont qualifiés samedi pour la CAN 2015, lors de l'avant-dernière journée des [...]

Cameroun : l'affaire Yen Eyoum rebondit

L'affaire Lydienne Yen Eyoum va-t-elle rebondir en France, alors que l'avocate franco-camerounaise a été condamnée à vingt-cinq ans de prison au Cameroun en septembre ? C'est en tout cas le souhait de[...]

Boko Haram a mené des attaques simultanées au Cameroun, faisant au moins 3 morts

Le 9 novembre, Boko Hara a mené plusieurs attaques dans des villes du Nord-Cameroun. Les violences ne cessent d'augmenter à la frontière entre le Nigeria, pays d'origine de la secte islamiste, et son voisin [...]

Cameroun - Nigeria : dans la lutte contre Boko Haram, qui poursuit qui ?

Dans la lutte contre Boko haram, l'heure n'est pas à la franche coopération entre le Nigeria et le Cameroun. La délicate question du droit de poursuite sur le territoire du voisin échauffe en[...]

Hervé Tcheumeleu, porte-parole de l'Afrique en Allemagne

Originaire du Cameroun et installé en Allemagne depuis treize ans, ce biochimiste reconverti dans le journalisme entend améliorer l'image de son continent.[...]

Mode : la vague "nappy" déferle en Afrique

Depuis le début des années 2000, la diaspora vante les bienfaits d'être "nappy". Et en Afrique francophone, certaines adeptes multiplient les initiatives pour se libérer du conformisme[...]

Mode : Imane Ayissi, ode à la diversité

Entre les fashion weeks africaines, l'exportation des tissus et les défilés en Occident, le stylisme africain est en plein essor. Portraits de créateurs locaux qui revendiquent leur héritage hors du [...]

Cameroun : la "short list" de Paul Biya pour le Conseil constitutionnel

Le Conseil constitutionnel va-t-il enfin se concrétiser au Cameroun ? Et qui Paul Biya va-t-il nommer en son sein ?[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers