Extension Factory Builder
29/08/2011 à 14:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mamadou Nkrumah Sané. Mamadou Nkrumah Sané. © DR

À Paris, où il vit en exil depuis vingt ans, le secrétaire général autoproclamé du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) soutient toujours la voie de l’indépendance et rend Dakar responsable des divisions au sein de la rébellion. Interview.

Jeuneafrique.com : Qelles sont aujourd’hui vos revendications, près de trente ans après le début de la rébellion ?

Mamadou Nkrumah Sané : Ce ne sont pas des revendications, c’est un droit. La Casamance est indépendante depuis le référendum de 1958 [visant la création de la Communauté française, NDLR]. Le « non » l’avait emporté mais les voix casamançaises ont été diluées dans l’ensemble sénégalais. Le Sénégal n’a pas à nous donner l’indépendance car il ne nous a jamais colonisés.

Plusieurs membres du mouvement reconnaissent que la plupart des Casamançais ne vous suivent plus sur ce plan…

Mais si, ils y sont plus que jamais favorables. Tous les jours, des jeunes m’appellent pour rejoindre le maquis. Ces jeunes sont nés dans la rébellion et sont excédés.

Vous n’êtes pas le seul à revendiquer la direction du mouvement. Le MFDC est aujourd’hui plus que jamais divisé…

C’est le résultat de la politique du gouvernement. Les assises du mouvement dont on parle tant n’ont pas été préparées par le MFDC, mais par les ministres sénégalais de Diouf puis de Wade. Ces gens ne comprennent pas notre peuple. C’est nous qui devons organiser ces assises, pas eux.

Qu’attendez-vous ?

Je fais l’objet d’un mandat d’arrêt international. Je ne peux pas me rendre au Sénégal. En 2005, Wade m’a envoyé un messager. Nous avons discuté trois jours autour d’un accord afin que l’abbé Diamacoune soit libéré et que je puisse rentrer librement en Casamance – et aussi que tous les documents saisis chez moi par la police française me soient remis. Mais au final, Wade l’a refusé. Depuis, je n’ai plus de nouvelles. Wade perdra à cause de nous en 2012, comme Diouf a perdu à cause de nous en 2000.

Qui reconnaissez-vous aujourd’hui sur le front militaire ?

Le groupe armé d’Ousmane Niantang Diatta . Les autres [Salif Sadio et César Atoute Badiate] ont désobéi à l’abbé et à moi. Je n’ai plus de contact avec eux. César ne répond plus à mes appels.

Quel est votre lien hiérarchique avec Niantang ?

Je suis son supérieur.

Quelles sont vos directives ?

De nous réorganiser et de recruter pour préparer la grande offensive contre les occupants.

Cautionnez-vous les attaques contre l’armée ?

Oui.

Et les rackets contre la population ?

L’armée est responsable de ces actes. J’accuse le gouvernement sénégalais de recruter des bandits afin qu’ils se déguisent en membres du MFDC et s’attaquent à la population casamançaise. Vous remarquerez d’ailleurs qu’il n’y a pas de victimes sénégalaises, mais seulement des Casamançais. Pourquoi mes hommes ne s’attaqueraient-ils pas à ces étrangers alors que ce sont eux qui ont l’argent ?

___

Propos recueillis par Rémi Carayol

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Après les délestages, la Senelec voit enfin le bout du tunnel

Avec le redressement de la Senelec, le pays sort de sa crise énergétique. Et mise désormais sur le privé pour augmenter sa production.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade, égaré entre "esclaves" et "anthropophages"

Abdoulaye Wade a publiquement taxé Macky Sall, mardi, de "descendant d'esclaves" et d'"anthropophages" dont les parents "mangeaient les bébés". Une sortie unanimement[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Sénégal : Suneor va céder son activité trituration au français Avril

Exclusif : Selon les informations de Jeune Afrique, Advens, actionnaire majoritaire de l'huilier sénégalais Suneor, et le Groupe Avril (ex Sofiproteol) ont signé le 13 février dernier un protocole[...]

Sénégal : l'affaire Wade

Le procès Karim Wade, véritable marathon judiciaire entamé le 31 juillet 2014 à Dakar, s'est achevé ce 19 janvier. Jugement attendu le 23 mars. L'enjeu est[...]

Sénégal : Macky Sall fait les yeux doux à la Casamance

Le président sénégalais a entamé jeudi une tournée d'une semaine en Casamance. Annonces en faveur du tourisme local, développement de son assise politique dans la région,[...]

Sénégal : quand Bibo Bourgi, principal complice présumé de Karim Wade, fait le procès de la CREI

Au dernier jour du procès de Karim Wade, dont le jugement sera rendu le 23 mars, l'homme d'affaires Bibo Bourgi a plaidé sa relaxe seul, sans ses avocats, s'efforçant de déconstruire la théorie[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110824145003 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110824145003 from 172.16.0.100