Extension Factory Builder
29/08/2011 à 14:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mamadou Nkrumah Sané. Mamadou Nkrumah Sané. © DR

À Paris, où il vit en exil depuis vingt ans, le secrétaire général autoproclamé du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) soutient toujours la voie de l’indépendance et rend Dakar responsable des divisions au sein de la rébellion. Interview.

Jeuneafrique.com : Qelles sont aujourd’hui vos revendications, près de trente ans après le début de la rébellion ?

Mamadou Nkrumah Sané : Ce ne sont pas des revendications, c’est un droit. La Casamance est indépendante depuis le référendum de 1958 [visant la création de la Communauté française, NDLR]. Le « non » l’avait emporté mais les voix casamançaises ont été diluées dans l’ensemble sénégalais. Le Sénégal n’a pas à nous donner l’indépendance car il ne nous a jamais colonisés.

Plusieurs membres du mouvement reconnaissent que la plupart des Casamançais ne vous suivent plus sur ce plan…

Mais si, ils y sont plus que jamais favorables. Tous les jours, des jeunes m’appellent pour rejoindre le maquis. Ces jeunes sont nés dans la rébellion et sont excédés.

Vous n’êtes pas le seul à revendiquer la direction du mouvement. Le MFDC est aujourd’hui plus que jamais divisé…

C’est le résultat de la politique du gouvernement. Les assises du mouvement dont on parle tant n’ont pas été préparées par le MFDC, mais par les ministres sénégalais de Diouf puis de Wade. Ces gens ne comprennent pas notre peuple. C’est nous qui devons organiser ces assises, pas eux.

Qu’attendez-vous ?

Je fais l’objet d’un mandat d’arrêt international. Je ne peux pas me rendre au Sénégal. En 2005, Wade m’a envoyé un messager. Nous avons discuté trois jours autour d’un accord afin que l’abbé Diamacoune soit libéré et que je puisse rentrer librement en Casamance – et aussi que tous les documents saisis chez moi par la police française me soient remis. Mais au final, Wade l’a refusé. Depuis, je n’ai plus de nouvelles. Wade perdra à cause de nous en 2012, comme Diouf a perdu à cause de nous en 2000.

Qui reconnaissez-vous aujourd’hui sur le front militaire ?

Le groupe armé d’Ousmane Niantang Diatta . Les autres [Salif Sadio et César Atoute Badiate] ont désobéi à l’abbé et à moi. Je n’ai plus de contact avec eux. César ne répond plus à mes appels.

Quel est votre lien hiérarchique avec Niantang ?

Je suis son supérieur.

Quelles sont vos directives ?

De nous réorganiser et de recruter pour préparer la grande offensive contre les occupants.

Cautionnez-vous les attaques contre l’armée ?

Oui.

Et les rackets contre la population ?

L’armée est responsable de ces actes. J’accuse le gouvernement sénégalais de recruter des bandits afin qu’ils se déguisent en membres du MFDC et s’attaquent à la population casamançaise. Vous remarquerez d’ailleurs qu’il n’y a pas de victimes sénégalaises, mais seulement des Casamançais. Pourquoi mes hommes ne s’attaqueraient-ils pas à ces étrangers alors que ce sont eux qui ont l’argent ?

___

Propos recueillis par Rémi Carayol

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

OIF - Succession de Diouf : l'Afrique parlera-t-elle d'une seule voix ?

OIF - Succession de Diouf : l'Afrique parlera-t-elle d'une seule voix ?

Une réunion de la dernière chance pourrait avoir lieu avant le huis-clos des chefs d'État, dimanche. Objectif : arriver à dégager un consensus sur une candidature africaine à la succession[...]

Sénégal : sommet de l'OIF à Dakar, tout se passe à Diamniadio

Diamniadio, un pôle urbain ultramoderne et écologique, accueille le sommet de la Francophonie les 29 et 30 novembre. Une bouffée d'air frais, en périphérie d'une capitale [...]

Malick Noël Seck, le trublion sénégalais qui pourfend l'OIF

Plusieurs fois incarcéré sous Abdoulaye Wade, l'ancien militant socialiste Malick Noël Seck, au verbe radical et à la geste provocatrice, est l'initiateur d'un contre-sommet de la Francophonie à [...]

Sénégal - Massacre de Thiaroye : 1er décembre 1944, quand l'armée française décimait ses "indigènes"

Le 1er décembre 1944, des dizaines de tirailleurs sénégalais qui réclamaient le paiement de leurs soldes étaient massacrés par l'armée française dans le camp de Thiaroye,[...]

Sénégal : programme chargé pour le sommet de l'OIF à Dakar

Au sommet de l'OIF à Dakar, les 29 et 30 novembre, on parlera gros sous et stratégie sur dix ans. Surtout, on élira le successeur d'Abdou Diouf. Suspense assuré.[...]

Pour les 70 ans du massacre de Thiaroye, le Cran intente deux actions contre l'État français

Une association française, le Conseil représentatif des associations noires (Cran), a annoncé jeudi avoir intenté deux actions en justice contre l'État français. Elle souhaite notamment[...]

Francophonie - Sénégal : retour à la case Dakar

Un quart de siècle après avoir été l'hôte du 3e sommet de la Francophonie, la capitale sénégalaise s'apprête à accueillir sa quinzième édition.[...]

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Une vingtaine d'artistes ouest-africains de renom se sont réunis pour interpeller les chefs d'État francophones sur la catastrophe que représente Ebola. Ils publient leur lettre ouverte dans Jeune Afrique.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade décline l'invitation de Macky Sall au sommet de la Francophonie

Dans un courrier adressé à Macky Sall, dont "Jeune Afrique" révèle en exclusivité la teneur, Abdoulaye Wade décline l'invitation de son successeur au sommet de la Francophonie[...]

Sénégal : questions sur le débarquement d'Alioune Ndao

Figure emblématique de la lutte contre l'enrichissement illicite, le procureur spécial a été remplacé au pied levé le 11 novembre. Sans explication.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces