Extension Factory Builder
29/08/2011 à 14:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mamadou Nkrumah Sané. Mamadou Nkrumah Sané. © DR

À Paris, où il vit en exil depuis vingt ans, le secrétaire général autoproclamé du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) soutient toujours la voie de l’indépendance et rend Dakar responsable des divisions au sein de la rébellion. Interview.

Jeuneafrique.com : Qelles sont aujourd’hui vos revendications, près de trente ans après le début de la rébellion ?

Mamadou Nkrumah Sané : Ce ne sont pas des revendications, c’est un droit. La Casamance est indépendante depuis le référendum de 1958 [visant la création de la Communauté française, NDLR]. Le « non » l’avait emporté mais les voix casamançaises ont été diluées dans l’ensemble sénégalais. Le Sénégal n’a pas à nous donner l’indépendance car il ne nous a jamais colonisés.

Plusieurs membres du mouvement reconnaissent que la plupart des Casamançais ne vous suivent plus sur ce plan…

Mais si, ils y sont plus que jamais favorables. Tous les jours, des jeunes m’appellent pour rejoindre le maquis. Ces jeunes sont nés dans la rébellion et sont excédés.

Vous n’êtes pas le seul à revendiquer la direction du mouvement. Le MFDC est aujourd’hui plus que jamais divisé…

C’est le résultat de la politique du gouvernement. Les assises du mouvement dont on parle tant n’ont pas été préparées par le MFDC, mais par les ministres sénégalais de Diouf puis de Wade. Ces gens ne comprennent pas notre peuple. C’est nous qui devons organiser ces assises, pas eux.

Qu’attendez-vous ?

Je fais l’objet d’un mandat d’arrêt international. Je ne peux pas me rendre au Sénégal. En 2005, Wade m’a envoyé un messager. Nous avons discuté trois jours autour d’un accord afin que l’abbé Diamacoune soit libéré et que je puisse rentrer librement en Casamance – et aussi que tous les documents saisis chez moi par la police française me soient remis. Mais au final, Wade l’a refusé. Depuis, je n’ai plus de nouvelles. Wade perdra à cause de nous en 2012, comme Diouf a perdu à cause de nous en 2000.

Qui reconnaissez-vous aujourd’hui sur le front militaire ?

Le groupe armé d’Ousmane Niantang Diatta . Les autres [Salif Sadio et César Atoute Badiate] ont désobéi à l’abbé et à moi. Je n’ai plus de contact avec eux. César ne répond plus à mes appels.

Quel est votre lien hiérarchique avec Niantang ?

Je suis son supérieur.

Quelles sont vos directives ?

De nous réorganiser et de recruter pour préparer la grande offensive contre les occupants.

Cautionnez-vous les attaques contre l’armée ?

Oui.

Et les rackets contre la population ?

L’armée est responsable de ces actes. J’accuse le gouvernement sénégalais de recruter des bandits afin qu’ils se déguisent en membres du MFDC et s’attaquent à la population casamançaise. Vous remarquerez d’ailleurs qu’il n’y a pas de victimes sénégalaises, mais seulement des Casamançais. Pourquoi mes hommes ne s’attaqueraient-ils pas à ces étrangers alors que ce sont eux qui ont l’argent ?

___

Propos recueillis par Rémi Carayol

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Abdoulaye Wade : un retour au Sénégal qui inquiète la défense de son fils Karim

Abdoulaye Wade : un retour au Sénégal qui inquiète la défense de son fils Karim

Le retour au Sénégal d'Abdoulaye Wade, prévu le 25 avril, suscite de l'inquiétude au sein de la défense de son fils, Karim Wade. Mais pour l'instant, "Gorgui" a su garder le silence[...]

Chansons caritatives : à votre bon coeur, mélomanes !

Inspirés par les réunions charitables d'artistes anglo-saxons dans les années 80, les chanteurs africains s’égosillent de plus en plus en groupes. Autour de causes[...]

Sénégal : le vrai-faux retour d'Abdoulaye Wade

Annoncé pour mercredi, le retour d'Abdoulaye Wade à Dakar a finalement été reporté au vendredi 25 avril. Blocage des autorités sénégalaises ou stratégie de[...]

Pas de meeting pour le retour d'Abdoulaye Wade au Sénégal

Le meeting programmé mercredi par le Parti démocratique sénégalais (PDS) pour le retour à Dakar d'Abdoulaye Wade n'aura pas lieu. Les autorités sénégalaises ont jugé[...]

Abdoulaye Wade de retour mercredi au Sénégal après vingt-deux mois d'absence

L'ex-président Abdoulaye Wade est attendu mercredi 23 avril au Sénégal. Il avait quitté son pays après sa défaite électorale en 2012.[...]

Sénégal : Karim Wade bientôt jugé pour "enrichissement illicite"

Karim Wade, le fils de l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade dont il fut conseiller et ministre, restera en prison où il croupit depuis un an en attendant son procès, prévu en juin,[...]

Affaire Karim Wade - Cheikh Diallo : "J'ai dit la vérité, rien que la vérité"

Ex-conseiller du président Abdoualye Wade, Cheikh Diallo a connu la descente aux enfers. Soupçonné par la justice d'être un complice de Karim Wade dans l'acquisition illicite de divers biens, il aura[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Sénégal : en attendant son procès, Karim Wade, en détention depuis un an, reste en prison

En attendant son procès, Karim Wade va rester en détention provisoire. En prison depuis un an jour pour jour, le fils de l'ancien président sénégalais, Abdoulaye Wade, sera jugé dans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces