Extension Factory Builder
22/08/2011 à 13:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dimanche soir, le président syrien Bachar el-Assad interviewé par la télévision d'Etat. Dimanche soir, le président syrien Bachar el-Assad interviewé par la télévision d'Etat. © AFP

L'étau se resserre autour du dirigeant syrien, Bachar al-Assad, qui semble avoir perdu toute légitimité sur la scène internationale.

« En nous abstenant de réagir, nous leur disons que leurs propos sont sans valeurs. » C'est la nouvelle politique du président syrien Bachar al-Assad, qui préfère ignorer l'opposition qu'il suscite sur la scène internationale.

L'intervention dimanche soir à la télévision d'État du dirigeant alaouite avait pourtant tout d'une réaction aux propos tenus jeudi par le président Barak Obama, qui pour la première fois a explicitement appelé Bachar al-Assad à partir.

Mais le président syrien semble plus que jamais déterminé à rester en place. Et malgré la violente répression du mouvement de contestation sociale lancé le 15 mars, al-Assad tient plus que jamais à réaffirmer sa légitimité, jouant, comme l'usage le veut, de la carte de l'ingérence étrangère : « de tels propos ne doivent pas être tenus à l'égard d'un président qui a été choisi par le peuple syrien et qui n'a pas été installé par l'Occident, un président qui n'est pas fabriqué aux États-Unis. Ces paroles se disent à un peuple soumis qui accepte de recevoir des ordres de l'étranger ».

Mais le président a tout de même fait état de quelques nouvelles réformes entreprises par son gouvernement : des élections locales devraient avoir lieu en décembre, tout comme le pouvoir prévoit l'organisation d'ici quatre à huit mois de nouvelles élections législatives,  afin de permettre aux partis de se constituer et d'avoir le temps de faire campagne.

Crimes contre l'humanité

Mais ces réformes n'ont pas empêché l'ouverture lundi matin d'une session extraordinaire du conseil des droits de l'homme de l'ONU, sur la crise en Syrie. Objectif : mettre sur pied une commission d'enquête indépendante pour faire la lumière sur les exactions à l'encontre de la population civile.

La procédure, peut fréquente, a été lancée par 23 pays membres, dont quatre pays arabes du Conseil, la Jordanie, l'Arabie Saoudite, le Qatar et le Koweït. Silencieux au début de la crise, ses trois derniers ont depuis rappelé leur ambassadeur à Damas. Par ailleurs, la situation en Lybie ne doit pas laisser le régime indifférent puisque l'ambassade de Lybie à Damas vient quant à elle de rallier le CNT.

Un projet de résolution « condamne avec force les persistantes et graves violations des droits de l'homme de la part des autorités syriennes » et les appelle « à cesser immédiatement tous les actes de violence contre la population ».

Le texte demande également « l'envoi urgent d'une commission d'enquête indépendante  » sur place pour « mener des investigations sur les violations des droits de l'homme en Syrie depuis le mois de mars » et « identifier les auteurs pour s'assurer qu'ils puissent être tenus responsables ».

Une mission d'experts mandatée par le Haut commissariat aux droits de l'homme a déjà dressé dans un rapport révélé jeudi un inventaire d'atrocités commises par les forces de sécurité syriennes, pouvant être considérées comme des crimes contre l'humanité et passible d'une saisine de la Cour pénale internationale. Mais Bachar al-Assad a indiqué qu'il existait en Syrie une commission d'enquête indépendante.

« Un nombre limité de personnes ont déjà été jugées sur la base de preuves irréfutables. Le principe est que quiconque, qu'il soit militaire ou civil, ayant commis un crime contre un citoyen sera jugé sur la base de preuves. Nous n'innocenterons pas un coupable et nous ne condamnerons pas un innocent », a-t-il dit. Plus de 2.000 personnes ont été tuées par les forces du régime depuis le début de la répression le 15 mars.

Embargo sur le pétrole ?

Mais d'après des sources diplomatiques, des mesures européennes visant le secteur pétrolier, notamment un embargo sur l'importation de pétrole brut syrien, pourraient être annoncées dès mardi. L'Europe achète 95% du pétrole exporté par la Syrie, ce qui représente un tiers des recettes du pays.

« Malgré les bonnes relations économiques que nous avons avec l'Europe, nous avons d'autres alternatives. On s'est orienté vers l'Est et nous continuerons à le faire », a sobrement commenté Al Assad, confiant.
 

(avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Naufrage en Méditerranée : des dizaines de migrants gazaouis parmi les victimes

Naufrage en Méditerranée : des dizaines de migrants gazaouis parmi les victimes

Des dizaines de Gazaouis figurent parmi les victimes du naufrage d'une embarcation en Méditerranée, mercredi 10 septembre. Si le bilan d'environ 500 victimes était confirmé, il s'agirait de l'un des pi[...]

#BurnISISFlagChallenge : pourquoi la flamme s'est éteinte

Largement relayé dans les médias, le #BurnISISFlagChallenge - qui consiste, sur le principe du #IceBucketChallenge, à brûler un drapeau de l’État islamique (ISIS en anglais) en[...]

L'ONU annonce un accord tripartite pour la reconstruction de Gaza

Israël et Palestiniens se sont mis d'accord sur un mécanisme provisoire pour accélérer, sous la surveillance de l’ONU, la reconstruction de Gaza, tout en s'assurant que les matériaux de [...]

Jihadistes de tous les pays...

En trois ans, au moins 12 000 étrangers, originaires de 81 États, ont rejoint les rangs des islamistes radicaux. Radiographie de la nouvelle internationale des fous d'Allah.[...]

Méditerranée : selon l'OIM, un naufrage pourrait avoir causé la mort de 500 migrants

Jusqu'à 500 migrants sont portés disparus depuis le naufrage de leur embarcation de fortune, la semaine dernière, au large de l'île de Malte.[...]

François Hollande à Bagdad pour exprimer son soutien au gouvernement irakien

Le président français François Hollande est arrivé vendredi à Bagdad, accompagné du chef de la diplomatie Laurent Fabius et du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, pour[...]

Dix pays arabes rallient la coalition contre les jihadistes de l'État islamique

En visite jeudi à Jeddah, en Arabie saoudite, le chef de la diplomatie américaine, John Kerry, a réussi à convaincre dix pays arabes de s'engager dans l'offensive contre l'État islamique.[...]

États-Unis : en Arabie Saoudite, John Kerry tente d'élargir la coalition contre l'État islamique

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry est arrivé jeudi en Arabie saoudite pour tenter de rallier dix pays arabes et la Turquie à la coalition mondiale mise en place par les États-Unis [...]

État islamique : les pays arabes s'accordent pour lutter contre les jihadistes

Le chef de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, a affirmé dimanche que les pays membres étaient tombés d'accord pour affronter les jihadistes de l'État islamique (EI) qui sèment la terreur en Irak[...]

Irak : les États-Unis étendent leurs raids, Obama présente un plan mercredi

Les avions de combat américains ont étendu pour la première fois à l'ouest de l'Irak leur zone de frappes contre les combattants de l'État islamique (EI), le président Barack Obama[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex