Extension Factory Builder
22/08/2011 à 13:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dimanche soir, le président syrien Bachar el-Assad interviewé par la télévision d'Etat. Dimanche soir, le président syrien Bachar el-Assad interviewé par la télévision d'Etat. © AFP

L'étau se resserre autour du dirigeant syrien, Bachar al-Assad, qui semble avoir perdu toute légitimité sur la scène internationale.

« En nous abstenant de réagir, nous leur disons que leurs propos sont sans valeurs. » C'est la nouvelle politique du président syrien Bachar al-Assad, qui préfère ignorer l'opposition qu'il suscite sur la scène internationale.

L'intervention dimanche soir à la télévision d'État du dirigeant alaouite avait pourtant tout d'une réaction aux propos tenus jeudi par le président Barak Obama, qui pour la première fois a explicitement appelé Bachar al-Assad à partir.

Mais le président syrien semble plus que jamais déterminé à rester en place. Et malgré la violente répression du mouvement de contestation sociale lancé le 15 mars, al-Assad tient plus que jamais à réaffirmer sa légitimité, jouant, comme l'usage le veut, de la carte de l'ingérence étrangère : « de tels propos ne doivent pas être tenus à l'égard d'un président qui a été choisi par le peuple syrien et qui n'a pas été installé par l'Occident, un président qui n'est pas fabriqué aux États-Unis. Ces paroles se disent à un peuple soumis qui accepte de recevoir des ordres de l'étranger ».

Mais le président a tout de même fait état de quelques nouvelles réformes entreprises par son gouvernement : des élections locales devraient avoir lieu en décembre, tout comme le pouvoir prévoit l'organisation d'ici quatre à huit mois de nouvelles élections législatives,  afin de permettre aux partis de se constituer et d'avoir le temps de faire campagne.

Crimes contre l'humanité

Mais ces réformes n'ont pas empêché l'ouverture lundi matin d'une session extraordinaire du conseil des droits de l'homme de l'ONU, sur la crise en Syrie. Objectif : mettre sur pied une commission d'enquête indépendante pour faire la lumière sur les exactions à l'encontre de la population civile.

La procédure, peut fréquente, a été lancée par 23 pays membres, dont quatre pays arabes du Conseil, la Jordanie, l'Arabie Saoudite, le Qatar et le Koweït. Silencieux au début de la crise, ses trois derniers ont depuis rappelé leur ambassadeur à Damas. Par ailleurs, la situation en Lybie ne doit pas laisser le régime indifférent puisque l'ambassade de Lybie à Damas vient quant à elle de rallier le CNT.

Un projet de résolution « condamne avec force les persistantes et graves violations des droits de l'homme de la part des autorités syriennes » et les appelle « à cesser immédiatement tous les actes de violence contre la population ».

Le texte demande également « l'envoi urgent d'une commission d'enquête indépendante  » sur place pour « mener des investigations sur les violations des droits de l'homme en Syrie depuis le mois de mars » et « identifier les auteurs pour s'assurer qu'ils puissent être tenus responsables ».

Une mission d'experts mandatée par le Haut commissariat aux droits de l'homme a déjà dressé dans un rapport révélé jeudi un inventaire d'atrocités commises par les forces de sécurité syriennes, pouvant être considérées comme des crimes contre l'humanité et passible d'une saisine de la Cour pénale internationale. Mais Bachar al-Assad a indiqué qu'il existait en Syrie une commission d'enquête indépendante.

« Un nombre limité de personnes ont déjà été jugées sur la base de preuves irréfutables. Le principe est que quiconque, qu'il soit militaire ou civil, ayant commis un crime contre un citoyen sera jugé sur la base de preuves. Nous n'innocenterons pas un coupable et nous ne condamnerons pas un innocent », a-t-il dit. Plus de 2.000 personnes ont été tuées par les forces du régime depuis le début de la répression le 15 mars.

Embargo sur le pétrole ?

Mais d'après des sources diplomatiques, des mesures européennes visant le secteur pétrolier, notamment un embargo sur l'importation de pétrole brut syrien, pourraient être annoncées dès mardi. L'Europe achète 95% du pétrole exporté par la Syrie, ce qui représente un tiers des recettes du pays.

« Malgré les bonnes relations économiques que nous avons avec l'Europe, nous avons d'autres alternatives. On s'est orienté vers l'Est et nous continuerons à le faire », a sobrement commenté Al Assad, confiant.
 

(avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

La propagande de Daesh et le fantasme de la venue du Mahdi, 'sauveur des musulmans'

La propagande de Daesh et le fantasme de la venue du Mahdi, "sauveur des musulmans"

Qui est Al-Mahdi, "le sauveur de tous les musulmans" dont de nombreuses vidéo de propagande jihadiste prophétisent la venue prochaine ? Décryptage de l'islamologue Soheib Bencheikh.[...]

Ensaf Haidar : "Raif Badawi risque désormais la peine de mort pour apostasie"

Selon son épouse, Ensaf Haidar, le blogueur saoudien Raif Badawi, déjà condamné à 1 000 coups de fouet et à dix ans de prison, risque désormais la peine de mort pour apostasie.[...]

Palestine : Mahmoud Abbas, le chant du cygne

Ignoré par Tel-Aviv, décrédibilisé aux yeux de son peuple, le président de l'Autorité palestinienne tente vaille que vaille de sauver la face. Mais la question de sa succession se[...]

Israël : Bibi-sitter et le hipster

À l'approche des législatives, les candidats rivaux multiplient les clips de campagne. Et, pour séduire les électeurs, ils sont prêts à tout ![...]

Qui est Al-Fawwaz, condamné pour les attentats de Dar es-Salaam et Nairobi en 1998 ?

Khalid al-Fawwaz, un Saoudien présenté comme un fidèle lieutenant d'Oussama Ben Laden, a été reconnu coupable de complot en lien avec les attentats contre les ambassades américaines[...]

Terrorisme : l'étonnante histoire du premier Sud-Africain à avoir rejoint Daesh

Un jeune Sud-Africain, se présentant sous le nom d’Abu Hurayra Al-ifriki, assure avoir rejoint les rangs de l’État islamique en Syrie. Une information qui n’a pas encore été[...]

Yémen : les yeux plus gros que le ventre des houthistes

Maîtres de facto du pays depuis la prise de Sanaa, le 20 janvier, et la démission du président de la transition, les houthistes ne savent pas vraiment quoi faire d'un pouvoir trop facilement[...]

Yémen : une Française travaillant pour la Banque mondiale enlevée à Sanaa

Une ressortissante française travaillant pour la Banque mondiale a été enlevée mardi à Sanaa, ont annoncé les autorités françaises. [...]

Syrie: près d'une centaine de chrétiens assyriens enlevés par l'EI

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, l'Etat islamique a enlevé 90 habitants après avoir attaqué Tal Chamiram et Tal Hermoz, deux villages chrétiens assyriens sous contrôle des[...]

Le nombre de jihadistes européens dans les rangs de l'EI est-il en baisse ?

Pour la première fois, six Français, dont le départ vers la Syrie semblait imminent, ont été privés de leurs passeports. Une décision qui illustre le renforcement de l'arsenal[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110822131229 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110822131229 from 172.16.0.100