Extension Factory Builder
19/08/2011 à 11:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les chefs d’Etat et de gouvernement de la SADC le 18 août 2011 à Luanda (Angola). Les chefs d’Etat et de gouvernement de la SADC le 18 août 2011 à Luanda (Angola). © Stephane de Sakutin

Le sommet annuel de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) qui s'est tenu mercredi et jeudi à Luanda, a été essentiellement consacré à des questions économiques. Le règlement des crises régionales a, encore une fois, été remis à plus tard.

Le sommet « s'est extrêmement bien passé », a affirmé la ministre sud-africaine des Affaires étrangères Maite Nkoana-Mashabane. Et pour cause : les questions qui fâchent ayant été traitées rapidement, la rencontre qui se déroulait à Luanda s'est terminée avec une heure d'avance jeudi.

Le dossier zimbabwéen et l'impasse politique à Madagascar ont ainsi été expédiées, les dirigeants de la SADC se contentant de réaffirmer des positions prises lors de leurs précédentes réunions. Quant à la situation au Swaziland et au Malawi, où des manifestations anti-gouvernementales ont été violemment réprimées ces derniers mois, elle n'a pas vraiment dérangé les dirigeants de la SADC, pourtant engagés par leur traité à promouvoir la démocratie dans leur pays.

Communiqué laconique

Concernant le Zimbabwe, les participants ont laconiquement « pressé les partis (signataires) de l'accord politique global [de partage de pouvoir de 2009, NDLR] de rester engagés dans la mise en œuvre dudit accord et à finaliser la feuille de route devant régler les problèmes en suspens », selon le communiqué final du sommet. De fait, si le secrétaire exécutif de la SADC, Tomaz Salomao, a indiqué avoir « presque un accord pour la feuille de route » devant conduire à de nouvelles élections, la situation n'a que peu évolué depuis le sommet de Johannesburg, en juin dernier.

Certes, l'organisation internationale a parrainé l'accord qui a permis d'éviter une guerre civile entre les partisans du président Robert Mugabe et ceux de son principal opposant, le désormais Premier ministre Morgan Tsvangirai, mais l'application de cet accord a pris beaucoup de retard. Et pour cause : le clan Mugabe multiplie les provocations, et les deux camps peinent notamment à boucler la rédaction d'une nouvelle Constitution, préalable la tenue d'élections démocratiques qui permettraient de remettre les compteurs à zéro.

Concernant Madagascar, les quinze chefs d'État et de gouvernement d'Afrique australe n'ont pu que réaffirmer (leur) « attachement à soutenir le processus de médiation ». La Grande Île est engluée dans une grave crise institutionnelle depuis le renversement en mars 2009 du président Marc Ravalomanana par le maire de la capitale, Andry Rajoelina, soutenu par l'armée.

Les silences de Dos Santos

La SADC a présenté une feuille de route devant conduire à de nouvelles élections, mais la question du retour de l'ancien président n'a toujours pas été réglée. Condamné aux travaux forcés à perpétuités dans son pays, ce dernier vit en Afrique du Sud depuis son éviction.

Le président angolais José Eduardo dos Santos, qui a pris la tête de la SADC pour une durée d'un an, a reconnu que la situation était « bloquée ». Peu loquace sur les crises régionales et les idéaux démocratiques, la présidence angolaise a préféré mettre l'accent sur le développement des infrastructures de transport, qu'elle estime essentielle pour une meilleure intégration régionale.

C'est ainsi que les dirigeants de la SADC ont approuvés plusieurs textes techniques, et que  cinq pays membres ont signé un traité fondant un très vaste espace naturel transfrontalier, grand comme la moitié de la France. L'objectif étant de faire des bassins de l'Okavango et du Zambèze des paradis de l'écotourisme.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Japon - Yoshifumi Okamura : en Afrique, 'c'est maintenant qu'il faut y aller !'

Japon - Yoshifumi Okamura : en Afrique, "c'est maintenant qu'il faut y aller !"

De passage à Paris, l'ancien ambassadeur du Japon en Côte d'Ivoire - et désormais représentant personnel du Premier ministre pour l'Afrique-, Yoshifumi Okamura, évoque l'avancée des rel[...]

Risque-pays : les bons et les mauvais élèves africains

Aon Risk Solutions vient de publier la 16e édition de la carte de risque pays. Si l'Afrique australe reste (à l'exception du Zimbabwe) la zone la moins risquée du continent, le Maroc, le Ghana et l'Ouganda[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Veni vidi... Vinci ?

Après des années de suprématie chinoise, les français Bouygues, Eiffage et Vinci repartent à l'assaut du continent. Leurs atouts ? Qualité, respect des délais et recours[...]

Olivier Stintzy : "Investir dans les hôpitaux, les écoles, le logement"

Pour ce gestionnaire de fonds, les partenariats public-privé permettent de prolonger la durée de vie des équipements à vocation sociale tout en garantissant leur rentabilité.[...]

Casa África, aux Canaries, une fenêtre espagnole sur le continent

Créée en 2006 comme un consortium entre le ministère espagnol des Affaires étrangères, le gouvernement des Canaries et la municipalité de Las Palmas où elle a son siège,[...]

Carte : droit à l'avortement, l'Afrique entre tabou et désinformation

Dans la majorité des pays d’Afrique, l’interruption volontaire de grossesse (IVG) est soumise à des conditions tellement strictes que l'avortement clandestin demeure la règle. Avec toutes les[...]

Africa CEO Forum : "Les décideurs économiques doivent rassurer les politiques"

Comment faire émerger de grands groupes sur le continent ? Par l'investissement ou l'essor des échanges régionaux, notamment. Un thème au coeur d'une réunion à huis clos lors du[...]

La francophonie outil de développement local

Jacqueline Nizet est présidente de l’Association pour la Valorisation de la Francophonie (AVF). Parce qu’une solidarité effective passe avant tout par une action de terrain au plus près des[...]

Sommet UE - Afrique : l'important, c'est d'y participer !

Accords de partenariat économique, compétence de la CPI, droits des homosexuels... Africains et Européens ne sont pas d'accord sur tout, loin s'en faut. Mais ils se sont parlés avec franchise.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers