Extension Factory Builder
17/08/2011 à 10:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jacob Zuma, lors d’un sommet de la SADC, le 12 juin 2011 à Johannesbourg. Jacob Zuma, lors d’un sommet de la SADC, le 12 juin 2011 à Johannesbourg. © AFP

Le sommet des chefs d'État de la SADC qui s'ouvre ce mercredi en Angola devra faire le point sur les crises qui agitent plusieurs des pays membres. Dont Madagascar et le Zimbabwe, plus que jamais dans l'impasse.

Un sommet à huis clos des chefs d'État de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) ouvre ses portes à Luanda ce mercredi matin pour deux jours. Au programme : des crises et... des crises. Avec la possibilité, pour l'organisation régionale, de faire taire les critiques lui reprochant son manque de leadership et sa compromission avec les pouvoirs autoritaires de la région.

De fait, quatre des quinze pays concernés ont été récemment touchés par des troubles plus ou moins meurtriers : au Malawi et au Swaziland, l'opposition conteste le pouvoir en place, et l'impasse politique est flagrante au Zimbabwe et à Madagascar.

L'inquiétant président du Malawi Bingu wa Mutharika ne supporte plus son opposition qu'il accuse d'être sous l'emprise de Satan et qu'il fait sévèrement réprimer. Des émeutes anti-gouvernementales ont ainsi fait 19 morts en juillet. L'opposition avait même programmé des veillées de contestation mercredi soir, pendant le sommet de Luanda, avant de reporter à une date ultérieure ce projet sous la pression du pouvoir.

Situation bloquée

Pour Madagascar, la SADC a approuvé en juin dernier une feuille de route devant préparer des élections, mais continue de demander le retour de l'ancien président déchu Marc Ravalomanana. Au Zimbabwe, elle a sans doute évité un désastre en parrainant l'accord de partage du pouvoir de 2009 entre le vieux président Robert Mugabe (photo ci-contre, © AFP)et son principal opposant, le Premier ministre Morgan Tsvangirai. Mais la situation est totalement bloquée depuis et de nouvelles élections à haut risque se rapprochent et le clan Mugabe s'accroche de toutes ses forces au pouvoir.

Quant à l'ambiance dans la petite monarchie absolue de Mswati III au Swaziland, elle commence également à être tendue. Mardi, des étudiants en colère ont marché sur l'université à Mbabane pour demander sa réouverture et protester contre l'absence de fonds, ce qui a contraint à repousser sine die la rentrée universitaire.

« Nonobstant ces défis, la SADC s'efforce d'avancer vers l'intégration régionale, sachant qu'il s'agit là d'une condition fondamentale pour un développement durable dans la région », a déclaré le ministère sud-africain des Affaires étrangères dans un communiqué en préambule au sommet de Luanda. Pour l'Afrique du Sud, la SADC reste le premier instrument pour parvenir au développement et à l'intégration de l'Afrique australe. Un instrument à consolider...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique Australe

En Afrique du Sud, Robert Mugabe attaque l'Occident et les Nations unies

En Afrique du Sud, Robert Mugabe attaque l'Occident et les Nations unies

En Afrique du Sud pour une visite historique de deux jours sous le signe de l'économie, le président zimbabwéen et chef de l'Union africaine, Robert Mugabe, en a profité pour décocher quelques fl[...]

Afrique du Sud : les propos xénophobes du fils de Jacob Zuma font scandale

Après les propos racistes du roi zoulou Goodwill Zwelithini, c'est au tour du fils du président sud-africain, Edward Zuma, de demander aux étrangers de plier bagages. Des déclarations qui suscitent la[...]

Afrique du Sud : la statue de Cecil Rhodes ou l'indéboulonnable problème de l'héritage colonial

La statue du colon Cecil Rhodes devant l'université du Cap provoque la colère des étudiants sud-africains. La polémique monte, d'autant plus que Robert Mugabe pourrait s'en mêler.[...]

Afrique du Sud : une romancière frappée à coups de briques après un éloge à Salman Rushdie

L’auteur sud-africaine Zainub Priya Dala a été victime d’une violente agression à Durban après avoir fait l’éloge devant des élèves de l’écrivain[...]

Guinée : quand Zuma et Condé célèbrent l'amitié de leurs peuples

Le président sud-africain Jacob Zuma a effectué une visite de solidarité à son homologue guinéen, Alpha Condé. L'occasion pour eux de rappeler les liens historiques entre leurs pays.[...]

Total inaugure le mégaprojet Clov en Angola

 Après quatre années de conception et de fabrication, des investissements de 8 milliards de dollars et 33 millions d'heures de travail, le groupe Total inaugure son projet angolais Clov, ce jeudi 4[...]

L'Angola, le créneau de Renault

Sur ce marché aussi florissant que concurrentiel, le constructeur français est déterminé à s'imposer. Reportage dans une concession de Luanda, où la marque au losange connaît[...]

L'Angola peut-il aller au-delà de l'or noir ?

En une décennie seulement, le pays s'est relevé de trente années de guerre fratricide. Grâce au pétrole, il a atteint la plus forte croissance au monde et attire à nouveau les[...]

Tshabalala, le banquier qui venait de Soweto

Premier Noir à la tête de la plus importante banque africaine, ce juriste de formation pilote le recentrage de Standard Bank sur le continent.[...]

Zimbabwe : des manifestants de l'opposition violemment réprimés par la police

La police zimbabwéenne a une fois de plus réprimé à coups de matraques une manifestation de l’opposition contre le chômage mercredi 27 août, procédant à une douzaine[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110817100157 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110817100157 from 172.16.0.100