Extension Factory Builder
11/08/2011 à 18:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les partis politiques doivent être 'égaux en médias' selon Moncef Marzouki. Les partis politiques doivent être "égaux en médias" selon Moncef Marzouki. © AFP

Des discussions sont en cours afin de proposer une loi interdisant la publicité pour les partis politiques, a annoncé Kamel Laabidi, le directeur de l'Instance nationale pour la réforme de l'information et de la communication (INRIC).

« Les partis doivent se conduire d’une manière à redonner au peuple confiance dans la politique et les politiciens, en étant égaux en argent et médias, afin qu’ils fassent parvenir leurs programmes au citoyen sans mystification, et que celui-ci puisse choisir avec liberté et objectivité ». C’est en ces termes que le Moncef Marzouki, le président du Congrès pour la République (CPR), a lancé le débat sur la publicité politique à quelques mois de l’élection de l’Assemblée constituante tunisienne, prévue le 23 octobre.

L’idée semble avoir fait son chemin parmi les membres de l'Instance nationale pour la réforme de l'information et de la communication (INRIC) puisque son directeur, Kamel Laabidi, a annoncé mardi lors d’une conférence de presse vouloir interdire toute forme de publicité politicienne.

L’INRCI se concerte actuellement sur le sujet avec la Haute instance de la transition, l'Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) et le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT). Les discussions devraient aboutir sur un projet de loi prohibant les réclames des partis politiques, a indiqué Kamel Laabidi.

Risque pour la démocratie

Selon ses détracteurs, la publicité politique représente un risque pour la démocratie et tend à favoriser les gros partis, comme le mouvement islamiste Ennahda. À travers leur publicité, certaines factions préfèrent mettre en avant des personnalités ou exposer leurs activités caritatives, au détriment des programmes politiques.

« Si le mouvement Ennahdha avait un excédent financier qu’il veut dépenser dans les actions caritatives, qu’il en fasse don discrètement – a fortiori que nos traditions arabo-musulmanes bannissent toute forme de charité déclarée », a fustigé Moncef Marzouki, à propos des publicités du parti islamiste.

_______

Et vous, qu'en pensez-vous ? Les commentaires de cet article (ci-dessous) sont là pour que vous puissiez donner votre sentiment.






 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Les Tunisiens votent pour élire un président et tourner la page de la transition

Les Tunisiens votent pour élire un président et tourner la page de la transition

En se choisissant un nouveau chef d’État dimanche, la Tunisie tournait, avec émotion ou indifférence, la page d’une transition postrévolutionnaire qui aura duré quatre ans. Un scrut[...]

Présidentielle historique en Tunisie, un mort dans une attaque

Les Tunisiens votaient dimanche pour élire leur président après une transition chaotique de quatre ans dans ce pays où les tensions restent vives, un homme armé ayant été[...]

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Le 21 décembre, les Tunisiens décideront qui de Moncef Marzouki ou Béji Caïd Essebsi sera le premier président postrévolution légitimé par les urnes. Jusqu’au bout, les[...]

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki[...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers